Portrait de jeune chercheur : Edine Gassert, « Le paritarisme à l’épreuve de l’évaluation dans le champ de la formation professionnelle continue »

Mis en avant

Votre thèse, réalisée au sein du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Lise) sous la direction de Fabienne Berton et Arnaud Mias, s’intitule « Le paritarisme à l’épreuve de l’évaluation. Genèse instrumentale, travail d’organisation et fragilité institutionnelle dans le champ de la formation professionnelle continue ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Ma recherche a porté sur la genèse et le développement d’une politique d’évaluation initiée par les confédérations syndicales et patronales dans le champ de la formation professionnelle continue, au lendemain de l’adoption de l’accord national interprofessionnel (ANI) du 7 janvier 2009.

Cette politique a débouché sur l’installation d’une instance d’évaluation, baptisée le Conseil National d’Évaluations de la Formation Professionnelle (CNEFP). La mission principale de ce CNEFP a consisté en la conduite régulière de travaux d’évaluation des politiques paritaires de la formation professionnelle. Ce conseil a été installé aux côtés de l’organe politique central des partenaires sociaux, le Comité Paritaire National pour la Formation Professionnelle (CPNFP), en charge de la définition et de la mise en œuvre des dispositions issues des accords collectifs nationaux et interprofessionnels. Pour mener leurs missions respectives, ces deux instances ont compté sur le soutien logistique et financier d’un organisme de gestion paritaire encadré par l’État, le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP). La création de ce fonds a constitué une innovation financière majeure de la réforme de 2009, en mutualisant et en redistribuant à grande échelle une fraction conséquente des fonds de la formation professionnelle, au profit de la qualification et la requalification des salariés faiblement qualifiés et des demandeurs d’emploi.

Continuer la lecture

Atelier de recherche : Des conflits confinés ? Travail et mobilisations collectives dans un monde pandémique – 2 juin 2022

L’équipe du séminaire sur les conflictualités au travail organise un atelier de recherche intitulé “Des conflits confinés ? Travail et mobilisations collectives dans un monde pandémique”, qui se tiendra le 2 juin au Cresppa-CSU, en salle 221 du site Pouchet du CNRS (59-61 rue Pouchet, 75017 Paris) et en visioconférence sur Zoom.

L’objectif de cette journée est d’ouvrir un moment de réflexion collective sur la manière dont la pandémie reconfigure la conflictualité au travail, à partir de travaux en cours de réalisation ou d’analyse. Dans cette optique, nous accueillerons des chercheur·euses qui ont enquêté pendant les moments forts de la pandémie pour tirer les leçons de cette conjoncture en ce qui concerne les mobilisations des salarié·es, les formes d’action syndicale et les conflictualités dans un sens large.

L’équipe d’organisation : Chloé Biaggi, Juan Sebastian Carbonell, Cyrine Gardes, Angelo Moro, Quentin Schnapper, Lucas Tranchant

Le programme complet de la journée :

Continuer la lecture

AAA – Représenter, revendiquer, dialoguer… : quelles transformations des relations professionnelles ?

La revue Les Mondes du travail lance un appel à articles pour son dossier numéro 30 qui paraîtra au printemps 2023.

L’appel à contribution pour ce dossier intitulé “Représenter, revendiquer, dialoguer… : quelles transformations des relations professionnelles ?” est en pièce jointe et accessible ici : https://lesmondesdutravail.net/representer-revendiquer-dialoguer-quelles-transformations-des-relations-professionnelles/

Les intentions sont attendues d’ici le 6 mai prochain et les articles le 15 octobre 2022, afin de laisser le temps aux auteurs.ices de préparer leurs articles s’appuyant sur une ou des enquêtes empiriques.

Sophie Béroud et Jérôme Pélisse sont les coordinateur.ice du dossier

JE Les collaborateurs des directions syndicales et patronales, 7 et 8 avril 2022

Le 7 et 8 avril prochain au Laboratoire d’économie et de sociologie du travail, à Aix-en-Provence, auront lieu deux journées d’étude intitulées « Les collaborateurs des directions syndicales et patronales. Contribution à une sociologie politique de la professionnalisation des mondes du travail militant ».

Présentation des journées d’étude :

Consacrées à l’étude des collaborateurs des directions syndicales et patronales, de leur profil, de leur rôle comme de leurs conditions au travail, ces journées d’études s’organisent autour d’un double objectif. Le premier est d’explorer ce qu’une entrée par les entourages des élites syndicales et patronales, encore peu explorée, peut apporter à la compréhension des dynamiques de leur professionnalisation et des modalités de production des politiques qu’elles mettent en œuvre. Dans le même temps, ce champ de recherche permet de prolonger à partir de nouveaux terrains d’enquête les questionnements développés par la sociologie du travail et des collaborateurs politiques sur la circulation des élites économiques et politiques, les modes d’organisation et de division du travail politique, et les dilemmes engendrés par le développement de l’emploi salarié dans les organisations militantes.

Vous trouverez ci-dessous le programme des journées :

Journée d’étude sur les pratiques du dialogue social – 8 mars

La 2e journée d”étude commune au RT 18 “Relations professionnelles” de l’Association Française de Sociologie et au GRT “Dialogue social” de l’Association francophone de Gestion des Ressources Humaines se tiendra le 8 mars prochain, en présentiel hybride, à la Maison des Sciences de l’Homme de Paris Nord.
 
Ces journées d’étude communes se donnent pour objectif de mettre en perspective et en discussion les outils théoriques, les questionnements et les méthodes à partir desquelles es sciences de gestion et la sociologie des relations professionnelles appréhendent le champ des acteurs et des pratiques du “dialogue social”.
 
Dans cette optique, cette journée d’étude est dédiée à la restitution de travaux de recherche consacrés l’analyse des pratiques managériales du dialogue social.
 
 
Le programme et les modalités d’inscription sont indiquées dans le document ci-dessous.

Portrait de jeune chercheuse : Chloé Biaggi, « Le travail de gestion des relations sociales. Pratiques, savoir-faire et carrières de cadres des ressources humaines »

Portrait Chloé BiaggiVotre thèse, réalisée au sein du Centre Maurice Halbwachs et du Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail sous la co-direction de Michel Offerlé et de Paul Bouffartigue, s’intitule « Quand les relations sociales sont un travail. Pratiques, savoir-faire et carrières de cadres des ressources humaines ». Qu’est-ce qui vous a intéressée dans ce sujet ?

Je m’intéresse, dans ma thèse, à la manière dont les cadres de direction des entreprises utilisent l’action syndicale et représentative, la contournent ou s’en accommodent, et gèrent les conflits au travail. Il s’agit d’une approche originale pour aborder la question des relations professionnelles : la majorité des études sur ce thème s’appuient plutôt sur des terrains centrés sur les syndicats. Je propose au contraire de remettre les acteur.e.s des directions d’entreprises au cœur de l’analyse. « Passer de l’autre côté du bureau » permet de renouveler le regard porté sur les dynamiques des relations professionnelles, tout en prolongeant la réflexion sur les formes de la domination patronale.

Continuer la lecture

AAC Emotions, épreuves, morale : une nouvelle cartographie pour l’analyse des relations professionnelles ? AISLF CR 25

Association internationale des sociologues de langue française Colloque inter congrès – Université de Mons, 23-25 mai 2022.

Appel à communications du CR25 Sociologie des relations professionnelles et du syndicalisme

Emotions, épreuves, morale : une nouvelle cartographie pour l’analyse des relations professionnelles ?

La thématique générale du congrès de l’AISLF en 2020 était celle de la société morale. Selon l’argumentaire avancé, cette « configuration morale » toucherait la société dans son ensemble, et marquerait l’acteur social, devenu individu, dans tous les registres de sa vie sociale. Elle concernerait donc le travail, les rapports que l’acteur entretiendrait avec lui et ceux qui en font un enjeu au sein des relations professionnelles. Au point de se demander, comme nous l’avons fait dans l’appel propre au CR25 en 2020, si ces dernières sont également affaire de morale. La réponse à cette question n’est pas si évidente qu’il n’y paraît. D’un côté, comme nous l’écrivions lors du lancement de cet appel, on peut être surpris par cette prise de conscience récente. Sans remonter aux pères fondateurs pour qui les faits sociaux ont toujours eu « une structure normative et morale » (Pharo, 2006), les sociologues du travail ont le plus souvent considéré que la division sociale du travail comportait également une dimension morale – au sens où les principes de différenciation et d’évaluation qu’elle intègre s’appuient également sur des critères de légitimité et de respectabilité. Et parmi eux-elles, les sociologues des relations professionnelles s’intéressent de longue date aux valeurs et aux dimensions normatives que les acteurs, individuels et collectifs, accordent à leur travail et qui modèlent leurs rapports respectifs. Mais d’un autre côté, la transformation du travail et des régimes d’emploi semble avoir bouleversé en profondeur la nature et le contenu de ces enjeux normatifs. De fait, l’expérience au/du travail, et les revendications sociales qui lui sont liées, n’empruntent-elles pas davantage aujourd’hui au registre moral et ne s’expriment-elles pas sur un mode singulier, ne serait-ce que parce que les nouvelles formes de travail donnent une importance accrue au rapport subjectif à ce dernier ?

Continuer la lecture

Journée d’étude RT18 – 18 janvier 2022 – Transformations du droit et des pratiques de négociation en entreprises (Campus Jourdan)

Les transformations du cadre normatif et législatif qui modèle de façon concrète l’espace et les modalités d’intervention des acteurs des relations professionnelles ont été nombreuses ces der-nières années, que l’on pense à celles induites par la loi dite Travail de 2016 ou les ordonnances dites Macron de 2017 par exemple. L’accumulation des lois – dont certaines ont été très contro-versées – rend difficile leur suivi et leur appropriation par les acteurs de la négociation. Cette journée d’étude se donne pour ambition de rendre compte de cette appropriation et de ce que ces transformations font aux pratiques des acteurs en entreprise. Pour cela, les terrains conduits dans le cadre des post-enquêtes à l’enquête REPONSE (DARES), conduites à l’issue de la mise en place de ces nouvelles règles, ont été des moments privilégiés pour saisir comment les trans-formations du droit agissent sur les pratiques de négociations en entreprise. Cinq équipes vien-nent nous présenter comment leurs travaux éclairent les effets d’une (ou une série de) réfor-me(s).

9h30. Accueil des participant.es (café)

10h. Introduction de la journée
Juan Sebastian Carbonell (Gerpisa, ENS Paris-Saclay, IDHES) & Camille Dupuy (U. Rouen Normandie, DySoLab et CEET)

10h15-12h15. Réformes du droit du travail et articulation des négociations
· Noélie Delahaie (IRES) & Anne Fretel (U. Paris 8, LED) : « Quelle articulation entre né-gociations de branche et d’entreprise après les Ordonnances de 2017 ? »
· Claude Didry (ENS, CMH) & Denis Giordano (ENS, CMH) : « Ouverture et permanence de la négociation collective dans un contexte de réforme. La négociation d’entreprise entre groupe, société et établissement ».

12h30-13h30. Déjeuner (buffet sur place)

13h30-16h30. Réformes du droit du travail, reconfigurations des acteurs et évolution des pratiques
· Nadine Thévenot (U. Paris 1, CES) et Julie Valentin (U. Paris 1, CES) : « Éclatement des communautés de travail et représentation collective: les enseignements des post-enquêtes à l’enquête REPONSE »
· Baptiste Giraud (U. AMU, LEST) & Camille Signoretto (U. de Paris, Ladyss) : « La négo-ciation collective d’entreprise au fil des réformes institutionnelles : nouvelles opportuni-tés pour de nouveaux compromis sociaux ? »
· Amandine Michelon (Sciences Po, CSO): « Quelle mise à l’épreuve des CSE en période de crise sanitaire ? »

Informations pratiques
Lieu
Amphithéâtre Jourdan (RDC)
École Normale Supérieure – Campus Jourdan
48, Boulevard Jourdan
75014 Paris

L’accès à la journée d’études se fait sans inscription. Elle est toutefois conditionnée à la présentation du pass sanitaire.

Contacts
Juan Sebastian Carbonell (juan.carbonell_yanez@ens-paris-saclay.fr)
Camille Dupuy (camille.dupuy@univ-rouen.fr)

 

15/12 : Séminaire du Symett, Chloé Biaggi présente sa thèse

Chloé Biaggi présente sa thèse « Quand les “relations sociales” sont un travail. Pratiques, savoir-faire et carrières de cadres des ressources humaines »

15 décembre : 14h00 – 16h00, salle à confirmer

  • Chloé Biaggi est docteure en sociologie politique au Centre Maurice Halbwachs (CMH).
    Ses thèmes de recherche sont : la sociologie des cadres dirigeants et des consultants, les relations professionnelles (négociation collective, instances représentatives du personnel), la gestion des ressources humaines et des relations sociales et la sociologie du syndicalisme et des conflits au travail.

Séminaire Travail, relations professionnelles & mobilisations – Programme 2021-2022

LE TRAVAIL SALARIÉ DANS LES ORGANISATIONS MILITANTES

Décloisonner les objets, croiser les questionnements

  • Les permanents de partis politiques

Séance 1 – Lundi 15 novembre 2021, (10h)

Philippe Aldrin, Sciences Po Aix – MESHOPOLIS 

Autour de ses travaux sur les salariés du Parti socialiste. 

 
  • Le travail des salariés des organisations syndicales 

Séance 2 – Lundi 6 décembre 2021, (13h30)

Olivier Fillieule, Université de Lausanne 

Autour de l’ouvrage collectif qu’il a codirigé sur les salariés des syndicats suisses. 

 

Continuer la lecture

Colloque : La contribution de l’Institut des Sciences Sociales du Travail à la construction d’une université ouverte

LA CONTRIBUTION DE L’INSTITUT DES SCIENCES SOCIALES DU TRAVAIL A LA CONSTRUCTION D’UNE UNIVERSITE OUVERTE

Colloque organisé dans le cadre du jubilé de l’Université Paris 1, Panthéon-
Sorbonne et des soixante-dix ans de la création de l’I.S.S.T.

Vendredi 3 décembre 2021
Université Paris1, Panthéon-Sorbonne

Lieu : ISST (salle Marcel DAVID), 16 Bd Carnot, 92 340 BOURG-LA-REINE

(RER B, station Bourg-la-Reine)

Continuer la lecture

AAC Revue Négociations : Quand le digital s’invite dans le monde du travail : quel ordre négocié ?

Appel à contributions (date de clôture : 15 février 2022)

La centralité grandissante des technologies digitales dans le monde du travail n’a pas manqué d’interpeler les chercheurs et chercheuses en sciences sociales qui y ont consacré une littérature foisonnante ces dernières années. Le temps des spéculations pour savoir s’il faut se réjouir ou s’inquiéter de cette évolution semble désormais dépassé et, avec lui, la polarisation excessive du débat académique. Les discours apologétiques (plus grande liberté au travail, fin des discriminations, des organisations plus performantes…), comme les discours catastrophistes (appauvrissement, voire disparition, du travail, contournement des régulations sociales…), qui ont en commun un penchant pour le déterminisme technologique dès lors qu’ils négligent l’analyse des conditions de ces prédictions, ont laissé la place à une analyse plus nuancée et plus sensible aux effets différenciés des technologies digitales. Leurs effets sur la relation d’emploi ne sont, en effet, ni bons ni mauvais par nature mais dépendent de la manière dont elles seront régulées.

Continuer la lecture

AAC : Syndicats et patronats face à l’action publique : des « groupes d’intérêt » comme les autres ?

16ème Congrès de l’AFSP (Lille, 5-7 juillet 2022)

ST 42

Syndicats et patronats face à l’action publique : des « groupes d’intérêt » comme les autres ?

Trade unions and employers’ organizations facing public action: are they “interest groups” like any others?

Responsables scientifiques :

  • Yolaine Gassier, Université Lyon 2, LEST-MESOPOLHIS, yolaine.gassier [ at ] univ-lyon2.fr
  • Guillaume Gourgues, Université Lyon 2, TRIANGLE, guillaume.gourgues [ at ] univ-lyon2.fr

Le rôle des groupes d’intérêt dans la production de l’action publique constitue une question classique de la science politique. Elle a pourtant rarement été étudiée sous l’angle de la place particulière qu’y occupent les syndicats de salariés et patronaux, et ce malgré les spécificités qui peuvent les distinguer d’autres groupes organisés, comme le poids du cadre législatif sur le niveau de leurs ressources. Si ces spécificités sont peu traitées par les spécialistes de l’action publique, la sociologie des relations professionnelles, en miroir, se désintéresse bien souvent de leur action en dehors des entreprises ou des branches. Les recherches vont alors se concentrer sur des dimensions ciblées, et peu liées entre elles, de leur place dans l’action publique : la perte d’influence des syndicats de salariés sur la définition de l’action publique qui accompagne leur fragilisation dans l’espace des relations professionnelles, ou au contraire la capacité des « milieux d’affaire » à façonner les politiques publiques qui les concernent. 

Continuer la lecture