Portrait de jeune chercheuse : Pauline Grimaud, « Des horaires dérogatoires ordinaires ? Sociologie des conflits et négociations autour du travail nocturne et dominical  »

Pauline Grimaud

Votre thèse, réalisée au sein du Centre de Sociologie des Organisations sous la direction de Jérôme Pélisse, s’intitule « Des horaires dérogatoires ordinaires ? Sociologie des conflits et négociations autour du travail nocturne et dominical ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

J’ai souhaité étudier les conflits et négociations autour du travail dominical et nocturne, lequel concerne un nombre croissant de salarié·e·s depuis les années 1980 en France. La progression des horaires généralement qualifiés d’ « atypiques » fait l’objet de nombreux travaux. En particulier, un vaste champ de recherche les appréhende au prisme de l’articulation des temps sociaux dans un contexte où nos sociétés contemporaines exacerbent la tension entre, d’une part, l’impératif grandissant pour les individus de « concilier » différentes activités sociales et, d’autre part, l’extension des horaires atypiques qui accroît la désynchronisation des emplois du temps (Lesnard, 2009).

Toutefois, la plupart des enquêtes sur les horaires atypiques sont aveugles à certaines spécificités du travail de nuit et du dimanche, notamment à la question des rémunérations. Or, les majorations salariales (ou les repos supplémentaires) jouent un rôle essentiel pour que les salarié·e·s acceptent de travailler le dimanche ou la nuit. J’ai donc souhaité étudier ces horaires non seulement au regard de leur atypicité au sens statistique, mais également du point de vue de la régulation dont ils font l’objet à l’échelle nationale comme au niveau des entreprises. En effet, les repos quotidien la nuit et hebdomadaire le dimanche des salarié·e·s ont été institués comme des normes légales dont il est toutefois possible de déroger – et ce, de façon exponentielle depuis 40 ans – si les entreprises respectent certains critères. Dans cette perspective, je me suis intéressée à la manière dont le recours croissant à ces horaires affecte la relation salariale, et en particulier les rémunérations des salarié·e·s ainsi que les relations sociales entre salarié·e·s, syndicats et patronat.

Quels concepts et auteur.ices avez-vous mobilisé.es pour aborder ces questions ?

J’ai étudié les conflits et les négociations autour du travail de nuit et du dimanche à l’aide du « marxisme sociologique » défini et défendu par Michael Burawoy et Erik Olin Wright (Burawoy et Wright, 2021). Cette approche théorique propose de comprendre les transformations historiques du capitalisme en prenant en compte la manière dont ce système évolue de façon contradictoire, notamment du fait de l’exploitation des travailleur·se·s et de la concurrence entre les capitalistes. En particulier, ce cadre analytique repose sur l’idée que les rapports sociaux de classes fondés sur l’exploitation se reproduisent grâce à des dispositifs institutionnels. Or, ces derniers sont toujours temporaires et entrent régulièrement en crise, ouvrant périodiquement la voie à un renouvellement institutionnel. Pour saisir ces dynamiques, Michael Burawoy mobilise à la fois l’analyse élaborée par Karl Marx et celle de Karl Polanyi qui fait de la marchandisation – et non de l’exploitation contrairement au premier – l’expérience centrale du capitalisme. Ma thèse montre justement l’intérêt d’articuler les notions d’exploitation et de marchandisation pour comprendre l’évolution actuelle de la relation salariale et de la conflictualité au travail. En effet, ces horaires ont régulièrement été l’objet de « conflits polanyiens » (Silver, 2003), c’est-à-dire de luttes sur l’éventuelle marchandisation des plages horaires nocturnes et dominicales, mais aussi de « conflits marxiens » portant sur le niveau de rémunération et donc sur le degré d’exploitation dans les entreprises.

Pour mener à bien cette réflexion sur la double dynamique d’exploitation et de marchandisation accrue de la force de travail sous le capitalisme contemporain, je définis le travail de nuit et du dimanche comme des horaires dérogatoires. Cette notion signifie que ces horaires sont soumis à des restrictions légales partielles et font l’objet d’une régulation spécifique dans les entreprises. En ce sens, le caractère dérogatoire de ces horaires ne repose pas sur un critère purement légal : il s’affirme – ou au contraire, disparaît – selon les règles négociées dans les branches, les entreprises et les établissements. Inspirée des legal consiousness studies, la notion d’horaires dérogatoires renvoie à la légalité ordinaire, c’est-à-dire à l’usage social du droit par les différents acteurs (Ewick et Silbey, 1998), en l’occurrence les représentant·e·s de direction et du personnel.

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données utilisez-vous ?

Ma thèse repose sur un dispositif d’enquêtes mixtes. D’abord, j’ai réalisé une socio-histoire de la règlementation du travail nocturne et dominical et des conflits associés à partir d’un travail sur archives (archives syndicales, sources de presse, textes de la règlementation…). Ensuite, j’ai exploré plus spécifiquement les négociations et les conflits autour de ces horaires dans le commerce. J’ai notamment effectué une observation ethnographique au long cours (2015-2018) de l’intersyndicale parisienne fondée pour lutter contre la généralisation du travail dominical et nocturne dans le secteur. J’ai également mené une série d’entretiens approfondis auprès des acteur·rice·s investi·e·s sur ces enjeux. Enfin, j’ai étudié les règles et compensations négociées pour ces horaires dans les entreprises en mobilisant deux enquêtes statistiques (Conditions de travail et REPONSE – Relations professionnelles et négociations d’entreprise – Dares) ainsi qu’une analyse quantitative et qualitative des accords d’entreprise établis sur le sujet (base D@ccord).

Quelles sont les principales conclusions de votre travail ?

Mon enquête m’a permis d’éclairer les horaires dérogatoires sous trois angles différents.

D’abord, elle s’inscrit en sociologie du droit. J’ai pu éprouver la thèse de l’ambivalence du droit du travail, initiée par des juristes marxistes et aujourd’hui marginale dans le champ du droit contemporain, au prisme d’une analyse sociologique de la règlementation des horaires dérogatoires. J’ai pu ainsi relativiser l’optimisme qui caractérise la sociologie du droit quant à la nature du Code du travail, et contrer l’idée couramment admise d’un droit du travail uniformément protecteur des salarié·e·s au moins jusque dans les années 1980. En effet, les horaires dérogatoires illustrent la malléabilité des règles du Code du travail car la règlementation du repos hebdomadaire le dimanche et quotidien la nuit comprend dès son origine des dérogations légales qui ont évolué en fonction de la capacité de certains secteurs d’activité à faire entendre leurs spécificités. De plus, cette réversibilité du droit s’observe aussi dans les mobilisations juridiques puisque la multiplication des dérogations au repos dominical dans le commerce de détail découle des victoires judiciaires des organisations syndicales qui, par un effet de retour de bâton, ont incité certaines grandes enseignes à réclamer – avec succès – de nouvelles exceptions légales en leur faveur. Largement débattue parmi les chercheurs en sciences sociales aux États-Unis et jusqu’alors ignorée en France, cette notion de retour de bâton désigne un processus par lequel des victoires dans les tribunaux peuvent entraîner une mobilisation intense de la partie adverse et se transformer in fine en revers politique. En l’occurrence, la mobilisation du droit initiée par les organisations syndicales des salarié·e·s du commerce encourage en retour les grandes enseignes à riposter et aboutit finalement, à cinq reprises (en 1993, 2008, 2009, 2013 et 2015), à une extension des possibilités légales de travailler le dimanche ou la nuit.

Ma thèse contribue également à la sociologie des relations professionnelles – et plus précisément à la sociologie du syndicalisme et des conflits du travail. J’ai notamment montré que l’intense conflictualité autour du travail dominical et nocturne dans le commerce résultait surtout des conditions d’emplois que les directions des grandes enseignes avaient instituées pour ces horaires. En effet, ces dernières ont étendu les horaires d’ouverture de leurs établissements en recourant à des emplois à temps partiel et donc à salaire tout aussi partiel, occupés par des personnes peu insérées sur le marché du travail (comme les étudiant·e·s). L’extension des horaires a alors accentué la segmentation de la main-d’œuvre salariée entre d’une part une partie de travailleur·se·s stables employé·e·s la journée et en semaine et d’autre part les salarié·e·s à temps partiel, les premiers voyant l’embauche croissante des seconds comme une menace susceptible de transformer leur emploi durable en « petit boulot ». Cette configuration explique l’opposition tranchée, ancienne et unanime de la plupart des organisations syndicales de salarié·e·s au travail dominical et nocturne.

Enfin, ma thèse s’inscrit dans une sociologie du salariat en éclairant l’évolution des rémunérations au sein des entreprises. J’ai en effet observé que le travail de nuit et du dimanche contribue activement à l’individualisation des rémunérations. En avançant la notion d’inégalités horizontales, j’ai montré que les horaires dérogatoires généraient des différenciations entre salarié·e·s d’une même catégorie socioprofessionnelle selon qu’ils ou elles travaillent (ou non) la nuit et le dimanche, et fragilisaient ainsi les collectifs de travail. Ce processus participe bien à une individualisation de la relation salariale et par voie de conséquence au « nouvel esprit du salariat » tel que l’a analysé Sophie Bernard (2020).

Bibliographie

Bernard S., 2020, Le nouvel esprit du salariat : rémunérations, autonomie, inégalités, Paris, Presses universitaires de France.

Burawoy M., Wright E.O., 2021, Pour un marxisme sociologique, Paris, Éditions sociales.

Ewick P., Silbey S.S., 1998, The common place of law: stories from everyday life, Chicago, University of Chicago Press.

Lesnard L., 2009, La famille désarticulée, Paris, Presses Universitaires de France.

Silver B.J., 2003, Forces of Labor: Workers’ Movements and Globalization Since 1870, Cambridge, Cambridge University Press.



Citer ce billet
RT18 (2023, 16 mars). Portrait de jeune chercheuse : Pauline Grimaud, « Des horaires dérogatoires ordinaires ? Sociologie des conflits et négociations autour du travail nocturne et dominical  ». Relations professionnelles. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tshe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.