Les conflits du travail dans le monde – Critique internationale n°64

Parution du n°64 de Critique Internationale consacré aux conflits du travail dans le monde, coordonné par Maxime Quijoux.

« Éditorial », Critique internationale 3/ 2014 (N° 64), p. 5-6
URL : www.cairn.info/revue-critique-internationale-2014-3-page-5.htm.
DOI : 10.3917/crii.064.0005

“Pour ce numéro d’été, Critique internationale vous propose la première partie d’un « thema » en deux volets consacré à une comparaison internationale des conflits du travail et dirigé par Maxime Quijoux, chargé de recherche CNRS au laboratoire PRINTEMPS – Professions, Institutions, Temporalités – de l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Partant du constat d’une relative désaffection, de la part de la recherche française, pour la question des conflits du travail alors même que ceux-ci se multiplient à l’échelle de la planète, ce double dossier propose un véritable programme de recherche sur les différentes expressions de la conflictualité au travail, et notamment sur le renouvellement des formes de mobilisations et de négociations qui se déroulent de plus en plus souvent en dehors du classique système des relations professionnelles.

Les cinq articles de cette première partie s’intéressent plus particulièrement à la construction des conflits au travail et au repérage de différentes formes de mobilisation entre ruptures, circulations et continuités. Mathieu Hocquelet (post-doctorant au Centre Maurice Halbwachs (EHESS) et chercheur associé au Centre Pierre Naville) analyse le cas des mobilisations dans la firme américaine de grande distribution Walmart, plus grand employeur privé mondial mais aussi véritable « bastion anti-syndical ». Sophie Béroud (maître de conférences en science politique à l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire TRIANGLE) revient sur les liens entre le mouvement des Indignés et le syndicalisme en Espagne, et ce faisant questionne l’idée admise d’une coupure entre ces deux mondes. Quentin Delpech (chercheur associé au Centre d’études mexicaines et centre-américaines-CEMCA) s’intéresse à la diffusion des savoir-faire syndicaux américains en Amérique centrale dans le contexte de la transformation de la division internationale du travail. Baptiste Giraud (maître de conférences en science politique à l’Université de sciences économiques et de gestion d’Aix-Marseille et membre du LEST, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail) revient, quant à lui, sur les usages de la grève en France à partir de l’étude du travail de formation et d’encadrement des militants CGT du secteur du commerce. Enfin, Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Annette Jobert (directrice de recherche émérite au CNRS, IDHES-ENS Cachan) et Yi Zhenzhen (doctorante à l’IDHES-ENSCachan et à l’Université Normale de la Chine de l’Est) examinent les stratégies en situations de conflit des salariés des entreprises publiques chinoises dans le nouveau contexte créé par les réformes de la législation du travail.

Ce « thema » a fait l’objet d’un séminaire préparatoire qui s’est tenu au CERI au mois de janvier 2014. Merci à Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Arnaud Mias (maître de conférences en sociologie à l’université de Rouen, en délégation au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Camille Goirand (professeure de science politique à l’Institut des hautes études d’Amérique latine (IHEAL) – Université Paris III Sorbonne Nouvelle et rattachée au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales), Dominique Vidal (professeur de sociologie à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché à l’Unité de Recherche Migrations et Société, URMIS), Gilles Guiheux (professeur en sociohistoire de la Chine à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques, CESSMA), Annie Collovald (professeure de sociologie à l’Université de Nantes et directrice du Centre nantais de sociologie, CENS) et Julian Mischi (chargé de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et au Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (CESAER) à Dijon) d’avoir, à cette occasion, endossé le rôle de discutant.

La seconde partie de ce « thema » (n° 65, octobre-décembre 2014) portera sur la défense des travailleurs et sera plus précisément centrée sur les acteurs, les pratiques et les enjeux des relations professionnelles dans des contextes géographiques et culturels encore une fois très variés.

Bonne lecture

La rédaction”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.