Revue Savoir/agir – « Syndicalisme et politique »

Cher-es collègues,
Pour information, la dernière livraison de la revue savoir/agir porte sur les liens entre « syndicalisme et politique », que nous avons coordonnée avec Karel Yon. Le numéro est d’ores et déjà disponible sur cairn: https://www.cairn.info/revue-savoir-agir-2018-3.htm. Vous pouvez le commander également sur le site de l’éditeur ou en librairie (10 euros) : http://www.editions-croquant.org/

Le 13 novembre 2018 à 17h30 au Cnam (Paris 3e) : Présentation de l’étude VALOSYND – Reconnaitre et valoriser l’expérience militante : un enjeu au cœur du nouveau modèle de relations sociales ?

D’ici au 1er janvier 2020, un.e représentant.e du personnel sur trois va perdre son mandat dans le cadre de la mise en place du Conseil Social et Économique (CSE).

Ce bouleversement sans précédent a propulsé la thématique de la reconnaissance et de la valorisation des parcours militants au premier rang des urgences sociales. Derrière la question essentielle des transitions post-mandats, c’est tout un modèle de relations sociales qui est en jeu.

L’étude VALOSYND a suivi, sur plus d’une année, tous les acteurs concernés : militant.e.s de terrain et responsables syndicaux, branches et entreprises pionnières, expert.e.s du social et cabinets RH, universités et organismes de formation…

De nombreuses questions ont été abordées : en premier lieu, faut-il valoriser les compétences syndicales – et qu’est-ce que serait une compétence « syndicale » ? Quels dispositifs, moyens et acteurs de cette reconnaissance ? Pour quels usages et enfin, avec quels enjeux et conséquences pour la représentation collective des travailleurs.euses et l’engagement militant ?

Les auteur.e.s :

  • Emmanuelle Chabbert, conseil en mobilité professionnelle, spécialiste de la prospective des métiers et des qualifications
  • Frédéric Rey, maître de conférences en sociologie des relations professionnelles, Cnam, Lise-CNRS

La dérogation, le droit et le travail (19ième-21ième siècle) – Journée d’étude organisée par le CHATEFP – 21 septembre 2018, Ministère du travail, Tour Mirabeau, Paris

Inscription gratuite et obligatoire : Comite.histoire@travail.gouv.fr

Dans le cadre des activités initiées par la Commission scientifique du CHATEFP, une journée d’étude autour d’une notion – la dérogation – est organisée le 21 septembre 2018. Objet de vives controverses récemment, notamment en lien avec la loi Travail et la contestation dont elle a fait l’objet en 2016, un éclairage historique vise à mieux comprendre les tensions, mais aussi les principes, mécanismes, pratiques et jugements auxquels donnait et donne lieu la notion de dérogation en droit du travail. Partant de l’intérêt de croiser perspectives historiques, juridiques, sociologiques, politiques, voire économiques, cette journée entend initier des réflexions sur les fondements juridiques mais aussi les significations, les justifications et les usages de la dérogation en droit du travail, en les replaçant dans leurs contextes historiques.

La dérogation apparaît en effet comme une technique aussi ancienne que le droit du travail ou presque : dès la loi du 18 novembre 1814, quand la monarchie instaure le repos obligatoire les dimanches et les jours fériés, de nombreuses exceptions sont prévues. Les lois sur le temps de travail en particulier ménageront systématiquement une place à la dérogation, la loi de 1919 sur les 8h en étant un exemple particulièrement probant. Une nouvelle technique de dérogation semble d’ailleurs s’inventer dans ce domaine en 1982, en permettant aux acteurs de branche (puis d’entreprise) de déroger eux-mêmes sous conditions d’accords collectifs à certaines dispositions législatives. Pourquoi les législateurs ont-ils inventé cet outil juridique ? Comment a-t-il été conçu, a-t-il évolué, en droit ? Comment les juges ont-ils fait avec cette notion, et a-t-elle été contestée (sur son principe ou à propos de telle ou telle manière de l’appliquer) ? Quels usages, enfin, de la dérogation, du point de vue des pouvoirs publics et des législateurs qui la prévoient autant que des acteurs à qui elle s’adresse ? Sa présence dans les textes réglementaires ne garantit en effet en rien sa mobilisation par les acteurs patronaux et syndicaux, comme le montre, à l’autre bout de la période, dans les années 2000, l’absence quasi totale d’usages de la dérogation dans les accords de branche qui devaient la prévoir, telle que le permettait la loi Fillon de 2004. En remontant du 19ièmesiècle jusqu’aux débats récents qui ont entouré l’article 2 du projet de la loi Travail en 2016 ou les ordonnances Macron en 2017 et en proposant d’examiner les significations, les usages et les controverses auxquels la dérogation a donné lieu, c’est ainsi un retour sociohistorique sur une notion et un outil juridique qui pourront être explorés dans cette journée d’étude.

Comité d’organisation : Patrick FRIDENSON (directeur d’étude émérite , EHESS) ; Agnès JEANNET, présidente du CHATEFP ; Jean-Pierre LE CROM (directeur de recherche CNRS, Université de Nantes) ; Laure  MACHU (maîtresse de conférences en histoire, Université Paris Nanterre) ; Catherine  OMNES  (professeure d’histoire émérite, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines) ; Jérôme PELISSE (professeur de sociologie, Sciences Po Paris, coordinateur de la journée) ; Cyril WOLMARK (Professeur de droit, Université Paris Nanterre)

Programme :

9h-9h10 : accueil

9h10-9h30 : Introduction de la journée : Yves Struillou (directeur général du travail, Ministère du travail)

9h30-10h45 :Fabriquer les dérogations  – présidence : Agnès Jeannet ; discutant : Patrick Fridenson

Le Comité des Houillères (1901-1913) et les dérogations, significations et usages – Aurélie Philippe (doctorante en histoire, Université Paris 13)

L’Etat et la dérogation : l’application de la loi sur la journée de huit heures – Laure Machu (Maîtresse de conférences en histoire, Université Paris Nanterre)

10h45-11h : pause

11h-12h15 : Interpréter les dérogations– présidence : Agnès Jeannet ; discutant : Patrick Fridenson

Droit, non droit et dérogation dans le cinéma français – Samuel Zarka (doctorant en sociologie, CNAM)

Parler de dérogation a-t-il encore un sens ?– Alexandre Fabre (professeur de droit, Université d’Artois)

12h15-13h45 : repas (sur place)

13h45 – 15h30 : Quand la dérogation devient la règle – présidence : Catherine Omnès ; discutant : Jean-Pierre Le Crom

De la délégation unique du personnel (DUP) au comité social et économique (CSE) : quand la dérogation devient la règle –Mathilde Caron (MCF en Droit privé, Université de Lille)

La règle et la gestion. Contextes et usages de la dérogation des 12 heures de travail à l’hôpital public –Fanny Vincent (postdoctorante en sociologie, CREAPT – CEET/CNAM)

D’une pratique d’entreprise à un droit à dérogation : le cas des avenants temporaires des contrats à temps partiel –Dominique Roux-Rossi (professeure de droit, CNAM)

15h30-15h45 : pause

15h45 – 16h45 : Controverse : la dérogation dans les réformes récentes – débat animé par Jérôme Pélisse

Débat avec Annette Jobert (directrice de recherche CNRS émérite, IDHES, membre de la Commission Combrexelles en 2015) et Cyril Wolmark (professeur de droit, Université Paris Nanterre)

16h45-17h : Synthèse et fin de la journée– Jérôme Pélisse

Rappel :

L’appel à communication proposait d’interroger aussi bien les origines et les significations de la notion de dérogation en droit du travail, que les fonctions qu’elle peut recouvrir ou les usages auxquels elle a donné lieu (1). Une attention particulière pourra être portée aux acteurs qui l’instaurent, s’en saisissent, la manipulent ou la critiquent (2), ainsi qu’à certains domaines dans lesquels la dérogation a été manifestement un principe de gouvernement et pas qu’une exception singulière (3) et à  certains moments historiques, où elle a été plus particulièrement employée (4).

  • Déroger en droit du travail : une notion plurielle ?

La notion de dérogation en droit (du travail) n’a en effet rien d’évident. Elle s’institue bien souvent en même temps que l’énoncé de la norme de droit, signifiant une forme de résistance du réel face à la généralité, l’abstraction et l’universalité qui caractérisent la règle de droit (Jeammaud, 1990). Prévue sous la forme d’exceptions – temporelles (on laisse un délai avant que la norme ne s’applique pleinement), géographiques (tel ou tel territoire), professionnelles (telles ou telles activités ou secteurs), statutaires (telles ou telles catégories de travailleurs ou travailleuses), etc. -, la dérogation affirme en même temps une norme et aménage son exécution et sa portée. Elle peut signifier des choses contraires : constituer un moyen de ne pas appliquer la loi ou le décret ; ou se concevoir comme un moyen de faire en sorte que la loi soit appliquée dans le maximum de cas, tout en reconnaissant qu’il y a des endroits où elle ne le peut pas. Principe de contournement ou principe de réalité, les objectifs de la dérogation peuvent être pluriels, cette ambivalence pouvant même cohabiter dans une même loi qui institue des espaces pour qu’on déroge à elle-même, ou à d’autres lois. Sans repartir d’une conception du droit du travail qui en fait, dans sa totalité, une exception au droit civil (Supiot, 1994) et en restant dans le domaine des relations de travail (tout en intégrant de ce point de vue les relations de travail au sein des fonctions publiques ou des entreprises à statut), quels objectifs visent les dérogations ? Quelles fonctions sont recherchées et quels usages s’associent à cet outil juridique qui prévoit, explicitement ou implicitement, de déroger aux règles communes, aux normes générales, aux principes qui ordonnent les règles du travail ? L’interrogation sur ce plan, tout en s’ancrant dans la recherche juridique, vise à ne pas s’y cantonner. Elle pourra donner lieu à des travaux sur les raisons et les justifications (juridiques, économiques, sociologiques, etc.) qu’emploient les légistes et les producteurs de règles quand ils prévoient des dérogations ; sur les processus (lobbying, argumentations, controverses par exemples) et les décisions (juridiques, politiques) qui aboutissent à ces décisions ; sur les formes concrètes et matérielles (articles dans des lois, décrets, circulaires, accords de branche ou d’entreprise, etc.), voire stylistiques (tournures) que prennent ces dérogations.

  • Qui déroge et comment déroge-t-on ?

Un deuxième axe de réflexion porte sur les acteurs qui produisent, utilisent, se réfèrent, contestent la dérogation et sur les formes que prennent ces dérogations. Est-ce l’Etat qui institue ces dérogations, et derrière lui la multitude d’acteurs qui peuvent l’incarner, du chef du gouvernement à l’inspecteur du travail en charge de faire respecter le Code du travail, en passant par les hauts-fonctionnaires, les parlementaires, etc. ? Quels acteurs ont imaginé cette technique juridique originale : juristes, parlementaires, acteurs de la nébuleuse réformatrice identifiée par C. Topalov au début du 20ièmesiècle ; patronat et organisations patronales au lendemain de la première guerre mondiale qui altèrent le principe d’obligation par le versement d’une pénalité compensatrice (quota d’invalides, formation des apprentis), ou hauts-fonctionnaires et chargés d’études travaillant au Plan dans les années 1970 ? Les origines de ces dérogations s’ancrent-elles dans des réflexions sinon des institutions internationales ? Au-delà du droit national, quid des dérogations dans les directives ou les textes normatifs européens ? Enfin, pour quels acteurs autorise-t-on ces dérogations : chefs d’entreprise uniquement, ou l’Etat les institue-t-il pour ses propres fonctionnaires, dans une dynamique de « passe-droit » qui peuvent s’associer à des « passes » du droit (que pourrait justement représenter la dérogation), pour reprendre des notions avancées par P. Le Bouhris et P. Lascoumes (1996) et utilisées par Pélisse (2005) ? Si les décrets d’application des lois de 1936, puis les décrets lois de 1938,ont instauré de multiples dérogations issues des négociations qui ont précédé l’édiction de ces textes réglementaires pris branche par branche en matière de temps de travail et de conventions collectives, c’est bien l’autorité étatique qui avait édictées  ou permises ces adaptations, contournements, ajustements. Cette autorité elle-même est d’ailleurs à déconstruire ou préciser : ainsi, dans le cadre de la loi de 1919 par exemple, ce sont des règlements d’administration publique, établis en Conseil d’Etat, qui précisent les modalités d’application de la loi branche par branche et les dérogations éventuelles. Et si le Conseil d’Etat est tenu de se référer aux conventions ou aux accords, il peut ne pas en reproduire le contenu, le contrôle qu’il assure ainsi étant ce qui permet le vote de la loi par le Sénat, alors que celui-ci modifie dans un sens très libéral la loi de 1919 (Rudishhauser, 2017). A l’autre bout de l’échelle, cette autorité comprend aussi les inspecteurs du travail, dont on pourra interroger les pratiques en la matière. Quelles réponses apportent-t-ils aux sollicitations des chefs d’entreprise dont ils sont l’objet, notamment en matière d’heures supplémentaires ? Plus largement, à qui la dérogation est accordée et quels sont les usages et les pratiques du point de vue de celui à qui la dérogation est attribuée autant que du point de vue de celui qui l’accorde ?

Pour autant, le mécanisme instauré en 1982 dans le cadre des lois Auroux semble avoir modifié le sens des dérogations jusqu’ici instaurées dans les lois : elles autorisent en effet, dans des conditions initialement très préciseset strictes (qui se sont considérablement étendues et assouplies ensuite jusqu’à aujourd’hui) les acteurs eux-mêmes à prévoir ces dérogations, sous conditions d’accord collectif. C’est ici la forme que prennent ces dérogations qui évolue et doit être interrogée. La loi Travail de 2016 ne constitue-t-elle pas de ce point de vue moins une révolution que l’aboutissement d’une logique d’extension des dérogations, dont la multiplication, en complexifiant à l’excès le Code du travail avait déjà réalisé pour une part l’inversion de la hiérarchie des normes, déjà prévue dans la loi Fillon de 2004 en réalité, et qu’elle facilite et remet sur le devant de la scène ? C’est alors non seulement qui déroge (l’Etat, les juges, les employeurs, les négociateurs patronaux et syndicaux dans les branches ou les entreprises), comment et sous quelles formes, mais aussi à quoi déroge-t-on sur lequel il faut interroger.

  • A quoi déroge-t-on ?

Un troisième ensemble de questions porte sur le domaine de ces dérogations en droit du travail. Le temps de travail a, depuis les origines et très régulièrement, été le domaine majeur dans lequel des dérogations ont été prises ou autorisées. Mais il n’est pas le seul et recenser les autres domaines (salaires ; cotisations sociales pour certaines catégories de salariés – jeunes, handicapés, etc. ; formation professionnelle ; sécurité et santé au travail ; etc.) et d’autres logiques (selon la taille des entreprises, les branches selon leurs secteurs d’activité, etc.) permettra d’étudier si les mécanismes, les fonctions, les usages de la dérogation y ont le même sens ou pas. Le principe même de la dérogation s’y joue-t-il de manière identique ? Les enjeux qu’elle recouvre sont-ils similaires ? Comment se concilient ces dérogations et les principes généraux du droit ? Le mouvement de « re-féodalisation » qu’analyse A. Supiot (2000) en la matière est-il pertinent, circonscrit, en extension ? Comment y participent les dérogations ?

  • Périodisations possibles et contextualisations nécessaires

Une dernière dimension sera abordée par les communications quant aux contextes historiques (mais aussi économiques, sociaux, politiques) dans lesquels prennent places ces dérogations : à quels moments se développent-elles (ou pas) ? Dans quels contextes sont-elles inventées et utilisées (ou non) ? Des périodisations peuvent-elles proposées, tant du côté d’une analyse proprement juridique des processus d’extension (ou de reflux) des dérogations, que des enjeux qu’ils soulèvent dans telle ou telle période, ou en lien avec un tel ou tel événement ? Les périodes de guerre par exemple (la première comme la seconde) sont ainsi sans doute des contextes qui colorent le sens et les visées qui président à l’adoption de dérogations, tout comme les moments de crises économiques, dans les moments où elles se déclenchent et avec les contraintes qu’elles imposent alors, ou lors de leur extension dans la durée qui signale le basculement de régimes de production (fordiste et reposant sur l’industrie) à d’autres (mondialisés et tertiarisés) par exemple. De ce point de vue, la révolution numérique et les transformations des activités et rapports de travail en cours, si annoncées, augurent-elles un déplacement des épreuves, des outils et des cadres juridiques promus par certains et critiqués par d’autres au profit d’une extension de la logique de dérogation que pourrait symboliser la loi El Khomry et les projets annoncés par le nouveau président de la République ?

Références

Boquillon F., 1999, La dérogationen droit du travail, Thèse de droit, Université Strasbourg III.

Fridenson P., 2004, « La multiplicité des processus de réduction de la durée du travail de 1814 à 1932 : négociations, luttes, textes et pratiques », in Fridenson P. et Reynaud B., La France et le temps de travail, 1814-2004, Odile Jacob.

Jeammaud A., 1990, La règle de droit comme modèle, Chronique Dalloz

Le Bouhris et P. Lascoumes, 1996, « Des passe-droits aux passes du droit. La mise en œuvre sociojuridique de l’action publique », Droit et sociétén°32 (1), 51-73.

Mériaux O., Kerbourc’h J.Y, Seiler C., 2008, « Evaluation de la loi du 4 mai 2004 sur la négociation d’accords dérogatoires dans les entreprises », Document d’Etude DARESn°140, 58 p.

Pélisse J., 2005, « Experts et faussaires du temps de travail ? Les avocats et les 35h », Revue européenne d’Histoire et sociétén°16.

Renaud S., 2007, Droit civil des contrats et droit du contrat de travail : Contribution à l’étude de la dérogation au droit commun, Thèse de droit, Université Paris 2

Rudishhauser S., 2017, « From the 8-Hour Day to the 40-Hour Week: Legitimization Discourses of Labour Legislation between the Wars in France and Belgium », Politics and Governance, vol.5 (1), 6-14.

Supiot A., 1994, Critique du droit du travail, Paris, PUF.

Supiot A., 2001, « La contractualisation de la société », Courrier de l’environnement de l’INRAn°43, 51-58.

 

Journée d’étude jeudi 20 septembre 2018 de 10 h à 17 h 30, à l’Ires, Noisy-le Grand (RER A) – Les jeunes, le travail et l’engagement

Les jeunes ont subi de plein fouet la crise économique depuis 2008 et sont particulièrement touchés par le chômage et les précarités. Qu’ils soient étudiants, salariés, « faux indépendants » ou naviguant entre ces différents statuts, ils et elles ont été au cœur des nombreuses mobilisations contre l’austérité des dernières années. Si les questions du travail et de l’insécurité sociale sont redevenues centrales dans les mouvements sociaux, les syndicats sont loin d’apparaître comme la seule médiation pour les porter, certains allant même jusqu’à parler d’un « alter-activisme » se développant contre les formes traditionnelles d’action collective, ou à côté d’elles. Des mobilisations récentes comme celles des livreurs à vélo oscillent entre le recours syndical et l’affirmation autonome, faisant écho à d’autres phénomènes passés (coordinations, collectifs d’emplois-jeunes…). Lors des mobilisations de 2016 en France, certains secteurs protestataires ont remis au goût du jour l’idée que le problème était peut-être moins la loi (travail) que le travail lui-même.

Plutôt que de reproduire les habituels débats sur les oppositions entre « anciens » et « nouveaux » (militantismes, mouvements sociaux…), cette journée d’études vise à documenter empiriquement des expériences concrètes de mobilisations des jeunes autour de la question du travail. En croisant la sociologie du travail et des relations professionnelles avec celle des mouvements sociaux, il s’agit de réfléchir concrètement à la façon dont les nouvelles générations redéfinissent sur le tas l’expérience du travail et les revendications qui vont avec, en s’appropriant des catégories anciennes ou en en inventant de nouvelles, en investissant les organisations existantes ou en créant d’autres cadres.

En quoi l’expérience générationnelle façonne-t-elle les représentations du travail ? Sous quelles conditions les jeunes salariés s’engagent-ils aujourd’hui encore dans les syndicats ? Quelle place trouvent-ils au sein de ces organisations ? Qu’en est-il des formes de mobilisation « para-syndicales » ? Quelles relations celles-ci entretiennent-elles avec les syndicats ? Comment les jeunes salariés s’approprient-ils plus largement les ressources juridiques du droit du travail, des institutions représentatives du personnel aux prud’hommes, pour faire valoir leurs intérêts ? Quelles ressources, quels cadres d’action collective « bricolent » les jeunes qui se retrouvent en situation de travail sans avoir pour autant le statut de salarié ? Hors des lieux de travail, dans les occupations de places comme Nuit debout ou dans les organisations politiques et associatives, quelle place les jeunes accordent-ils à la question du travail ? Les notions de « précaire » ou de « précariat » offrent-elles aujourd’hui des identités collectives de substitution à celle de travailleur, et comment s’articulent-elles à l’expérience générationnelle ? Plus largement, les trajectoires d’engagement des jeunes militants traduisent-elles de nouveaux modes d’articulation entre les identités (professionnelle ou de classe, de genre, de race, etc.) ?

Programme :

10h-10h30 Introduction Karel Yon (CERAPS, Université de Lille/CNRS)

10h30-12h30 Mutations du travail et du rapport au travail ?

  • « Jeunes travailleuses et travailleurs de la production engagée : articuler activité professionnelle et convictions », Diane Rodet (CMW, Université Lumière Lyon 2)
  • « Des expériences aux exigences : le travail et l’engagement citoyen de “jeunes” participants à Nuit debout », Alexandra Bidet (CMH, CNRS), Carole Gayet-Viaud (CESDIP, CNRS)
  • « Rapports (critiques) au travail et mobilisations de livreurs à vélo »,
    Chloé Lebas (CERAPS, Université de Lille)

Discussion : Camille Dupuy (DySoLab, Université de Rouen, CEET)

14h-15h45 Les ressorts de la (non) mobilisation syndicale

  • « Devenir syndicaliste dans la sous-traitance automobile »,
    Juan Sebastian Carbonell (CMH, ENS),
  • « Caractériser l’absence de recours aux représentants du personnel, aux syndicats et à la grève : la distance de jeunes salariés vis-à-vis des “voies du collectif” », Camille Trémeau (CENS, Université de Nantes)

Discussion : Marcus Kahmann (IRES)

16h-17h30 Table-ronde : quels défis pour le mouvement syndical ?

  • Avec des représentants d’organisations de jeunes et de syndicats

Animation : Sophie Béroud (Triangle, Université Lyon 2)

Participation libre, sur inscription à contact@ires.fr ou 01 48 15 18 90
Se rendre sur place :

IRES Institut de Recherches Economiques et Sociales

16, boulevard du Mont d’Est

93160 Noisy-le-Grand – 9ème étage

RER A : arrêt Noisy le Grand – Mont d’Est

Autoroute A4 : sortie Noisy le Grand – Mont d’Est

Contacter les organisateur.trice.s :

sophie.beroud@univ-lyon2.fr
camille.dupuy@univ-rouen.fr
marcus.kahmann@ires.fr
ynkarel@yahoo.fr

 Jeunes_JE_IRES_20180920_Programme

Viens de paraitre : Sociologie politique du syndicalisme

SOCIOLOGIE POLITIQUE DU SYNDICALISME

« Comment expliquer le morcellement du syndicalisme français ? Pourquoi si peu de salariés adhèrent aux syndicats ?
Tous les syndicalistes sont-ils des professionnels du dialogue social coupés de leur base ? Pour répondre à ces questions classiques dans les controverses politico-médiatiques, ce manuel propose une synthèse des travaux récents conduits dans les champs de la sociologie et de la science politique autour de l’analyse des organisations syndicales, de leurs adhérents et de leurs pratiques. Il fait le pari que les outils de la sociologie politique permettent une analyse plus fine du phénomène syndical. En abordant des questions telles que les dynamiques de l’engagement militant, les ambivalences du processus d’institutionnalisation ou bien encore les modalités du travail de représentation, cet ouvrage développe des questions qui intéresseront tous les étudiants en sociologie et science politique mais aussi toutes celles et ceux désireux de dépasser les schématismes et de comprendre les spécificités du syndicalisme en France. » (source : site de l’éditeur)

Jeunes et mouvement syndical. Trajectoires d’engagements et stratégies organisationnelles

Jeunes et mouvement syndical. Trajectoires d'engagements et stratégies organisationnelles

La syndicalisation des jeunes salariés constitue un défi central pour l’ensemble des organisations syndicales qui sont confrontées à une tendance lourde, celle du vieillissement de leurs effectifs en raison notamment du poids des générations engagées dans les années 1960 et 1970. C’est un défi qui concerne aussi bien les confédérations « historiques » que des organisations nouvelles venues dans le champ syndical. Les données statistiques produites par la DARES établissent à 5% le taux de syndicalisation des moins de 35 ans, contre 11,2% de l’ensemble des salariés.
Cette recherche interroge les rapports qu’entretiennent les jeunes salariés et les syndicats en focalisant sur les jeunes salariés engagés. Quelle place les organisations syndicales accordent-elles aux jeunes ? Du point de vue des jeunes salariés engagés : Comment regardent-ils le syndicalisme ? Qu’est ce qui caractérise leur engagement syndical et quelles pratiques observe-t-on ? Pour répondre à ces questions, la recherche s’est basée sur l’établissement d’une revue critique de la littérature, sur l’exploitation des données de la statistique publique (en particulier REPONSE et Conditions de travail), et sur la réalisation de six monographies ou études de cas. L’exploitation statistique montre que la syndicalisation des jeunes salariés, tout en restant inférieure à celle des salariés plus âgés, reste bien redevable des mêmes facteurs que celle des salariés en général : la stabilité de l’emploi, l’insertion dans un collectif de travail, la présence syndicale, la taille de l’établissement et un type de relations professionnelles dans lequel la place des syndicats est reconnue. En revanche, les données ne permettent pas d’étayer l’hypothèse générationnelle : Le taux de sympathie des jeunes salariés à l’égard des syndicats est faible, mais à la différence du taux de syndicalisation il ne varie pas de façon significative avec l’âge.
Les études de cas mettent en lumière les modalités de l’engagement des jeunes et d’en préciser les conditions. Si toutes les organisations syndicales enquêtées s’accordent sur le constat d’un déclin des effectifs, les jeunes travailleurs ne constituent pas toujours un public prioritaire. Nous y avons rencontré des réticences, voire des résistances à l’élaboration d’une politique syndicale spécifique en direction des jeunes, mais aussi des efforts à intégrer ou soutenir des initiatives alter- ou para-syndicales des jeunes. Du coté des jeunes engagés, nous constatons la diversité de leurs trajectoires sociales, contextes de travail et façons de s’engager. L’apprentissage des savoirs militants et techniques est un enjeu central pour tous les groupes. Les structures syndicales y ont un rôle important à jouer aussi bien que la transmission entre pairs, mais ces processus peuvent être fragilisés, à la fois par l’instabilité des collectifs de jeunes et des résistances parmi les
générations de militants plus avancées en âge et en situation de pouvoir. La création desconditions qui permettent non seulement l’entrée mais le maintien des jeunes dans l’engagement – et l’ouverture à leurs préoccupations souvent « nouvelles » à cause de leur position excentrée au salariat classique – parait ainsi un enjeu fondamental pour une politique syndicale de jeunesse.

Rapport_final_CGT_JEUNES

La fin d’un monde ? Salariat, syndicats et politiques du travail face aux réformes libérales

La fin d’un monde ?
Salariat, syndicats et politiques du travail face aux réformes libérales

Journées d’études organisées par le Réseau Thématique
« Relations professionnelles » de l’Association Française de Sociologie

6 et 7 septembre 2018
MSH Paris Nord

2008 – 2018. En une décennie, les relations professionnelles en France ont davantage changéqu’en un demi-siècle, suivant de près des transformations similaires observées ailleurs dans le monde.

Depuis 2008, les syndicats sont en campagne électorale permanente, les entreprises sont devenues les lieux privilégiés de la négociation collective, les « ordonnances Macron »redéfinissent la représentation du personnel… Cette révolution aux accents libéraux se déroule parailleurs dans un monde du travail qui se transforme en profondeur en France et dans le monde : la globalisation, le digital et les plateformes, la robotisation, les micro-tâches, les métiers qui disparaîtront et apparaîtront dans les prochaines années, sont autant d’exemples qui bousculent lessyndicats, les patronats et l’État, ainsi que les systèmes collectifs de protection mis en place après- guerre.

De nouveaux enjeux apparaissent dès lors pour les travailleurs/euses et les syndicats confrontés à la fragilisation et à la mise en cause des corps intermédiaires. Des résistances nouvelles apparaissent, parfois là où on les attend le moins. Les organisations syndicales expérimentent denouvelles pistes de luttes et de solidarités, tout en continuant d’assurer la défense des secteurstraditionnels et leurs rôles institutionnels.

Les journées des 6 et 7 septembre 2018 réuniront de nombreux/euses chercheurs/euses, expert/es et acteur/rices sociaux/les pour revenir sur cette décennie qui a changé le paysage des relations professionnelles à la fois en France et dans d’autres pays confrontés à des problématiquesanalogues. Dans un contexte de « réformes » effrénées, ces deux journées proposeront des’accorder le temps de la réflexion avec les présentations de travaux récents, des tables rondes etdes échanges sur les enjeux actuels des relations professionnelles.

Ces journées sont organisées par le Réseau thématique sur les relations professionnelles del’Association Française de Sociologie, qui fêtera ses dix ans en 2018. Créé initialement pour réunirles chercheurs de tous horizons traitant des pratiques et des institutions qui produisent et transforment les règles relatives au travail et à l’emploi, ce réseau s’est progressivement imposé aucours de cette décennie comme un espace dynamique d’échanges et de production de savoirs. Au moment où le monde du travail connait une nouvelle phase d’intenses transformations de ses cadresjuridiques et réglementaires, le RT s’emploie depuis dix ans par ses multiples initiatives scientifiques – séminaires, journées d’études, congrès, etc.- à saisir au mieux ces bouleversements.Ces journées seront l’occasion d’aborder de nouveaux objets qui portent sur les relationsprofessionnelles aujourd’hui au travail, en France et ailleurs, et de proposer des analyses réflexivessur notre discipline – enseignements, recherches, pratiques hors académie, etc.

Contact : Maxime Quijoux : mquijoux@gmail.com

Comité scientifique : Mara Bisignano, Hervé Champin, Jean-Michel Denis, Marnix Dressen, Camille Dupuy, Alexandra Garabige, Pauline Grimaud, Baptiste Giraud, Cécile Guillaume, Donna Kesselman, Arnaud Mias, Cristina Nizzoli, Rémy Ponge, Maxime Quijoux, Fréderic Rey, Tessa Tcham, Jean Vandewattyne, Catherine Vincent, Karel Yon.

Colloque « Tant de capital, temps de travail » – 14 et 15 mai 2018

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue du colloque Tant de capitaltemps de travail. Conflits, compromis et transactions autour du temps d’emploi, les 14 et 15 mai 2018,  au Centre de Sociologie des Organisations (Paris). Vingt ans après les premières lois Aubry sur les 35 heures, il s’agit d’interroger les temporalités d’emploi et leur régulation. Trois axes y seront développés : (1) les mutations du temps d’emploi, (2) la qualification du temps d’emploi et (3) les temps d’emploi aux marges du salariat.

Voici l’annonce en ligne sur le site du CSO:  http://www.cso.edu/fiche_actu.asp?actu_id=2134

Vous trouverez en pièce-jointe le programme finalisé des deux journées. L’inscription y est recommandée, via ce formulaire (https://goo.gl/forms/ZfZuXDjf8nNA8NSL2).

Bien cordialement,

Pauline Grimaud, pour le comité d’organisation du colloque.

La citoyenneté industrielle – Perspectives Sud Nord – Colloque à Tunis, 25-27 juin 2018

Appel à communication

La multiplication récente de protestations collectives ouvrières à travers le monde nous rappelle l’importance de l’observation des mondes ouvriers pour l’analyse politique. La fin de l’histoire, l’avènement d’une postmodernité démocratique libérée des conflits, neutralisant les contradictions socio-politiques et l’expression des groupes sociaux dominés, n’est pas à l’ordre du jour. A l’inverse, l’idée que cette expression ouvrière serait une étape vers la destruction à venir du capitalisme, brouille notre compréhension des recompositions politiques contemporaines. Ces deux tentations explicatives téléologiques opposées – la fin de l’histoire vs. le grand soir – entravent la construction d’une analyse critique et globale de la citoyenneté industrielle.

Dans ce colloque, nous proposons de revisiter la citoyenneté industrielle de façon transversale à partir de ses ancrages localisés. Cette approche offre un cadre d’observation empirique qui permet d’étudier la manière dont l’organisation du travail structure les pratiques collectives, sans être prisonnier de la coupure entre le dedans et le dehors des lieux de production. Ainsi, la citoyenneté industrielle peut être observée dans des espace-temps diversifiés, au Nord comme au Sud, dans le passé comme dans le présent, et donne l’occasion d’un dialogue entre historiens, sociologues, politistes, anthropologues, juristes ou encore économistes.

Notre objectif est de réunir une communauté de chercheu.r.se.s par-delà les clivages disciplinaires, les aires géographiques et les périodes d’étude. On privilégiera les approches qui entendent situer l’action des travailleu.r.se.s dans des descriptions denses des rapports sociaux et politiques locaux. Sur chacun des terrains, l’ambition est de rendre compte de l’inclusion des formes de citoyenneté industrielle dans diverses configurations, au-delà des seules organisations de travailleur.se.s : le contexte juridique qui à la fois contraint et permet l’action des travailleur.se.s ; les relations économiques mises en œuvre dans les dispositifs sociotechniques de production ; les rapports sociaux de domination dans et au-delà de l’usine ; les modes d’énonciation politique inventés ou réappropriés par les travailleur.se.s.

Les propositions de communication analyseront, à partir de leurs terrains respectifs, les ressorts et contours de la citoyenneté industrielle (cf. argumentaire ci- dessous). Elles se réfèreront explicitement aux définitions liminaires afin d’en approfondir et d’en questionner un ou plusieurs aspects.

Les propositions, en langue anglaise, arabe ou française (la langue de travail lors du colloque sera le français), présenteront en 10 000 signes espaces compris maximum :

– L’enquête originale sur laquelle se fonde l’analyse
– Les questionnements principaux et explicitement articulés à la problématique de la citoyenneté industrielle – Une bibliographie indicative

Les propositions de communication seront envoyées avant le lundi 30 avril, sur la boîte : CitindusTunis2018@gmail.com

Appel à communication et argumentaire ici

FRANCE STRATEGIE : Evaluation des ordonnances travail – Appel à idées (30 janvier 2018)

Dans le cadre du Comité d’évaluation des ordonnances du 22 septembre 2017 (n° 2017-1385, 2017-1386, 2017-1387, 2017-1388), France Stratégie a lancé un appel à idées auprès de la communautés de chercheurs, experts et praticiens du dialogue social et des relations de travail.

L’objectif est de sensibiliser l’ensemble de la communauté scientifique à la démarche d’évaluation du comité et de recueillir des suggestions sur les questions, méthodes et modalités de l’évaluation de ces ordonnances.

Une note d’étape intermédiaire a déjà été publiée le 22 décembre 2017, posant les premiers jalons de cette démarche.

Afin de recueillir le maximum de contributions, je me permets de vous le transmettre personnellement  et vous invite, si vous le pouvez, à y répondre ou à le diffuser dans les différents réseaux académiques ou professionnels que vous animez (site, mailing…).

Vous trouverez plus d’informations sur cet appel à idée et les modalités pour y répondre en pj et sur le site de France Strategie : http://www.strategie.gouv.fr/actualites/appel-idees-methode-devaluation-ordonnances-22-septembre-2017

Les contributions sont attendues d’ici au le 30 janvier 2018 et à envoyer à evaluation-ordonnancestravail@strategie.gouv.fr

Elles doivent prendre la forme d’un document d’1 à 2  pages environ, et être structurées autour des trois dimensions : question / méthode /données.

Merci d’indiquer les noms, prénoms, contacts et organismes d’affiliation des contributeurs.

Pour tout renseignement concernant cet appel à idées, vous pouvez nous contacter :

Emmanuelle PROUET, emmanuelle.prouet@strategie.gouv.fr

Antoine NABOULET, antoine.naboulet@strategie.gouv.fr

Bien à vous

Antoine Naboulet

Chef de projet, Dir. adj. Département Travail Emploi Compétences, France Stratégie

Appel-idees-30-01-2018

 

L’institutionnalisation du syndicalisme : de quoi parle-t-on ? (France, 1945-2007) – 16 & 17 novembre, Lyon

L’institutionnalisation du syndicalisme : de quoi parle-t-on ? (France, 1945-2007)

Colloque pluridisciplinaire – Université de Lyon – 16-17 novembre 2017

Amphithéâtre de la MILC (35 rue Raulin, Lyon 7e), Triangle – IHS CGT, Université Lyon 2

Jeudi 16 novembre 2017

10h10-12h15 Séance introductive – L’institutionnalisation, une notion à définir : perspectives historiques et sociologiques

Présidence : Gilbert Garrel, président de l’IHS CGT

  • Stéphane Sirot (historien, Université de Cergy-Pontoise) « Aux origines de l’institutionnalisation du syndicalisme (1884-1946) »
  • Sophie Béroud (politiste, Université de Lyon 2, Triangle) : « De quoi parle-t-on ? Ce que recouvre la notion d’institutionnalisation »
  • Udo Rehfeldt (politiste, IRES), « Institutionnalisation du syndicalisme : une comparaison européenne »
  • Maryse Dumas (syndicaliste, ancienne secrétaire confédérale de la CGT) – « La définition d’une démarche syndicale offensive pour combattre le double écueil de la marginalisation et de l’intégration (1997-2007) »

14h -15h45 : Deuxième séance – Des outils pour la conquête de droits ?

Présidence : Jean-Pierre Le Crom, historien du droit, CNRS

  • Gérard Alezard (syndicaliste, ancien secrétaire confédéral de la CGT), « CGT, experts et gouvernants dans la première moitié des années 1980 »
  • Alain Dalançon (historien, IRHSES), « Le paritarisme dans la fonction publique. L’exemple des commissions administratives paritaires dans le second degré de l’Education Nationale de la Libération à la fin du XIXe »
  • Cécile Guillaume (sociologue, Université Lille 1), Vincent-Arnaud Chappe (sociologue, CNRS), Jean-Michel Denis (sociologue, Latts), « De la liberté de négocier à la reconnaissance d’un droit à la négociation. Retour sur les mobilisations juridiques de la CFDT (1968-1982) »
  • Clair Juillet (historien, Framespa), « Une institutionnalisation des pratiques de régulation sociale. L’exemple de la SNIS de Toulouse (1970-1986) »
  • Thérèse Poupon (syndicaliste, secrétaire confédérale CGT de 1982 à 1989), « Institutionnalisation et Sécurité sociale dans les années 1980 »
  • Philippe Coanet (syndicaliste, IHS Services publics), « Fédération CGT des services publics et institutionnalisation : les grands débats internes »

16h15 – 17h30 : Troisième séance – Jeux d’échelles, lieux et niveaux de pouvoir

Présidence : Roger Gay, président de l’IRHS Rhône-Alpes

  • Jean-Noël Dutheil (syndicaliste, IHS CGT du Bourbonnais) « Les comités de gestion montluçonnais, un exemple d’institutionnalisation de conquête »
  • Claude Roccati (historienne, Université du Havre) « L’institutionnalisation de la CFDT au révélateur du TUAC (Commission syndicale consultative de l’OCDE)
  • Bernard Thibault (syndicaliste, ancien secrétaire général de la CGT), « « L’OIT depuis 1945 : ambitions et limites de l’institution mondiale du travail »

Vendredi 17 novembre 2017

9h-10h30  Quatrième séance – Les usages syndicaux des institutions : 1. Formes d’intégration et d’exclusion

 Présidence : Sophie Béroud, Politiste, Triangle

  • Jérôme Beauvisage (syndicaliste, IHS CGT), « La CGT mise à l’écart dans les années 1950 : l’exemple confédéral »
  • Josiane Dragoni (syndicaliste, IR FSU), « La FSU face aux instances de représentation, de sa création aux difficultés et spécificités du paritarisme au sein de la fonction publique (1993-2008)
  • François Duteil (syndicaliste, IHS Mines-Energie), « La CGT mise à l’écart. L’exemple du secteur de l’énergie dans les années 1950-1960 »
  • Pierre Delanoue, Thierry Roy, (syndicalistes, IHS CGT Cheminots), « La CGT au sein du Conseil d’administration de la SNCF (1983-2007) »
  • Michel Pigenet (historien, CHS XXe siècle), « Le syndicat Force ouvrière et la question de l’institutionnalisation »
  • Serge Proust (sociologue, Université de Saint-Etienne, CMW), « La fédération du spectacle et les institutions sociales caractéristiques de l’Etat-Providence dans le champ du social »

10h45 -12h30 Quatrième séance – Les usages syndicaux des institutions : 2. Pratiques et trajectoires

Présidence : Carole Giraudet, IFS Lyon 2

  •   Patrick Bourgeois (syndicaliste, IHS CGT FAPT), « La participation CGT aux réunions institutionnelles préparant le budget des PTT au cours des Trente Glorieuses »
  • Jean-Michel Gaveau (syndicaliste, groupe de travail CGT des administrateurs salariés), « Les administrateurs salariés à la CGT, un long cheminement syndical et politique, un espace spécifique à conquérir dans l’organe de décision de l’entreprise »
  • Nicolas Simonpoli (politiste, Université Paris 10) « Des permanents cégétistes à l’épreuve de la 3e voie de l’ENA (1983-1986) »
  • Claude Marache (syndicaliste, IHS CGT Cheminots), « La commission mixte du statut de la SNCF (1951-2007) »
  • Françoise Geng (syndicaliste, membre du CES de 2001 à 2015), « La CGT dans le CES : d’une posture peu participative à une implication « objective «  (années 1980-2000) »

14h-16h Cinquième séance – Derrière la valorisation du «dialogue social », une autre logique de l’institutionnalisation ?

Présidence : Elyane Bressol, IHS CGT

  • Sylvie Contrepois (sociologue, Cresspa-CSU), « La décentralisation des négociations et ses effets sur le travail syndical. Enseignements d’une enquête sociologique 1994-2000 »
  • Maïlys Gantois (politiste, CESSP), « Retour sur l’institutionnalisation des règles relatives à la négociation collective par un bout de la lucarne : l’établissement des relations de confiance entre leaders CFDT et CNPF (années 1980-1990)
  • Yolaine Gassier (politiste, CHERPA et LEST), « Etude des conditions d’appropriation d’un ‘dialogue social territorial’, vers une gouvernementalisation des pratiques syndicales ?
  • Jérôme Pélisse (sociologue, SciencesPo, CSO) « Les 35 heures comme accélérateurs d’une institutionnalisation ambivalente du syndicalisme d’entreprise »
  • Baptiste Giraud (politiste, Université Aix-Marseille, LEST), « L’enrôlement institutionnel des conseillers confédéraux de la CGT au début des années 2000 »
  • Aimé Relave (syndicaliste, administrateur honoraire de la CNAVTS), « La CGT et la mise en place des retraites complémentaires »
  • Karel Yon (sociologue, CERAPS), « Faut-il désinstitutionnaliser le syndicalisme ? Défense de l’institution syndicale »

16h15-17h30 Table-ronde organisée par la CGT : « Institutionnalisation du syndicalisme : quels enjeux aujourd’hui ? »

En présence de Catherine Perret (membre du Bureau confédéral CGT), Nasser Mansouri-Guilani (économiste, CGT), Fabien Gâche (CGT Renault), Julien Huck (Fnaf CGT) et d’un représentant de la Fédération CGT des cheminots.

Le programme

« Tant de capital, temps de travail ? » Colloque 14 et 15 mai 2018 (CSO, Sciences Po)

« Tant de capital, temps de travail ? Conflits, compromis et transactions autour du temps d’emploi »

14 et 15 mai 2018 (CSO, Sciences Po)

Vingt ans après les premières lois Aubry sur les 35 heures, le temps d’emploi reste l’objet de controverses et conflits récurrents. Comment évoluent les pratiques temporelles et les régulations des temps professionnels?

Nous organisons un colloque pour mettre à l’agenda scientifique ces questions. L’appel à communication est accessible ci-après : Appel à communication_Tant de capital, temps de travail. Les intentions sont attendues pour le 5 janvier.

N’hésitez pas également à faire circuler cet appel parmi vos collègues et au sein de votre centre de recherche. En vous remerciant pour l’intérêt que vous pourrez porter à cette manifestation.

Bien cordialement,

Pauline Grimaud (CSO, Sciences Po),  pour le comité d’organisation du colloque.

ODRS / ISST – Journée d’étude « Discriminer, « gérer », ou promouvoir le syndicalisme »

Journée organisée par l’Observatoire de la discrimination et de la répression syndicales (ODRS) en partenariat avec l’Institut des sciences sociales du travail (ISST) Université Paris I Panthéon Sorbonne, intitulée :Discriminer, « gérer », ou promouvoir le syndicalisme – La représentation des travailleurs à l’heure de la « démocratie sociale ».

Le programme

 

Les comités d’entreprise : effets et usages des nouveaux outils d’information consultation – Dares, 21 mars 2017

La Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) a le plaisir de vous convier à la présentation des résultats de l’étude

Les comités d’entreprise : effets et usages des nouveaux outils d’information consultation – Dares, 21 mars 2017

réalisée à la demande de la Dares par l’Ires, avec la collaboration de Syndex, Orseu et Groupe Alpha 

le 21 mars 2017, dans ses locaux (salle Marcel Henry)

au 39-43, Quai André Citroën- 75015 PARIS (métro 10 ou RER C JAVEL)

En réponse à l’appel à projet de recherche « Fonctionnement et activités des comités d’entreprise, entre évolutions institutionnelles et crise économique » lancé par la DARES en septembre 2014, l’Ires, en collaboration avec Syndex, Orseu et Groupe Alpha a étudié la manière dont représentants du personnel et directions des entreprises s’approprient et mettent en œuvre les nouvelles règles et les nouvelles thématiques d’information et de consultation du CE instaurées par la loi de sécurisation de l’emploi (LSE) en vigueur à partir de 2013. Basée sur quinze monographies de comités d’entreprise appartenant à treize entreprises représentant huit secteurs d’activité, l’étude dresse un bilan mitigé de leurs usages. Des informations parfois trop partielles de la part des directions, des instances représentatives du personnel dotées de moyens souvent insuffisants pour s’investir dans les questions économiques, sont autant d’obstacles qui contribuent à expliquer ce constat. La capacité des acteurs à mobiliser les nouveaux dispositifs d’information-consultation en matière économique reste en effet très inégale selon les contextes. De plus, ces nouveaux dispositifs n’ont pas toujours été considérés comme prioritaires par des directions et des élus qui, de surcroit dans un contexte de crise économique, ont eu à intégrer les réformes successives intervenues depuis la promulgation de la LSE, telles que la loi relative au dialogue social et à l’emploi (17 août 2015, dite loi Rebsamen), la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances (6 août 2015, dite loi Macron) ou la loi relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels (8 août 2016, dite loi El Khomri).         Enfin, des évolutions structurelles en matière de gouvernance des entreprises et des groupes pourraient rendre inopérantes des reformes qui visent à enrichir un dialogue social d’entreprise au plus près des salariés. La centralisation de plus en plus importante de la gouvernance des entreprises et des groupes  se traduit en effet par une centralisation des DRH et des IRP. Si cela accentue la « professionnalisation » des acteurs des deux côtés, ce processus risque d’éloigner les élus et les DS des salariés au détriment d’une plus grande participation de ces derniers.

Programme  

9h00 Accueil

9h30-9h40 Présentation (DARES)

9h40-10h00  Le CE entre logique d’information – consultation et logique de négociation, par Frédéric Lerais (IRES)

10h00-10h20  Transformation de la gouvernance des entreprises et centralisation des instances représentatives, par Kevin Guillas-Cavan (IRES) et Nicolas Farvaque (ORSEU)

10h20-10h40 Discutante : Sophie Béroud (Maître de conférences en science politique à l’université Lumière Lyon-2 – membre du laboratoire TRIANGLE UMR 5206)

10h40-11h00 Discussion avec la salle

11h00-11h10 Pause

11h10-11h30 Quelles ressources pour les élus des CE dans l’échange en matière d’information économique et sociale ? par  Marcus Kahmann (IRES) et Jean-Paul Raillard (SYNDEX)

11h30-11h50 Réalité et qualité de l’information-consultation des CE sur les orientations stratégiques de l’entreprise : ICOS, BDES, CICE, des nouveaux dispositifs et de nouvelles prérogatives pour quoi faire ? par Catherine Vincent (IRES) et Nicolas Fleury (Groupe ALPHA)

 11h50-12h10 Discutante : Elodie Béthoux (Maître de conférences en sociologie à l’ENS Paris-Saclay – Membre du laboratoire IDHES UMR 8533)

12h10-12h30 Discussion avec la salle  

  1. Baronian, Y. Lochard, C. Sauviat, U. Rehfeldt de l’Ires ; D. Messaoudi et A. Nouaillat de l’Orseu ; F. Martin, A. Rémond et N. Seguin du Centre Etudes et Prospective du Groupe Alpha ; D. Lorton, D. Fleury de Syndex ont également participé à la réalisation de cette étude.

 Compte tenu des mesures de sécurité et des limités des places disponibles merci de confirmer votre participation à : nicole.waldren@travail.gouv.fr

Programme_Etude_CE_21mars

La représentation syndicale des femmes. Enquêtes en France et en Grande-Bretagne – 12 décembre 2016

Cécile Guillaume soutiendra son HDR le 12 décembre 2016 à l’Université Paris Descartes (Faculté des Sciences Humaines et sociales-Sorbonne, 45 rue des Saints-Pères-Paris, Salle des thèses ) à 14H00 sur le thème :

« La représentation syndicale des femmes. Enquêtes en France et en Grande-Bretagne »

Le jury sera composé de :

  • Didier Demazière, Directeur de Recherche au CSO (Président)
  • Michel Lallement, Professeur au CNAM (Rapporteur)
  • Margaret Maruani, Directrice de Recherche au CERLIS (Garante)
  • Catherine Achin, Professeure à l’université Paris-Dauphine (Examinatrice)
  • Gill Kirton, Professeure à Queen Mary University (Examinatrice)

 

Cécile Guillaume

University of Roehampton