Portait de jeune chercheur : Samuel Zarka, La qualification du travail dans la production cinématographique en France

Photo portraitVotre thèse, réalisée au sein du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE, CNAM / CNRS) à Paris sous la direction de Fabienne Berton, s’intitule « L’équipe de cinéma. Genèse et portée de la qualification du travail dans la production cinématographique en France (1895-2018) ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Le cinéma présente l’aspect intriguant d’un monde partiellement immergé, visible, avec ses vedettes, ses paillettes et ses scandales. Le produit filmique est intrinsèquement destiné à la visibilité (même si ce n’est pas forcément le cas en pratique, de nombreux films sont sous-exposés en salle). Dans ma thèse, j’investigue en profondeur les conditions d’émergence du produit. Mon entrée privilégiée concerne le travail des équipes de films (décorateur.ices, costumier.es, monteur.euses, etc.), non seulement tel qu’il se déroule, mais tel qu’il se construit durablement au sein d’une industrie de prototypes.

Pour développer ce questionnement, je mobilise un concept clé de la sociologie du travail, la « qualification » du travail. Mon intuition était qu’on n’avait pas épuisé la compréhension de cet objet, les recherches théoriques l’ayant d’ailleurs un peu délaissé avec l’émergence de la notion de « compétence ».

Si je me réfère à l’organisation actuelle de l’industrie du cinéma en France, alors la qualification se présente comme une position au sein d’une hiérarchie des statuts et des salaires, en référence à la convention collective de branche dite des « techniciens de la production cinématographique ». En ce sens, la qualification se confond pratiquement avec la « grille de classification » négociée par des syndicats représentant les salariés et ceux des employeurs.

Toutefois, la qualification n’est pas seulement une réalité de papier. Au contraire, considérant les repères donnés par la convention, l’équipe technique de chaque film se présente comme une collection de qualifications situées les unes par rapport aux autres. Quant à la « logique compétence », qui réfère à la formalisation de dispositifs d’évaluation et de mobilité salariale et professionnelle par le biais d’entretiens réguliers avec la hiérarchie, elle n’existe pas dans la production pour le cinéma, du fait de l’absence d’attache fixe des salariés à un établissement.

Quels concepts, auteur.ices, disciplines et sous-disciplines avez-vous mobilisé.es pour aborder ces questions ?

Les recherches sociologiques portant directement sur la qualification remontent à Pierre Naville et Georges Friedman, références incontournables. Ma thèse privilégie toutefois l’approche de Naville, plus sensible au caractère relationnel de la qualification (Friedmann étant plus attaché à une conception qui me semble ontologique du métier). À partir de Naville, je mobilise un univers de références qui parcourt la sociologie du travail et des relations professionnelles, et notamment les travaux de Jean Saglio. Le cœur de la thèse relève d’une sociologie du travail, vue à travers la négociation et la pratique du droit conventionnel, ce qui la distingue et la rend complémentaire des travaux de Gwenaële Rot sur l’activité ou de Laure de Verdalle sur les mondes de production audiovisuels.

Le parcours de la thèse puise toutefois à divers paradigmes sociologiques en fonction des enjeux (les professions, les organisations, le salaire, etc.). La référence au produit filmique est quant à elle porteuse d’ouverture sur la sociologie du passage à l’art et la philosophie esthétique.

En ce qui concerne le fait professionnel en particulier, il est envisagé comme une dynamique intrinsèquement liée à la reconnaissance et à la valorisation de la qualification. En effet, le fait professionnel se construit momentanément autour de la possession d’une carte d’identité professionnelle, instituée dans les années 1940 et délivrée sur la base de certains critères (antisémites au départ, purement professionnels à partir de la Libération). La convention collective, inaugurée sous le Front populaire, reprend progressivement le dessus par la suite, afin d’agréger un nombre croissant de profils et de fonctions.

La Nouvelle Vague par exemple a joué un rôle, en poussant la profession à assouplir les critères d’accès aux fonctions de « réalisateur » ou de « chef opérateur ». De la même façon, les ruptures technologiques ou la diversification de l’activité (téléfilms, séries, émissions de télévision, film d’animation…) ont poussé à définir de nouveaux périmètres professionnels à travers de nouvelles conventions collectives dérivées du cinéma. Actuellement, alors qu’une restructuration des branches est engagée, cette diversité devient un objet de négociation collective : une échelle commune de qualification est-elle possible pour le film d’auteur, la série Netflix ou la captation d’événements sportifs ?

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données utilisez-vous ?

Mon approche est socio-historique. Elle a supposé de s’appuyer sur de nombreuses archives syndicales et professionnelles : Fédération du spectacle CGT, ministère du Travail, ministère de la Culture, Centre national de la Cinématographie, archives privées de tel.le ou tel.le technicien.ne. L’étude de la période contemporaine s’appuie sur 60 entretiens avec des professionnels et négociateurs, une dizaine de séances d’observation de négociation collective à la Direction générale du travail, enfin l’observation de diverses réunions professionnelles et/ou syndicales.

Quels sont vos premiers éléments d’analyse ? Quelles premières conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

 Le recours à une méthode socio-historique m’a permis d’appréhender la qualification comme un mouvement, accompagnant le passage d’un artisanat entrepreneurial (fin du XIXe siècle) à la constitution au projet d’équipes salariées (des années 1920-1930 à nos jours).  De ce point de vue, la qualification prolonge le contrat de travail et se situe au cœur de la « grammaire du travail » dont Claude Didry restitue l’émergence.

Ce faisant, la qualification se présente comme support d’imbrication de différents rapports sociaux (j’emprunte à dessein la notion d’imbrication à Danièle Kergoat) : rapports de classes, rapports sociaux de genre, hiérarchie des fonctions, etc. Pour cette raison, la qualification se manifeste comme un lieu cristallisant divers registres de luttes, avec pour visée récurrente de faire valoir un groupe, une catégorie, un métier, sur un plan moral et économique. Le salaire constitue alors comme une preuve (éventuellement contestée) de la valeur du travail.

En ce qui concerne mon terrain en particulier, je montre que faire reconnaître sa qualification se présente comme une épreuve renouvelée à chaque engagement (compte tenu de la discontinuité de l’emploi). Sa stabilisation constitue de ce fait un horizon d’émancipation (selon la terminologie de Mathieu Grégoire). Déployer les ressorts de cette épreuve est porteur d’ouverture vers des mondes du travail tout à fait différents du cinéma dans leur visée productive, mais participant pourtant d’une même grammaire salariale.

Enfin, dans le cinéma et les mondes du travail parents, l’expérience renouvelée de la qualification sur des projets projet variés peut devenir un support de légitimation d’une expertise salariée tendue vers la définition d’un avenir pour l’industrie. J’aimerais poursuivre cet aspect de ma thèse, qui permet me semble-t-il d’ouvrir une interrogation sur les formes et sur la portée de la négociation collective.

Pour aller plus loin

Zarka. S., 2019, « 1981 : une recomposition syndicale dans l’audiovisuel et le cinéma », Le Mouvement social, n° 268, jui.-sep., La Découverte, Paris, p. 81-99.

Zarka. S., 2019, « De l’imaginaire au produit. Un parcours par la décoration de cinéma » Cités, n° 77, PUF, Paris, p. 23-32.

Références principales

Didry, C., 2016, L’Institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, La Dispute, « Travail et salariat », Paris.

Friedmann, G., 1956, Le travail en miettes, Gallimard, Paris.

Galerand, E. et Kergoat, D., 2014, « Consubstantialité vs intersectionnalité? À propos de l’imbrication des rapports sociaux », Nouvelles pratiques sociales, vol. 26, n°2, p. 44–61.

Grégoire, M., 2013, Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes, La Dispute, « Travail et salariat », Paris, 2013.

Naville, P., 2012 (1ère éd. 1956), Essai sur la qualification du travail, M. Rivière, Paris.

Rot, G. et Verdalle (de), L., (dir.), 2013, Le cinéma. Travail et organisation, La Dispute, Paris

Saglio, J., 1999, « Les fondements sociaux des hiérarchies salariales en France », Travail Emploi, n°78, p. 21-39.

Salais, R. et Storper, M., 1993, Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, EHESS, Paris.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.