Portrait de jeune chercheuse : Yolaine Gassier « Les arènes discrètes du paritarisme régional »

PortraitVotre thèse, réalisée au sein du CHERPA (Science Po Aix) et du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, AMU / CNRS) à Aix-en-Provence sous la direction de Philippe Aldrin et d’Éric Verdier, s’intitule « Les arènes discrètes du paritarisme régional. Dispositifs, acteurs et pratiques du ‘‘dialogue social territorial’’ ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Il s’agissait tout d’abord d’éclairer un angle mort de la sociologie du syndicalisme et des organisations patronales en montrant une facette relativement peu connue du syndicalisme salarié comme patronal en France. Alors qu’ils mobilisent une partie non négligeable de leurs militant.e.s, on sait peu de choses sur l’ensemble des lieux du paritarisme qui font participer les syndicats salariés et patronaux à différents domaines de l’action publique (formation professionnelle, protection sociale, etc.). Leur accès réglementé aide par ailleurs à comprendre qu’ils constituent des espaces préservés du regard extérieur. Ma thèse entend à ce titre mieux connaître ce qui se joue dans ces « arènes discrètes du paritarisme » en plaçant la focale sur celles qui existent en région[1].

Un second enjeu était d’éclaircir l’un des paradoxes auquel se confronte le syndicalisme, que j’ai pu observer dès l’entrée sur mon terrain d’enquête en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Alors que leurs représentant.e.s se trouvent relativement critiques de ces institutions chronophages, ils redoublent d’efforts et d’énergie pour investir ces lieux.

Enfin plus généralement, les instances du paritarisme régional constituent un terrain propice à l’analyse des transformations de la représentation syndicale et patronale, mais aussi des recompositions de l’action publique locale, saisies sous l’angle des dynamiques d’interaction entre État et groupes d’intérêt (dans le prolongement des travaux de Stéphane Cadiou).

Quels concepts, auteur.ices, disciplines et sous-disciplines avez-vous mobilisé.es pour aborder ces questions ?

Au carrefour de différents sous-champs disciplinaires (sociologie du syndicalisme – salarié et patronal –, sociologie des relations professionnelles et sociologie de l’action publique), ma thèse entend renouveler le regard sur cet objet peu étudié des relations professionnelles (hormis par quelques chercheur.e.s comme Annette Jobert qui s’est intéressée au « dialogue social territorial »). J’ai pour cela mobilisé les outils de la sociologie politique, en particulier ceux de la sociologie de l’institution développés par Jacques Lagroye et Michel Offerlé.

Cette démarche a dès lors consisté à ne pas saisir les dispositifs du paritarisme régional seulement sous l’angle de ce qu’ils sont censés être – c’est-à-dire des instances en charge de discuter et d’orienter l’action publique . Il s’est aussi agi de les analyser à l’aune des conditions qui rendent possible l’investissement en leur sein, des modalités de cette participation, et de ce que cette participation fait aux acteur.rice.s, tant individuel.le.s que collectif.ve.s, amené.e.s à s’y investir. L’approche a ce faisant permis de penser sous un nouveau jour les processus d’institutionnalisation du syndicalisme et leurs effets. La recherche revient ainsi sur un certain nombre de concepts empruntés aux différents champs d’étude mobilisés : socialisation à l’institution et prise au jeu institutionnel, territorialisation des groupes d’intérêt, mimétisme institutionnel, bureaucratisation, professionnalisation, constitution d’élites syndicales et patronales locales, division du travail de représentation, répertoire d’action bureaucratique, carrière, domestication…

 Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données utilisez-vous ?

L’entrée sur un terrain réputé difficile d’accès a été rendue possible par la réalisation de stages[2] au sein d’une organisation patronale régionale partie prenante de ces espaces, l’Union professionnelle artisanale (UPA)[3]. Ce statut de stagiaire était une occasion de mener une enquête ethnographique en investiguant le terrain du paritarisme régional directement de l’intérieur.

Il était d’autant plus intéressant d’effectuer une ethnographie que cette méthode d’enquête, qui permet de saisir des processus qui restent invisibles dans les discours et les représentations des personnes enquêtées, a très peu été utilisée dans l’étude de milieux institutionnels. J’ai ainsi pu observer le travail ordinaire qui s’accomplit autour de ces représentant.e.s, des coulisses (formations syndicales, évènements statutaires d’une organisation – assemblée générale –, réunions préparatoires entre syndicats et patronats) aux scènes d’action officielles (réunions d’instances, cérémonies publiques).

Cette immersion de longue durée sur le terrain a par ailleurs facilité mon insertion dans les réseaux syndicaux et patronaux locaux. Elle m’a amenée à réaliser une soixantaine d’entretiens biographiques avec différentes catégories d’acteur.rice.s (publics, syndicaux, patronaux, etc.). L’enquête se complète d’un corpus documentaire et d’archives auquel le stage et les relations de confiance nouées avec certaines figures centrales de ces espaces m’ont donné accès.

Quels sont vos premiers éléments d’analyse ? Quelles premières conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

En questionnant les effets des politiques de décentralisation de l’État sur l’institutionnalisation d’espaces organisant la représentation locale des intérêts, ma thèse donne tout d’abord à voir ce que la confrontation à des univers institutionnels fait aux mondes militants. La création de la région comme nouvel échelon d’action publique, qui s’est accompagnée de l’instauration d’une multiplicité d’instances paritaires sollicitant leur présence, a contraint les syndicats salariés et patronaux à adapter leur structuration interne et les modalités de leur fonctionnement. Pour faire face à cette offre nouvelle de participation qui confronte leurs porte-parole à un ensemble d’exigences institutionnelles (liées notamment à la technicité des sujets débattus), ces organisations ont été amenées à se professionnaliser et se bureaucratiser, selon des degrés et des modalités toutefois différentes d’une structure à l’autre. Le travail montre alors que l’institutionnalisation du syndicalisme et ses effets découlent moins de facteurs endogènes (impératifs de syndicalisation par exemple) qu’elles ne sont liées aux reconfigurations des modalités d’organisation de l’administration et du pouvoir politique à un échelon régional. Il révèle également que cette dynamique n’est pas spécifique à ce qui se joue sur certaines scènes d’action, nationale ou européenne (voir par exemple les travaux d’Anne-Catherine Wagner), mais qu’elle existe également à une échelle locale.

Ma thèse met également en lumière les rapports de coopération mais aussi de dépendance qui s’établissent dans le système de gouvernement régional étudié. La reconnaissance institutionnelle et la diversité des ressources (matérielles, sociales, symboliques) que ces organisations peuvent retirer de leur participation aux dispositifs du paritarisme ne sont pas nécessairement synonymes de pouvoir accru, ces dernières peinant à influencer le cours de l’action publique. Mandataires syndicaux et patronaux participent à un jeu institutionnel dans lequel ils se trouvent largement dominés, contraints par les projets que nourrissent les agents du champ politico-administratif, dotés de prérogatives supérieures : qu’il s’agisse du pouvoir de statuer sur l’ouverture, la fermeture, le périmètre d’action des espaces de délibération collective (pouvoirs publics centraux) ou de leur maîtrise du processus décisionnel (pouvoirs publics régionaux). Il ressort enfin de l’analyse que le renforcement institutionnel des organisations syndicales et patronales parties prenantes de ces instances se fait au prix d’une certaine forme de domestication.

Pour aller plus loin

Gassier Y., Giraud B. (dir.), 2020, Le travail syndical en actes. Faire adhérer, mobiliser, représenter, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Gassier Y., 2019, « Apprendre à jouer (de) son rôle. L’acculturation des représentants artisans au jeu syndical institutionnel », Politix, vol. 128, n°4, p. 115-142.

Gassier Y., 2018, « La dépolitisation par le dialogue social territorial », Savoir/Agir, n°45, pp. 55-65.

Références principales 

Cadiou S. (dir.), 2016, Gouverner sous pression ? La participation des groupes d’intérêt aux affaires territoriales, Paris, LGDJ.

Giraud B., Yon K., Béroud S., 2018, Sociologie politique du syndicalisme, Paris, Armand Colin.

Jobert A. (dir.), 2008, Les nouveaux cadres du dialogue social : Europe et territoires, Bruxelles, Peter Lang.

Lagroye J., Offerlé M. (dir.), 2011, Sociologie de l’institution, Paris, Belin.

Sociétés contemporaines, 2015, « Représentations patronales », vol. 98, n°2.

Wagner A.-C., 2005, Vers une Europe syndicale ? Une enquête sur la Confédération européenne des syndicats, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.

Notes

[1] On retrouve, pour chaque région, une vingtaine d’instances de consultation, de concertation et d’organismes paritaires, tels que les Conseils d’administration de l’Urssaf, de la Carsat, du Fongecif, le Ceser, la CPRI, le Crefop.

[2] La direction de l’UPA régionale est la seule à avoir répondu favorablement à ma candidature spontanée. J’ai ainsi pu effectuer trois stages de 2015 à 2017 pour une durée totale de sept mois.

[3] Devenue en 2016 l’Union des entreprises de proximité (U2P), l’UPA est l’une des trois organisations patronales françaises avec le Medef et la CPME.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.