AAC : Syndicats et patronats face à l’action publique : des « groupes d’intérêt » comme les autres ?

16ème Congrès de l’AFSP (Lille, 5-7 juillet 2022)

ST 42

Syndicats et patronats face à l’action publique : des « groupes d’intérêt » comme les autres ?

Trade unions and employers’ organizations facing public action: are they “interest groups” like any others?

Responsables scientifiques :

  • Yolaine Gassier, Université Lyon 2, LEST-MESOPOLHIS, yolaine.gassier [ at ] univ-lyon2.fr
  • Guillaume Gourgues, Université Lyon 2, TRIANGLE, guillaume.gourgues [ at ] univ-lyon2.fr

Le rôle des groupes d’intérêt dans la production de l’action publique constitue une question classique de la science politique. Elle a pourtant rarement été étudiée sous l’angle de la place particulière qu’y occupent les syndicats de salariés et patronaux, et ce malgré les spécificités qui peuvent les distinguer d’autres groupes organisés, comme le poids du cadre législatif sur le niveau de leurs ressources. Si ces spécificités sont peu traitées par les spécialistes de l’action publique, la sociologie des relations professionnelles, en miroir, se désintéresse bien souvent de leur action en dehors des entreprises ou des branches. Les recherches vont alors se concentrer sur des dimensions ciblées, et peu liées entre elles, de leur place dans l’action publique : la perte d’influence des syndicats de salariés sur la définition de l’action publique qui accompagne leur fragilisation dans l’espace des relations professionnelles, ou au contraire la capacité des « milieux d’affaire » à façonner les politiques publiques qui les concernent. 

Cette ST propose de rassembler des travaux qui dépassent cette division et interrogent à nouveaux frais l’engagement de ces acteurs privés dans l’action publique, en explorant notamment les enjeux de leur coopération et concurrence, de leur rapport aux institutions publiques à différentes échelles territoriales, de leurs stratégies et répertoires d’action. Sans éviter la question de l’hétérogénéité des situations nationales, il s’agira approfondir la comparaison du rôle de ces acteurs dans la production de l’action publique. 

Nous retenons deux axes prioritaires, ouverts à des propositions de communication concernant une diversité d’échelles et de contextes nationaux : 

1)   Syndicats et patronats face aux recompositions de l’État et de l’action publique 
Les propositions veilleront à interroger ce que les changements des principes et des niveaux de l’action publique (territorialisation, européanisation, transnationalisation, participationnisme, reconfiguration des espaces de « dialogue social », etc.) font aux acteurs représentatifs du monde socio-économique. Dans quelle mesure les incitent-ils à réviser leur structuration, les modalités de leur fonctionnement ou encore les intérêts défendus ? Au-delà donc de la question de l’influence, cet axe s’intéresse à la manière dont se reconfigure le travail syndical de représentation politique sous l’effet des mutations de l’État. 

2)   Les contributions syndicales et patronales au policy-making 
Ce deuxième axe déplace la réflexion du point de vue de ce que les syndicats de salariés et/ou patronaux, confrontés à ces transformations politico-institutionnelles, font ou ambitionnent de faire pour prendre part à la fabrique de l’action publique, en interrogeant la façon dont ils concourent à l’élaboration voire à la mise en œuvre des politiques dans une configuration d’action particulière. S’ils disposent grâce à leur représentativité d’un « droit à parler » au nom des salariés et des chefs d’entreprise, ce statut ne les érige toutefois pas au rang d’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics. Dans quelle mesure articulent-ils droit à la représentation et logique d’implication ? Comment adaptent-ils leur périmètre et répertoire d’action pour accéder aux affaires publiques, et avec quelles ressources ? Leurs investissements se limitent-ils aux espaces institués d’action ? Et quels sont leurs impacts du point de vue des rapports noués avec les pouvoirs publics, et des modalités de définition et d’application des politiques ? 

À travers ces axes, il s’agira plus largement de se demander en quoi la participation de ces acteurs aux affaires publiques contribue à une « redéfinition des rôles syndicaux [et patronaux] légitimes » (Giraud et al, 2018), mais également ce que ces implications différenciées nous disent de la persistance de formes de domination que la labellisation de « groupes d’intérêt » tend à dissimuler.

Les propositions de communication devront être envoyées par courriel à chacun des responsables scientifiques de la ST avant le 2 novembre 2021 

Références / References

  • Andolfatto Dominique, Labbé Dominique, « La transformation des syndicats français », Revue Française de Science Politique, vol. 56, n° 2, 2006, p. 281-297.  
  • Béroud Sophie, « Un renouveau de la critique syndicale ? », Mouvements, vol. 24, n°5, 2002, p. 39-45.  
  • Cadiou Stéphane (dir.), Gouverner sous pression ? La participation des groupes d’intérêt aux affaires territoriales, Paris, LGDJ, 2016. 
  • Courty Guillaume, Les groupes d’intérêt, Paris, La Découverte, 2006. 
  • Dörre Klaus et al., “Organising – A Strategic Option for Trade union Renewal?”, International Journal of Action Research, vol. 5, 2009, p. 33-67.  
  • Galimberti Deborah, « Quand les patrons font la politique. Héritages et transformations des mobilisations territoriales des groupes d’intérêt économiques : le cas de la région milanaise », Revue française de science politique, 2018, vol. 68, n°1, p. 77-101. 
  • Gassier Yolaine, Giraud Baptiste (dir.), Le travail syndical en actes. Faire adhérer, mobiliser, représenter, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2020. 
  • Gassier Yolaine, Les arènes discrètes du paritarisme régional. Dispositifs, acteurs et pratiques du « dialogue social territorial », thèse de doctorat en science politique, Aix-en-Provence, IEP d’Aix-en-Provence-AMU, 2020. 
  • Giraud Baptiste, Yon Karel, Béroud Sophie, Sociologie politique du syndicalisme, Paris, Armand Colin, 2018. 
  • Giraud Baptiste, « Du partenaire sollicité au groupe de pression mobilisé. Les modalités d’action d’une élite patronale en milieu rural », in Cadiou Stéphane (dir.), Gouverner sous pression ? La participation des groupes d’intérêt aux affaires territoriales, Paris, LGDJ, 2016, p. 89-103. 
  • Gourgues Guillaume, Les Métropoles comme enjeu syndical. Marginalité et avenir de l’action syndicale dans la territorialisation de l’action publique, Paris, rapport Ires, 2019. 
  • Hassenteufel Patrick, « Les groupes d’intérêts dans l’action publique : l’État en interaction », Pouvoirs, n°74, 1995, p. 155-168. 
  • Healy Aisling, Le gouvernement privé de l’action publique urbaine. Sociologie politique de la « gouvernance métropolitaine » du Grand Lyon (fin du XXème siècle), thèse de doctorat en science politique, Lyon, Université Lyon II, 2007. 
  • Howell Chris, « The transformation of French industrial relations: Labor Representation and the State in a Post-Dirigiste Era », Politics & Society, vol. 37, n°2, 2009, p. 229-256.  
  • Hyman Richard, Gumbrell-Mc Cormick Rebecca, Trade Unions in Western Europe, Hard Times, Hard Choices, Oxford, Oxford University Press, 2013. 
  • Maggi-Germain Nicole, « Fonctions et usages de la représentativité patronale », Travail et Emploi, 2012, n°131, p. 23- 45. 
  • Michel Hélène, « Mouvements sociaux, groupes d’intérêts et politique publiques », in Borraz Olivier, Guiraudon Virginie (dir.), Politiques publiques 2, Paris, Presses de Sciences Po, 2010. 
  • Michel Hélène, « Le syndicalisme dans la “gouvernance” européenne. Formes de représentation et pratiques de défense des intérêts sociaux en questions », Politique européenne, vol. 27, n°1, 2009, p. 129-152. 
  • Michel Hélène, « Businesseurope au-delà du “lobbying” : le travail d’intégration européenne d’une organisation patronale », Critique internationale, vol. 59, n°2, 2013, p. 133-155. 
  • Mouriaux René, Syndicalisme et politique, Paris, Éditions ouvrières, 1985. 
  • Offe Claus, Wiesenthal Helmut, « Deux logiques d’action collective », Participations, vol. 1, n° 8, 2014.  
  • Offerlé Michel, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1998. 
  • Parnet Christophe, « Entrepreneurs de métropole. La mobilisation des représentants patronaux pour la métropole marseillaise (2004-2017) », Gouvernement et action publique, vol. 9, n°1, 2020, p. 87-114. 
  • Savoir/Agir, « Syndicalisme et politique : dé-liaisons dangereuses ? », vol. 45, n°3, 2018. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.