Journée d’étude RT18 – 18 janvier 2022 – Transformations du droit et des pratiques de négociation en entreprises (Campus Jourdan)

Les transformations du cadre normatif et législatif qui modèle de façon concrète l’espace et les modalités d’intervention des acteurs des relations professionnelles ont été nombreuses ces der-nières années, que l’on pense à celles induites par la loi dite Travail de 2016 ou les ordonnances dites Macron de 2017 par exemple. L’accumulation des lois – dont certaines ont été très contro-versées – rend difficile leur suivi et leur appropriation par les acteurs de la négociation. Cette journée d’étude se donne pour ambition de rendre compte de cette appropriation et de ce que ces transformations font aux pratiques des acteurs en entreprise. Pour cela, les terrains conduits dans le cadre des post-enquêtes à l’enquête REPONSE (DARES), conduites à l’issue de la mise en place de ces nouvelles règles, ont été des moments privilégiés pour saisir comment les trans-formations du droit agissent sur les pratiques de négociations en entreprise. Cinq équipes vien-nent nous présenter comment leurs travaux éclairent les effets d’une (ou une série de) réfor-me(s).

9h30. Accueil des participant.es (café)

10h. Introduction de la journée
Juan Sebastian Carbonell (Gerpisa, ENS Paris-Saclay, IDHES) & Camille Dupuy (U. Rouen Normandie, DySoLab et CEET)

10h15-12h15. Réformes du droit du travail et articulation des négociations
· Noélie Delahaie (IRES) & Anne Fretel (U. Paris 8, LED) : « Quelle articulation entre né-gociations de branche et d’entreprise après les Ordonnances de 2017 ? »
· Claude Didry (ENS, CMH) & Denis Giordano (ENS, CMH) : « Ouverture et permanence de la négociation collective dans un contexte de réforme. La négociation d’entreprise entre groupe, société et établissement ».

12h30-13h30. Déjeuner (buffet sur place)

13h30-16h30. Réformes du droit du travail, reconfigurations des acteurs et évolution des pratiques
· Nadine Thévenot (U. Paris 1, CES) et Julie Valentin (U. Paris 1, CES) : « Éclatement des communautés de travail et représentation collective: les enseignements des post-enquêtes à l’enquête REPONSE »
· Baptiste Giraud (U. AMU, LEST) & Camille Signoretto (U. de Paris, Ladyss) : « La négo-ciation collective d’entreprise au fil des réformes institutionnelles : nouvelles opportuni-tés pour de nouveaux compromis sociaux ? »
· Amandine Michelon (Sciences Po, CSO): « Quelle mise à l’épreuve des CSE en période de crise sanitaire ? »

Informations pratiques
Lieu
Amphithéâtre Jourdan (RDC)
École Normale Supérieure – Campus Jourdan
48, Boulevard Jourdan
75014 Paris

L’accès à la journée d’études se fait sans inscription. Elle est toutefois conditionnée à la présentation du pass sanitaire.

Contacts
Juan Sebastian Carbonell (juan.carbonell_yanez@ens-paris-saclay.fr)
Camille Dupuy (camille.dupuy@univ-rouen.fr)

 

15/12 : Séminaire du Symett, Chloé Biaggi présente sa thèse

Chloé Biaggi présente sa thèse « Quand les “relations sociales” sont un travail. Pratiques, savoir-faire et carrières de cadres des ressources humaines »

15 décembre : 14h00 – 16h00, salle à confirmer

  • Chloé Biaggi est docteure en sociologie politique au Centre Maurice Halbwachs (CMH).
    Ses thèmes de recherche sont : la sociologie des cadres dirigeants et des consultants, les relations professionnelles (négociation collective, instances représentatives du personnel), la gestion des ressources humaines et des relations sociales et la sociologie du syndicalisme et des conflits au travail.

Appel à articles pour la Nouvelle Revue du Travail : « Transformations du capitalisme et recompositions du système des relations professionnelles depuis un quart de siècle »

Corpus animé par Jean-Michel Denis, Catherine Vincent, Hervé Champin et Marnix Dressen-Vagne

La transformation du monde du travail prend la forme d’une mutation globale. Elle touche le travail comme activité mais également ses acteurs, ses institutions ainsi que les espaces dans lesquels ils se déploient. Depuis le début des années 2000, les relations professionnelles ont davantage changé en France qu’en un demi-siècle, suivant de près des transformations similaires observées ailleurs dans le monde. Ce changement s’inscrit dans celui, plus général, du capitalisme au 21e siècle marqué par plusieurs tendances lourdes, en termes de globalisation, de financiarisation, de numérisation, de montée de l’économie des services et d’évolution des normes – nationales comme internationales – qui encadrent le travail. Ces dynamiques du capitalisme contemporain, qui surtout dans les pays du Nord, remettent en cause le statut salarial et les institutions du travail, et qui, dans les pays du Sud », entretiennent l’absence de droits sociaux ou en entravent la progression, transforment les relations professionnelles, non seulement comme univers de pratiques, mais aussi comme champ disciplinaire. Elles induisent une refonte des schémas d’analyse des relations de travail, historiquement construits dans le cadre de la prééminence de l’entreprise industrielle intégrée, du lien de subordination et de la coopération dans la confrontation d’acteurs représentatifs et institutionnels. D’autant que cet ensemble de mutations s’est accompagné, en particulier en France au cours de ces dernières décennies, de très nombreuses réformes législatives dont l’orientation commune est de faire du « dialogue social » la « forme légitime des relations sociales », et de l’entreprise l’espace pertinent des relations professionnelles (Bouffartigue et al., 2016). Cette visée – quelque peu paradoxale puisque le renforcement du « dialogue social » désiré par l’État s’accompagne de sa méfiance renouvelée à l’égard des « forces intermédiaires » (Bisignano et al., 2018 ; Freyssinet, 2018), et qu’il décentralise la négociation collective à l’échelon de l’entreprise à un moment où son unité juridique et politique a tendance à se déliter – a également contribué à une complexification du système de relations professionnelles, ainsi qu’à une reconfiguration des pouvoirs institués et à une fragilisation des capacités de résistance de la part des salariés et de leurs organisations représentatives.

L’ambition de cet appel à articles est de revenir sur cette dernière période de transformation des relations professionnelles en s’intéressant à ses différents volets. Les relations professionnelles comme champ d’étude par exemple. Ici, l’objectif n’est pas uniquement d’évoquer les mutations sémantiques, terminologiques voire méthodologiques à l’œuvre dans les recherches qui analysent la transformation des rapports de travail et leurs effets sur les acteurs et les institutions des relations professionnelles. Il s’agit plutôt de questionner la catégorie elle-même en tant qu’elle désigne par métonymie une manière bien particulière d’appréhender les relations dans l’univers productif mais aussi une longue tradition d’enquêtes, une discipline à part entière et des institutions d’enseignement, en particulier dans les pays anglo-saxons. Partout, celle-ci semble s’affaiblir, ce qui interroge nécessairement sur sa capacité heuristique à analyser cet univers en plein bouleversement.
L’espace des relations professionnelles peut constituer une autre voie d’entrée, et à l’intérieur de celui-ci, ses acteurs et ses institutions. Il s’agit autant de dresser un état des lieux des transformations qui modifient l’espace des relations professionnelles (du micro au macro, c’est à dire de la TPE au supranational) que de s’interroger sur ce qui constitue aujourd’hui les niveaux pertinents pour l’action, la représentation et la négociation, ainsi que le principe d’articulation entre les différents niveaux de relation entre les acteurs. La capacité et la légitimité de ces derniers à intervenir dans ces différents espaces, leur autonomie pour le faire, l’émergence d’acteurs alternatifs et/ou concurrents forment autant d’éléments à questionner.
Enfin, les relations professionnelles constituent également un ensemble de pratiques en mutation permanente. Comment celles-ci s’adaptent-elles à un monde du travail de plus en plus global mais en même temps toujours plus fragmenté ? Là aussi, les pratiques « traditionnelles » se voient bousculer, de la négociation collective à la grève. Mais par quoi sont-elles remplacées et pour quels résultats ?

Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheuse : Maé Geymond, Organisation industrielle, relations sociales et conditions de travail dans la production pharmaceutique

Photo Maé GeymondVotre thèse, réalisée au sein du Centre d’Économie de la Sorbonne (CES / Université Paris 1) à Paris sous la direction de Julie Valentin (grâce à un financement CIFRE), s’intitule « Organisation industrielle, relations sociales et conditions de travail dans la production pharmaceutique – Trois approches complémentaires pour analyser leurs interdépendances ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Ma thèse trouve son origine dans un fait paradoxal. Les laboratoires pharmaceutiques figurent parmi les entreprises les plus rentables au monde, dégageant chaque année plusieurs milliards de dollars de bénéfices. Et pourtant, ces big pharma défrayent régulièrement la chronique, tantôt pour des scandales sanitaires (ruptures d’approvisionnement dramatiques, défauts de qualité, etc.), tantôt pour les plans de licenciements qui y sont récurrents.

Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheuse : Yolaine Gassier « Les arènes discrètes du paritarisme régional »

PortraitVotre thèse, réalisée au sein du CHERPA (Science Po Aix) et du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, AMU / CNRS) à Aix-en-Provence sous la direction de Philippe Aldrin et d’Éric Verdier, s’intitule « Les arènes discrètes du paritarisme régional. Dispositifs, acteurs et pratiques du ‘‘dialogue social territorial’’ ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Il s’agissait tout d’abord d’éclairer un angle mort de la sociologie du syndicalisme et des organisations patronales en montrant une facette relativement peu connue du syndicalisme salarié comme patronal en France. Alors qu’ils mobilisent une partie non négligeable de leurs militant.e.s, on sait peu de choses sur l’ensemble des lieux du paritarisme qui font participer les syndicats salariés et patronaux à différents domaines de l’action publique (formation professionnelle, protection sociale, etc.). Leur accès réglementé aide par ailleurs à comprendre qu’ils constituent des espaces préservés du regard extérieur. Ma thèse entend à ce titre mieux connaître ce qui se joue dans ces « arènes discrètes du paritarisme » en plaçant la focale sur celles qui existent en région[1].

Un second enjeu était d’éclaircir l’un des paradoxes auquel se confronte le syndicalisme, que j’ai pu observer dès l’entrée sur mon terrain d’enquête en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Alors que leurs représentant.e.s se trouvent relativement critiques de ces institutions chronophages, ils redoublent d’efforts et d’énergie pour investir ces lieux.

Enfin plus généralement, les instances du paritarisme régional constituent un terrain propice à l’analyse des transformations de la représentation syndicale et patronale, mais aussi des recompositions de l’action publique locale, saisies sous l’angle des dynamiques d’interaction entre État et groupes d’intérêt (dans le prolongement des travaux de Stéphane Cadiou). Continuer la lecture

Portait de jeune chercheur : Samuel Zarka, La qualification du travail dans la production cinématographique en France

Photo portraitVotre thèse, réalisée au sein du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE, CNAM / CNRS) à Paris sous la direction de Fabienne Berton, s’intitule « L’équipe de cinéma. Genèse et portée de la qualification du travail dans la production cinématographique en France (1895-2018) ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Le cinéma présente l’aspect intriguant d’un monde partiellement immergé, visible, avec ses vedettes, ses paillettes et ses scandales. Le produit filmique est intrinsèquement destiné à la visibilité (même si ce n’est pas forcément le cas en pratique, de nombreux films sont sous-exposés en salle). Dans ma thèse, j’investigue en profondeur les conditions d’émergence du produit. Mon entrée privilégiée concerne le travail des équipes de films (décorateur.ices, costumier.es, monteur.euses, etc.), non seulement tel qu’il se déroule, mais tel qu’il se construit durablement au sein d’une industrie de prototypes.

Pour développer ce questionnement, je mobilise un concept clé de la sociologie du travail, la « qualification » du travail. Mon intuition était qu’on n’avait pas épuisé la compréhension de cet objet, les recherches théoriques l’ayant d’ailleurs un peu délaissé avec l’émergence de la notion de « compétence ».

Continuer la lecture

Webinaire du RT 18 « Les organisations syndicales régionales au Québec : creusets de revitalisation du syndicalisme ? » avec Thomas Collombat le 18 septembre 2020

Le RT 18 avait initialement prévu un séminaire en mars pour la présentation des recherches de Thomas Collombat à l’occasion de sa venue en France. L’évènement a du être reporté à cause de la situation sanitaire et il aura lieu sous la forme d’un webinaire le Vendredi 18 septembre à 15h (Paris/UTC+2), sur inscription. Vous trouverez dans la suite de cet article une présentation de l’intervention de Thomas Collombat ainsi qu’une présentation de ce chercheur. Continuer la lecture

Expression du RT18 à propos du mouvement social en cours

Les enseignant·e·s et/ou chercheur·e·s, titulaires ou précaires, qui constituent le bureau du réseau thématique « relations professionnelles » (RT18) de l’Association française de sociologie (AFS) affirment, par ce message, leur soutien à la mobilisation sociale en cours contre le projet de réforme des retraites et contre le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Continuer la lecture

Pensées de la « citoyenneté industrielle » : controverses politiques, luttes symboliques et rapports de classe

Vous trouverez ci dessous l’appel à communication de la Section Thématique n°54 du prochain congrès de l’AFSP intitulée « Pensées de la « citoyenneté industrielle » : controverses politiques, luttes symboliques et rapports de classe » (Thoughts of Industrial citizenship: political controversies, symbolic struggles and class relations). Continuer la lecture

Le 13 novembre 2018 à 17h30 au Cnam (Paris 3e) : Présentation de l’étude VALOSYND – Reconnaitre et valoriser l’expérience militante : un enjeu au cœur du nouveau modèle de relations sociales ?

D’ici au 1er janvier 2020, un.e représentant.e du personnel sur trois va perdre son mandat dans le cadre de la mise en place du Conseil Social et Économique (CSE).

Ce bouleversement sans précédent a propulsé la thématique de la reconnaissance et de la valorisation des parcours militants au premier rang des urgences sociales. Derrière la question essentielle des transitions post-mandats, c’est tout un modèle de relations sociales qui est en jeu.

L’étude VALOSYND a suivi, sur plus d’une année, tous les acteurs concernés : militant.e.s de terrain et responsables syndicaux, branches et entreprises pionnières, expert.e.s du social et cabinets RH, universités et organismes de formation…

De nombreuses questions ont été abordées : en premier lieu, faut-il valoriser les compétences syndicales – et qu’est-ce que serait une compétence « syndicale » ? Quels dispositifs, moyens et acteurs de cette reconnaissance ? Pour quels usages et enfin, avec quels enjeux et conséquences pour la représentation collective des travailleurs.euses et l’engagement militant ?

Les auteur.e.s :

  • Emmanuelle Chabbert, conseil en mobilité professionnelle, spécialiste de la prospective des métiers et des qualifications
  • Frédéric Rey, maître de conférences en sociologie des relations professionnelles, Cnam, Lise-CNRS

La dérogation, le droit et le travail (19ième-21ième siècle) – Journée d’étude organisée par le CHATEFP – 21 septembre 2018, Ministère du travail, Tour Mirabeau, Paris

Inscription gratuite et obligatoire : Comite.histoire@travail.gouv.fr

Dans le cadre des activités initiées par la Commission scientifique du CHATEFP, une journée d’étude autour d’une notion – la dérogation – est organisée le 21 septembre 2018. Objet de vives controverses récemment, notamment en lien avec la loi Travail et la contestation dont elle a fait l’objet en 2016, un éclairage historique vise à mieux comprendre les tensions, mais aussi les principes, mécanismes, pratiques et jugements auxquels donnait et donne lieu la notion de dérogation en droit du travail. Partant de l’intérêt de croiser perspectives historiques, juridiques, sociologiques, politiques, voire économiques, cette journée entend initier des réflexions sur les fondements juridiques mais aussi les significations, les justifications et les usages de la dérogation en droit du travail, en les replaçant dans leurs contextes historiques.

Continuer la lecture

Journée d’étude jeudi 20 septembre 2018 de 10 h à 17 h 30, à l’Ires, Noisy-le Grand (RER A) – Les jeunes, le travail et l’engagement

Les jeunes ont subi de plein fouet la crise économique depuis 2008 et sont particulièrement touchés par le chômage et les précarités. Qu’ils soient étudiants, salariés, « faux indépendants » ou naviguant entre ces différents statuts, ils et elles ont été au cœur des nombreuses mobilisations contre l’austérité des dernières années. Si les questions du travail et de l’insécurité sociale sont redevenues centrales dans les mouvements sociaux, les syndicats sont loin d’apparaître comme la seule médiation pour les porter, certains allant même jusqu’à parler d’un « alter-activisme » se développant contre les formes traditionnelles d’action collective, ou à côté d’elles. Des mobilisations récentes comme celles des livreurs à vélo oscillent entre le recours syndical et l’affirmation autonome, faisant écho à d’autres phénomènes passés (coordinations, collectifs d’emplois-jeunes…). Lors des mobilisations de 2016 en France, certains secteurs protestataires ont remis au goût du jour l’idée que le problème était peut-être moins la loi (travail) que le travail lui-même.

Continuer la lecture

Jeunes et mouvement syndical. Trajectoires d’engagements et stratégies organisationnelles

Jeunes et mouvement syndical. Trajectoires d'engagements et stratégies organisationnelles

La syndicalisation des jeunes salariés constitue un défi central pour l’ensemble des organisations syndicales qui sont confrontées à une tendance lourde, celle du vieillissement de leurs effectifs en raison notamment du poids des générations engagées dans les années 1960 et 1970. C’est un défi qui concerne aussi bien les confédérations “historiques” que des organisations nouvelles venues dans le champ syndical. Les données statistiques produites par la DARES établissent à 5% le taux de syndicalisation des moins de 35 ans, contre 11,2% de l’ensemble des salariés.
Cette recherche interroge les rapports qu’entretiennent les jeunes salariés et les syndicats en focalisant sur les jeunes salariés engagés. Quelle place les organisations syndicales accordent-elles aux jeunes ? Du point de vue des jeunes salariés engagés : Comment regardent-ils le syndicalisme ? Qu’est ce qui caractérise leur engagement syndical et quelles pratiques observe-t-on ? Pour répondre à ces questions, la recherche s’est basée sur l’établissement d’une revue critique de la littérature, sur l’exploitation des données de la statistique publique (en particulier REPONSE et Conditions de travail), et sur la réalisation de six monographies ou études de cas. L’exploitation statistique montre que la syndicalisation des jeunes salariés, tout en restant inférieure à celle des salariés plus âgés, reste bien redevable des mêmes facteurs que celle des salariés en général : la stabilité de l’emploi, l’insertion dans un collectif de travail, la présence syndicale, la taille de l’établissement et un type de relations professionnelles dans lequel la place des syndicats est reconnue. En revanche, les données ne permettent pas d’étayer l’hypothèse générationnelle : Le taux de sympathie des jeunes salariés à l’égard des syndicats est faible, mais à la différence du taux de syndicalisation il ne varie pas de façon significative avec l’âge.
Les études de cas mettent en lumière les modalités de l’engagement des jeunes et d’en préciser les conditions. Si toutes les organisations syndicales enquêtées s’accordent sur le constat d’un déclin des effectifs, les jeunes travailleurs ne constituent pas toujours un public prioritaire. Nous y avons rencontré des réticences, voire des résistances à l’élaboration d’une politique syndicale spécifique en direction des jeunes, mais aussi des efforts à intégrer ou soutenir des initiatives alter- ou para-syndicales des jeunes. Du coté des jeunes engagés, nous constatons la diversité de leurs trajectoires sociales, contextes de travail et façons de s’engager. L’apprentissage des savoirs militants et techniques est un enjeu central pour tous les groupes. Les structures syndicales y ont un rôle important à jouer aussi bien que la transmission entre pairs, mais ces processus peuvent être fragilisés, à la fois par l’instabilité des collectifs de jeunes et des résistances parmi les
générations de militants plus avancées en âge et en situation de pouvoir. La création desconditions qui permettent non seulement l’entrée mais le maintien des jeunes dans l’engagement – et l’ouverture à leurs préoccupations souvent « nouvelles » à cause de leur position excentrée au salariat classique – parait ainsi un enjeu fondamental pour une politique syndicale de jeunesse.

Rapport_final_CGT_JEUNES