Portrait de jeune chercheur : Nicolas Simonpoli, “La Griffe Cégétiste : une sociologie historique de la reconversion professionnelle des cadres syndicaux de la CGT (années 1970-2010)”

Pouvez-vous nous présenter brièvement votre domaine de recherche et le sujet de votre thèse ?

Mes recherches s’inscrivent en sociologie du syndicalisme et des relations professionnelles. Plus particulièrement, je m’intéresse aux trajectoires des dirigeants syndicaux et, notamment, de ceux qui ont occupé une fonction de permanent, c’est-à-dire ceux qui, pendant une période donnée, ont consacré l’ensemble de leur temps de travail à l’action syndicale. Dans ma thèse, intitulée la Griffe cégétiste, soutenue en novembre 2020 à l’Université Paris Nanterre, je réalise une sociologie historique des reconversions professionnelles des dirigeants de la Confédération générale du travail des décennies 1970 à 2010.

Quelles ont été les principales découvertes ou contributions de votre thèse dans votre domaine de recherche ?

En m’intéressant aux reconversions des permanents, j’avais pour objectif de renseigner les parcours professionnels des dirigeants de haut niveau. C’est un pan relativement méconnu de la sociologie du syndicalisme. Si la littérature renseigne bien la manière dont des militants syndicaux sont pris dans un processus de professionnalisation qui les conduit à devenir « des professionnels » du syndicalisme, on sait finalement peu de choses sur la manière dont se déroule ensuite la carrière des permanents et, a fortiori, comment une partie d’entre eux sont conduits à se reconvertir. C’est donc cette question qui m’a intéressé.

Par ailleurs, poser la question des reconversions est également un moyen d’interroger à nouveau frais l’enjeu de la crise du syndicalisme, en l’abordant sous l’angle de ses conséquences sur l’organisation. On constate en effet que le rythme des reconversions s’accélère au milieu des années 1980, c’est-à-dire au moment où les organisations syndicales, confrontées à la baisse de leurs effectifs, n’ont plus les moyens financiers d’assurer un salaire à une partie de leurs cadres militants. La chute des adhésions entraine donc une conséquence organisationnelle qui n’a rien de simple à gérer parce qu’elle implique des hommes et des femmes qui se sont engagés durablement dans l’action syndicale.

À partir de ces questionnements, ma thèse dégage trois résultats principaux.

Le premier consiste à proposer une sociologie du travail de permanent syndical de la CGT, c’est-à-dire à étudier la manière dont les permanents sont recrutés, formés et comment ils construisent leur identité professionnelle. Pour ce faire, je distingue deux périodes. Lors de la première, qui s’étend des années 1960 aux années 1980, le recrutement des permanents valorise l’inscription dans les classes populaires, une formation militante liée au système d’action communiste et une expertise syndicale de terrain. Lors de la seconde période, de la fin des années 1980 à la fin des années 2000, on assiste à une hybridation des normes de recrutement des permanents. Une partie d’entre eux est sélectionnée sur la base de titres universitaires ou d’une expertise technique, sans référence à une activité syndicale en entreprise. Evidemment, ce déplacement des standards professionnels joue sur les dispositions que les permanents peuvent mobiliser en cas de reconversion.

Le deuxième résultat consiste à étudier la fabrication de la reconversion. Les reconversions sont en effet élaborées de manière collective, au travers de dispositifs de reclassement qui leur donnent une forme et une portée. Elles s’adossent au travail d’une multitude d’acteurs – syndicaux, universitaires, professionnels, etc. – qui participent à les façonner. L’un des enjeux de ma thèse est de comprendre comment cet accompagnement est apparu et s’est transformé dans le temps. Pour cela, j’appréhende l’accompagnement comme un travail qui nécessite des outils, des techniques et des savoir-faire spécifiques afin de gérer les itinéraires de transition professionnelle des syndicalistes. Un travail d’accompagnement qui implique aussi d’arriver à promouvoir la valeur des militants à l’extérieur de l’organisation en faisant en sorte qu’ils n’apparaissent pas comme des rebuts de l’appareil mais plutôt comme des responsables aguerris qui peuvent prétendre à des fonctions de direction à l’extérieur du mouvement syndical. C’est précisément cette fabrication, de plus en plus spécialisée, de la reconversion qui est au cœur de la thèse. Le tout en ayant en tête qu’en fonction de leur genre, de leur niveau de certification, de leur parcours professionnel, etc. tous les syndicalistes ne sont pas égaux face à ces dispositifs de reclassement.

Le troisième résultat consiste à réinscrire la reconversion dans l’ensemble des mobilités sociales connues par les syndicalistes. Ce que montre la thèse c’est que la carrière militante est souvent l’occasion d’une ascension sociale au travers d’une promotion qui s’effectue par petits-déplacements successifs. Ces micro-mobilités ont plusieurs caractéristiques. Elles sont souvent discrètes, parce que de faible amplitude, réalisées à l’âge adulte et en autodidacte. Elles sont ensuite encadrées par des institutions. Que ce soit par les écoles de formation de la CGT ou du PCF, par des enseignants qui jouent un rôle de passeurs culturels, par des conjoints mieux diplômés ou encore par des structures de rattrapage social qui vont les encourager et les préparer.  Bien que discrètes, elles sont pourtant décisives pour les syndicalistes. Ce point est très important. L’analyse des reconversions permet, en effet, de penser les effets de cliquet qui animent la vie des responsables militants. Arrivés en fin de carrière syndicale, les syndicalistes se confrontent concrètement à ce qu’ils sont mais surtout à ce qu’ils ne sont plus. On mesure alors combien leur habitus s’est actualisé au cours des différentes étapes de leur engagement ou, pour le dire autrement, comment ils ont déjà converti une grande partie de leurs dispositions sociales initiales. Pour beaucoup, devenus des travailleurs intellectuels, leur identité professionnelle et sociale s’est durablement transformée. À travers l’étude de leur reconversion, c’est donc aussi la compréhension de leur promotion sociale que cette thèse met en lumière.

Quels concepts, et auteur.ices, quelles sont les disciplines ou/et sous-disciplines avez-vous mobilisé.es pour aborder ces questions ?

De manière générale, mon approche des reconversions s’inspire beaucoup des travaux menés par Pierre Bourdieu, Monique De Saint-Martin et Luc Boltanski au sujet des modes de conversion des capitaux[1]. Il s’agit en effet de réussir à penser comment des dispositions sociales constituées dans un espace social particulier, ici le syndicalisme cégétiste, peuvent être transférées dans un autre espace social. Pour ce faire, j’essaye notamment de réfléchir au « taux de conversion[2] » appliqué au moment de la reconversion et fabriqué par diverses institutions qui accompagnent le reconverti.  Ces deux dimensions – à la fois de socialisation et d’accompagnement – sont retraduites dans la notion de Griffe cégétiste qui synthétise cette double réalité. La Griffe apparaît ainsi comme la trace distinctive, tantôt flétrissure ou tantôt marque de noblesse, apposée sur la personne du syndicaliste au cours de son engagement ; mais aussi comme l’emblème de sa valeur – on pourrait même dire de sa valeur d’exportation – qui se révèle au moment où se construit sa transition professionnelle. L’idée générale de la thèse étant de comprendre que même examinée à l’échelle d’un individu, cette griffe est le produit conjugué de l’histoire collective de l’organisation syndicale, d’un travail particulier d’accompagnement qui guide le militant et d’un contexte social qui détermine ses possibilités réelles de reconversion.

Pour mieux appréhender le cas des permanents CGT, je m’appuie sur les travaux menés par Cécile Guillaume et Sophie Pochic[3] sur les reconversions des permanents de la CFDT ou sur ceux de Georges Ubbiali[4] sur la CGT. D’autres travaux, sur les reconversions militantes[5], les conversions politiques[6] ou l’autodidaxie[7] m’aident également à penser les cas de mes enquêtés. Par ailleurs, en m’intéressant aux reconversions, je m’inscris au croisement d’une sociologie du syndicalisme, du travail et de la formation. À cet égard, c’est un sujet qui me permet de découvrir diverses littératures, ce qui est très stimulant.

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Et quelles données avez-vous utilisé ?

Ma thèse s’inscrit dans une démarche de sociologie historique. Elle est basée sur l’exploitation de deux principaux types de matériaux : des archives et des entretiens. En ce qui concerne les archives, il s’agit de fonds publics et privés. J’ai notamment beaucoup travaillé à partir des archives conservées par l’Institut d’histoire sociale de la CGT (IHS-CGT) et, en particulier, du fonds du secteur « Promotion des cadres syndicaux », un service confédéral qui a fonctionné de 1975 à 1989 et dont la mission principale était de gérer la reconversion professionnelle des permanents de la CGT. L’une des particularités de mon enquête doctorale est que pour accéder à ces archives, j’ai proposé à la CGT de réaliser l’inventaire de ce fonds. J’ai donc travaillé en étroite collaboration avec l’archiviste de la CGT qui m’a apporté une aide précieuse. Ces archives inventoriées constituent le cœur de mon enquête. J’y ai notamment trouvé différents types de questionnaires dédiés à la connaissance des permanents ou élaborés au moment de leur reconversion. Ces données sérielles m’ont permis de réaliser une biographie collective des cadres confédéraux pour les décennies 1980-1990, mais aussi d’examiner les instruments mobilisés par l’organisation pour accompagner les reconversions d’une partie de ses permanents. 

Les archives m’ont également permis d’identifier un grand nombre de syndicalistes ayant entrepris une reconversion professionnelle au terme de leur mandat. À partir de ces listes, j’ai pu effectuer une quarantaine d’entretiens avec d’anciens syndicalistes reconvertis. En contrepoint des dossiers individuels, ces témoignages permettaient de cerner la reconversion au jour de la perception des intéressés.

Quelles ont été vos motivations dans le choix de votre sujet de thèse ?

Mes motivations étaient doubles. Tout d’abord, elles avaient trait à mon environnement familial. Plusieurs membres de ma famille se sont investis, durant de longues années, dans l’engagement syndical et politique. Toute mon enfance, j’ai été bercé par le récit des grèves, des négociations, des manifestations qui ont longtemps rythmé leur vie. J’ai donc très vite développé une sensibilité à ces questions et un intérêt que j’ai ensuite réinvesti dans mes premières recherches. Ensuite, elles étaient liées à l’actualité des relations professionnelles au moment de mon master 2. En 2013, lorsque je débute mon master en science politique à Nanterre, la question de la reconversion des syndicalistes est sur le devant de la scène sociale. En effet, quelques années plus tôt les lois de 2008 puis de 2010, relatives à la représentativité des syndicats et à la reconnaissance des compétences des représentants du personnel, ont directement soulevé cet enjeu[8]. Je décide donc de réaliser mon mémoire sur une formation universitaire en « Administration économique et sociale », proposée par l’Université Paris 1, qui accueillait des syndicalistes en reconversion jusque dans les années 2010. Par la suite, ma thèse a finalement consisté à prolonger ce terrain initial en élargissant le spectre de mes interrogations. Pour réaliser cette thèse, j’ai eu la chance de bénéficier d’un contrat doctoral puis d’un poste d’ATER à mi-temps au sein de l’Université Paris-Nanterre. Ces financements m’ont permis de faire ma thèse dans de bonnes conditions.

[1] Pierre Bourdieu, Monique De saint Martin et Luc Boltanski, « Les Stratégies de reconversion : Les classes Sociales et le Système d’Enseignement », Information sur les sciences sociales, no 12, 1973, pp. 61‑113.

[2] Pierre Bourdieu, La distinction: critique sociale du jugement, Paris, Les éditions de minuit, 1979, p.145.

[3] Sophie Pochic, « Façons de sortir. Politiques de reclassement et pratiques de reconversion des permanents de la CFDT », in Cécile Guillaume (dir.), La CFDT : sociologie d’une conversion réformiste, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, pp. 151‑176.

[4] Georges Ubbiali, « La reconversion des professionnels du syndicalisme », Travail et Emploi, no 80, 1999, pp. 141‑155.

[5] Sylvie Tissot, Christophe Gaubert, Marie-Hélène Lechien et Yvon Lamy (dir.), Reconversions militantes, Limoges, Pulim, 2005.

[6] Laurent Kestel, La conversion politique : Doriot, le PPF et la question du fascisme français, Paris, Raisons d’agir, 2012.

[7] Claude Fossé-Poliak, La vocation d’autodidacte, Paris, Éditions L’Harmattan, 1992.

[8] Vincent-Arnaud Chappe, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume et Sophie Pochic, la fin des discriminations syndicales ? Luttes judiciaires et pratiques négociées, Editions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges, 2019



Citer ce billet
RT18 (2024, 13 février). Portrait de jeune chercheur : Nicolas Simonpoli, “La Griffe Cégétiste : une sociologie historique de la reconversion professionnelle des cadres syndicaux de la CGT (années 1970-2010)” Relations professionnelles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vtqb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.