Portrait de jeune chercheur : Lucas Winiarski, «  À contresens dans la CGT ? Le déploiement entravé des comités CGT de privés d’emploi et précaires à l’échelle locale et confédérale »

Votre thèse, réalisée au sein du laboratoire Triangle sous la direction de Sophie Béroud s’intitule «  À contresens dans la CGT ? Le déploiement entravé des comités CGT de privés d’emploi et précaires à l’échelle locale et confédérale ». Qu’est-ce qui vous a intéressé sur ce sujet ?

Ma recherche s’est située dans la continuité de mon parcours universitaire. En Master 1 de science politique, mon travail s’est orienté vers les jeunes travailleurs engagés. En Master 2 en science politique, j’ai étudié la création du comité chômeur de Saint-Étienne. Mes travaux de recherches ont tous concerné des thématiques adjacentes : le chômage, la précarité, la politique et le syndicalisme « ouvrier », les mouvements sociaux, l’organisation et la mobilisation des travailleurs précaires.

L’objectif de ma thèse a été de compléter les travaux sur les dynamiques de mobilisation ou de non-mobilisation des précaires. Elle a visé à renseigner la façon dont les organisations syndicales, en l’occurrence la CGT, intègrent les composantes les plus instables du salariat et montre ce que cette intégration (ou difficile intégration) dit de leur capacité d’adaptation aux nouvelles réalités de l’emploi. Il s’agissait d’examiner l’organisation des chômeurs et des précaires au sein de la Confédération Générale du Travail, d’analyser les formes d’organisation des sans-emplois et des précaires, groupes souvent parlés et de donner à voir et à entendre une population qui apparaît peu au-devant de la scène. L’ambition de ma thèse était d’abord de combler le manque de connaissances scientifiques, sur les raisons de la « non mobilisation » de la catégorie sociale des travailleurs précaires. En effet ceux-ci auraient a priori tout intérêt à se syndiquer pour que leurs revendications bénéficient d’une caisse de résonance et, de leur côté, que les organisations syndicales auraient elles aussi « intérêt » à les organiser pour pouvoir se renforcer. Je souhaitais comprendre pourquoi une partie importante du salariat s’intégrait difficilement dans l’activité syndicale et où se situaient les éventuels freins et blocages.

Cette thèse interroge la place des travailleurs privés d’emploi et précaires au sein de la CGT à trois niveaux : au niveau individuel avec le parcours et les représentations entretenues par les militants, au niveau local via les comités de travailleurs privés d’emploi et précaires présents sur les villes et/ou les départements et au niveau national avec le Comité National des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires. Elle vise à analyser les effets de l’organisation de chômeurs à la CGT : les blocages, les résistances, le redéploiement sur de nouveaux secteurs d’activités, etc.

Quels concepts, et auteur.ices, quelles sont les disciplines ou/et sous-disciplines avez-vous mobilisé.es pour aborder ces questions ?

Mon travail s’est inscrit dans la sociologie politique du syndicalisme au carrefour de la sociologie des mouvements sociaux, de la sociologie du travail et de la sociologie des organisations. J’ai utilisé l’observation participante dans la lignée de l’école de Chicago ayant trait à la sociologie du travail et du syndicalisme.

J’ai mobilisé le concept de « précarité » de Serge Paugam puis de Robert Castel : c’est-à-dire les conséquences de la transformation du salariat en contrats à durée déterminée et en quoi cette notion touche aussi la question du lien social à travers la « désaffiliation sociale ».

Je me suis également appuyé sur le concept de précariat dont j’ai tenté de définir les contours. Cette catégorie sociale est dite « nouvelle » dans le sens où celle-ci s’est développée ces dernières années, mais en réalité les profils qui la composent existaient antérieurement. L’idée de précariat est inspirée des théories marxistes sur les classes sociales : elle a été entendue, dans notre cas, en écho au concept d’« armée de réserve », surplus relatif de population, faisant pression sur les travailleurs en activité pour qu’ils ne contestent pas leurs conditions de travail, étant sous la menace d’une population à la recherche d’un emploi. Si le terme « précariat » lui a été préféré, c’est que cette catégorie sociale n’est pas constituée exclusivement de chômeurs, mais également de travailleurs actifs (intérimaires, auto-entrepreneurs, etc.), et provoquant sensiblement le même effet sur les autres travailleurs. Dans cette thèse, j’ai considéré le précariat largement en y intégrant tous les travailleurs et les chômeurs dont la situation est irrégulière et précaire, soit l’ensemble des individus qui subissent un état de précarité économique et sociale durable. J’ai soutenu l’idée que le précariat tendrait à devenir un groupe social déterminé, une catégorie socio-professionnelle particulière, au sein du « prolétariat ». Le précariat est entendu  au sens de Sarah Abdelnour, c’est à dire comme une composante du prolétariat soit les ouvriers et les employés, mais également les salariés fragiles et mal protégés (avec au cœur les femmes, les immigrés, les chômeurs, les « intellos précaires », etc.).

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données utilisez-vous ?

Cette recherche s’est basée d’abord sur l’obtention d’une Cifre qui a déterminé l’enquête sur le terrain : c’est-à-dire l’observation participante permettant la collecte d’informations au plus près de l’activité. Le fait d’avoir été immergé à l’intérieur du terrain m’a permis de comprendre les codes, de comprendre les relations internes et externes souvent importantes, mais dissimulées et d’avoir accès à des informations qui ne sont pas publiques. Cela mettait en lumière des “dynamiques en coulisse” : comme le rapport entre les structures syndicales, les espaces privés de socialisation, les interactions individuelles et les rapports de force dissimulés, les données réelles, etc.

La proximité du terrain et de ses acteurs a permis de brosser le portrait détaillé d’une organisation jusque-là plutôt méconnue, le CNTPEP (Comité National des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires – CGT) : son fonctionnement, sa composition, son activité, ses revendications et sa place au sein de la CGT. L’accès aux données qualitatives et quantitatives n’a jamais été limité (observations à tous les niveaux, entretiens, archives internes, listages internes, réunions nationales, déplacements régionaux, etc.). Cette situation d’observation participante n’a pas été sans poser des problèmes d’ajustement de la « bonne distance » du chercheur à son objet. Ma partie réflexive pourrait être utile à des doctorants bénéficiant de ce type de convention : comment prendre en compte les effets des tentatives de légitimation, voire d’instrumentalisation, de l’activité du chercheur, dans la production des résultats ?

Plus précisément, sur le plan méthodologique, l’étude a reposé principalement sur un important travail de terrain. La recherche s’est basée d’abord sur des rencontres informelles et des entretiens semi-directifs avec plus de soixante enquêtés issus de toutes les strates de la confédération. La thèse montre également le fonctionnement des comités de chômeurs et les dynamiques internes grâce aux observations participantes dans des conférences, réunions, congrès, permanences, manifestations, piquets de grève et occupations. Afin d’objectiver le sujet et de limiter les biais, j’ai opéré un travail comparatif sur la base d’un questionnaire mis en place à l’échelle nationale et à destination de tous les travailleurs précaires de la CGT. Enfin, cette approche a été complétée par la consultation de statistiques et d’archives syndicales, municipales, départementales et nationales, par l’analyse des rapports d’activité des congrès des comités et de la CGT, de documents de travail internes, et de dépouillement de périodiques de la CGT.

Quelles sont les principales conclusions de votre travail ?

Mon entrée en immersion dans le syndicalisme a permis à cette recherche de donner à voir l’activité syndicale des chômeurs de la CGT et notamment de souligner le travail ordinaire militant, souvent moins perceptible. Ce travail entend ainsi contribuer à une réactualisation des études existantes, à l’objectivation des pratiques des comités et de la CGT et à l’apport de données supplémentaires sur les stratégies d’évolution de la centrale. Cette recherche alimente une sociologie des classes populaires en mettant ici la focale sur une fraction organisée de celle-ci : les militants précaires de la CGT. Elle met en lumière les moyens des précaires pour s’organiser au sein de la confédération, plus spécifiquement à travers les comités CGT des travailleurs privés d’emploi et précaires ainsi que les profils qui composent ces comités. L’ensemble des dynamiques et des difficultés des comités est traité et montre comment un groupe, « prédisposé » à être parlé du fait de sa position sociale, est parvenu à construire sa propre structure d’expression et de lutte : son histoire locale et nationale, ses membres, les moyens, les actions, les interrogations, les blocages, etc.

Loin d’être un nouveau mouvement social émergent, ce travail montre d’abord que les expériences de chômeurs cégétistes commencent dès les années 1920 et se réitèrent historiquement.

J’apporte ensuite un éclairage sur le profil social de ces militants, plus proches du salariat d’aujourd’hui que ne l’est la majorité des syndiqués de la CGT. Celui-ci offre un prolongement aux travaux de Sophie Béroud sur les sources organisationnelles des difficultés de déploiement de cette organisation syndicale, liées au fait que l’essentiel du pouvoir se situe au niveau des fédérations, lesquelles n’ont guère intérêt dans l’immédiat à ce redéploiement, étant concentrées sur leurs propres problématiques.

Mes résultats participent à la cumulativité des recherches récentes dans le domaine de la sociologie politique du syndicalisme portant sur la transformation du marché du travail et sur la mobilisation des travailleurs précaires en marge des organisations syndicales. Je montre que dans un contexte de transformation du marché du travail, de développement de nouveaux secteurs d’activités et de perte de vitesse d’adhésion syndicale, les précaires constituent une ressource sous-estimée par la CGT. En effet, si les chômeurs et précaires représentent aujourd’hui le tiers du salariat, ils ne sont qu’un à deux pour cent des syndiqués de la CGT. Ils sont d’ailleurs identifiés dans le listing confédéral des adhérents sous le libellé « PERI » pour « périphériques » : ce qui illustre la marginalité de leur position.

Mon travail constitue un éclairage documenté du décalage qui s’est accru avec les transformations du monde du travail entre le mode d’organisation de la confédération historiquement centrale du syndicalisme en France et les réalités du salariat. Décalage qui forme l’une — sinon la — des raisons principales de l’affaiblissement de la CGT. Un des résultats forts de ma thèse est le fait que l’étude des comités permet de réfléchir sur l’évolution d’un syndicalisme capable de s’adapter à un capitalisme qui se transforme. La situation des militants des comités de chômeurs les place au carrefour des nouveautés salariales (étudiants, jeunes, travailleurs de plateforme tels que les livreurs des plateformes de livraisons à domicile, etc.) et des nouvelles formes de précarité (questions liées aux travailleurs pauvres et au fonctionnement de l’assistance et l’assurance sociale).

Les actions des militants et leurs profils tendent à prouver que nous sommes loin d’une mobilisation improbable. Forts de capitaux militants acquis souvent antérieurement, dans des organisations politiques, dans des expériences mouvementistes au lycée et/ou à l’université ou encore dans des syndicats professionnels avant d’être au chômage, les comités sont composés essentiellement de militants qui balisent leur construction et leurs revendications grâce à leur connaissance et leur expérience du militantisme. Le groupe génère une socialisation politique qui conduit les plus éloignés du militantisme à adopter, reproduire et transmettre à leur tour les codes de l’organisation. Cela aboutit à un groupe protéiforme et en rupture qui, par sa composition et ses actions, soulève un certain nombre d’ambivalences de la confédération : au niveau de l’égalité et de l’équité (montant des cotisations), de l’inclusivité (conflictualités sexistes en interne), de son institutionnalisation (modalités cogestionnaires ambiguës), de la liberté et de l’autonomie en interne (dépendance du CNTPEP), des revendications salariales (parfois en contradiction avec les revendications des concernés), de l’accessibilité de la structure (opacité générant de l’incompréhension et aboutissant au désengagement syndical), de la structuration (modèle de territorialisation inopérant par rapport à la mobilité des travailleurs), etc.

Les expériences locales d’organisation des précaires à la CGT ne se prolongent pas dans la durée et s’éteignent successivement. Dans leur activité quotidienne, les comités se définissent par l’importante rotation des membres auquel ils doivent faire face, ce qui menace leur existence. La précarité de l’organisation des chômeurs est consubstantielle de la précarité des membres : ils se regroupent parce qu’ils sont précaires, mais ne peuvent rester ensemble du fait de la précarité de leur situation, l’organisation syndicale n’assurant pas la viabilité (dans la durée et sur le territoire national) des comités. De fait, les difficultés d’intégration et d’organisation résident plus dans l’accueil structurel des chômeurs au sein de la confédération que dans les chômeurs eux-mêmes. Le travail des privés d’emploi et des précaires pour s’intégrer à la CGT met en évidence un contresens majeur. Celle-ci ne cesse d’affirmer que l’organisation syndicale des précaires est une nécessité et un défi au XXIe siècle, pourtant elle ne s’oriente pas vers une organisation favorisant leur intégration et de ce fait restreint ses perspectives. Pour autant, elle est la seule structure syndicale nationale à les organiser, et ce depuis 40 ans.

Bibliographie / Références principales / Pour aller plus loin

  • ABDELNOUR S., Les nouveaux prolétaires, Paris, TEXTUEL, 2011.
  • BÉROUD S., « Organiser les inorganisés. Des expérimentations syndicales entre renouveau des pratiques et échec de la syndicalisation », Politix, 30 mars 2009, no 85.
  • CHABANET D. et FANIEL J. (dir), Les mobilisations de chômeurs en France. Problématiques d’alliances et alliances problématiques, L’Harmattan, Logiques Politiques, mai 2013.
  • DUNEZAT X. et COHEN V., Quand des chômeurs se mobilisent…, Rennes, PUR, 2018.
  • GIBARD W. et WINIARSKI L., « Entre expert et militant. Les positions du chercheur en CIFRE dans une organisation syndicale », Enquêter sur les relations professionnelles. Perspectives méthodologiques, outils réflexifs et pratiques de terrain, ENS Éditions, Coll. Sociétés, espaces, temps (SET), mars 2024.
  • MAURER S. et PIERRU E., « Le mouvement des chômeurs de l’hiver 1997-1998. Retour sur un « miracle social » », Revue française de science politique, mars 2001, Vol. 51.
  • PIOTET F. (et coll.), La CGT et la recomposition syndicale, Paris, Presses Universitaires de France – PUF, 2009.


Citer ce billet
RT18 (2024, 11 avril). Portrait de jeune chercheur : Lucas Winiarski, «  À contresens dans la CGT ? Le déploiement entravé des comités CGT de privés d’emploi et précaires à l’échelle locale et confédérale ». Relations professionnelles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w758

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.