Portrait de jeune chercheuse : Yolaine Gassier « Les arènes discrètes du paritarisme régional »

Mis en avant

PortraitVotre thèse, réalisée au sein du CHERPA (Science Po Aix) et du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, AMU / CNRS) à Aix-en-Provence sous la direction de Philippe Aldrin et d’Éric Verdier, s’intitule « Les arènes discrètes du paritarisme régional. Dispositifs, acteurs et pratiques du ‘‘dialogue social territorial’’ ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Il s’agissait tout d’abord d’éclairer un angle mort de la sociologie du syndicalisme et des organisations patronales en montrant une facette relativement peu connue du syndicalisme salarié comme patronal en France. Alors qu’ils mobilisent une partie non négligeable de leurs militant.e.s, on sait peu de choses sur l’ensemble des lieux du paritarisme qui font participer les syndicats salariés et patronaux à différents domaines de l’action publique (formation professionnelle, protection sociale, etc.). Leur accès réglementé aide par ailleurs à comprendre qu’ils constituent des espaces préservés du regard extérieur. Ma thèse entend à ce titre mieux connaître ce qui se joue dans ces « arènes discrètes du paritarisme » en plaçant la focale sur celles qui existent en région[1].

Un second enjeu était d’éclaircir l’un des paradoxes auquel se confronte le syndicalisme, que j’ai pu observer dès l’entrée sur mon terrain d’enquête en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Alors que leurs représentant.e.s se trouvent relativement critiques de ces institutions chronophages, ils redoublent d’efforts et d’énergie pour investir ces lieux.

Enfin plus généralement, les instances du paritarisme régional constituent un terrain propice à l’analyse des transformations de la représentation syndicale et patronale, mais aussi des recompositions de l’action publique locale, saisies sous l’angle des dynamiques d’interaction entre État et groupes d’intérêt (dans le prolongement des travaux de Stéphane Cadiou). Continuer la lecture

Portait de jeune chercheur : Samuel Zarka, La qualification du travail dans la production cinématographique en France

Mis en avant

Photo portraitVotre thèse, réalisée au sein du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE, CNAM / CNRS) à Paris sous la direction de Fabienne Berton, s’intitule « L’équipe de cinéma. Genèse et portée de la qualification du travail dans la production cinématographique en France (1895-2018) ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Le cinéma présente l’aspect intriguant d’un monde partiellement immergé, visible, avec ses vedettes, ses paillettes et ses scandales. Le produit filmique est intrinsèquement destiné à la visibilité (même si ce n’est pas forcément le cas en pratique, de nombreux films sont sous-exposés en salle). Dans ma thèse, j’investigue en profondeur les conditions d’émergence du produit. Mon entrée privilégiée concerne le travail des équipes de films (décorateur.ices, costumier.es, monteur.euses, etc.), non seulement tel qu’il se déroule, mais tel qu’il se construit durablement au sein d’une industrie de prototypes.

Pour développer ce questionnement, je mobilise un concept clé de la sociologie du travail, la « qualification » du travail. Mon intuition était qu’on n’avait pas épuisé la compréhension de cet objet, les recherches théoriques l’ayant d’ailleurs un peu délaissé avec l’émergence de la notion de « compétence ».

Continuer la lecture

Appel à Articles — Socio-Économie du travail

Le « dialogue social » en pratiques et en contextes
Appel à articles – Socio-Économie du Travail

Le « dialogue social » est régulièrement mis à l’agenda des politiques publiques, comme le prouvent les nombreuses réformes dans ce domaine intervenues au cours des trois dernières décennies en France. Employé pour désigner les dispositifs de négociation entre les employeurs et les représentants des salariés, de consultation de ces derniers, et plus largement leurs échanges, formels ou informels, quel que soit le niveau (national, de branche ou d’entreprise), le « dialogue social » est aussi un « concept controversé » (1). Il est notamment de plus en plus pensé sous le prisme de l’efficacité économique, le site du ministère du Travail le présentant même comme « un élément de performance économique » (2). Il apparaît ainsi nécessaire de revenir sur ce que recouvre en pratiques le « dialogue social » dans les organisations productives selon leurs divers périmètres (établissement, entreprise, groupe…), mais également selon les niveaux auxquels il s’exerce et les acteurs qu’il implique. Cette actualisation semble d’autant plus nécessaire que le contexte institutionnel et économique a fortement évolué dans la dernière décennie. D’une part, les évolutions législatives récentes dans le droit du travail (loi du 8 août 2016 dite « Travail », suivie des Ordonnances dites, elles aussi, « Travail » en septembre 2017) ont produit des effets sur les pratiques que l’on commence à documenter. D’autre part, le contexte économique a été profondément bouleversé par deux crises successives depuis 2000, dont la dernière, en cours, la crise sanitaire liée à la Covid-19 va profondément marquer les économies des pays concernés.

Continuer la lecture

Parution : « Ryanair must change ». Lutter dans le low cost

« « Ryanair must change ». Lutter dans le low cost », Gresea Échos n°104, décembre 2020

Le conflit mené par le personnel de Ryanair est emblématique à plusieurs titres. Il se déroule tout d’abord dans une compagnie aérienne qui représente l’archétype de l’entreprise néolibérale, caractérisé par un despotisme actionnarial qui pèse fortement sur l’entreprise et ses salariés. Pour répondre à cette exigence de rentabilité, le management de la compagnie a poussé à son paroxysme le modèle low cost. Les salaires y sont par exemple significativement plus bas que dans les autres compagnies. Chez Ryanair, les personnels de cockpit (pilotes et copilotes) sont encouragés à créer leur propre société. Quant aux personnels de cabine (hôtesses de l’air et stewards), ils étaient, pour une partie, embauchés par des agences de recrutement, travaillant en sous-traitance pour la compagnie irlandaise. Plus récemment, en Pologne, Ryanair s’essaye à la « plateformisation » de l’embauche en engageant des hôtesses de l’air et des stewards sous statut « d’indépendant ». À une époque où le discours sur le bonheur en entreprise sert de cache-misère à la détérioration des conditions d’emploi et de travail, la compagnie irlandaise fait presque figure de contre-modèle tant elle semble renouer avec un despotisme d’industrie pur et simple, dans une relative transparence.

Continuer la lecture

Journée d’études « Les finances du syndicalisme » 8 février 2021

Journée d’études
lundi 8 février 2021
Université Paris-Nanterre
Affiche journée d'études Les finances du syndicalise 08/02/2021

Affiche journée d’étude

En France, la question des modes de financement des organisations politiques (entendues au sens large de groupements volontaires tels que partis politiques, associations ou syndicats), a étonnamment fait l’objet de peu de recherches en sciences sociales. Les raisons avancées à ce désintérêt sont diverses : il s’agirait d’un objet perçu comme « trop vulgairement “matérialiste” », les données publiques auraient longtemps manqué, et quand elles ont fini par être mises à disposition, leur profusion et leur technicité, appelant des compétences à la fois statistiques et juridiques, ont pu rebuter les non-spécialistes (Phélippeau, 2018). On pourrait ajouter, à propos des syndicats, « une tradition tenace de discrétion pour tout ce qui touche à l’argent, ce nerf honteux de la guerre sociale » (Pigenet, 1995).

Continuer la lecture

Podcasts des séances de l’atelier Travail, relations professionnelles & mobilisations du LEST

Une grande partie des séances de l’atelier Travail, relations professionnelles & mobilisations (TRPM) du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST) est désormais disponible à l’écoute sur leur Carnet Hypothèses (soit plus de 35h d’enregistrement).

Logo séminaire TRPM

Les podcasts y sont classés par année depuis 2016, date de création de l’atelier, mais aussi par grande thématique :

  • Engagements et pratiques de la représentation syndicale ;
  • Dynamiques et pratiques de la négociation et du « dialogue social » ;
  • L’action collective patronale ;
  • Le droit du travail en pratiques ;
  • L’action syndicale au défi de la précarité ;
  • Transformations des mondes du travail ;
  • Dominations et résistances au travail ;
  • Santé au travail.

Journée d’études : Les engagements professionnels et militants des enseignant·e·s

Vous trouverez ci-dessous le programme de la journée d’étude « Les engagements professionnels et militants des enseignant·es : évolutions et articulations » qui aura lieu en ligne le vendredi 27 novembre 2020.

Pour recevoir le lien permettant d’y assister, merci d’envoyer un mail à : tristan.haute [ at ] u-picardie [point ] fr

Les informations ont également été mises en ligne sur le site du CERAPS.

Continuer la lecture

AAC du RT 18 pour le 9ème congrès de l’AFS (6-10 juillet 2021)

Logo association française de sociologie

 

9ème Congrès de l’AFS, « Changer »

Lille, 6 au 10 juillet 2021

_________________________________________________________________________

Appel à communication du RT 18 – Relations professionnelles

_________________________________________________________________________

Dans le champ des relations professionnelles comme dans le reste de la société, la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus a brutalement posé la question du changement. En tant qu’événement inattendu, elle semble avoir produit une coupure entre un avant et un après, déplaçant les limites du possible et du pensable. Elle a libéré une multitude de discours relatifs à la redéfinition et à la revalorisation des activités essentielles, à la moralisation ou à la démocratisation des entreprises, ou encore à l’élaboration d’un modèle productif davantage protecteur de la nature et du vivant. Elle a provoqué faillites et bénéfices records selon les secteurs économiques, bouleversant les rapports de forces entre les acteurs du capitalisme de plateforme et les industries traditionnelles, mais aussi entre employeurs et salarié·es à la faveur d’un assouplissement accru du droit du travail. Les suppressions d’emplois, la socialisation massive des revenus et la réorganisation des activités sous contrainte sanitaire transforment les sociabilités professionnelles et le rapport au travail, autant que les stratégies d’action syndicale

À y regarder de plus près, nombre de ces évolutions étaient en réalité en gestation, que l’on songe aux réflexions sur la gouvernance des entreprises ou sur le « verdissement » du capitalisme, à la digitalisation de l’économie et des relations de travail, à la flexibilisation du droit du travail ou à l’attention syndicale aux problématiques d’environnement. La crise sanitaire, avec ses répliques sur le terrain économique et social, semble ainsi surtout donner l’occasion d’une accélération sans précédent de ces évolutions. Notre appel à communication entend ainsi contribuer à l’analyse des échelles et des temporalités du changement dans les relations professionnelles et dans le syndicalisme, en replaçant les bouleversements liés à l’actualité sociale et sanitaire dans des évolutions de plus longue durée.

Axe 1 – Pratiques syndicales et usages du droit au regard des transformations récentes du Code du travail

Axe 2 – L’action collective des travailleur·ses atypiques

Axe 3 – Vers une numérisation du travail et des relations professionnelles

Axe 4 – Quelles négociations et conflits en contexte de réorganisations ? 

Axe 5 – Relations professionnelles et syndicalisme à l’aune de la crise sanitaire

Continuer la lecture

Webinaire du RT 18 « Les organisations syndicales régionales au Québec : creusets de revitalisation du syndicalisme ? » avec Thomas Collombat le 18 septembre 2020

Le RT 18 avait initialement prévu un séminaire en mars pour la présentation des recherches de Thomas Collombat à l’occasion de sa venue en France. L’évènement a du être reporté à cause de la situation sanitaire et il aura lieu sous la forme d’un webinaire le Vendredi 18 septembre à 15h (Paris/UTC+2), sur inscription. Vous trouverez dans la suite de cet article une présentation de l’intervention de Thomas Collombat ainsi qu’une présentation de ce chercheur. Continuer la lecture

Expression du RT18 à propos du mouvement social en cours

Les enseignant·e·s et/ou chercheur·e·s, titulaires ou précaires, qui constituent le bureau du réseau thématique « relations professionnelles » (RT18) de l’Association française de sociologie (AFS) affirment, par ce message, leur soutien à la mobilisation sociale en cours contre le projet de réforme des retraites et contre le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Continuer la lecture

Pensées de la « citoyenneté industrielle » : controverses politiques, luttes symboliques et rapports de classe

Vous trouverez ci dessous l’appel à communication de la Section Thématique n°54 du prochain congrès de l’AFSP intitulée « Pensées de la « citoyenneté industrielle » : controverses politiques, luttes symboliques et rapports de classe » (Thoughts of Industrial citizenship: political controversies, symbolic struggles and class relations). Continuer la lecture

Revue Savoir/agir – « Syndicalisme et politique »

Cher-es collègues,
Pour information, la dernière livraison de la revue savoir/agir porte sur les liens entre « syndicalisme et politique », que nous avons coordonnée avec Karel Yon. Le numéro est d’ores et déjà disponible sur cairn: https://www.cairn.info/revue-savoir-agir-2018-3.htm. Vous pouvez le commander également sur le site de l’éditeur ou en librairie (10 euros) : http://www.editions-croquant.org/

Le 13 novembre 2018 à 17h30 au Cnam (Paris 3e) : Présentation de l’étude VALOSYND – Reconnaitre et valoriser l’expérience militante : un enjeu au cœur du nouveau modèle de relations sociales ?

D’ici au 1er janvier 2020, un.e représentant.e du personnel sur trois va perdre son mandat dans le cadre de la mise en place du Conseil Social et Économique (CSE).

Ce bouleversement sans précédent a propulsé la thématique de la reconnaissance et de la valorisation des parcours militants au premier rang des urgences sociales. Derrière la question essentielle des transitions post-mandats, c’est tout un modèle de relations sociales qui est en jeu.

L’étude VALOSYND a suivi, sur plus d’une année, tous les acteurs concernés : militant.e.s de terrain et responsables syndicaux, branches et entreprises pionnières, expert.e.s du social et cabinets RH, universités et organismes de formation…

De nombreuses questions ont été abordées : en premier lieu, faut-il valoriser les compétences syndicales – et qu’est-ce que serait une compétence « syndicale » ? Quels dispositifs, moyens et acteurs de cette reconnaissance ? Pour quels usages et enfin, avec quels enjeux et conséquences pour la représentation collective des travailleurs.euses et l’engagement militant ?

Les auteur.e.s :

  • Emmanuelle Chabbert, conseil en mobilité professionnelle, spécialiste de la prospective des métiers et des qualifications
  • Frédéric Rey, maître de conférences en sociologie des relations professionnelles, Cnam, Lise-CNRS