Portrait de jeune chercheuse : Maé Geymond, Organisation industrielle, relations sociales et conditions de travail dans la production pharmaceutique

Photo Maé GeymondVotre thèse, réalisée au sein du Centre d’Économie de la Sorbonne (CES / Université Paris 1) à Paris sous la direction de Julie Valentin (grâce à un financement CIFRE), s’intitule « Organisation industrielle, relations sociales et conditions de travail dans la production pharmaceutique – Trois approches complémentaires pour analyser leurs interdépendances ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Ma thèse trouve son origine dans un fait paradoxal. Les laboratoires pharmaceutiques figurent parmi les entreprises les plus rentables au monde, dégageant chaque année plusieurs milliards de dollars de bénéfices. Et pourtant, ces big pharma défrayent régulièrement la chronique, tantôt pour des scandales sanitaires (ruptures d’approvisionnement dramatiques, défauts de qualité, etc.), tantôt pour les plans de licenciements qui y sont récurrents.

J’ai cherché à comprendre ce qui, dans l’organisation productive de cette industrie, pouvait amener à ce paradoxe, et plus généralement, quelles étaient les conséquences de cette organisation du point de vue des conditions de travail et d’emploi des salariés du secteur.

Argument stimulant au moment de me lancer dans cette aventure : l’industrie pharmaceutique a fait l’objet de nombreux travaux d’économie abordant ce secteur sous l’angle de l’innovation, de la concurrence, ou encore de la financiarisation, mais très peu sous l’angle du travail, du partage de la valeur ajoutée ou des conditions de travail. Ma recherche vient ainsi directement compléter le portrait que la littérature dresse de l’industrie pharmaceutique sur ces derniers enjeux. En particulier, j’ai pu bénéficier du terrain d’observation offert par le contrat CIFRE entourant ma thèse (avec un cabinet d’expertise conseillant les représentants du personnel) pour voir se dessiner une industrie pharmaceutique à deux vitesses : les big pharma d’une part, et leurs sous-traitants spécialisés d’autre part, ces derniers se trouvant bien souvent dans des situations économiques précaires, laissant présager des conditions de travail et d’emploi dégradées pour leurs salariés.

L’opposition entre ces deux types d’acteurs (et par voie de fait, deux types d’employeurs) est interrogée tout au long de ma recherche, d’abord sous l’angle de l’identification de leurs différences, puis autour de ce qui, malgré tout, leur est commun. Au fil de la thèse, cette opposition, si elle n’en apparait pas moins vraie pour autant, vient se doubler d’une autre clé de lecture autour de la question de l’éclatement (financier et productif) dans lequel à la fois les filiales de laboratoires multinationaux et les sous-traitants semblent évoluer.

Quels concepts, auteur·ices, disciplines et sous-disciplines avez-vous mobilisé·es pour aborder ces questions ?

Cette thèse est résolument pluridisciplinaire, dans le sens où elle s’alimente de toutes les sortes de ressources qu’offre la galaxie des sciences sociales (histoire, gestion, économie, sociologie, science politique, droit), dans des croisements qui varient d’un chapitre à l’autre. Selon moi, c’est ce croisement qui donne de la force à la thèse que je défends, et c’est par ailleurs un trait caractéristique de l’approche des relations professionnelles (Industrial Relations en anglais) dans laquelle je m’inscris. Il s’agit là d’une autre spécificité de ma thèse : les relations professionnelles ne sont pas réellement reconnues comme un champ disciplinaire en France (au même titre que l’économie ou la sociologie par exemple), contrairement au monde anglo-saxon.

Ainsi, la littérature et les concepts que je mobilise sont à cette image, empruntant à la littérature internationale et à différents champs disciplinaires.

Mon premier chapitre s’appuie sur un ensemble de travaux (Berlinski, 2008 ; Dube et Kaplan, 2010), cherchant à estimer l’écart moyen de rémunération entre deux salariés effectuant le même travail, l’un en interne, et l’autre employé par une entreprise sous-traitante. Sur la base de ces travaux, je teste (et valide, voir résultats ci-dessous) l’hypothèse selon laquelle les salariés des entreprises sous-traitantes, à catégorie socioprofessionnelle (CSP) identique, seraient moins payés que les salariés des laboratoires. Dans mon second chapitre, je m’appuie sur les travaux de Doellgast et al. (2016) pour interroger la détermination optimale des frontières de l’entreprise. J’emprunte ensuite à Marglin (1974) son « diviser pour mieux régner », à Beaujolin-Bellet (2010) son concept de « restructurations financières » et à Drahokoupil et Fabo (2018) celui de « spectre des restructurations », pour caractériser la manière dont les configurations économiques affectent les relations sociales et les collectifs de travail dans la production pharmaceutique. Dans mon troisième chapitre, la grille d’analyse des systèmes de relations professionnelles que je construis a pour point de départ les travaux de Benassi et al. (2019) identifiant trois types de ressources dont disposent les représentants des salariés : les ressources structurelles, institutionnelles et d’association. J’enrichis ensuite cette structure par un ensemble de travaux de relations professionnelles, de sociologie, ou encore de droit, sur les systèmes de relations professionnelles français et québécois (Jalette et Laroche, 2016 ; Bevort et Jobert, 2011).

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données utilisez-vous ?

Ma thèse est construite autour de la mobilisation de trois types de matériaux. Dans le premier chapitre, je m’appuie sur deux types de bases de données de la statistique publique française – des données économiques d’entreprises (EAE/Esane) et des données salariés (DADS) – pour caractériser empiriquement le processus d’externalisation, entre 1993 et 2016. L’utilisation que j’ai faite de ces données empiriques est assez singulière, dans le sens où j’ai construit moi-même deux échantillons d’acteurs (un échantillon composé de laboratoires et un échantillon composé de sous-traitants) pour me placer au plus près du processus que je voulais analyser (voir à ce propos Flacher et Pelletan, 2007).

Mon deuxième chapitre repose sur un tout autre matériau : deux monographies – chacune étant emblématique d’un des deux groupes d’acteurs – réalisées à partir d’entretiens conduits avec des représentants de direction, des représentants des salariés, et des négociateurs pour la branche conventionnelle. L’utilisation de ce matériau qualitatif s’est révélé être un complément indispensable à l’analyse quantitative conduite dans le premier chapitre, pour identifier clairement les rapports de force inter-entreprises mais surtout intra-entreprise inhérents au processus d’externalisation.

Enfin, mon dernier chapitre s’appuie sur un dispositif de comparaison internationale un petit peu particulier, imaginé par mes soins. J’analyse en effet les contextes de négociation et les conditions de travail effectives, des salariés de deux usines d’une même multinationale de la pharmacie ; usines produisant exactement le même médicament et ayant finalement pour seule différence le lieu d’implantation : la France et le Québec, soit deux territoires aux systèmes de relations professionnelles très éloignés. Ce dispositif permet de neutraliser les effets « entreprise d’appartenance », les effets « produit fabriqué », et donc de se concentrer uniquement sur les ressources dont disposent les représentants des salariés, offertes par les systèmes de relations professionnelles nationaux.

Quels sont vos premiers éléments d’analyse ? Quelles premières conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

Mon premier résultat concerne le processus d’externalisation en lui-même, et ses conséquences sociales. J’ajouterais que les nombreux travaux qui ont mis en évidence les effets de l’externalisation sur les conditions de travail et d’emploi se sont appuyés sur des activités très faiblement qualifiées (sécurité, nettoyage). Or, j’identifie ici ces mêmes effets dans le secteur pharmaceutique, caractérisé au contraire par un certain niveau de qualifications. En effet, je montre que l’externalisation permet aux laboratoires multinationaux de baisser les coûts de production de leurs médicaments, donc de capter une part accrue de la rente dégagée par l’activité pharmaceutique, via une mise en concurrence des sous-traitants. En réponse à l’intensité de cette concurrence induite par les laboratoires, les sous-traitants tirent eux-mêmes sur les coûts, ce qui se traduit par des conditions de travail et d’emploi dégradées. L’illustration la plus flagrante est l’existence d’un différentiel de rémunération entre deux salariés travaillant l’un pour un sous-traitant et l’autre pour un laboratoire : à CSP identique, un cadre gagne en moyenne 21% de moins, et un ouvrier 8,5% de moins, toutes choses égales par ailleurs.

Mon deuxième résultat repose sur la mise en évidence des mécanismes qui viennent mettre en échec la capacité des institutions représentatives du personnel à peser sur la détermination des conditions de travail et d’emploi. Je montre que l’éclatement productif et financier induit une division des collectifs, doublée d’une menace permanente sur l’emploi qui est parfois instrumentalisée par les directions, déstabilisant en profondeur le rapport de force au sein de l’entreprise.

Enfin, lorsque j’interroge les ressources dont disposent les représentants du personnel pour rééquilibrer au moins en partie ce rapport de force, je fais apparaitre le caractère clé de trois ressources (grève, unité syndicale, expertise) mais aussi et surtout l’articulation nécessaire entre celles-ci pour générer un effet. Pour autant, je montre que malgré l’exercice de ces ressources clés, le rapport de force reste avant tout en faveur des directions, dans le sens où les gains des représentants du personnel sont aussi des compensations, ou des rattrapages.

Au total, la thèse parvient à montrer que la dégradation des conditions de travail, d’emploi et de rémunération tient avant toute chose à la structure des relations inter-entreprises (partage de la rente et mise en concurrence accrue) et aux rapports de force au sein de l’entreprise (déstabilisation permanente des instances représentatives du personnel), plus qu’à la structure des qualifications et de l’emploi. Elle invite aussi à une articulation croissante des méthodologies dans l’approche socio-économique du travail.

Références principales

ABECASSIS P., COUTINET N., « Une approche descriptive des stratégies de F&A et d’alliances des firmes pharmaceutiques », Journal d’Économie médicale 2008/6 n°26, pp. 317-330.

ABECASSIS P., COUTINET N., Économie du médicament, La Découverte, « Repères », 2018, 128 p.

APPELBAUM E., « Domestic outsourcing, rent seeking, and increasing inequality », Working Paper for David Gordon Memorial Lecture, 6 Janvier 2017, 28 p.

BEAUJOLIN-BELLET Rachel, « Les restructurations dans les grandes entreprises : entre quête de liquidité, enfermements et résistances », in PALPACUER Florence, LEROY Maya, NARO Gérald, Management, mondialisation, écologie. Regards critiques en sciences de gestion, Paris, Lavoisier, 2010, pp. 117‑136.

BELIS-BERGOUIGNAN M.-C., MONTALBAN M. et al., L’industrie pharmaceutique. Règles, acteurs et pouvoir, La Documentation française, 2014, 248 p.

BENASSI C., DORIGATTI L., PANNINI E., « Explaining divergent bargaining outcomes for agency workers: The role of labour divides and labour market reforms », European Journal of Industrial Relations 2019/2, n° 25, pp. 163-179.

BERLINSKI S., « Wages and contracting out: does the Law of one price hold? », British Journal of Industrial Relations 2008/1 n°46, pp. 59-75.

BEVORT A., JOBERT A., Sociologie du travail : les relations professionnelles, Armand Colin, 2ème édition, Collection U, 2011, 288 p.

DOELLGAST V., SARMIENTO MIRWALDT K., BENASSI C., « Contesting firm boundaries: Institutions, cost structures, and the politics of externalization », Industrial and Labor Relations Review 2016/3, n° 69, pp. 551-578.

DRAHOKOUPIL J., FABO B., « Outsourcing, offshoring and the deconstruction of employment: New and old challenges », in SERANO A., JEPSEN M., The deconstruction of employment as a political question, Palgrave, 2018, pp. 33-61.

FLACHER D., PELLETAN J., « Le concept d’industrie et sa mesure : Origines, limites et perspectives – Une application à l’étude des mutations industrielles », Économie et Statistique 2007, n° 405-406, pp. 13-46

GAZIER B., PETIT H., Économie du travail et de l’emploi, Collection Repères, La Découverte, 2019, 400 p.

GRUMBACH T., « La contre-réforme libérale et le droit du travail (II), Capital financier et frontières du salariat », Les Temps Modernes 2010/2, n°658-659, pp. 251-291.

JALETTE P., LAROCHE M., « Québec : un système de relations industrielles en mutation », in ANDOLFATTO D., CONTREPOIS S., Syndicats et dialogue social : les modèles occidentaux à l’épreuve, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2016

MARGLIN S., « What do bosses do? The Origins and Functions of Hierarchy in Capitalist Production », Review of Radical Political Economics 1974/2, n° 6, pp. 60-112.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.