Viens de paraitre : Sociologie politique du syndicalisme

SOCIOLOGIE POLITIQUE DU SYNDICALISME

« Comment expliquer le morcellement du syndicalisme français ? Pourquoi si peu de salariés adhèrent aux syndicats ?
Tous les syndicalistes sont-ils des professionnels du dialogue social coupés de leur base ? Pour répondre à ces questions classiques dans les controverses politico-médiatiques, ce manuel propose une synthèse des travaux récents conduits dans les champs de la sociologie et de la science politique autour de l’analyse des organisations syndicales, de leurs adhérents et de leurs pratiques. Il fait le pari que les outils de la sociologie politique permettent une analyse plus fine du phénomène syndical. En abordant des questions telles que les dynamiques de l’engagement militant, les ambivalences du processus d’institutionnalisation ou bien encore les modalités du travail de représentation, cet ouvrage développe des questions qui intéresseront tous les étudiants en sociologie et science politique mais aussi toutes celles et ceux désireux de dépasser les schématismes et de comprendre les spécificités du syndicalisme en France. » (source : site de l’éditeur)

Jeunes et mouvement syndical. Trajectoires d’engagements et stratégies organisationnelles

Jeunes et mouvement syndical. Trajectoires d'engagements et stratégies organisationnelles

La syndicalisation des jeunes salariés constitue un défi central pour l’ensemble des organisations syndicales qui sont confrontées à une tendance lourde, celle du vieillissement de leurs effectifs en raison notamment du poids des générations engagées dans les années 1960 et 1970. C’est un défi qui concerne aussi bien les confédérations « historiques » que des organisations nouvelles venues dans le champ syndical. Les données statistiques produites par la DARES établissent à 5% le taux de syndicalisation des moins de 35 ans, contre 11,2% de l’ensemble des salariés.
Cette recherche interroge les rapports qu’entretiennent les jeunes salariés et les syndicats en focalisant sur les jeunes salariés engagés. Quelle place les organisations syndicales accordent-elles aux jeunes ? Du point de vue des jeunes salariés engagés : Comment regardent-ils le syndicalisme ? Qu’est ce qui caractérise leur engagement syndical et quelles pratiques observe-t-on ? Pour répondre à ces questions, la recherche s’est basée sur l’établissement d’une revue critique de la littérature, sur l’exploitation des données de la statistique publique (en particulier REPONSE et Conditions de travail), et sur la réalisation de six monographies ou études de cas. L’exploitation statistique montre que la syndicalisation des jeunes salariés, tout en restant inférieure à celle des salariés plus âgés, reste bien redevable des mêmes facteurs que celle des salariés en général : la stabilité de l’emploi, l’insertion dans un collectif de travail, la présence syndicale, la taille de l’établissement et un type de relations professionnelles dans lequel la place des syndicats est reconnue. En revanche, les données ne permettent pas d’étayer l’hypothèse générationnelle : Le taux de sympathie des jeunes salariés à l’égard des syndicats est faible, mais à la différence du taux de syndicalisation il ne varie pas de façon significative avec l’âge.
Les études de cas mettent en lumière les modalités de l’engagement des jeunes et d’en préciser les conditions. Si toutes les organisations syndicales enquêtées s’accordent sur le constat d’un déclin des effectifs, les jeunes travailleurs ne constituent pas toujours un public prioritaire. Nous y avons rencontré des réticences, voire des résistances à l’élaboration d’une politique syndicale spécifique en direction des jeunes, mais aussi des efforts à intégrer ou soutenir des initiatives alter- ou para-syndicales des jeunes. Du coté des jeunes engagés, nous constatons la diversité de leurs trajectoires sociales, contextes de travail et façons de s’engager. L’apprentissage des savoirs militants et techniques est un enjeu central pour tous les groupes. Les structures syndicales y ont un rôle important à jouer aussi bien que la transmission entre pairs, mais ces processus peuvent être fragilisés, à la fois par l’instabilité des collectifs de jeunes et des résistances parmi les
générations de militants plus avancées en âge et en situation de pouvoir. La création desconditions qui permettent non seulement l’entrée mais le maintien des jeunes dans l’engagement – et l’ouverture à leurs préoccupations souvent « nouvelles » à cause de leur position excentrée au salariat classique – parait ainsi un enjeu fondamental pour une politique syndicale de jeunesse.

Rapport_final_CGT_JEUNES

La fin d’un monde ? Salariat, syndicats et politiques du travail face aux réformes libérales

La fin d’un monde ?
Salariat, syndicats et politiques du travail face aux réformes libérales

Journées d’études organisées par le Réseau Thématique
« Relations professionnelles » de l’Association Française de Sociologie

6 et 7 septembre 2018
MSH Paris Nord

2008 – 2018. En une décennie, les relations professionnelles en France ont davantage changéqu’en un demi-siècle, suivant de près des transformations similaires observées ailleurs dans le monde.

Depuis 2008, les syndicats sont en campagne électorale permanente, les entreprises sont devenues les lieux privilégiés de la négociation collective, les « ordonnances Macron »redéfinissent la représentation du personnel… Cette révolution aux accents libéraux se déroule parailleurs dans un monde du travail qui se transforme en profondeur en France et dans le monde : la globalisation, le digital et les plateformes, la robotisation, les micro-tâches, les métiers qui disparaîtront et apparaîtront dans les prochaines années, sont autant d’exemples qui bousculent lessyndicats, les patronats et l’État, ainsi que les systèmes collectifs de protection mis en place après- guerre.

De nouveaux enjeux apparaissent dès lors pour les travailleurs/euses et les syndicats confrontés à la fragilisation et à la mise en cause des corps intermédiaires. Des résistances nouvelles apparaissent, parfois là où on les attend le moins. Les organisations syndicales expérimentent denouvelles pistes de luttes et de solidarités, tout en continuant d’assurer la défense des secteurstraditionnels et leurs rôles institutionnels.

Les journées des 6 et 7 septembre 2018 réuniront de nombreux/euses chercheurs/euses, expert/es et acteur/rices sociaux/les pour revenir sur cette décennie qui a changé le paysage des relations professionnelles à la fois en France et dans d’autres pays confrontés à des problématiquesanalogues. Dans un contexte de « réformes » effrénées, ces deux journées proposeront des’accorder le temps de la réflexion avec les présentations de travaux récents, des tables rondes etdes échanges sur les enjeux actuels des relations professionnelles.

Ces journées sont organisées par le Réseau thématique sur les relations professionnelles del’Association Française de Sociologie, qui fêtera ses dix ans en 2018. Créé initialement pour réunirles chercheurs de tous horizons traitant des pratiques et des institutions qui produisent et transforment les règles relatives au travail et à l’emploi, ce réseau s’est progressivement imposé aucours de cette décennie comme un espace dynamique d’échanges et de production de savoirs. Au moment où le monde du travail connait une nouvelle phase d’intenses transformations de ses cadresjuridiques et réglementaires, le RT s’emploie depuis dix ans par ses multiples initiatives scientifiques – séminaires, journées d’études, congrès, etc.- à saisir au mieux ces bouleversements.Ces journées seront l’occasion d’aborder de nouveaux objets qui portent sur les relationsprofessionnelles aujourd’hui au travail, en France et ailleurs, et de proposer des analyses réflexivessur notre discipline – enseignements, recherches, pratiques hors académie, etc.

Contact : Maxime Quijoux : mquijoux@gmail.com

Comité scientifique : Mara Bisignano, Hervé Champin, Jean-Michel Denis, Marnix Dressen, Camille Dupuy, Alexandra Garabige, Pauline Grimaud, Baptiste Giraud, Cécile Guillaume, Donna Kesselman, Arnaud Mias, Cristina Nizzoli, Rémy Ponge, Maxime Quijoux, Fréderic Rey, Tessa Tcham, Jean Vandewattyne, Catherine Vincent, Karel Yon.

Colloque « Tant de capital, temps de travail » – 14 et 15 mai 2018

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue du colloque Tant de capitaltemps de travail. Conflits, compromis et transactions autour du temps d’emploi, les 14 et 15 mai 2018,  au Centre de Sociologie des Organisations (Paris). Vingt ans après les premières lois Aubry sur les 35 heures, il s’agit d’interroger les temporalités d’emploi et leur régulation. Trois axes y seront développés : (1) les mutations du temps d’emploi, (2) la qualification du temps d’emploi et (3) les temps d’emploi aux marges du salariat.

Voici l’annonce en ligne sur le site du CSO:  http://www.cso.edu/fiche_actu.asp?actu_id=2134

Vous trouverez en pièce-jointe le programme finalisé des deux journées. L’inscription y est recommandée, via ce formulaire (https://goo.gl/forms/ZfZuXDjf8nNA8NSL2).

Bien cordialement,

Pauline Grimaud, pour le comité d’organisation du colloque.

La citoyenneté industrielle – Perspectives Sud Nord – Colloque à Tunis, 25-27 juin 2018

Appel à communication

La multiplication récente de protestations collectives ouvrières à travers le monde nous rappelle l’importance de l’observation des mondes ouvriers pour l’analyse politique. La fin de l’histoire, l’avènement d’une postmodernité démocratique libérée des conflits, neutralisant les contradictions socio-politiques et l’expression des groupes sociaux dominés, n’est pas à l’ordre du jour. A l’inverse, l’idée que cette expression ouvrière serait une étape vers la destruction à venir du capitalisme, brouille notre compréhension des recompositions politiques contemporaines. Ces deux tentations explicatives téléologiques opposées – la fin de l’histoire vs. le grand soir – entravent la construction d’une analyse critique et globale de la citoyenneté industrielle.

Dans ce colloque, nous proposons de revisiter la citoyenneté industrielle de façon transversale à partir de ses ancrages localisés. Cette approche offre un cadre d’observation empirique qui permet d’étudier la manière dont l’organisation du travail structure les pratiques collectives, sans être prisonnier de la coupure entre le dedans et le dehors des lieux de production. Ainsi, la citoyenneté industrielle peut être observée dans des espace-temps diversifiés, au Nord comme au Sud, dans le passé comme dans le présent, et donne l’occasion d’un dialogue entre historiens, sociologues, politistes, anthropologues, juristes ou encore économistes.

Notre objectif est de réunir une communauté de chercheu.r.se.s par-delà les clivages disciplinaires, les aires géographiques et les périodes d’étude. On privilégiera les approches qui entendent situer l’action des travailleu.r.se.s dans des descriptions denses des rapports sociaux et politiques locaux. Sur chacun des terrains, l’ambition est de rendre compte de l’inclusion des formes de citoyenneté industrielle dans diverses configurations, au-delà des seules organisations de travailleur.se.s : le contexte juridique qui à la fois contraint et permet l’action des travailleur.se.s ; les relations économiques mises en œuvre dans les dispositifs sociotechniques de production ; les rapports sociaux de domination dans et au-delà de l’usine ; les modes d’énonciation politique inventés ou réappropriés par les travailleur.se.s.

Les propositions de communication analyseront, à partir de leurs terrains respectifs, les ressorts et contours de la citoyenneté industrielle (cf. argumentaire ci- dessous). Elles se réfèreront explicitement aux définitions liminaires afin d’en approfondir et d’en questionner un ou plusieurs aspects.

Les propositions, en langue anglaise, arabe ou française (la langue de travail lors du colloque sera le français), présenteront en 10 000 signes espaces compris maximum :

– L’enquête originale sur laquelle se fonde l’analyse
– Les questionnements principaux et explicitement articulés à la problématique de la citoyenneté industrielle – Une bibliographie indicative

Les propositions de communication seront envoyées avant le lundi 30 avril, sur la boîte : CitindusTunis2018@gmail.com

Appel à communication et argumentaire ici

FRANCE STRATEGIE : Evaluation des ordonnances travail – Appel à idées (30 janvier 2018)

Dans le cadre du Comité d’évaluation des ordonnances du 22 septembre 2017 (n° 2017-1385, 2017-1386, 2017-1387, 2017-1388), France Stratégie a lancé un appel à idées auprès de la communautés de chercheurs, experts et praticiens du dialogue social et des relations de travail.

L’objectif est de sensibiliser l’ensemble de la communauté scientifique à la démarche d’évaluation du comité et de recueillir des suggestions sur les questions, méthodes et modalités de l’évaluation de ces ordonnances.

Une note d’étape intermédiaire a déjà été publiée le 22 décembre 2017, posant les premiers jalons de cette démarche.

Afin de recueillir le maximum de contributions, je me permets de vous le transmettre personnellement  et vous invite, si vous le pouvez, à y répondre ou à le diffuser dans les différents réseaux académiques ou professionnels que vous animez (site, mailing…).

Vous trouverez plus d’informations sur cet appel à idée et les modalités pour y répondre en pj et sur le site de France Strategie : http://www.strategie.gouv.fr/actualites/appel-idees-methode-devaluation-ordonnances-22-septembre-2017

Les contributions sont attendues d’ici au le 30 janvier 2018 et à envoyer à evaluation-ordonnancestravail@strategie.gouv.fr

Elles doivent prendre la forme d’un document d’1 à 2  pages environ, et être structurées autour des trois dimensions : question / méthode /données.

Merci d’indiquer les noms, prénoms, contacts et organismes d’affiliation des contributeurs.

Pour tout renseignement concernant cet appel à idées, vous pouvez nous contacter :

Emmanuelle PROUET, emmanuelle.prouet@strategie.gouv.fr

Antoine NABOULET, antoine.naboulet@strategie.gouv.fr

Bien à vous

Antoine Naboulet

Chef de projet, Dir. adj. Département Travail Emploi Compétences, France Stratégie

Appel-idees-30-01-2018

 

L’institutionnalisation du syndicalisme : de quoi parle-t-on ? (France, 1945-2007) – 16 & 17 novembre, Lyon

L’institutionnalisation du syndicalisme : de quoi parle-t-on ? (France, 1945-2007)

Colloque pluridisciplinaire – Université de Lyon – 16-17 novembre 2017

Amphithéâtre de la MILC (35 rue Raulin, Lyon 7e), Triangle – IHS CGT, Université Lyon 2

Jeudi 16 novembre 2017

10h10-12h15 Séance introductive – L’institutionnalisation, une notion à définir : perspectives historiques et sociologiques

Présidence : Gilbert Garrel, président de l’IHS CGT

  • Stéphane Sirot (historien, Université de Cergy-Pontoise) « Aux origines de l’institutionnalisation du syndicalisme (1884-1946) »
  • Sophie Béroud (politiste, Université de Lyon 2, Triangle) : « De quoi parle-t-on ? Ce que recouvre la notion d’institutionnalisation »
  • Udo Rehfeldt (politiste, IRES), « Institutionnalisation du syndicalisme : une comparaison européenne »
  • Maryse Dumas (syndicaliste, ancienne secrétaire confédérale de la CGT) – « La définition d’une démarche syndicale offensive pour combattre le double écueil de la marginalisation et de l’intégration (1997-2007) »

14h -15h45 : Deuxième séance – Des outils pour la conquête de droits ?

Présidence : Jean-Pierre Le Crom, historien du droit, CNRS

  • Gérard Alezard (syndicaliste, ancien secrétaire confédéral de la CGT), « CGT, experts et gouvernants dans la première moitié des années 1980 »
  • Alain Dalançon (historien, IRHSES), « Le paritarisme dans la fonction publique. L’exemple des commissions administratives paritaires dans le second degré de l’Education Nationale de la Libération à la fin du XIXe »
  • Cécile Guillaume (sociologue, Université Lille 1), Vincent-Arnaud Chappe (sociologue, CNRS), Jean-Michel Denis (sociologue, Latts), « De la liberté de négocier à la reconnaissance d’un droit à la négociation. Retour sur les mobilisations juridiques de la CFDT (1968-1982) »
  • Clair Juillet (historien, Framespa), « Une institutionnalisation des pratiques de régulation sociale. L’exemple de la SNIS de Toulouse (1970-1986) »
  • Thérèse Poupon (syndicaliste, secrétaire confédérale CGT de 1982 à 1989), « Institutionnalisation et Sécurité sociale dans les années 1980 »
  • Philippe Coanet (syndicaliste, IHS Services publics), « Fédération CGT des services publics et institutionnalisation : les grands débats internes »

16h15 – 17h30 : Troisième séance – Jeux d’échelles, lieux et niveaux de pouvoir

Présidence : Roger Gay, président de l’IRHS Rhône-Alpes

  • Jean-Noël Dutheil (syndicaliste, IHS CGT du Bourbonnais) « Les comités de gestion montluçonnais, un exemple d’institutionnalisation de conquête »
  • Claude Roccati (historienne, Université du Havre) « L’institutionnalisation de la CFDT au révélateur du TUAC (Commission syndicale consultative de l’OCDE)
  • Bernard Thibault (syndicaliste, ancien secrétaire général de la CGT), « « L’OIT depuis 1945 : ambitions et limites de l’institution mondiale du travail »

Vendredi 17 novembre 2017

9h-10h30  Quatrième séance – Les usages syndicaux des institutions : 1. Formes d’intégration et d’exclusion

 Présidence : Sophie Béroud, Politiste, Triangle

  • Jérôme Beauvisage (syndicaliste, IHS CGT), « La CGT mise à l’écart dans les années 1950 : l’exemple confédéral »
  • Josiane Dragoni (syndicaliste, IR FSU), « La FSU face aux instances de représentation, de sa création aux difficultés et spécificités du paritarisme au sein de la fonction publique (1993-2008)
  • François Duteil (syndicaliste, IHS Mines-Energie), « La CGT mise à l’écart. L’exemple du secteur de l’énergie dans les années 1950-1960 »
  • Pierre Delanoue, Thierry Roy, (syndicalistes, IHS CGT Cheminots), « La CGT au sein du Conseil d’administration de la SNCF (1983-2007) »
  • Michel Pigenet (historien, CHS XXe siècle), « Le syndicat Force ouvrière et la question de l’institutionnalisation »
  • Serge Proust (sociologue, Université de Saint-Etienne, CMW), « La fédération du spectacle et les institutions sociales caractéristiques de l’Etat-Providence dans le champ du social »

10h45 -12h30 Quatrième séance – Les usages syndicaux des institutions : 2. Pratiques et trajectoires

Présidence : Carole Giraudet, IFS Lyon 2

  •   Patrick Bourgeois (syndicaliste, IHS CGT FAPT), « La participation CGT aux réunions institutionnelles préparant le budget des PTT au cours des Trente Glorieuses »
  • Jean-Michel Gaveau (syndicaliste, groupe de travail CGT des administrateurs salariés), « Les administrateurs salariés à la CGT, un long cheminement syndical et politique, un espace spécifique à conquérir dans l’organe de décision de l’entreprise »
  • Nicolas Simonpoli (politiste, Université Paris 10) « Des permanents cégétistes à l’épreuve de la 3e voie de l’ENA (1983-1986) »
  • Claude Marache (syndicaliste, IHS CGT Cheminots), « La commission mixte du statut de la SNCF (1951-2007) »
  • Françoise Geng (syndicaliste, membre du CES de 2001 à 2015), « La CGT dans le CES : d’une posture peu participative à une implication « objective «  (années 1980-2000) »

14h-16h Cinquième séance – Derrière la valorisation du «dialogue social », une autre logique de l’institutionnalisation ?

Présidence : Elyane Bressol, IHS CGT

  • Sylvie Contrepois (sociologue, Cresspa-CSU), « La décentralisation des négociations et ses effets sur le travail syndical. Enseignements d’une enquête sociologique 1994-2000 »
  • Maïlys Gantois (politiste, CESSP), « Retour sur l’institutionnalisation des règles relatives à la négociation collective par un bout de la lucarne : l’établissement des relations de confiance entre leaders CFDT et CNPF (années 1980-1990)
  • Yolaine Gassier (politiste, CHERPA et LEST), « Etude des conditions d’appropriation d’un ‘dialogue social territorial’, vers une gouvernementalisation des pratiques syndicales ?
  • Jérôme Pélisse (sociologue, SciencesPo, CSO) « Les 35 heures comme accélérateurs d’une institutionnalisation ambivalente du syndicalisme d’entreprise »
  • Baptiste Giraud (politiste, Université Aix-Marseille, LEST), « L’enrôlement institutionnel des conseillers confédéraux de la CGT au début des années 2000 »
  • Aimé Relave (syndicaliste, administrateur honoraire de la CNAVTS), « La CGT et la mise en place des retraites complémentaires »
  • Karel Yon (sociologue, CERAPS), « Faut-il désinstitutionnaliser le syndicalisme ? Défense de l’institution syndicale »

16h15-17h30 Table-ronde organisée par la CGT : « Institutionnalisation du syndicalisme : quels enjeux aujourd’hui ? »

En présence de Catherine Perret (membre du Bureau confédéral CGT), Nasser Mansouri-Guilani (économiste, CGT), Fabien Gâche (CGT Renault), Julien Huck (Fnaf CGT) et d’un représentant de la Fédération CGT des cheminots.

Le programme

« Tant de capital, temps de travail ? » Colloque 14 et 15 mai 2018 (CSO, Sciences Po)

« Tant de capital, temps de travail ? Conflits, compromis et transactions autour du temps d’emploi »

14 et 15 mai 2018 (CSO, Sciences Po)

Vingt ans après les premières lois Aubry sur les 35 heures, le temps d’emploi reste l’objet de controverses et conflits récurrents. Comment évoluent les pratiques temporelles et les régulations des temps professionnels?

Nous organisons un colloque pour mettre à l’agenda scientifique ces questions. L’appel à communication est accessible ci-après : Appel à communication_Tant de capital, temps de travail. Les intentions sont attendues pour le 5 janvier.

N’hésitez pas également à faire circuler cet appel parmi vos collègues et au sein de votre centre de recherche. En vous remerciant pour l’intérêt que vous pourrez porter à cette manifestation.

Bien cordialement,

Pauline Grimaud (CSO, Sciences Po),  pour le comité d’organisation du colloque.

ODRS / ISST – Journée d’étude « Discriminer, « gérer », ou promouvoir le syndicalisme »

Journée organisée par l’Observatoire de la discrimination et de la répression syndicales (ODRS) en partenariat avec l’Institut des sciences sociales du travail (ISST) Université Paris I Panthéon Sorbonne, intitulée :Discriminer, « gérer », ou promouvoir le syndicalisme – La représentation des travailleurs à l’heure de la « démocratie sociale ».

Le programme

 

Les comités d’entreprise : effets et usages des nouveaux outils d’information consultation – Dares, 21 mars 2017

La Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) a le plaisir de vous convier à la présentation des résultats de l’étude

Les comités d’entreprise : effets et usages des nouveaux outils d’information consultation – Dares, 21 mars 2017

réalisée à la demande de la Dares par l’Ires, avec la collaboration de Syndex, Orseu et Groupe Alpha 

le 21 mars 2017, dans ses locaux (salle Marcel Henry)

au 39-43, Quai André Citroën- 75015 PARIS (métro 10 ou RER C JAVEL)

En réponse à l’appel à projet de recherche « Fonctionnement et activités des comités d’entreprise, entre évolutions institutionnelles et crise économique » lancé par la DARES en septembre 2014, l’Ires, en collaboration avec Syndex, Orseu et Groupe Alpha a étudié la manière dont représentants du personnel et directions des entreprises s’approprient et mettent en œuvre les nouvelles règles et les nouvelles thématiques d’information et de consultation du CE instaurées par la loi de sécurisation de l’emploi (LSE) en vigueur à partir de 2013. Basée sur quinze monographies de comités d’entreprise appartenant à treize entreprises représentant huit secteurs d’activité, l’étude dresse un bilan mitigé de leurs usages. Des informations parfois trop partielles de la part des directions, des instances représentatives du personnel dotées de moyens souvent insuffisants pour s’investir dans les questions économiques, sont autant d’obstacles qui contribuent à expliquer ce constat. La capacité des acteurs à mobiliser les nouveaux dispositifs d’information-consultation en matière économique reste en effet très inégale selon les contextes. De plus, ces nouveaux dispositifs n’ont pas toujours été considérés comme prioritaires par des directions et des élus qui, de surcroit dans un contexte de crise économique, ont eu à intégrer les réformes successives intervenues depuis la promulgation de la LSE, telles que la loi relative au dialogue social et à l’emploi (17 août 2015, dite loi Rebsamen), la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances (6 août 2015, dite loi Macron) ou la loi relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels (8 août 2016, dite loi El Khomri).         Enfin, des évolutions structurelles en matière de gouvernance des entreprises et des groupes pourraient rendre inopérantes des reformes qui visent à enrichir un dialogue social d’entreprise au plus près des salariés. La centralisation de plus en plus importante de la gouvernance des entreprises et des groupes  se traduit en effet par une centralisation des DRH et des IRP. Si cela accentue la « professionnalisation » des acteurs des deux côtés, ce processus risque d’éloigner les élus et les DS des salariés au détriment d’une plus grande participation de ces derniers.

Programme  

9h00 Accueil

9h30-9h40 Présentation (DARES)

9h40-10h00  Le CE entre logique d’information – consultation et logique de négociation, par Frédéric Lerais (IRES)

10h00-10h20  Transformation de la gouvernance des entreprises et centralisation des instances représentatives, par Kevin Guillas-Cavan (IRES) et Nicolas Farvaque (ORSEU)

10h20-10h40 Discutante : Sophie Béroud (Maître de conférences en science politique à l’université Lumière Lyon-2 – membre du laboratoire TRIANGLE UMR 5206)

10h40-11h00 Discussion avec la salle

11h00-11h10 Pause

11h10-11h30 Quelles ressources pour les élus des CE dans l’échange en matière d’information économique et sociale ? par  Marcus Kahmann (IRES) et Jean-Paul Raillard (SYNDEX)

11h30-11h50 Réalité et qualité de l’information-consultation des CE sur les orientations stratégiques de l’entreprise : ICOS, BDES, CICE, des nouveaux dispositifs et de nouvelles prérogatives pour quoi faire ? par Catherine Vincent (IRES) et Nicolas Fleury (Groupe ALPHA)

 11h50-12h10 Discutante : Elodie Béthoux (Maître de conférences en sociologie à l’ENS Paris-Saclay – Membre du laboratoire IDHES UMR 8533)

12h10-12h30 Discussion avec la salle  

  1. Baronian, Y. Lochard, C. Sauviat, U. Rehfeldt de l’Ires ; D. Messaoudi et A. Nouaillat de l’Orseu ; F. Martin, A. Rémond et N. Seguin du Centre Etudes et Prospective du Groupe Alpha ; D. Lorton, D. Fleury de Syndex ont également participé à la réalisation de cette étude.

 Compte tenu des mesures de sécurité et des limités des places disponibles merci de confirmer votre participation à : nicole.waldren@travail.gouv.fr

Programme_Etude_CE_21mars

La représentation syndicale des femmes. Enquêtes en France et en Grande-Bretagne – 12 décembre 2016

Cécile Guillaume soutiendra son HDR le 12 décembre 2016 à l’Université Paris Descartes (Faculté des Sciences Humaines et sociales-Sorbonne, 45 rue des Saints-Pères-Paris, Salle des thèses ) à 14H00 sur le thème :

« La représentation syndicale des femmes. Enquêtes en France et en Grande-Bretagne »

Le jury sera composé de :

  • Didier Demazière, Directeur de Recherche au CSO (Président)
  • Michel Lallement, Professeur au CNAM (Rapporteur)
  • Margaret Maruani, Directrice de Recherche au CERLIS (Garante)
  • Catherine Achin, Professeure à l’université Paris-Dauphine (Examinatrice)
  • Gill Kirton, Professeure à Queen Mary University (Examinatrice)

 

Cécile Guillaume

University of Roehampton

« Jeunes et syndicalisme en France et au Québec » – 16 décembre à l’Ires

La prochaine séance du séminaire du RT 18 aura lieu le vendredi 16 décembre à l’IRES sur la thématique « Jeunes et syndicalisme en France et au Québec ». 

Partant du constat d’un certain désintérêt des jeunes pour le syndicalisme, dans un contexte où le renouvellement générationnel des forces syndicales apparaît comme un enjeu de premier plan, cette séance de séminaire analysera les pratiques et les réflexions existantes autour de la syndicalisation des jeunes. L’objectif est d’étudier les ressorts de leur engagement et/ou désengagement, dans une démarche comparative France / Québec.

Cette séance de séminaire est ouverte à tous.

Le programme du seminaire_rt18_jeunes

Camille Dupuy
Maître de conférences en sociologie
DySoLa/Université de Rouen

seminaire-rt18-jeunes-1 seminaire-rt18-jeunes-2

 

 

 

Pratiques, usages et parcours militants dans les Comités dʼentreprise : 70 ans dʼexistence ET MAINTENANT ?

COLLOQUE PLURIDISCIPLINAIRE

15 et 16 novembre 2016 Le Rize Villeurbanne

Entrée libre et gratuite sous réserve de place disponible. Pour vous inscrire, merci de contacter sophie.beroud@univ-lyon2.fr

Ce colloque se déroule au RIZE, 23 rue Valentin Haüy – 69100 Villeurbanne

Le programme détaillé des deux journées, plan d’accès et informations utiles : programme-colloque-ce

Programme page 1

Programme page 2

Journalistes, des salariés comme les autres ? Représenter, participer, mobiliser

Alors qu’une crise économique menace leurs emplois, les journalistes doivent faire face à des mutations profondes de leur activité qui déstabilisent leurs entreprises à l’ère du numérique. Les effectifs des rédactions s’étiolent, au gré des achats et des ventes de titres. Dans cette situation périlleuse pour leur profession, les journalistes tentent de préserver leur autonomie d’écriture malgré la subordination qu’ils subissent au quotidien au sein d’entreprises soumises à des logiques actionnariales et gestionnaires.

Fruit d’une longue enquête au sein de plusieurs rédactions mobilisées contre les conséquences des restructurations et auprès des principales instances collectives, cet ouvrage démontre qu’au-delà de ses particularités, la profession de journaliste n’échappe pas à un cadre salarial certes protecteur mais également susceptible d’altérer son indépendance. Il analyse les différentes formes de représentation, de participation et de mobilisation des journalistes et met en lumière leurs capacités à peser sur les décisions engageant leur travail et son produit, l’information. En interrogeant cette profession singulière, cet ouvrage explore les possibilités de participation des travailleurs dans un système de démocratie industrielle.

Avec le concours du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) Laboratoire IDHES UMR 8533.

Camille Dupuy

Maître de conférences à l’université de Rouen. Chercheure en sociologie du travail au DySoLsa (université de Rouen) et à l’IDHES (ENS Cachan), ses travaux portent sur les relations professionnelles et la participation au travail.

Vous trouvez plus de précisions dans le fichier joint et sur le site des PUR :
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4222

Journalistes

 

Syndicalisme et relations professionnelles dans le secteur aérien

Syndicalisme et relations professionnelles dans le secteur aérien

 17 Octobre 2016, 9h30-16h00

Salle des Conseils (39.1),

CNAM, 2 rue Conté, Paris

Le secteur aérien est aujourd’hui un secteur clé du fonctionnement de nos sociétés et tout indique qu’il gagnera encore en importance dans les décennies à venir.

Or avec la libéralisation de l’espace aérien, intervenue à partir des années 1980, les compagnies dites classiques, qui se sont constituées à l’époque où chaque pays devait avoir sa compagnie nationale, sont soumises à une concurrence de plus en plus forte de la part notamment des compagnies low-cost. Ce nouveau contexte concurrentiel les a obligées à revoir leur modèle économique et social au prix d’importantes restructurations et de luttes sociales souvent longues et dures. Malgré ces résistances, les dynamiques à l’œuvre ont entrainé une dégradation des conditions d’emploi et de travail tant au niveau du personnel navigant de cabine – steward et hôtesse de l’air – que des pilotes. Ainsi, récemment, une compagnie norvégienne, immatriculée en Irlande, a embauché du personnel sous contrat thaïlandais via une filiale à Singapour pour assurer ses vols transatlantiques. Ces dégradations de la condition salariale vont de pair avec la réduction des espaces de négociation voire des politiques antisyndicales explicitement assumées. Dès lors, les compagnies aériennes, et plus largement l’ensemble du secteur aérien, s’avèrent des lieux d’observation particulièrement pertinents pour étudier les changements consécutifs aux déploiements des politiques néo-libérales sur les relations collectives de travail et ses acteurs.

Sur la base d’analyses de cas, menées dans différents pays européens, l’objectif de cette journée d’étude est de s’interroger sur l’évolution des relations professionnelles à l’œuvre dans le secteur aérien ainsi que sur ses principaux enjeux.

Programme

  • 9h30-9h50 Accueil et introduction de la journée par Louis-Marie Barnier, LEST-Aix-Marseille Université et Jean Vandewattyne, Université de Mons (UMONS)

 Première session : Regards croisés sur les reconfigurations du transport aérien 

  • 9h50-10h20 : La privatisation de la compagnie nationale Alitalia entre enjeux politiques et enjeux syndicaux, Roberta Corsi, Docteur en histoire, CIRTAI (Université du Havre)
  • 10h20-10h50 : Air France, vers un modèle nouveau modèle professionnel néolibéral ?, Louis-Marie Barnier, LEST-Aix-Marseille Université
  • 10h50-11h20 : Ryanair ou le triomphe du low cost, de la dégradation de la condition salariale et de l’antisyndicalisme, Jean Vandewattyne, Université de Mons (UMONS)
  • 11h20-12h00 : Discussion

Deuxième session : La négociation du travail et ses conditions

  • 13h30-14h00 : Définir, mesurer, compter. La négociation du temps de travail salarié dans une grande compagnie aérienne (2003-2016), Anne Lambert, Chargée de recherche, Ined Unité de recherche Mobilité, Logement, Entourage et  Démographie, Genre et Sociétés
  • 14h-14h30 : Le syndicalisme au sein d’un collectif de travail fragmenté : le cas des ouvriers de l’assistance en piste sous-traitée, Fabien Brugière, Docteur en sociologie, CRESPPA-GTM-CNRS
  • 14h30-15h00 : La CGT Roissy à l’épreuve de la libéralisation du transport aérien (1992-2016), Guillaume Trousset, Doctorant en histoire au Centre d’histoire sociale, Paris I.
  • 15h00-15h30 : Discussion
  • 15h30 : Conclusion et perspectives

 

Comité d’organisation :

Louis-Marie Barnier, LEST-Aix-Marseille Université (lmbarnier@wanadoo.fr)

Mara Bisignano, Université Paris Ouest Nanterre (mbisignano@u-paris10.fr)

Jean-Michel Denis, Université Paris Est Marne-la-Vallée (jean-michel.denis@u-pem.fr)

Jean Vandewattyne, Université de Mons (jean.vandewattyne@umons.ac.be)

 

 

Plan du Cnam

Programme syndicalisme et RP dans le secteur aérien-F