Portait de jeune chercheur : Pierre Rouxel, « Spatialités syndicales dans le capitalisme global. Une ethnographie comparée de quatre collectifs syndicaux en France et en Argentine »

Photo Pierre RouxelVotre thèse, réalisée au sein du laboratoire Arènes sous la direction de Christian Le Bart et Juan Montes Cato, s’intitule « Spatialités syndicales dans le capitalisme global. Une ethnographie comparée de quatre collectifs syndicaux en France et en Argentine ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Un premier objectif de mon travail était d’éclairer les transformations du syndicalisme au sein d’un de ses bastions traditionnels : les grandes entreprises industrielles. Un de mes constats de départ était en effet celui d’une relative méconnaissance des dynamiques syndicales à l’œuvre dans ces espaces professionnels, au-delà des moments spécifiques et médiatiques des plans de suppressions d’emplois et des fermetures d’usine. Cet angle mort de la littérature se comprend notamment au regard des orientations de la sociologie du syndicalisme depuis les années 2000, qui s’est notamment renouvelée et enrichie au travers l’étude de la « revitalisation » des organisations syndicales et de leurs stratégies d’ancrage et de redéploiement auprès des fractions « inorganisées » et les plus précaires du salariat. Par une sorte de mouvement de balancier, les grandes entreprises industrielles, historiquement sous le feu des projecteurs des sciences sociales, ont été moins étudiées, bien qu’elles présentent encore aujourd’hui des niveaux de syndicalisation plus élevés qu’ailleurs. On sait finalement peu de choses des logiques de reproduction des collectifs militants et de l’évolution des stratégies mises en œuvre par des délégué.e.s confronté.e.s aux restructurations « permanentes » d’entreprises financiarisées et internationalisées.

L’essor des entreprises multinationales comme leur propension à édicter de nouvelles normes et régulations encadrant les relations de travail invitaient par ailleurs à interroger les rapprochements et les divergences entre les pratiques de syndicalistes évoluant dans des systèmes nationaux de relations professionnelles distincts. C’est là un second enjeu de ma thèse, qui, en se plaçant du point de vue des collectifs syndicaux, vise à faire un pas de côté vis-à-vis d’approches comparatives du syndicalisme centrées le plus souvent sur l’étude des variations des configurations institutionnelles d’un pays à l’autre. La comparaison entre l’Argentine et la France m’apparaissait de ce point de vue comme un cadre d’analyse heuristique. Ces deux pays présentent en effet d’importants contrastes du point de vue des prérogatives et du rôle institué de représentant.e syndical.e dans les espaces de travail, sur fond d’extension continue du champ de la négociation collective d’entreprise en France et de maintien d’un système centralisé de relations professionnelles hérité du péronisme en Argentine.

Quels concepts, auteur.rices, disciplines et sous-disciplines avez-vous mobilisé.es pour aborder ces questions ?

Ma thèse s’appuie centralement sur les apports et les outils de la sociologie politique, qui se sont largement diffusés à l’étude du syndicalisme depuis une dizaine d’années (voir notamment le manuel co-écrit par B. Giraud, K. Yon et S. Béroud). Dans le sillage de questionnements ouverts par la sociologie des mouvements sociaux et du militantisme, j’interroge ainsi les conditions sociales, professionnelles et organisationnelles de l’engagement des délégué.e.s d’usine et les façons dont ils et elles définissent et articulent leurs modalités d’action. En tenant ensemble l’étude des logiques d’acteurs et celle du façonnage organisationnel et institutionnel de l’action syndicale, la thèse documente la diversité des manières avec lesquelles les syndicalistes s’approprient les outils à leur disposition dans l’espace des relations professionnelles, se saisissent des orientations valorisées au sein de leurs organisations et définissent les contours et les frontières de leur engagement, en fonction de leurs socialisations militantes et de leur familiarité avec les différents registres du répertoire d’action syndicale, de leur degré d’insertion dans les réseaux organisationnels ou encore de leur ancrage et des rapports de pouvoir dans l’espace professionnel.

Sur ce point, ma thèse entreprend plus particulièrement de nouer un dialogue avec des analyses produites dans le champ de la sociologie économique et de la sociologie du travail. Alors que les études du syndicalisme ont jusqu’ici rarement été reliées à celles sur l’évolution de la gouvernance et les restructurations d’entreprise, j’interroge dans mon travail la façon dont les transformations des stratégies économiques, des structures hiérarchiques et des modalités de gestion contribuent à faire évoluer les rapports de pouvoir dans l’espace usinier et à modeler les pratiques syndicales.

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données utilisez-vous ?

Pour aborder ces questionnements, je m’appuie sur une enquête de terrain auprès de quatre collectifs syndicaux (deux syndicats CGT en France, deux « commissions internes » en Argentine) appartenant à de grandes entreprises industrielles de secteurs variés (papier, chimie, agroalimentaire, métallurgie) et présentant des caractéristiques similaires du point de vue de leurs effectifs, de leur ancrage ouvrier et de l’importance de leurs ressources militantes. De 2015 à 2018, j’ai procédé au suivi « en pointillés » de ces collectifs, en articulant différentes techniques d’enquête. J’ai réalisé de nombreuses observations des moments qui scandent leur activité routinière, des plus institués aux plus informels (congrès, réunions, visites d’usine, repas au domicile des enquêtés, etc.). J’ai également conduit une centaine d’entretiens avec les délégués syndicaux ainsi qu’avec des membres de leurs entourages sociaux (cadres dirigeants, délégués d’autres filiales, militants d’organisations sociales et politiques, élus locaux, etc.). Enfin, j’ai complété l’enquête par la consultation des archives syndicales et publiques auxquelles j’ai pu avoir accès.

Dans la conduite de l’enquête, les séjours prolongés et les aller-retours entre les terrains – j’ai réalisé quatre séjours en Argentine d’un à quatre mois au cours de la thèse – ont également constitué un outil précieux. Cette démarche m’a permis, d’une part, d’éviter les biais ethnocentriques et de réinscrire les pratiques et les situations observées dans les trajectoires nationales d’institutionnalisation des relations professionnelles et de structuration des organisations syndicales. D’autre part, l’étude approfondie et la mise en regard d’un nombre limité de cas m’ont progressivement permis d’opérer des rapprochements entre les terrains et d’identifier des mécanismes communs pour expliquer les engagements et les pratiques syndicales.

Quels sont vos premiers éléments d’analyse ? Quelles premières conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

Ma thèse donne tout d’abord à voir les conditions sociales par lesquelles le syndicalisme continue aujourd’hui de constituer, dans certains grands établissements industriels, un support d’engagement pour des salariés appartenant majoritairement aux classes populaires. Si certains mécanismes explicatifs du passage à l’engagement se retrouvent sur les différents terrains, à l’image des mécontentements liés aux conditions de travail et d’emploi et de l’ancrage des salariés dans un tissu de sociabilités professionnelles au travail et en dehors, d’autres se révèlent plus spécifiques à certains contextes nationaux. C’est ainsi, par exemple, que la diffusion d’une « grammaire paritaire » dans les organisations syndicales françaises a pu conforter l’engagement de femmes dans des univers jusqu’ici très masculins ou que la faible autonomisation du champ des relations professionnelles argentin encourage l’investissement de salariés disposant de capitaux et savoir-faire accumulés au gré d’expériences militantes dans d’autres espaces sociaux. A cet égard, ma thèse met également en lumière la labilité des frontières de l’engagement syndical et nuance l’hypothèse d’une coupure du syndicalisme vis-à-vis d’autres espaces de mobilisation sociale et politique. Si ces connexions sont à mettre en lien avec les trajectoires nationales d’institutionnalisation des relations professionnelles, l’engagement syndical agit aussi plus largement, selon les configurations locales et la structuration des réseaux syndicaux, associatifs et militants, comme un opérateur de socialisation politique, favorisant l’appropriation de nouvelles causes et le développement de nouvelles formes de participation militante.

Mon travail fournit par ailleurs des éclairages sur l’évolution des pratiques syndicales en entreprise dans le contexte d’une économie globalisée. Si les recompositions du répertoire de l’action syndicale doivent être mises en perspective avec les évolutions des orientations stratégiques des confédérations syndicales et du système des relations professionnelles propres à chaque pays, je montre également combien les transformations des stratégies économiques et des modes de gestion des directions d’entreprise contribuent à bousculer périodiquement l’assise sociale des syndicats, le profil des délégués y occupant une position dominante et les modes d’action qu’ils privilégient. Alors que certains registres canoniques comme la grève se trouvent pour partie démonétisés, d’autres modalités d’action originales se développent. C’est ainsi, par exemple, que l’invocation des directives et des normes édictées par les dirigeants des maisons-mères, à l’instar des politiques de RSE, se présente pour certain.e.s délégué.e.s français.e.s et argentin.e.s comme un point d’appui dans les différends qui les opposent à des dirigeants locaux occupant des positions subalternes dans les structures de gouvernance.



Citer ce billet
RT18 (2021, 2 juillet). Portait de jeune chercheur : Pierre Rouxel, « Spatialités syndicales dans le capitalisme global. Une ethnographie comparée de quatre collectifs syndicaux en France et en Argentine ». Relations professionnelles. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tsgq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.