Evènement du réseau – soutenance de thèse de Camille Dupuy le 29 novembre 2013

Thèse de doctorat de l’École Normale Supérieure de Cachan intitulée “Dynamiques professionnelles et salariales des journalistes”, présentée et soutenue le 29 novembre 2013 par Camille Dupuy, devant le jury composé de :

Gilles BASTIN – Maître de Conférences, PACTE – IEP Grenoble, Examinateur

Antoine BEVORT – Professeur, LISE – CNAM, Rapporteur

Florent CHAMPY  – Directeur de recherche au CNRS, CMH – EHESS / ENS, Rapporteur

Claude DIDRY – Directeur de recherche au CNRS, IDHE – ENS Cachan, Directeur de thèse

Annette JOBERT – Directrice de recherche au CNRS, IDHE – ENS Cachan, Examinatrice

Denis RUELLAN – Professeur,  CRAPE – Université Rennes 1, Examinateur

RESUME DE LA THESE 

Cette thèse analyse les journalistes professionnels français en les envisageant à partir de leur statut de salarié dans des entreprises soumises à des impératifs de gestion et de rentabilité, suivant en cela les intuitions de Max Weber sur la presse. Cette posture conduit à poser une question centrale autour de la tension entre la subordination juridique du salarié et l’autonomie professionnelle que nécessite l’exercice de cette activité. L’autonomie professionnelle et la condition salariale des journalistes sont conçues à partir de l’analyse conjointe des dynamiques salariales (défense du salariat) et des dynamiques professionnelles (défense de l’autonomie professionnelle). Sans remettre en cause le caractère spécifique du bien produit (l’information), réalisé par un collectif englobant d’autres catégories de travailleurs, cette perspective entend compléter les analyses menées par une sociologie du journalisme qui les a largement envisagés à partir de leurs particularités liées à leur contribution au système démocratique. On conduit une analyse sociohistorique qui repose sur des méthodes complémentaires (entretiens, observations, travail documentaire).

La première partie de la thèse étudie la construction des dispositifs institutionnels qui encadrent cette catégorie de salariés et ce qu’ils sont aujourd’hui (catégorie juridique de salarié, carte de presse, etc.). On met au jour une tension apparente entre l’aspiration des journalistes à un modèle de travail indépendant (carte de presse, charte de déontologie, conseil de presse, clause de conscience) et leur inscription dans la subordination salariale des entreprises privées. Malgré certains arrangements et correctifs, ces professionnels n’ont pas réussi à s’extraire des logiques financières (recherche d’un équilibre) et apparaissent  comme des salariés dans des entreprises comme les autres. La deuxième partie interroge les formes que prend la structuration collective de ces salariés. Il ne s’agit pas d’étudier seulement les institutions légalement représentatives des salariés (reconnues par le droit du travail) mais l’ensemble des organisations formelles ou informelles de travailleurs qui représentent (ou entendent représenter) le groupe des journalistes et concourent (ou entendent concourir) à sa régulation et à sa coordination. Les syndicats, sociétés et associations de journalistes travaillent ensemble ou se concurrencent pour coordonner et réguler le groupe professionnel, témoignant d’une pluralité de façon de penser le journaliste, du travailleur salarié classique à l’indépendant contributeur de la démocratie. Ces différentes instances se retrouvent prises dans des dynamiques communes lors de restructurations d’entreprises qui sont étudiées dans la troisième partie de la thèse. À partir de monographies de plusieurs entreprises (Agence France Presse, Groupe Le Monde, Le Monde Interactif) dans des situations diverses de changement (changement de statut, licenciements collectifs et rachat, changement technologique), on analyse différents processus de négociations et manières de s’opposer. Ces trois cas témoignent d’un attachement des journalistes salariés à des dimensions qui vont au-delà des dynamiques salariales classiques en se mobilisant autour des questions de qualité (outil éditorial, formule rédactionnelle) et d’indépendance (statut, actionnariat). On montre enfin en conclusion comment la sociologie des groupes professionnels et des relations professionnelles permet d’éclairer d’une manière inédite les journalistes.

Résumé thèse Camille Dupuy


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.