Portrait de jeune chercheuse : Anaïs Bonanno, « Des guichets aux contrôles. L’inspection du travail et ses publics dans la mise en conformité au droit »

–       Votre thèse, réalisée au sein du laboratoire Triangle sous la direction de Sophie Béroud et de Jérôme Pélisse, s’intitule « Des guichets aux contrôles. L’inspection du travail et ses publics dans la mise en conformité au droit ». Qu’est-ce qui vous a amené à travailler sur ce sujet (Votre intérêt scientifique, votre parcours, conditions matérielles telles que la nature de financement, etc.) ?

Au moment où j’ai commencé à réfléchir à un sujet de thèse, j’avais déjà effectué un mémoire de master 2 en sociologie du travail, sur les contrôleurs et contrôleuses de train de la SNCF. Je souhaitais continuer à faire de la sociologie du travail mais je voulais sortir de l’approche monographique qui avait alors été la mienne. C’était l’époque des mobilisations contre la loi Travail, qui, en laissant plus d’autonomie de négociation aux entreprises au détriment de la régulation juridique, a pu être analysée comme le point culminant d’un processus de désétatisation du droit du travail. Un certain nombre d’agents de l’inspection du travail et de leurs organisations syndicales étaient mobilisé·es contre cette réforme : à cette occasion, j’ai découvert leur métier et leurs prérogatives. J’ai été marquée par la position pivot des agents de cette institution entre les salarié·es et les directions d’entreprise, deux catégories d’acteur·ices des relations professionnelles situé·es de part et d’autre du contrat de travail. Prendre l’inspection du travail comme objet d’étude, et en particulier les quelques 2000 agents chargé·es du contrôle des entreprises, me semblait être une bonne porte d’entrée pour analyser les relations professionnelles dans les entreprises de droit privé, le rôle que l’État y joue, et la place que prend le droit comme répertoire d’action dans les pratiques des salarié·es, des représentant·es du personnel et des directions d’entreprise. L’année suivante, j’ai eu la chance d’obtenir un contrat doctoral, suivi de deux contrats d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche, qui m’ont permis de financer cette recherche. Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheur : Nicolas Simonpoli, “La Griffe Cégétiste : une sociologie historique de la reconversion professionnelle des cadres syndicaux de la CGT (années 1970-2010)”

Pouvez-vous nous présenter brièvement votre domaine de recherche et le sujet de votre thèse ?

Mes recherches s’inscrivent en sociologie du syndicalisme et des relations professionnelles. Plus particulièrement, je m’intéresse aux trajectoires des dirigeants syndicaux et, notamment, de ceux qui ont occupé une fonction de permanent, c’est-à-dire ceux qui, pendant une période donnée, ont consacré l’ensemble de leur temps de travail à l’action syndicale. Dans ma thèse, intitulée la Griffe cégétiste, soutenue en novembre 2020 à l’Université Paris Nanterre, je réalise une sociologie historique des reconversions professionnelles des dirigeants de la Confédération générale du travail des décennies 1970 à 2010.

Quelles ont été les principales découvertes ou contributions de votre thèse dans votre domaine de recherche ?

En m’intéressant aux reconversions des permanents, j’avais pour objectif de renseigner les parcours professionnels des dirigeants de haut niveau. C’est un pan relativement méconnu de la sociologie du syndicalisme. Si la littérature renseigne bien la manière dont des militants syndicaux sont pris dans un processus de professionnalisation qui les conduit à devenir « des professionnels » du syndicalisme, on sait finalement peu de choses sur la manière dont se déroule ensuite la carrière des permanents et, a fortiori, comment une partie d’entre eux sont conduits à se reconvertir. C’est donc cette question qui m’a intéressé.

Par ailleurs, poser la question des reconversions est également un moyen d’interroger à nouveau frais l’enjeu de la crise du syndicalisme, en l’abordant sous l’angle de ses conséquences sur l’organisation. On constate en effet que le rythme des reconversions s’accélère au milieu des années 1980, c’est-à-dire au moment où les organisations syndicales, confrontées à la baisse de leurs effectifs, n’ont plus les moyens financiers d’assurer un salaire à une partie de leurs cadres militants. La chute des adhésions entraine donc une conséquence organisationnelle qui n’a rien de simple à gérer parce qu’elle implique des hommes et des femmes qui se sont engagés durablement dans l’action syndicale. Continuer la lecture