Portrait de jeune chercheur : Lucas Winiarski, «  À contresens dans la CGT ? Le déploiement entravé des comités CGT de privés d’emploi et précaires à l’échelle locale et confédérale »

Votre thèse, réalisée au sein du laboratoire Triangle sous la direction de Sophie Béroud s’intitule «  À contresens dans la CGT ? Le déploiement entravé des comités CGT de privés d’emploi et précaires à l’échelle locale et confédérale ». Qu’est-ce qui vous a intéressé sur ce sujet ?

Ma recherche s’est située dans la continuité de mon parcours universitaire. En Master 1 de science politique, mon travail s’est orienté vers les jeunes travailleurs engagés. En Master 2 en science politique, j’ai étudié la création du comité chômeur de Saint-Étienne. Mes travaux de recherches ont tous concerné des thématiques adjacentes : le chômage, la précarité, la politique et le syndicalisme « ouvrier », les mouvements sociaux, l’organisation et la mobilisation des travailleurs précaires.

L’objectif de ma thèse a été de compléter les travaux sur les dynamiques de mobilisation ou de non-mobilisation des précaires. Elle a visé à renseigner la façon dont les organisations syndicales, en l’occurrence la CGT, intègrent les composantes les plus instables du salariat et montre ce que cette intégration (ou difficile intégration) dit de leur capacité d’adaptation aux nouvelles réalités de l’emploi. Il s’agissait d’examiner l’organisation des chômeurs et des précaires au sein de la Confédération Générale du Travail, d’analyser les formes d’organisation des sans-emplois et des précaires, groupes souvent parlés et de donner à voir et à entendre une population qui apparaît peu au-devant de la scène. L’ambition de ma thèse était d’abord de combler le manque de connaissances scientifiques, sur les raisons de la « non mobilisation » de la catégorie sociale des travailleurs précaires. En effet ceux-ci auraient a priori tout intérêt à se syndiquer pour que leurs revendications bénéficient d’une caisse de résonance et, de leur côté, que les organisations syndicales auraient elles aussi « intérêt » à les organiser pour pouvoir se renforcer. Je souhaitais comprendre pourquoi une partie importante du salariat s’intégrait difficilement dans l’activité syndicale et où se situaient les éventuels freins et blocages.

Cette thèse interroge la place des travailleurs privés d’emploi et précaires au sein de la CGT à trois niveaux : au niveau individuel avec le parcours et les représentations entretenues par les militants, au niveau local via les comités de travailleurs privés d’emploi et précaires présents sur les villes et/ou les départements et au niveau national avec le Comité National des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires. Elle vise à analyser les effets de l’organisation de chômeurs à la CGT : les blocages, les résistances, le redéploiement sur de nouveaux secteurs d’activités, etc. Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheuse : Anaïs Bonanno, « Des guichets aux contrôles. L’inspection du travail et ses publics dans la mise en conformité au droit »

–       Votre thèse, réalisée au sein du laboratoire Triangle sous la direction de Sophie Béroud et de Jérôme Pélisse, s’intitule « Des guichets aux contrôles. L’inspection du travail et ses publics dans la mise en conformité au droit ». Qu’est-ce qui vous a amené à travailler sur ce sujet (Votre intérêt scientifique, votre parcours, conditions matérielles telles que la nature de financement, etc.) ?

Au moment où j’ai commencé à réfléchir à un sujet de thèse, j’avais déjà effectué un mémoire de master 2 en sociologie du travail, sur les contrôleurs et contrôleuses de train de la SNCF. Je souhaitais continuer à faire de la sociologie du travail mais je voulais sortir de l’approche monographique qui avait alors été la mienne. C’était l’époque des mobilisations contre la loi Travail, qui, en laissant plus d’autonomie de négociation aux entreprises au détriment de la régulation juridique, a pu être analysée comme le point culminant d’un processus de désétatisation du droit du travail. Un certain nombre d’agents de l’inspection du travail et de leurs organisations syndicales étaient mobilisé·es contre cette réforme : à cette occasion, j’ai découvert leur métier et leurs prérogatives. J’ai été marquée par la position pivot des agents de cette institution entre les salarié·es et les directions d’entreprise, deux catégories d’acteur·ices des relations professionnelles situé·es de part et d’autre du contrat de travail. Prendre l’inspection du travail comme objet d’étude, et en particulier les quelques 2000 agents chargé·es du contrôle des entreprises, me semblait être une bonne porte d’entrée pour analyser les relations professionnelles dans les entreprises de droit privé, le rôle que l’État y joue, et la place que prend le droit comme répertoire d’action dans les pratiques des salarié·es, des représentant·es du personnel et des directions d’entreprise. L’année suivante, j’ai eu la chance d’obtenir un contrat doctoral, suivi de deux contrats d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche, qui m’ont permis de financer cette recherche. Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheur : Nicolas Simonpoli, “La Griffe Cégétiste : une sociologie historique de la reconversion professionnelle des cadres syndicaux de la CGT (années 1970-2010)”

Pouvez-vous nous présenter brièvement votre domaine de recherche et le sujet de votre thèse ?

Mes recherches s’inscrivent en sociologie du syndicalisme et des relations professionnelles. Plus particulièrement, je m’intéresse aux trajectoires des dirigeants syndicaux et, notamment, de ceux qui ont occupé une fonction de permanent, c’est-à-dire ceux qui, pendant une période donnée, ont consacré l’ensemble de leur temps de travail à l’action syndicale. Dans ma thèse, intitulée la Griffe cégétiste, soutenue en novembre 2020 à l’Université Paris Nanterre, je réalise une sociologie historique des reconversions professionnelles des dirigeants de la Confédération générale du travail des décennies 1970 à 2010.

Quelles ont été les principales découvertes ou contributions de votre thèse dans votre domaine de recherche ?

En m’intéressant aux reconversions des permanents, j’avais pour objectif de renseigner les parcours professionnels des dirigeants de haut niveau. C’est un pan relativement méconnu de la sociologie du syndicalisme. Si la littérature renseigne bien la manière dont des militants syndicaux sont pris dans un processus de professionnalisation qui les conduit à devenir « des professionnels » du syndicalisme, on sait finalement peu de choses sur la manière dont se déroule ensuite la carrière des permanents et, a fortiori, comment une partie d’entre eux sont conduits à se reconvertir. C’est donc cette question qui m’a intéressé.

Par ailleurs, poser la question des reconversions est également un moyen d’interroger à nouveau frais l’enjeu de la crise du syndicalisme, en l’abordant sous l’angle de ses conséquences sur l’organisation. On constate en effet que le rythme des reconversions s’accélère au milieu des années 1980, c’est-à-dire au moment où les organisations syndicales, confrontées à la baisse de leurs effectifs, n’ont plus les moyens financiers d’assurer un salaire à une partie de leurs cadres militants. La chute des adhésions entraine donc une conséquence organisationnelle qui n’a rien de simple à gérer parce qu’elle implique des hommes et des femmes qui se sont engagés durablement dans l’action syndicale. Continuer la lecture

Rentrée littéraire : 3 ouvrages de sociologie des relations professionnelles

Le RT18 signale la parutions en cette rentrée 2023 de trois ouvrages en sociologie des relations professionnelles, fruits d’enquêtes collectives de longue durée.

Didry Claude (dir.), Face au covid, l’enjeu du salariat, Paris, La Dispute, 2023.

À partir d’une enquête sur sept secteurs d’activité menée pendant la pandémie liée à la Covid-19, cet ouvrage démontre à quel point les institutions du salariat – de la sécurité sociale au syndicalisme – se sont avérées indispensables pour protéger les travailleurs et permettre la continuité des activités économiques. Ainsi, face à l’austérité imposée aux dépenses de santé, c’est un système hospitalier affaibli qui a fait preuve de l’efficacité de son engagement dans la prise en charge des malades, contraignant le pouvoir à prêter une oreille attentive aux revendications des travailleurs et travailleuses de la santé. Parallèlement, alors que le droit du travail est remis en cause au nom d’une disparition du salariat prophétisée depuis les années 1990, la structure de l’emploi stable s’est révélée essentielle pour gérer la crise économique. Les syndicats ont à ce titre joué un rôle crucial en négociant des protocoles sanitaires.

Vous pouvez retrouver la table des matières ici : https://ladispute.fr/wp-content/uploads/2023/06/TdM_Face-au-covid-lenjeu-du-salariat.pdf

Giraud Baptiste, Signoretto Camille (dir.), Un compromis salarial en crise. Que reste-t-il à négocier dans les entreprises ?, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2023.

Combinant analyse statistique et enquêtes de terrain, cet ouvrage éclaire la situation paradoxale d’une négociation d’entreprise promue comme le nouveau levier de construction du compromis salarial, mais devenue fortement déséquilibrée du fait des transformations du capitalisme, des bouleversements des règles de la négociation et de l’affaiblissement des syndicats. Mais, si les salariés et leurs représentants ont été partout mis sous pression dans leur capacité à négocier les conditions de leur engagement dans le travail, l’ouvrage met aussi en évidence comment varient, en fonction des contextes d’entreprise et de la présence syndicale, les formes de la domination patronale, de la représentation du personnel et la nature des compromis qui y sont négociés. En analysant la crise du compromis salarial, cet ouvrage s’attache en particulier à penser ensemble les métamorphoses du syndicalisme, du capitalisme et de ses modes de régulation.

Yon Karel (dir.), Le syndicalisme est politique, Paris, La Dispute, 2023.

Cet ouvrage collectif de chercheur·euses et militant·es propose, en faisant la synthèse de travaux récents, de rouvrir le débat stratégique dans le mouvement syndical. L’ouvrage revient à la fois sur le grand mouvement social du printemps 2023 contre la réforme des retraites mais aussi sur les répercussions, en particulier dans le champ syndical, du mouvement social inattendu qu’ont constitué les Gilets jaunes, de la nouvelle dynamique féministe ainsi que des nouvelles luttes contre la crise climatique, contre le racisme et contre la gestion capitaliste du travail et de l’emploi. Pour les auteur·ices, ces bouleversements imposent au syndicalisme de redéfinir les formes autant que le périmètre et l’horizon de son action.

Vous pouvez retrouver la table des matières ici : https://ladispute.fr/wp-content/uploads/2023/06/TdM_Le-syndicalisme-est-politique.pdf

Programme du Cycle de Séminaires « Transformation du travail et de sa représentation : perspectives comparées » (SYMETT) 2023-2024, en hybride

Le séminaire SYMETT (Syndicalisme, Méthodes, Théories, Terrains), interne au laboratoire TRIANGLE (CNRS, Université Lyon 2, ENS de Lyon), propose, en partenariat avec des membres du laboratoire MÉTICES (Université libre de Bruxelles), un cycle de séances intitulé « Transformation du travail et de sa représentation : perspectives comparées ».

L’objectif de ce cycle est de discuter, de façon comparée, des formes d’action et de représentation des travailleur.s·euses dans des contextes économiques profondément marqués par des décennies de prédominance du capitalisme financier et de transformation de l’action publique. Plus précisément, mais sans se limiter à ce seul acteur, on s’interrogera sur la façon dont les syndicats font face aux processus de précarisation des emplois, des conditions de travail, à la transformation des entreprises, des formes de production et de circulation des biens et des services.

Retrouvez le programme sur ce lien : https://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique493

Des informations plus précises seront disponibles au cours de l’année sur le carnet du séminaire SYMETT : https://symett.hypotheses.org/

14 avril 2023 à l’ISST de Bourg-la-Reine – Les 5e Rencontres ISST-IRES : Les ordonnances de 2017  : quels effets ? (II)

Les 5e Rencontres ISST-IRES : Les ordonnances de 2017  : quels effets ? (II)

14 avril 2023

ISST 16 Bd Carnot, 92340 Bourg-la-Reine

5e rencontre Isst-Ires

Les 5e Rencontres de l’Ires et de l’ISST qui se tiendront le 14  avril 2023 sur le site de l’ISST à Bourg-la-Reine, constituent la deuxième journée que ces deux instituts souhaitent consacrer aux effets des ordonnances de 2017. Fidèles à l’esprit des journées organisées en commun depuis plusieurs années maintenant, l’objectif de ces rencontres est de faire intervenir des observateurs et spécialistes provenant de plusieurs disciplines (sociologues, économistes, juristes, etc.) et d’ouvrir le débat au-delà de la seule communauté scientifique, en y associant responsables syndicaux et praticiens de la négociation collective, afin de pouvoir nourrir la réflexion d’éléments empiriques et d’expériences concrètes.

Cette deuxième séance met l’accent sur les questions sur la modification des barèmes de licenciement, l’évolution du contenu et des modalités de signature des accords collectifs, les nouveaux types d’accords : APC, RCC.

__________________________________________________

Les ordonnances du 22 septembre 2017 « relatives au dialogue social et aux relations du travail » ont donné lieu à plusieurs évaluations notamment dans le cadre du comité d’évaluation des ordonnances, abrité par France Stratégie. D’autres sont encore à venir. Elles n’ont que partiellement rempli leur office en raison de l’ampleur du « spectre couvert », mais aussi des effets provoqués par la crise de COVID qui en a logiquement ralenti l’application. Six ans après leur adoption, peut-on dresser un bilan plus avancé de leur mise en place dans les entreprises et de leur adoption par les acteurs ? L’enjeu est d’importance car ces ordonnances réforment des aspects majeurs de la relation de travail et du dialogue social et qu’elles modifient de nombreuses dispositions du code du travail.

Examiner les impacts des ordonnances de 2017, c’est interroger leur effectivité mais aussi l’efficacité des mesures qu’elles contiennent, au regard des attentes qui leur étaient associées par le monde politique et économique. C’est en l’occurrence, pour cette journée, questionner les objectifs assignés à ces réformes en matière d’emploi et de contrat de travail, et en particulier ceux visant à : simplifier et sécuriser les procédures de licenciements pour les employeurs avec l’objectif de favoriser l’emploi ; réduire le risque de contentieux et donner plus de visibilité financière aux entreprises en cas de contestation ; et trouver des voies alternatives et sécurisées aux licenciements traditionnels.

Inscription obligatoire auprès de Caroline Aujoulet : contact@ires.fr

ISST, Bourg-La-Reine, 16 Bd Carnot, 92340 Bourg-la-Reine

____________________________________________________

Programme provisoire

9:30 accueil-café
10:00 : Ouverture 

• Stéphanie MEUNIER, Présidente du Conseil d’administration de l’ISST (à confirmer)
• Fabrice COQUELIN, Président de l’Ires

10:15-12:15 Session 1 – Après les ordonnances, quel impact des barèmes ?
Animation :  Catherine VINCENT (IRES)

  • Introduction Emmanuelle PROUET (France stratégie)
  • Raphaël DALMASSO (Univ. Nancy) et Camille SIGNORETTO (Univ. Paris I): l’impact du barème d’indemnités de licenciement sans cause réelle et sérieuse
  • Christophe VIGNEAU (ISST, Univ. Paris I): Les résistances des juges de fond au barème
  • Michel MINE (Cnam) : Le plafond indemnisation en cas de licenciement illégal

      • Points de vue d’acteurs syndicaux
      • Échanges avec la salle

Buffet

14:00-16:00: Session 2 – Après les ordonnances, que changent les APC ?
Animation : Arnaud CASAO (ISST, Univ. Paris I)

  • Antoine NABOULET (France stratégie) : La démarche d’évaluation des ordonnances
  • Mathilde PESENTI (Dares) : Les APC, quels usages ?
  • Hélène CAVAT (Institut du travail, Univ. Strasbourg) : Les enseignements d’une étude empirique sur les APC
  • Christian PELLET (Sextant) : Analyse d’accords APC

      • Points de vue d’acteurs syndicaux
      • Échanges avec la salle

16 :15 Clôture 

 

Portrait de jeune chercheuse : Pauline Grimaud, « Des horaires dérogatoires ordinaires ? Sociologie des conflits et négociations autour du travail nocturne et dominical  »

Pauline Grimaud

Votre thèse, réalisée au sein du Centre de Sociologie des Organisations sous la direction de Jérôme Pélisse, s’intitule « Des horaires dérogatoires ordinaires ? Sociologie des conflits et négociations autour du travail nocturne et dominical ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

J’ai souhaité étudier les conflits et négociations autour du travail dominical et nocturne, lequel concerne un nombre croissant de salarié·e·s depuis les années 1980 en France. La progression des horaires généralement qualifiés d’ « atypiques » fait l’objet de nombreux travaux. En particulier, un vaste champ de recherche les appréhende au prisme de l’articulation des temps sociaux dans un contexte où nos sociétés contemporaines exacerbent la tension entre, d’une part, l’impératif grandissant pour les individus de « concilier » différentes activités sociales et, d’autre part, l’extension des horaires atypiques qui accroît la désynchronisation des emplois du temps (Lesnard, 2009).

Toutefois, la plupart des enquêtes sur les horaires atypiques sont aveugles à certaines spécificités du travail de nuit et du dimanche, notamment à la question des rémunérations. Or, les majorations salariales (ou les repos supplémentaires) jouent un rôle essentiel pour que les salarié·e·s acceptent de travailler le dimanche ou la nuit. J’ai donc souhaité étudier ces horaires non seulement au regard de leur atypicité au sens statistique, mais également du point de vue de la régulation dont ils font l’objet à l’échelle nationale comme au niveau des entreprises. En effet, les repos quotidien la nuit et hebdomadaire le dimanche des salarié·e·s ont été institués comme des normes légales dont il est toutefois possible de déroger – et ce, de façon exponentielle depuis 40 ans – si les entreprises respectent certains critères. Dans cette perspective, je me suis intéressée à la manière dont le recours croissant à ces horaires affecte la relation salariale, et en particulier les rémunérations des salarié·e·s ainsi que les relations sociales entre salarié·e·s, syndicats et patronat.

Quels concepts et auteur.ices avez-vous mobilisé.es pour aborder ces questions ?

J’ai étudié les conflits et les négociations autour du travail de nuit et du dimanche à l’aide du « marxisme sociologique » défini et défendu par Michael Burawoy et Erik Olin Wright (Burawoy et Wright, 2021). Cette approche théorique propose de comprendre les transformations historiques du capitalisme en prenant en compte la manière dont ce système évolue de façon contradictoire, notamment du fait de l’exploitation des travailleur·se·s et de la concurrence entre les capitalistes. En particulier, ce cadre analytique repose sur l’idée que les rapports sociaux de classes fondés sur l’exploitation se reproduisent grâce à des dispositifs institutionnels. Or, ces derniers sont toujours temporaires et entrent régulièrement en crise, ouvrant périodiquement la voie à un renouvellement institutionnel. Pour saisir ces dynamiques, Michael Burawoy mobilise à la fois l’analyse élaborée par Karl Marx et celle de Karl Polanyi qui fait de la marchandisation – et non de l’exploitation contrairement au premier – l’expérience centrale du capitalisme. Ma thèse montre justement l’intérêt d’articuler les notions d’exploitation et de marchandisation pour comprendre l’évolution actuelle de la relation salariale et de la conflictualité au travail. En effet, ces horaires ont régulièrement été l’objet de « conflits polanyiens » (Silver, 2003), c’est-à-dire de luttes sur l’éventuelle marchandisation des plages horaires nocturnes et dominicales, mais aussi de « conflits marxiens » portant sur le niveau de rémunération et donc sur le degré d’exploitation dans les entreprises.

Pour mener à bien cette réflexion sur la double dynamique d’exploitation et de marchandisation accrue de la force de travail sous le capitalisme contemporain, je définis le travail de nuit et du dimanche comme des horaires dérogatoires. Cette notion signifie que ces horaires sont soumis à des restrictions légales partielles et font l’objet d’une régulation spécifique dans les entreprises. En ce sens, le caractère dérogatoire de ces horaires ne repose pas sur un critère purement légal : il s’affirme – ou au contraire, disparaît – selon les règles négociées dans les branches, les entreprises et les établissements. Inspirée des legal consiousness studies, la notion d’horaires dérogatoires renvoie à la légalité ordinaire, c’est-à-dire à l’usage social du droit par les différents acteurs (Ewick et Silbey, 1998), en l’occurrence les représentant·e·s de direction et du personnel.

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données utilisez-vous ?

Ma thèse repose sur un dispositif d’enquêtes mixtes. D’abord, j’ai réalisé une socio-histoire de la règlementation du travail nocturne et dominical et des conflits associés à partir d’un travail sur archives (archives syndicales, sources de presse, textes de la règlementation…). Ensuite, j’ai exploré plus spécifiquement les négociations et les conflits autour de ces horaires dans le commerce. J’ai notamment effectué une observation ethnographique au long cours (2015-2018) de l’intersyndicale parisienne fondée pour lutter contre la généralisation du travail dominical et nocturne dans le secteur. J’ai également mené une série d’entretiens approfondis auprès des acteur·rice·s investi·e·s sur ces enjeux. Enfin, j’ai étudié les règles et compensations négociées pour ces horaires dans les entreprises en mobilisant deux enquêtes statistiques (Conditions de travail et REPONSE – Relations professionnelles et négociations d’entreprise – Dares) ainsi qu’une analyse quantitative et qualitative des accords d’entreprise établis sur le sujet (base D@ccord).

Quelles sont les principales conclusions de votre travail ?

Mon enquête m’a permis d’éclairer les horaires dérogatoires sous trois angles différents.

D’abord, elle s’inscrit en sociologie du droit. J’ai pu éprouver la thèse de l’ambivalence du droit du travail, initiée par des juristes marxistes et aujourd’hui marginale dans le champ du droit contemporain, au prisme d’une analyse sociologique de la règlementation des horaires dérogatoires. J’ai pu ainsi relativiser l’optimisme qui caractérise la sociologie du droit quant à la nature du Code du travail, et contrer l’idée couramment admise d’un droit du travail uniformément protecteur des salarié·e·s au moins jusque dans les années 1980. En effet, les horaires dérogatoires illustrent la malléabilité des règles du Code du travail car la règlementation du repos hebdomadaire le dimanche et quotidien la nuit comprend dès son origine des dérogations légales qui ont évolué en fonction de la capacité de certains secteurs d’activité à faire entendre leurs spécificités. De plus, cette réversibilité du droit s’observe aussi dans les mobilisations juridiques puisque la multiplication des dérogations au repos dominical dans le commerce de détail découle des victoires judiciaires des organisations syndicales qui, par un effet de retour de bâton, ont incité certaines grandes enseignes à réclamer – avec succès – de nouvelles exceptions légales en leur faveur. Largement débattue parmi les chercheurs en sciences sociales aux États-Unis et jusqu’alors ignorée en France, cette notion de retour de bâton désigne un processus par lequel des victoires dans les tribunaux peuvent entraîner une mobilisation intense de la partie adverse et se transformer in fine en revers politique. En l’occurrence, la mobilisation du droit initiée par les organisations syndicales des salarié·e·s du commerce encourage en retour les grandes enseignes à riposter et aboutit finalement, à cinq reprises (en 1993, 2008, 2009, 2013 et 2015), à une extension des possibilités légales de travailler le dimanche ou la nuit.

Ma thèse contribue également à la sociologie des relations professionnelles – et plus précisément à la sociologie du syndicalisme et des conflits du travail. J’ai notamment montré que l’intense conflictualité autour du travail dominical et nocturne dans le commerce résultait surtout des conditions d’emplois que les directions des grandes enseignes avaient instituées pour ces horaires. En effet, ces dernières ont étendu les horaires d’ouverture de leurs établissements en recourant à des emplois à temps partiel et donc à salaire tout aussi partiel, occupés par des personnes peu insérées sur le marché du travail (comme les étudiant·e·s). L’extension des horaires a alors accentué la segmentation de la main-d’œuvre salariée entre d’une part une partie de travailleur·se·s stables employé·e·s la journée et en semaine et d’autre part les salarié·e·s à temps partiel, les premiers voyant l’embauche croissante des seconds comme une menace susceptible de transformer leur emploi durable en « petit boulot ». Cette configuration explique l’opposition tranchée, ancienne et unanime de la plupart des organisations syndicales de salarié·e·s au travail dominical et nocturne.

Enfin, ma thèse s’inscrit dans une sociologie du salariat en éclairant l’évolution des rémunérations au sein des entreprises. J’ai en effet observé que le travail de nuit et du dimanche contribue activement à l’individualisation des rémunérations. En avançant la notion d’inégalités horizontales, j’ai montré que les horaires dérogatoires généraient des différenciations entre salarié·e·s d’une même catégorie socioprofessionnelle selon qu’ils ou elles travaillent (ou non) la nuit et le dimanche, et fragilisaient ainsi les collectifs de travail. Ce processus participe bien à une individualisation de la relation salariale et par voie de conséquence au « nouvel esprit du salariat » tel que l’a analysé Sophie Bernard (2020).

Bibliographie

Bernard S., 2020, Le nouvel esprit du salariat : rémunérations, autonomie, inégalités, Paris, Presses universitaires de France.

Burawoy M., Wright E.O., 2021, Pour un marxisme sociologique, Paris, Éditions sociales.

Ewick P., Silbey S.S., 1998, The common place of law: stories from everyday life, Chicago, University of Chicago Press.

Lesnard L., 2009, La famille désarticulée, Paris, Presses Universitaires de France.

Silver B.J., 2003, Forces of Labor: Workers’ Movements and Globalization Since 1870, Cambridge, Cambridge University Press.

Journée d’étude – 11 mai 2023 – à distance – La participation des salariés en entreprise. Regards croisés de la sociologie et des sciences de gestion

Le GRT « Dialogue social » de l’AGRH (Association Francophone de Gestion des Ressources Humaines) et le RT 18 « Relations professionnelles » de l’AFS (Association française de sociologie) organisent une 3ème journée d’étude commune.

Celle-ci aura pour thème « La participation des salariés en entreprise. Regards croisés de la sociologie et des sciences de gestion ».

Elle aura lieu le 11 mai 2023 en distanciel.

Flyer_3emeJE_GRTDS-RT18_2023-05-11

Même si la journée se déroulera en distanciel, il est nécessaire de s’inscrire en amont pour recevoir le lien de connexion.

Pour vous inscrire, merci de remplir le formulaire suivant :

https://enquetes.univ-lille.fr/index.php/782383?lang=fr

Comité d’organisation :

Juliette Fronty (GRT DS AGRH, Université Toulouse 3 Paul Sabatier)

Pauline Grimaud (RT18 AFS, Sciences Po Paris)

Tristan Haute (RT18 AFS, Université de Lille)

Christelle Havard (GRT DS AGRH, Burgundy School of Business)

En espérant vous y voir (virtuellement) nombreuses et nombreux — Tristan HAUTE

Journée d’étude – 17 mars 2023 Noisy-le-Grand – Enquêter sur le syndicalisme, les conflits du travail et les relations professionnelles à l’international

Date

Vendredi 17 mars 2023, 9 h – 17 h 30

Lieu

IRES
16, boulevard du Mont d’Est
93192 Noisy-le-Grand Cedex
Comment venir ?

Les échanges pourront également être suivis en direct sur la chaîne YouTube de l’IRES :
https://youtu.be/tHzG8oxtgaw

Organisation

Camille Dupuy | DySoLab, U. Rouen Normandie & CEET
Émilien Julliard | IDHE.S, CNRS
Cristina Nizzoli | IRES

Contacts
camille.dupuy@univ-rouen.fr, emilien.julliard@parisnanterre.fr, cristina.nizzoli@ires.fr

Présentation

La sociologie du syndicalisme, des conflits du travail et des relations professionnelles connaît un renouveau depuis une quinzaine d’années en France, par la mobilisation de méthodes d’enquête visant à la production de données originales et d’autres sociologies comme celles de l’action collective et du droit. Ces recherches se fondent en grande majorité sur des terrains français. De façon plus minoritaire, des chercheur·ses recourent à ces mêmes outils sur des terrains étrangers. Ces travaux peuvent présenter des dimensions comparées ou non, retracer des processus transnationaux ou porter sur des échelons internationaux comme nationaux. Cette journée d’étude propose de faire le bilan réflexif de ces travaux, de leurs conditions de faisabilité, des décalages qu’ils requièrent et de leurs apports. Elle se veut un espace d’échanges d’ordre méthodologique et épistémologique entre des chercheurs·ses ayant enquêté sur des « aires culturelles », des « contextes nationaux » et échelles d’action variés.

Programme

9 h – 9 h 30 Accueil café

9 h 30 Introduction de la journée

Camille Dupuy | DySoLab, U. Rouen Normandie & CEET ; Émilien Julliard | IDHE.S, CNRS ; Cristina Nizzoli | IRES

10 h – 12 h Enquêter à l’étranger

La première session porte sur les enquêtes conduites sur des configurations nationales étrangères. Comment le fait d’enquêter sur un terrain étranger façonne les différentes phases de la recherche ? L’enquête à l’étranger implique-t-elle une réflexivité spécifique vis-à-vis de socialisations propres à un cadre national ? La question touche de manière différente des chercheur·ses né·es en France et celles et ceux ayant eu une socialisation primaire dans le pays où l’enquête est menée. Dans quelle mesure des éléments comme la maîtrise de la langue et des codes culturels d’un pays peuvent affecter l’entrée sur le terrain, ainsi que le déroulement de l’enquête ?

Discutante : Sophie Pochic | CNRS, CMH

Isil Erdinc | Université libre de Bruxelles, Metices
Retour sur une enquête dans le monde syndical en Turquie : être outsider et insider à tour de rôle

Kenshin Nakano | Université Aix-Marseille, LEST
Comment enquêter sur le renouveau syndical à l’international ? Exemple à partir d’une comparaison France/Japon

Alexis Roy | CNRS, IMAF
Étudier le syndicalisme en Afrique : réflexions à partir du Burkina Faso et du Mali

12 h – 13 h 30 Déjeuner sur place

13 h 30 – 15 h Enquêter sur le transnational et les échelons internationaux

Enquêter à l’international peut renvoyer à des échelons internationaux, aux acteurs agissant à ces niveaux, ou encore à des processus transnationaux. Comment accéder et enquêter sur ces terrains ? Peut-on en dégager des spécificités, par exemple quant aux propriétés des acteur·trices rencontré·es ? Quelles sont les difficultés à valoriser les résultats de ces recherches, alors que ces terrains tendent à être investis par des chercheurs·ses de nationalités et de formations différentes ?

Discutante : Pauline Barraud de Lagerie | Université Paris Dauphine, IRISSO

Julien Louis | Université Lyon 2 Lumière, Triangle
Construire et analyser l’objet « syndicalisme européen » : réflexions à partir d’une enquête sur la Confédération européenne des syndicats

Adrien Thomas | Luxembourg Institute of Socio-Economic Research
Les organisations syndicales internationales face au changement climatique : enquêter sur les débats de la Confédération européenne des syndicats et de la Confédération syndicale internationale

15 h 15 – 16 h 45 Enquêter et comparer avec des collègues étrangers

La collaboration entre chercheur·ses issu·es de pays différents, souvent pour mener des enquêtes comparatives, fait l’objet de cette troisième session. L’objectif est de favoriser une réflexion sur les procédés collectifs d’enquête, lorsque se croisent des points de vue situés dans des contextes sociétaux différents. Il s’agit de questionner l’effet de cette diversité de points de vue sur le processus de recherche. Le déroulement du terrain, la réflexion autour des guides d’entretiens, la manière de rédiger les questions à poser, etc. sont influencés par le regard des collègues étrangers. Le fait d’échanger avec elles et eux favorise-t-il les étonnements sociologiques ?

Discutante : Cristina Nizzoli | IRES

Elodie Béthoux | UVSQ, Printemps
Ni ici, ni maintenant : l’espace-temps des collaborations internationales dans l’étude des relations professionnelles

Heather Connolly | Grenoble École de Management et Phil Almond | University of Leicester
« Lost and found in translation ? » Comprendre les questions sociales et les approches disciplinaires dans des équipes de recherche internationales

L’ires recrute un·e assistant·e de recherche (1er mars 2023)

Dans le cadre d’un projet européen sur l’impact du Brexit sur les comités d’entreprise européens, l’IRES recherche un.e assistant.e de recherche qui aidera surtout dans la première phase de recherche. Le profil recherché est plutôt celui d’un Master 2.

Vous trouverez les détails dans l’annonce ci jointe : Fiche-de-poste ORA finale

Portrait de jeune chercheuse : Sophie Louey, « Être patron et apprendre à l’être dans les collectifs de chefs d’entreprise »

 

Portrait de Sophie Louey

Votre thèse, réalisée au sein du Centre Universitaire de Recherche sur l’Action Publique et le Politique (CURAPP-ESS) sous la codirection de Fabrice Guilbaud et Michel Offerlé, s’intitule « La grandeur patronale. Ethnographie des engagements des sociabilités de chefs d’entreprise dans des groupements patronaux ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

J’ai occupé pendant trois ans un emploi dans une institution patronale locale. Cette expérience m’a permis de côtoyer des chefs d’entreprise (occupant ou non des mandats représentatifs) et des salariés d’organisations patronales dans une ville du nord de la France. Il s’agit d’un territoire désindustrialisé marqué par des fermetures de sites industriels, un déclin d’entreprises patrimoniales en termes économique et nombre de salariés. En revanche, le territoire est attractif pour l’implantation d’entreprises du tertiaire (entrepôts, centres d’appels, etc.). Ces installations s’expliquent notamment par un coût du foncier moindre, la proximité géographique avec d’autres grandes villes (notamment Paris) et une main d’œuvre locale adaptée aux besoins de ces nouvelles entreprises (faible niveau de qualification).

Lorsque j’ai quitté cet emploi, je me suis engagée dans une thèse en convertissant des ressources professionnelles en des ressources pour enquêter (connaissance de l’espace patronal, identification des patrons élus, etc.). Je suis alors entrée par les collectifs patronaux présents sur ce même espace local. Progressivement, j’ai multiplié les rencontres avec les salariés des organisations patronales repérées et les dirigeants participant à ces groupes qu’ils soient élus ou non. C’est ainsi que j’ai déployé plusieurs méthodes d’enquêtes pour entrer dans les mondes patronaux.

L’idée était alors de comprendre, par la réalisation d’une monographie, comment un espace patronal peut-être structuré localement et qui sont les patrons qui consacrent du temps, de l’argent et de l’énergie à ces collectifs. Cette double analyse a conduit à comprendre que les dirigeants se socialisent au « rôle patronal » par leurs participations à des collectifs patronaux.

Continuer la lecture

Atelier de recherche : Des conflits confinés ? Travail et mobilisations collectives dans un monde pandémique – 2 juin 2022

L’équipe du séminaire sur les conflictualités au travail organise un atelier de recherche intitulé “Des conflits confinés ? Travail et mobilisations collectives dans un monde pandémique”, qui se tiendra le 2 juin au Cresppa-CSU, en salle 221 du site Pouchet du CNRS (59-61 rue Pouchet, 75017 Paris) et en visioconférence sur Zoom.

L’objectif de cette journée est d’ouvrir un moment de réflexion collective sur la manière dont la pandémie reconfigure la conflictualité au travail, à partir de travaux en cours de réalisation ou d’analyse. Dans cette optique, nous accueillerons des chercheur·euses qui ont enquêté pendant les moments forts de la pandémie pour tirer les leçons de cette conjoncture en ce qui concerne les mobilisations des salarié·es, les formes d’action syndicale et les conflictualités dans un sens large.

L’équipe d’organisation : Chloé Biaggi, Juan Sebastian Carbonell, Cyrine Gardes, Angelo Moro, Quentin Schnapper, Lucas Tranchant

Le programme complet de la journée :

Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheur : Edine Gassert, « Le paritarisme à l’épreuve de l’évaluation dans le champ de la formation professionnelle continue »

Votre thèse, réalisée au sein du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Lise) sous la direction de Fabienne Berton et Arnaud Mias, s’intitule « Le paritarisme à l’épreuve de l’évaluation. Genèse instrumentale, travail d’organisation et fragilité institutionnelle dans le champ de la formation professionnelle continue ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Ma recherche a porté sur la genèse et le développement d’une politique d’évaluation initiée par les confédérations syndicales et patronales dans le champ de la formation professionnelle continue, au lendemain de l’adoption de l’accord national interprofessionnel (ANI) du 7 janvier 2009.

Cette politique a débouché sur l’installation d’une instance d’évaluation, baptisée le Conseil National d’Évaluations de la Formation Professionnelle (CNEFP). La mission principale de ce CNEFP a consisté en la conduite régulière de travaux d’évaluation des politiques paritaires de la formation professionnelle. Ce conseil a été installé aux côtés de l’organe politique central des partenaires sociaux, le Comité Paritaire National pour la Formation Professionnelle (CPNFP), en charge de la définition et de la mise en œuvre des dispositions issues des accords collectifs nationaux et interprofessionnels. Pour mener leurs missions respectives, ces deux instances ont compté sur le soutien logistique et financier d’un organisme de gestion paritaire encadré par l’État, le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP). La création de ce fonds a constitué une innovation financière majeure de la réforme de 2009, en mutualisant et en redistribuant à grande échelle une fraction conséquente des fonds de la formation professionnelle, au profit de la qualification et la requalification des salariés faiblement qualifiés et des demandeurs d’emploi.

Continuer la lecture

AAA – Représenter, revendiquer, dialoguer… : quelles transformations des relations professionnelles ?

La revue Les Mondes du travail lance un appel à articles pour son dossier numéro 30 qui paraîtra au printemps 2023.

L’appel à contribution pour ce dossier intitulé “Représenter, revendiquer, dialoguer… : quelles transformations des relations professionnelles ?” est en pièce jointe et accessible ici : https://lesmondesdutravail.net/representer-revendiquer-dialoguer-quelles-transformations-des-relations-professionnelles/

Les intentions sont attendues d’ici le 6 mai prochain et les articles le 15 octobre 2022, afin de laisser le temps aux auteurs.ices de préparer leurs articles s’appuyant sur une ou des enquêtes empiriques.

Sophie Béroud et Jérôme Pélisse sont les coordinateur.ice du dossier

JE Les collaborateurs des directions syndicales et patronales, 7 et 8 avril 2022

Le 7 et 8 avril prochain au Laboratoire d’économie et de sociologie du travail, à Aix-en-Provence, auront lieu deux journées d’étude intitulées « Les collaborateurs des directions syndicales et patronales. Contribution à une sociologie politique de la professionnalisation des mondes du travail militant ».

Présentation des journées d’étude :

Consacrées à l’étude des collaborateurs des directions syndicales et patronales, de leur profil, de leur rôle comme de leurs conditions au travail, ces journées d’études s’organisent autour d’un double objectif. Le premier est d’explorer ce qu’une entrée par les entourages des élites syndicales et patronales, encore peu explorée, peut apporter à la compréhension des dynamiques de leur professionnalisation et des modalités de production des politiques qu’elles mettent en œuvre. Dans le même temps, ce champ de recherche permet de prolonger à partir de nouveaux terrains d’enquête les questionnements développés par la sociologie du travail et des collaborateurs politiques sur la circulation des élites économiques et politiques, les modes d’organisation et de division du travail politique, et les dilemmes engendrés par le développement de l’emploi salarié dans les organisations militantes.

Vous trouverez ci-dessous le programme des journées :