Pensées de la « citoyenneté industrielle » : controverses politiques, luttes symboliques et rapports de classe

Vous trouverez ci dessous l’appel à communication de la Section Thématique n°54 du prochain congrès de l’AFSP intitulée « Pensées de la « citoyenneté industrielle » : controverses politiques, luttes symboliques et rapports de classe » (Thoughts of Industrial citizenship: political controversies, symbolic struggles and class relations). 

Nous invitons toutes celles et ceux qui pourraient être intéressé.e.s par cette ST à nous faire part de leurs propositions de communication aux adresses suivantes : 

guillaume.gourgues@univ-lyon2.fr

karel.yon@univ-lille.fr

La date limite de l’envoi des propositions est le 12 décembre 2018, et vous trouverez toutes les modalités pratiques sur le site de l’AFSP.

N’hésitez pas à faire circuler cette annonce auprès de chercheur.e.s et de réseaux de recherche qui pourraient être intéressé.e.s. 

Bien à vous tou.te.s,

Guillaume Gourgues et Karel Yon

Présentation de la section thématique (english version below) :

La notion de citoyenneté industrielle est généralement abordée par les sociologues, historiens et spécialistes des relations professionnelles comme l’ensemble des droits et des instances de représentation et de participation reconnus aux travailleurs dans les entreprises (Lichtenstein, Harris, 1996 ; Martin, 1994 ; Coutu, Murray 2010 ; Béroud, 2013). Ce cadrage correspond à la définition marshallienne qui pose la citoyenneté industrielle comme un sous-produit de la citoyenneté sociale, elle-même émergeant dans le sillage des droits civils et politiques (Marshall, 1950). Cette acception de la citoyenneté industrielle, qui désigne les dispositifs de régulation visant l’intégration des travailleurs à l’ordre économique, l’harmonisation de l’« économique » et du « social », est le produit d’une « pensée d’État » (Bourdieu, 1993). Elle répond aux préoccupations de gouvernement de la « question sociale » nées à la fin duxixe siècle et correspond aux théorisations et aux découpages administratifs produits dans le contexte d’édification des institutions de l’État social et du rapport salarial.

On commence seulement à redécouvrir dans le champ de la théorie politique et sociale, à la suite de Carole Pateman (1970), la diversité des paradigmes de la « démocratie industrielle » (Hayat, 2011 ; Cukier, 2017 ; Ferreras, Landemore, 2016), rendant possibles de nouvelles lectures de la citoyenneté industrielle. Au croisement de l’histoire des idées et de la sociologie politique, d’autres travaux ont également souligné le caractère disputé et historiquement variable de catégories connexes comme celles de salarié (« employee », cf. Vinel, 2013), « démocratie » (Dupuis-Deri, 2013) ou « démocratie sociale » (Yon, à paraître).

Dans le sillage de ces travaux, cette section thématique vise à étudier la citoyenneté industrielle comme un enjeu de luttes. Ce qui est en jeu est précisément la définition des droits autant que des frontières de la communauté dans le cadre de laquelle l’identité de « citoyen » prend sens, sans présumer d’une séparation entre l’économique et le politique. L’objectif est de passer la citoyenneté industrielle au tamis de l’histoire sociale des idées politiques, celles-ci étant entendues comme « les rationalisations de l’ordre politique, qu’il s’agisse de ses légitimations ou de ses formes de contestation » (Gaboriaux, Skornicki, 2017, p. 20). En d’autres termes, il s’agit d’aborder la citoyenneté industrielle comme un moyen d’interroger l’ancrage dans le travail des revendications de citoyenneté. L’objectif est de documenter la diversité et l’évolution des discours portés sur la citoyenneté industrielle, en étudiant ses représentations multiples et changeantes, ses origines sociales et intellectuelles.

Cette section thématique sera particulièrement intéressée par des propositions de communication explorant, dans un contexte français, étranger ou international, et dans une séquence temporelle large (des prémisses de la révolution industrielle à nos jours), les trois dimensions suivantes :

– Les « pensées ouvrières ». Premiers concernés par la citoyenneté industrielle, les travailleurs ne sont en effet pas seulement des sujets passifs de discours et de dispositifs, mais bien des penseurs au moins partiellement autonomes (Rancière, 1981). Les œuvres de pensée produites individuellement par des ouvriers, mais aussi dans les textes liés à l’activité même de travail et produits souvent collectivement, permettent de retracer la trajectoire de ces discours : leur genèse et leur circulation, leur rôle dans les dynamiques de lutte sociale, les tensions qui les traversent et les épreuves au cours desquelles elles se confrontent à d’autres pensées de la citoyenneté industrielle.

– Les « pensées patronales ». Les positionnements patronaux, reflets des dissensions et controverses intellectuelles et politiques qui les traversent, sont également porteurs d’une généalogie intellectuelle et discursive de la notion. Au-delà de l’alignement libéral puis néolibéral du patronat (Denord, 2016 ; Offerlé, 2013), le but est ici de prendre au sérieux la production et le rôle de ces discours patronaux concernant les objectifs « citoyens » de l’entreprise, depuis la philanthropie, le paternalisme ou le fouriérisme du xixe siècle jusqu’aux discours internationaux sur la Responsabilité Sociale des Entreprises, en passant par le « discours de Marseille » d’Antoine Riboud en 1972 (Gourgues, 2018).

– Les « pensées d’État ». En France, le discours des autorités publiques sur le travail est traversé par une tension entre deux visions de la citoyenneté, industrielle et sociale. Si on a historiquement assisté au passage d’un « droit ouvrier » à un « droit social » couvrant tous les salariés, et si la législation dite « industrielle » a d’emblée visé à organiser plus largement que les seuls ouvriers d’industrie (Didry, 2016), la législation n’en reste pas moins marquée par cette origine. Les principales institutions de la citoyenneté salariale sont en effet ancrées dans les établissements. D’autres dispositifs, comme les prud’hommes et la sécurité sociale, ont cependant pu traduire de manière plus ou moins explicite selon les époques une conception davantage territorialisée et « sociale » de la citoyenneté. Comment rendre compte de cette tension ? Qu’en est-il dans d’autres pays ? 

Sociologists, historians and industrial relations specialists have generally addressed the notion of industrial citizenship as the set of rights and bodies of representation and participation granted to workers in companies (Lichtenstein, Harris, 1996; Martin, 1994; Coutu, Murray 2010; Béroud, 2013). This corresponds to the Marshallian definition that posits industrial citizenship as a by-product of social citizenship, the latter emerging in the wake of civil and political rights (Marshall, 1950). This meaning of industrial citizenship, which refers to regulatory mechanisms aimed at integrating workers into the economic order, at harmonizing the “economic“ and the “social”, is the product of “State thinking” (Bourdieu, 1993). It responds to the concern for governing the “social question” that arose at the end of the 19th century and corresponds to the theorizations and administrative divisions, which developed in relation to the emergence of the institutions of the social state. 

In the field of political and social theory, following Carole Pateman (1970), we are only beginning to rediscover the diverse paradigms of “industrial democracy” (Hayat, 2011; Cukier, 2017; Ferreras, Landemore, 2016), allowing new interpretations of industrial citizenship. At the crossroads of political sociology and history of ideas, other works have also highlighted the disputed and historically variable nature of related categories such as those of “employee” (Vinel, 2013), “democracy” (Dupuis-Deri, 2013) or “social democracy” (Yon, to be published).

In the wake of this work, this thematic section aims to study industrial citizenship as an issue of struggle. What is at stake is precisely the definition of the rights as well as the boundaries of the community within which the identity of “citizen” takes on meaning, without assuming a separation between the economic and the political. The objective is to analyze industrial citizenship through the lens of the social history of political ideas, understood as “the rationalizations of the political order, whether in terms of its legitimizations or its forms of contestation” (Gaboriaux, Skornicki, 2017, p. 20). In other words, it is a question of approaching industrial citizenship as a way of questioning the work-based anchoring of citizenship claims. The objective is to document the diversity and evolution of discourses on industrial citizenship, by studying its multiple and changing representations, its social and intellectual origins.

This thematic section will be expecting communication proposals exploring, in a French, foreign or international context, and in a broad temporal sequence (from the beginnings of the industrial revolution to the present day), the following three dimensions:

– “Workers’ thoughts”. First concerned by industrial citizenship, workers are not only passive subjects of discourse, but also at least partially autonomous thinkers (Rancière, 1981). The works of thought produced individually by workers, but also in texts related to the very activity of work and often produced collectively, make it possible to trace the trajectory of these discourses: their genesis and circulation, their role in the dynamics of social struggle, the tensions that permeate them and the challenges during which they face other thoughts of industrial citizenship.

– “Employers’ thoughts”. The employers’ discourses, reflecting the intellectual and political dissensions and controversies that affect them, also call for an intellectual and discursive genealogy of the notion. Beyond the liberal and then neoliberal alignment of employers (Denord, 2016; Offerlé, 2013), the aim here is to take seriously the production and role of these employer discourses concerning the “civic” dimension of business, from philanthropy, paternalism or 19th century fouriérism to international discourses on Corporate Social Responsibility, via Antoine Riboud’s “Marseille speech” in 1972 (Gourgues, 2018).

– The “state thoughts”. In France, the discourse of public authorities on labor is marked by a tension between two visions of citizenship, industrial and social. While we have historically witnessed the transition from a “workers’ law” to a “social law” covering all employees, and while the so-called “industrial” legislation from the outset aimed to organize more broadly than just industrial workers (Didry, 2016), the legislation is nevertheless marked by this origin. The main institutions of wage citizenship are anchored in the establishments. Other mechanisms, such as labor courts and social security, have, however, been able to translate more or less explicitly over time a more territorialized and “social” conception of citizenship. How can we account for this tension? What about other countries?

Références bibliographiques

Cukier A., 2017, Le Travail démocratique, Paris, PUF.

Denord F., 2016, Le Néo-libéralisme à la française. Histoire d’une idéologie politique, Marseille, Agone.

Didry C., 2016, L’institution du travail, Paris, La Dispute.

Dupuis-Déri F., 2013, Démocratie. Histoire politique d’un mot aux États-Unis et en France, Montréal, Lux.

Ferreras I., Landemore H., 2016, « In Defense of Workplace Democracy. Towards a Justification of the Firm–State Analogy », Political Theory, vol. 44, n° 1, p. 53-81.

Gaboriaux C., Skornicki A. (dir.), 2017, Vers une histoire sociale des idées politiques, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Gourgues G., Neuschwander C., 2018, Pourquoi ont-ils tué Lip ? De la victoire ouvrière au tournant néolibéral, Paris, Raisons d’Agir.

Hayat S., 2011, « Démocratie industrielle (Démocratie ouvrière) », in C. Gaillard et G. Navet (dir.), Dictionnaire Proudhon, Bruxelles, 2011.

Lichtenstein N., Harris J., 1996, Industrial Democracy in America: the Ambiguous Promise, Cambridge University Press.

Marshall T.H., 1950, Citizenship and Social Class, and Other Essays, Cambridge University Press.

Martin D., 1994, Démocratie industrielle. La participation directe dans les entreprises, Paris, PUF.

Offerlé M., 2013, Les patrons des patrons. Histoire du Medef, Paris, Odile Jacob.

Pateman C., 1970, Participation and Democratic Theory, Cambridge, Cambridge University Press.

Rancière J., 1981, La Nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard.

Vinel J.-C., 2013, The Employee: a Political History, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Yon, à paraître, « De quoi la démocratie sociale est-elle le nom ? Luttes idéologiques dans les relations professionnelles », Socio-économie du travail.

 — 
Karel YON 
Chargé de recherches en sociologie 
CERAPS – UMR 8026 
CNRS / Université Lille 2 
+33.6.87.20.81.28**************************


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.