Expression du RT18 à propos du mouvement social en cours

Les enseignant·e·s et/ou chercheur·e·s, titulaires ou précaires, qui constituent le bureau du réseau thématique « relations professionnelles » (RT18) de l’Association française de sociologie (AFS) affirment, par ce message, leur soutien à la mobilisation sociale en cours contre le projet de réforme des retraites et contre le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

En tant que chercheur·e·s étudiant les relations professionnelles, nous ne pouvons que nous inquiéter des conséquences de la présente réforme des retraites : diminution des pensions de toutes et tous, en particulier des femmes et des salarié·e·s ayant subi la précarité et la privation d’emploi, augmentation de la durée de vie passée au travail alors que l’espérance de vie en bonne santé a cessé d’augmenter, disparition du principe de solidarité pourtant au fondement de notre système de protection sociale… Nous sommes également très préoccupé.e.s par la « méthode » utilisée par le gouvernement pour élaborer cette réforme, à savoir une consultation de façade qui masque mal un mépris à l’égard des organisations syndicales, des travailleur.ses qu’elles représentent et de leurs revendications.

Parallèlement, les promoteurs du projet de loi LPPR en préparation ont pour ambition de graver encore davantage dans le marbre leur conception inégalitaire de la recherche. À rebours de ces logiques concurrentielles qui nous sont imposées, nous considérons que la recherche s’épanouit grâce à la coopération et à l’échange. C’est cette vision de la recherche que nous faisons vivre en participant à l’animation du RT18.

Face à ces régressions, le bureau du RT18 décide de suspendre ses activités qui ne seraient pas directement liées au conflit en cours, afin que ses membres disposent du temps non seulement pour observer mais aussi pour participer activement à la mobilisation. Le bureau du RT18 salue l’initiative de certaines revues de mettre en libre accès des articles en lien avec le mouvement en cours (https://nrt.hypotheses.org/la-nouvelle-revue-du-travail-se-joint-au-mouvement-social-en-cours). Il s’associe également aux divers appels à contribuer financièrement aux caisses de grève mises en place par les organisations syndicales. Vous trouverez un recensement sans doute non exhaustif de ces caisses via ce lien : https://caissesdegreve.github.io/ . Le bureau exprime son attachement à un système de retraite basé sur la solidarité de tou·te·s et permettant à chacun·e de vivre dignement. Il rappelle enfin qu’une démocratie véritable a besoin d’une citoyenneté sociale vivante, nourrie par l’intervention des salarié.es et l’action des organisations syndicales. Il s’inquiète à cet égard de la surdité du gouvernement aux mobilisations en cours et, pire, de leur violente répression.

Le 13 Janvier 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.