AAC Revue Négociations : Quand le digital s’invite dans le monde du travail : quel ordre négocié ?

Appel à contributions (date de clôture : 15 février 2022)

La centralité grandissante des technologies digitales dans le monde du travail n’a pas manqué d’interpeler les chercheurs et chercheuses en sciences sociales qui y ont consacré une littérature foisonnante ces dernières années. Le temps des spéculations pour savoir s’il faut se réjouir ou s’inquiéter de cette évolution semble désormais dépassé et, avec lui, la polarisation excessive du débat académique. Les discours apologétiques (plus grande liberté au travail, fin des discriminations, des organisations plus performantes…), comme les discours catastrophistes (appauvrissement, voire disparition, du travail, contournement des régulations sociales…), qui ont en commun un penchant pour le déterminisme technologique dès lors qu’ils négligent l’analyse des conditions de ces prédictions, ont laissé la place à une analyse plus nuancée et plus sensible aux effets différenciés des technologies digitales. Leurs effets sur la relation d’emploi ne sont, en effet, ni bons ni mauvais par nature mais dépendent de la manière dont elles seront régulées.

De fait, les technologies digitales, telles qu’elles s’invitent dans le monde du travail, conduisent à en redéfinir les règles. Que l’on pense à l’évidente question du travail à distance dont l’actualité est tirée non seulement par le digital mais aussi par la crise sanitaire. S’il pose un certain nombre de questions d’ordre pratique à court-terme, le travail à distance questionne également la réalité des collectifs de travail et le contenu même de la relation d’emploi et des attentes réciproques entre employeurs et employés. Que l’on pense également à la prolifération des algorithmes chargés d’évaluer les travailleurs en lieu et place des managers, de participer à la sélection lors du recrutement, d’organiser la formation professionnelle ou encore d’orienter les trajectoires professionnelles. Ces algorithmes se nourrissent d’ailleurs de données qui font l’objet d’une concurrence forte et dont l’encadrement (cf. le RGPD) devient un enjeu central. Par-delà l’évolution des règles, ce sont également les mécanismes de régulation sociale eux- mêmes qui sont affectés, tant ces algorithmes tendent à échapper aux acteurs traditionnels. Le digital participe en effet d’une recomposition de l’arène politique en introduisant de nouveaux acteurs et de nouvelles rationalités.

En d’autres termes, la montée des technologies digitales dans le monde du travail constitue un moment critique pour la négociation collective et le dialogue social. Pour une part, la digitalisation en constitue un nouvel objet susceptible de faire évoluer l’agenda revendicatif des acteurs et les institutions. (Accord collectif européen du 22 juin 2020 sur le numérique ; commissions digitalisation au sein de CSE d’entreprises françaises…). Pour une autre part, la digitalisation est aussi celle du dialogue social lui-même. De ce point de vue, l’expérience marquante du dialogue social à distance durant la crise sanitaire a fait l’objet de nombreux commentaires et mériterait, lui aussi, une analyse systématique. De la même manière, la mobilisation d’outils fondés sur les technologies digitales en appui du dialogue social (baromètres, réseaux sociaux d’entreprise…) vient questionner les rapports sociaux et l’articulation entre les différentes formes de participation au travail.

C’est à l’étude de ces transformations qu’est consacré cet appel à contributions de la revue Négociations. Pour en rendre compte, il est notamment possible de considérer les questions suivantes :

La digitalisation comme objet du dialogue social :

  • En quoi la montée des technologies digitales transforme-t-elle les objets habituels de la négociation collective ?
  • Les acteurs de la régulation sociale (employeurs, gestionnaires, travailleurs, organisations syndicales) négocient-il les algorithmes et leur usage ? Comment ?
  • Dans quelle mesure le dialogue social s’intéresse-t-il à la digitalisation ? Quels en sont les objets ? Quels accords ? etc.
  • Le dialogue social a-t-il une capacité de régulation du changement ou de la transition digitale ?

La digitalisation du dialogue social :

  • Que fait la distance au dialogue social ? L’expérience du dialogue social à distance durant la crise sanitaire est-elle susceptible d’entrainer des évolutions structurelles ?
  • Les outils digitaux permettent-ils une plus forte participation directe des travailleurs ?
  • Conduisent-ils à une ré-articulation entre ces formes de participation et la représentation des travailleurs ?

La revue Négociations publiera en 2022 un numéro spécial « Quand le digital s’invite dans le monde du travail : quel ordre négocié ? ».
Les articles, d’une longueur de 45 000 signes, sont à adresser, pour le 15 février 2022 à : revue.negociations@protonmail.com

Les consignes relatives à la mise en forme des manuscrits sont consultables ici:

https://www.cairn.info/docs/Conseils_aux_auteurs-Negociations_2020.pdf

 

Coordinateurs du dossier :

  • Rémi Bourguignon, Professeur en sciences de gestion, Université Paris Est-Créteil
  • Frédéric Géa, Professeur de droit, Université de Lorraine
  • Evelyne Léonard, Professeure de relations industrielles, UCLouvain

Bibliographie indicative :
De Stefano, V. (2019). “Negotiating the Algorithm”: Automation, Artificial Intelligence, and Labor Protection. Comparative Labour Law. & Policy Journal, 41, 15.

De Stefano, V. & Aloisi, A. (2019). “Fundamental Labour Rights, Platform Work and Human Rights Protection of Non-Standard Workers”. in J. R. Bellace & B. ter Haar. Labour, Business and Human Rights Law. Cheltenham, Edward Elgar Publishing Ltd: 359-379.

Eurofound (2020). Game-changing technologies: Transforming production and employment in Europe. Luxembourg, Publications Office of the European Union.

Gasparri, S., & Tassinari, A. (2020). ‘Smart’Industrial Relations in the Making? Insights from Analysis of Union Responses to Digitalization in Italy. Relations industrielles/Industrial Relations, 75(4), 796-817.

Gegenhuber, T., Ellmer, M., & Schüßler, E. (2021). Microphones, not megaphones: Functional crowdworker voice regimes on digital work platforms. Human Relations, 74(9), 1473-1503.

Haipeter, T. (2020). Digitalisation, unions and participation: The German case of ‘industry 4.0’. Industrial Relations Journal, 51(3), 242-260.

Johnston, H. & Land-Kazlauskas, C. (2019). Organizing On-Demand: Representation, Voice, and Collective Bargaining in the Gig Economy”, Conditions of Work and Employment Series, No. 94. Geneva, ILO.

Mangan, D. (2019). “Ford, Taylor and the Gig: Workplaces in Transition”. in V. Pulignano & F. Hendrickx. Bulletin of Comparative Labour Law, Employment Relations in the 21st Century. Challenges for Theory and Research in a Changing World of Work, Kluwer Law International. 107: 23-36.

Maurice, M. (1980). “Le déterminisme technologique dans la sociologie du travail (1955- 1980). Un changement de paradigme ?” Sociologie du travail, 22(1): 22-37.

Neufeind, M., O’Reilly, Jacqueline, Ranft, Florian (eds) (2018). Work in the digital age. Challenges of the fourth industrial revolution. London, Rowman & Littlefield.

Todolí-Signes, A. (2019). Algorithms, artificial intelligence and automated decisions concerning workers and the risks of discrimination: the necessary collective governance of data protection. Transfer: European Review of Labour and Research, 25(4), 465-481.

Valenduc, G. & Vendramin, P. (2017). “Digitalisation, between disruption and evolution.” Transfer: European Review of Labour and Research, 23(2): 121-134.

Vereycken, Y., Ramioul, M., & Hermans, M. (2021). Old wine in new bottles? Revisiting employee participation in Industry 4.0. New Technology, Work and Employment, 36(1), 44- 73.

Walker, M. (2021). Peer-to-peer online voice as emergent collective action. Journal of Industrial Relations, 00221856211031940.



Citer ce billet
RT18 (2021, 20 octobre). AAC Revue Négociations : Quand le digital s’invite dans le monde du travail : quel ordre négocié ? Relations professionnelles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tsgu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.