JE Les collaborateurs des directions syndicales et patronales, 7 et 8 avril 2022

Le 7 et 8 avril prochain au Laboratoire d’économie et de sociologie du travail, à Aix-en-Provence, auront lieu deux journées d’étude intitulées « Les collaborateurs des directions syndicales et patronales. Contribution à une sociologie politique de la professionnalisation des mondes du travail militant ».

Présentation des journées d’étude :

Consacrées à l’étude des collaborateurs des directions syndicales et patronales, de leur profil, de leur rôle comme de leurs conditions au travail, ces journées d’études s’organisent autour d’un double objectif. Le premier est d’explorer ce qu’une entrée par les entourages des élites syndicales et patronales, encore peu explorée, peut apporter à la compréhension des dynamiques de leur professionnalisation et des modalités de production des politiques qu’elles mettent en œuvre. Dans le même temps, ce champ de recherche permet de prolonger à partir de nouveaux terrains d’enquête les questionnements développés par la sociologie du travail et des collaborateurs politiques sur la circulation des élites économiques et politiques, les modes d’organisation et de division du travail politique, et les dilemmes engendrés par le développement de l’emploi salarié dans les organisations militantes.

Vous trouverez ci-dessous le programme des journées :

Journée d’étude sur les pratiques du dialogue social – 8 mars

La 2e journée d”étude commune au RT 18 “Relations professionnelles” de l’Association Française de Sociologie et au GRT “Dialogue social” de l’Association francophone de Gestion des Ressources Humaines se tiendra le 8 mars prochain, en présentiel hybride, à la Maison des Sciences de l’Homme de Paris Nord.
 
Ces journées d’étude communes se donnent pour objectif de mettre en perspective et en discussion les outils théoriques, les questionnements et les méthodes à partir desquelles es sciences de gestion et la sociologie des relations professionnelles appréhendent le champ des acteurs et des pratiques du “dialogue social”.
 
Dans cette optique, cette journée d’étude est dédiée à la restitution de travaux de recherche consacrés l’analyse des pratiques managériales du dialogue social.
 
 
Le programme et les modalités d’inscription sont indiquées dans le document ci-dessous.

Portrait de jeune chercheuse : Chloé Biaggi, « Le travail de gestion des relations sociales. Pratiques, savoir-faire et carrières de cadres des ressources humaines »

Portrait Chloé BiaggiVotre thèse, réalisée au sein du Centre Maurice Halbwachs et du Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail sous la co-direction de Michel Offerlé et de Paul Bouffartigue, s’intitule « Quand les relations sociales sont un travail. Pratiques, savoir-faire et carrières de cadres des ressources humaines ». Qu’est-ce qui vous a intéressée dans ce sujet ?

Je m’intéresse, dans ma thèse, à la manière dont les cadres de direction des entreprises utilisent l’action syndicale et représentative, la contournent ou s’en accommodent, et gèrent les conflits au travail. Il s’agit d’une approche originale pour aborder la question des relations professionnelles : la majorité des études sur ce thème s’appuient plutôt sur des terrains centrés sur les syndicats. Je propose au contraire de remettre les acteur.e.s des directions d’entreprises au cœur de l’analyse. « Passer de l’autre côté du bureau » permet de renouveler le regard porté sur les dynamiques des relations professionnelles, tout en prolongeant la réflexion sur les formes de la domination patronale.

Continuer la lecture

AAC Emotions, épreuves, morale : une nouvelle cartographie pour l’analyse des relations professionnelles ? AISLF CR 25

Association internationale des sociologues de langue française Colloque inter congrès – Université de Mons, 23-25 mai 2022.

Appel à communications du CR25 Sociologie des relations professionnelles et du syndicalisme

Emotions, épreuves, morale : une nouvelle cartographie pour l’analyse des relations professionnelles ?

La thématique générale du congrès de l’AISLF en 2020 était celle de la société morale. Selon l’argumentaire avancé, cette « configuration morale » toucherait la société dans son ensemble, et marquerait l’acteur social, devenu individu, dans tous les registres de sa vie sociale. Elle concernerait donc le travail, les rapports que l’acteur entretiendrait avec lui et ceux qui en font un enjeu au sein des relations professionnelles. Au point de se demander, comme nous l’avons fait dans l’appel propre au CR25 en 2020, si ces dernières sont également affaire de morale. La réponse à cette question n’est pas si évidente qu’il n’y paraît. D’un côté, comme nous l’écrivions lors du lancement de cet appel, on peut être surpris par cette prise de conscience récente. Sans remonter aux pères fondateurs pour qui les faits sociaux ont toujours eu « une structure normative et morale » (Pharo, 2006), les sociologues du travail ont le plus souvent considéré que la division sociale du travail comportait également une dimension morale – au sens où les principes de différenciation et d’évaluation qu’elle intègre s’appuient également sur des critères de légitimité et de respectabilité. Et parmi eux-elles, les sociologues des relations professionnelles s’intéressent de longue date aux valeurs et aux dimensions normatives que les acteurs, individuels et collectifs, accordent à leur travail et qui modèlent leurs rapports respectifs. Mais d’un autre côté, la transformation du travail et des régimes d’emploi semble avoir bouleversé en profondeur la nature et le contenu de ces enjeux normatifs. De fait, l’expérience au/du travail, et les revendications sociales qui lui sont liées, n’empruntent-elles pas davantage aujourd’hui au registre moral et ne s’expriment-elles pas sur un mode singulier, ne serait-ce que parce que les nouvelles formes de travail donnent une importance accrue au rapport subjectif à ce dernier ?

Continuer la lecture

15/12 : Séminaire du Symett, Chloé Biaggi présente sa thèse

Chloé Biaggi présente sa thèse « Quand les “relations sociales” sont un travail. Pratiques, savoir-faire et carrières de cadres des ressources humaines »

15 décembre : 14h00 – 16h00, salle à confirmer

  • Chloé Biaggi est docteure en sociologie politique au Centre Maurice Halbwachs (CMH).
    Ses thèmes de recherche sont : la sociologie des cadres dirigeants et des consultants, les relations professionnelles (négociation collective, instances représentatives du personnel), la gestion des ressources humaines et des relations sociales et la sociologie du syndicalisme et des conflits au travail.

Séminaire Travail, relations professionnelles & mobilisations – Programme 2021-2022

LE TRAVAIL SALARIÉ DANS LES ORGANISATIONS MILITANTES

Décloisonner les objets, croiser les questionnements

  • Les permanents de partis politiques

Séance 1 – Lundi 15 novembre 2021, (10h)

Philippe Aldrin, Sciences Po Aix – MESHOPOLIS 

Autour de ses travaux sur les salariés du Parti socialiste. 

 
  • Le travail des salariés des organisations syndicales 

Séance 2 – Lundi 6 décembre 2021, (13h30)

Olivier Fillieule, Université de Lausanne 

Autour de l’ouvrage collectif qu’il a codirigé sur les salariés des syndicats suisses. 

 

Continuer la lecture

Colloque : La contribution de l’Institut des Sciences Sociales du Travail à la construction d’une université ouverte

LA CONTRIBUTION DE L’INSTITUT DES SCIENCES SOCIALES DU TRAVAIL A LA CONSTRUCTION D’UNE UNIVERSITE OUVERTE

Colloque organisé dans le cadre du jubilé de l’Université Paris 1, Panthéon-
Sorbonne et des soixante-dix ans de la création de l’I.S.S.T.

Vendredi 3 décembre 2021
Université Paris1, Panthéon-Sorbonne

Lieu : ISST (salle Marcel DAVID), 16 Bd Carnot, 92 340 BOURG-LA-REINE

(RER B, station Bourg-la-Reine)

Continuer la lecture

AAC Revue Négociations : Quand le digital s’invite dans le monde du travail : quel ordre négocié ?

Appel à contributions (date de clôture : 15 février 2022)

La centralité grandissante des technologies digitales dans le monde du travail n’a pas manqué d’interpeler les chercheurs et chercheuses en sciences sociales qui y ont consacré une littérature foisonnante ces dernières années. Le temps des spéculations pour savoir s’il faut se réjouir ou s’inquiéter de cette évolution semble désormais dépassé et, avec lui, la polarisation excessive du débat académique. Les discours apologétiques (plus grande liberté au travail, fin des discriminations, des organisations plus performantes…), comme les discours catastrophistes (appauvrissement, voire disparition, du travail, contournement des régulations sociales…), qui ont en commun un penchant pour le déterminisme technologique dès lors qu’ils négligent l’analyse des conditions de ces prédictions, ont laissé la place à une analyse plus nuancée et plus sensible aux effets différenciés des technologies digitales. Leurs effets sur la relation d’emploi ne sont, en effet, ni bons ni mauvais par nature mais dépendent de la manière dont elles seront régulées.

Continuer la lecture

AAC : Syndicats et patronats face à l’action publique : des « groupes d’intérêt » comme les autres ?

16ème Congrès de l’AFSP (Lille, 5-7 juillet 2022)

ST 42

Syndicats et patronats face à l’action publique : des « groupes d’intérêt » comme les autres ?

Trade unions and employers’ organizations facing public action: are they “interest groups” like any others?

Responsables scientifiques :

  • Yolaine Gassier, Université Lyon 2, LEST-MESOPOLHIS, yolaine.gassier [ at ] univ-lyon2.fr
  • Guillaume Gourgues, Université Lyon 2, TRIANGLE, guillaume.gourgues [ at ] univ-lyon2.fr

Le rôle des groupes d’intérêt dans la production de l’action publique constitue une question classique de la science politique. Elle a pourtant rarement été étudiée sous l’angle de la place particulière qu’y occupent les syndicats de salariés et patronaux, et ce malgré les spécificités qui peuvent les distinguer d’autres groupes organisés, comme le poids du cadre législatif sur le niveau de leurs ressources. Si ces spécificités sont peu traitées par les spécialistes de l’action publique, la sociologie des relations professionnelles, en miroir, se désintéresse bien souvent de leur action en dehors des entreprises ou des branches. Les recherches vont alors se concentrer sur des dimensions ciblées, et peu liées entre elles, de leur place dans l’action publique : la perte d’influence des syndicats de salariés sur la définition de l’action publique qui accompagne leur fragilisation dans l’espace des relations professionnelles, ou au contraire la capacité des « milieux d’affaire » à façonner les politiques publiques qui les concernent. 

Continuer la lecture

Les États-Unis vers une assurance santé universelle : les dilemmes des syndicats. Séminaire international de l’IRES

Jeudi 18 novembre 2021

Séminaire international de l’Ires

10h00 – 12h00 en visio-conférence

Les États-Unis vers une assurance santé universelle :

les dilemmes des syndicats

Intervenante : Catherine Sauviat, économiste, chercheure à l’IRES 

Discutante : Anne-Laure Beaussier, chargée de recherche au CNRS, Sciences Po, Centre de sociologie des organisations

 

Contrairement aux syndicats français, les syndicats aux Etats-Unis ne jouent aucun rôle dans le pilotage des principaux programmes publics d’assurance santé, même s’ils ont joué un rôle primordial dans leur adoption. En revanche, ils sont partie prenante de la couverture santé professionnelle via l’emploi, qu’ils négocient exclusivement à destination de leurs membres dans les établissements où ils sont parvenus à s’implanter. Ils ont de ce fait contribué, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, à la construction d’un marché privé du risque santé dont ils sont devenus l’un des piliers, et l’un des principaux défenseurs aux côtés des employeurs et des compagnies d‘assurance. Cet équilibre est cependant en train de se fissurer, une évolution qui pourrait progressivement ouvrir la voie à l’adoption d’une assurance santé universelle aux Etats-Unis, voire d’un système à caisse unique.

Inscription obligatoire à contact [ at ] ires.fr

Le séminaire international de l’IRES est un rendez-vous bimensuel qui se penche sur les enjeux du syndicalisme dans une perspective inter- et transnationale. Il intéresse aussi bien les syndicalistes que les chercheur·es. Pour en savoir plus, cliquez ici.

JE “La Qualification du travail : héritages et perspectives”, 15 septembre 2021

15 septembre 2021
Sur place et en visio-conférence Conservatoire national des arts et métiers 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris (salle 17.2.20)
14h-17h15

La qualification professionnelle ou qualification au travail a fait l’objet d’intenses débats depuis les années 1950. Que l’on définisse la qualification au regard d’un métier, d’un poste de travail, d’un emploi ou d’une fonction, l’objectif invariant reste la construction d’un ordre articulé sur une hiérarchie formelle, fondée sur des critères objectifs et symboliques. Si l’idée que la définition de la qualification devait résulter d’un compromis social entre les acteurs des relations professionnelles (autour du diplôme, de l’ancienneté, du poste de travail, etc.) s’est peu à peu imposée, l’émergence de la notion de compétence dans les années 1990 va raviver les débats. En permettant de mettre en œuvre des logiques d’individualisation de la relation de travail, de mobilité ou encore de rémunération, la compétence a mis en cause les repères collectifs élaborés dans les accords collectifs nationaux ou les statuts d’entreprises publiques. Cette « logique compétence » coïncide avec les analyses sur la non-qualification, voire sur une disqualification sociale affectant de larges fractions de travailleurs et/ou citoyens. Mais la notion de qualification est-elle pour autant obsolète ? L’élargissement de la couverture conventionnelle à pratiquement tous les secteurs d’activité suppose toujours de définir les repères normatifs d’un classement social des salariés. La logique de la compétence elle-même semble s’être modifiée, pour se centrer sur l’élaboration de référentiels de la formation. Enfin, l’injonction à l’employabilité d’une part, au professionnalisme de l’autre, si elle justifie de faire varier les cadres d’emploi (alternance, contrats courts ou longs, etc.) trouve toujours dans son horizon la stabilisation dans l’emploi qualifié. Ces éléments ne signalent-ils pas une actualité de la qualification, justifiant de revenir sur les enjeux dont elle est porteuse ? Cette journée d’étude propose de revisiter l’enjeu de la qualification dans ses différentes dimensions (spatiales, temporelles, sectorielles, etc.) en faisant dialoguer des chercheurs et experts d’horizons disciplinaires différents qui, par leurs travaux respectifs, apportent une lecture des enjeux contemporains de la qualification.

Portait de jeune chercheur : Pierre Rouxel, « Spatialités syndicales dans le capitalisme global. Une ethnographie comparée de quatre collectifs syndicaux en France et en Argentine »

Photo Pierre RouxelVotre thèse, réalisée au sein du laboratoire Arènes sous la direction de Christian Le Bart et Juan Montes Cato, s’intitule « Spatialités syndicales dans le capitalisme global. Une ethnographie comparée de quatre collectifs syndicaux en France et en Argentine ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Un premier objectif de mon travail était d’éclairer les transformations du syndicalisme au sein d’un de ses bastions traditionnels : les grandes entreprises industrielles. Un de mes constats de départ était en effet celui d’une relative méconnaissance des dynamiques syndicales à l’œuvre dans ces espaces professionnels, au-delà des moments spécifiques et médiatiques des plans de suppressions d’emplois et des fermetures d’usine. Cet angle mort de la littérature se comprend notamment au regard des orientations de la sociologie du syndicalisme depuis les années 2000, qui s’est notamment renouvelée et enrichie au travers l’étude de la « revitalisation » des organisations syndicales et de leurs stratégies d’ancrage et de redéploiement auprès des fractions « inorganisées » et les plus précaires du salariat. Par une sorte de mouvement de balancier, les grandes entreprises industrielles, historiquement sous le feu des projecteurs des sciences sociales, ont été moins étudiées, bien qu’elles présentent encore aujourd’hui des niveaux de syndicalisation plus élevés qu’ailleurs. On sait finalement peu de choses des logiques de reproduction des collectifs militants et de l’évolution des stratégies mises en œuvre par des délégué.e.s confronté.e.s aux restructurations « permanentes » d’entreprises financiarisées et internationalisées.

Continuer la lecture

9e Congrès de l’AFS : programme des sessions du RT18

Session n°1 : mardi 6 juillet 10h30 – 12h30

Quels changements dans les pratiques syndicales ?  – Session croisée RT18 / RT25

Animation : Jean-Pierre Durand et Camille Dupuy

  • Marie Benedetto-Meyer, Laurent Willemez, « Les usages syndicaux des réseaux sociaux numériques : enjeux organisationnels et inscription dans les pratiques syndicales »
  • Mathieu Hocquelet, « Mobiliser et organiser les travailleurs des services en ligne :  Le virage numérique d’Organization United for Respect at Walmart »
  • Willy Gibard, « Le syndicat CGT du livre en mutation ? Déstabilisation des relations professionnelles et transformation des pratiques en pleine crise sanitaire »
  • Lucie Goussard, Fabien Brugière, Sabine Fortino, Danièle Linhart, Guillaume Tiffon, « Derrière le masque du consensus, divergences syndicales autour des enjeux de santé mentale au temps des CSE »

Continuer la lecture

Appel à articles pour la Nouvelle Revue du Travail : « Transformations du capitalisme et recompositions du système des relations professionnelles depuis un quart de siècle »

Corpus animé par Jean-Michel Denis, Catherine Vincent, Hervé Champin et Marnix Dressen-Vagne

La transformation du monde du travail prend la forme d’une mutation globale. Elle touche le travail comme activité mais également ses acteurs, ses institutions ainsi que les espaces dans lesquels ils se déploient. Depuis le début des années 2000, les relations professionnelles ont davantage changé en France qu’en un demi-siècle, suivant de près des transformations similaires observées ailleurs dans le monde. Ce changement s’inscrit dans celui, plus général, du capitalisme au 21e siècle marqué par plusieurs tendances lourdes, en termes de globalisation, de financiarisation, de numérisation, de montée de l’économie des services et d’évolution des normes – nationales comme internationales – qui encadrent le travail. Ces dynamiques du capitalisme contemporain, qui surtout dans les pays du Nord, remettent en cause le statut salarial et les institutions du travail, et qui, dans les pays du Sud », entretiennent l’absence de droits sociaux ou en entravent la progression, transforment les relations professionnelles, non seulement comme univers de pratiques, mais aussi comme champ disciplinaire. Elles induisent une refonte des schémas d’analyse des relations de travail, historiquement construits dans le cadre de la prééminence de l’entreprise industrielle intégrée, du lien de subordination et de la coopération dans la confrontation d’acteurs représentatifs et institutionnels. D’autant que cet ensemble de mutations s’est accompagné, en particulier en France au cours de ces dernières décennies, de très nombreuses réformes législatives dont l’orientation commune est de faire du « dialogue social » la « forme légitime des relations sociales », et de l’entreprise l’espace pertinent des relations professionnelles (Bouffartigue et al., 2016). Cette visée – quelque peu paradoxale puisque le renforcement du « dialogue social » désiré par l’État s’accompagne de sa méfiance renouvelée à l’égard des « forces intermédiaires » (Bisignano et al., 2018 ; Freyssinet, 2018), et qu’il décentralise la négociation collective à l’échelon de l’entreprise à un moment où son unité juridique et politique a tendance à se déliter – a également contribué à une complexification du système de relations professionnelles, ainsi qu’à une reconfiguration des pouvoirs institués et à une fragilisation des capacités de résistance de la part des salariés et de leurs organisations représentatives.

L’ambition de cet appel à articles est de revenir sur cette dernière période de transformation des relations professionnelles en s’intéressant à ses différents volets. Les relations professionnelles comme champ d’étude par exemple. Ici, l’objectif n’est pas uniquement d’évoquer les mutations sémantiques, terminologiques voire méthodologiques à l’œuvre dans les recherches qui analysent la transformation des rapports de travail et leurs effets sur les acteurs et les institutions des relations professionnelles. Il s’agit plutôt de questionner la catégorie elle-même en tant qu’elle désigne par métonymie une manière bien particulière d’appréhender les relations dans l’univers productif mais aussi une longue tradition d’enquêtes, une discipline à part entière et des institutions d’enseignement, en particulier dans les pays anglo-saxons. Partout, celle-ci semble s’affaiblir, ce qui interroge nécessairement sur sa capacité heuristique à analyser cet univers en plein bouleversement.
L’espace des relations professionnelles peut constituer une autre voie d’entrée, et à l’intérieur de celui-ci, ses acteurs et ses institutions. Il s’agit autant de dresser un état des lieux des transformations qui modifient l’espace des relations professionnelles (du micro au macro, c’est à dire de la TPE au supranational) que de s’interroger sur ce qui constitue aujourd’hui les niveaux pertinents pour l’action, la représentation et la négociation, ainsi que le principe d’articulation entre les différents niveaux de relation entre les acteurs. La capacité et la légitimité de ces derniers à intervenir dans ces différents espaces, leur autonomie pour le faire, l’émergence d’acteurs alternatifs et/ou concurrents forment autant d’éléments à questionner.
Enfin, les relations professionnelles constituent également un ensemble de pratiques en mutation permanente. Comment celles-ci s’adaptent-elles à un monde du travail de plus en plus global mais en même temps toujours plus fragmenté ? Là aussi, les pratiques « traditionnelles » se voient bousculer, de la négociation collective à la grève. Mais par quoi sont-elles remplacées et pour quels résultats ?

Continuer la lecture