Portrait de jeune chercheur : Lucas Winiarski, «  À contresens dans la CGT ? Le déploiement entravé des comités CGT de privés d’emploi et précaires à l’échelle locale et confédérale »

Votre thèse, réalisée au sein du laboratoire Triangle sous la direction de Sophie Béroud s’intitule «  À contresens dans la CGT ? Le déploiement entravé des comités CGT de privés d’emploi et précaires à l’échelle locale et confédérale ». Qu’est-ce qui vous a intéressé sur ce sujet ?

Ma recherche s’est située dans la continuité de mon parcours universitaire. En Master 1 de science politique, mon travail s’est orienté vers les jeunes travailleurs engagés. En Master 2 en science politique, j’ai étudié la création du comité chômeur de Saint-Étienne. Mes travaux de recherches ont tous concerné des thématiques adjacentes : le chômage, la précarité, la politique et le syndicalisme « ouvrier », les mouvements sociaux, l’organisation et la mobilisation des travailleurs précaires.

L’objectif de ma thèse a été de compléter les travaux sur les dynamiques de mobilisation ou de non-mobilisation des précaires. Elle a visé à renseigner la façon dont les organisations syndicales, en l’occurrence la CGT, intègrent les composantes les plus instables du salariat et montre ce que cette intégration (ou difficile intégration) dit de leur capacité d’adaptation aux nouvelles réalités de l’emploi. Il s’agissait d’examiner l’organisation des chômeurs et des précaires au sein de la Confédération Générale du Travail, d’analyser les formes d’organisation des sans-emplois et des précaires, groupes souvent parlés et de donner à voir et à entendre une population qui apparaît peu au-devant de la scène. L’ambition de ma thèse était d’abord de combler le manque de connaissances scientifiques, sur les raisons de la « non mobilisation » de la catégorie sociale des travailleurs précaires. En effet ceux-ci auraient a priori tout intérêt à se syndiquer pour que leurs revendications bénéficient d’une caisse de résonance et, de leur côté, que les organisations syndicales auraient elles aussi « intérêt » à les organiser pour pouvoir se renforcer. Je souhaitais comprendre pourquoi une partie importante du salariat s’intégrait difficilement dans l’activité syndicale et où se situaient les éventuels freins et blocages.

Cette thèse interroge la place des travailleurs privés d’emploi et précaires au sein de la CGT à trois niveaux : au niveau individuel avec le parcours et les représentations entretenues par les militants, au niveau local via les comités de travailleurs privés d’emploi et précaires présents sur les villes et/ou les départements et au niveau national avec le Comité National des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires. Elle vise à analyser les effets de l’organisation de chômeurs à la CGT : les blocages, les résistances, le redéploiement sur de nouveaux secteurs d’activités, etc. Continuer la lecture