Syndicalisme et relations professionnelles dans le secteur aérien

Syndicalisme et relations professionnelles dans le secteur aérien

 17 Octobre 2016, 9h30-16h00

Salle des Conseils (39.1),

CNAM, 2 rue Conté, Paris

Le secteur aérien est aujourd’hui un secteur clé du fonctionnement de nos sociétés et tout indique qu’il gagnera encore en importance dans les décennies à venir.

Or avec la libéralisation de l’espace aérien, intervenue à partir des années 1980, les compagnies dites classiques, qui se sont constituées à l’époque où chaque pays devait avoir sa compagnie nationale, sont soumises à une concurrence de plus en plus forte de la part notamment des compagnies low-cost. Ce nouveau contexte concurrentiel les a obligées à revoir leur modèle économique et social au prix d’importantes restructurations et de luttes sociales souvent longues et dures. Malgré ces résistances, les dynamiques à l’œuvre ont entrainé une dégradation des conditions d’emploi et de travail tant au niveau du personnel navigant de cabine – steward et hôtesse de l’air – que des pilotes. Ainsi, récemment, une compagnie norvégienne, immatriculée en Irlande, a embauché du personnel sous contrat thaïlandais via une filiale à Singapour pour assurer ses vols transatlantiques. Ces dégradations de la condition salariale vont de pair avec la réduction des espaces de négociation voire des politiques antisyndicales explicitement assumées. Dès lors, les compagnies aériennes, et plus largement l’ensemble du secteur aérien, s’avèrent des lieux d’observation particulièrement pertinents pour étudier les changements consécutifs aux déploiements des politiques néo-libérales sur les relations collectives de travail et ses acteurs.

Sur la base d’analyses de cas, menées dans différents pays européens, l’objectif de cette journée d’étude est de s’interroger sur l’évolution des relations professionnelles à l’œuvre dans le secteur aérien ainsi que sur ses principaux enjeux.

Programme

  • 9h30-9h50 Accueil et introduction de la journée par Louis-Marie Barnier, LEST-Aix-Marseille Université et Jean Vandewattyne, Université de Mons (UMONS)

 Première session : Regards croisés sur les reconfigurations du transport aérien 

  • 9h50-10h20 : La privatisation de la compagnie nationale Alitalia entre enjeux politiques et enjeux syndicaux, Roberta Corsi, Docteur en histoire, CIRTAI (Université du Havre)
  • 10h20-10h50 : Air France, vers un modèle nouveau modèle professionnel néolibéral ?, Louis-Marie Barnier, LEST-Aix-Marseille Université
  • 10h50-11h20 : Ryanair ou le triomphe du low cost, de la dégradation de la condition salariale et de l’antisyndicalisme, Jean Vandewattyne, Université de Mons (UMONS)
  • 11h20-12h00 : Discussion

Deuxième session : La négociation du travail et ses conditions

  • 13h30-14h00 : Définir, mesurer, compter. La négociation du temps de travail salarié dans une grande compagnie aérienne (2003-2016), Anne Lambert, Chargée de recherche, Ined Unité de recherche Mobilité, Logement, Entourage et  Démographie, Genre et Sociétés
  • 14h-14h30 : Le syndicalisme au sein d’un collectif de travail fragmenté : le cas des ouvriers de l’assistance en piste sous-traitée, Fabien Brugière, Docteur en sociologie, CRESPPA-GTM-CNRS
  • 14h30-15h00 : La CGT Roissy à l’épreuve de la libéralisation du transport aérien (1992-2016), Guillaume Trousset, Doctorant en histoire au Centre d’histoire sociale, Paris I.
  • 15h00-15h30 : Discussion
  • 15h30 : Conclusion et perspectives

 

Comité d’organisation :

Louis-Marie Barnier, LEST-Aix-Marseille Université (lmbarnier@wanadoo.fr)

Mara Bisignano, Université Paris Ouest Nanterre (mbisignano@u-paris10.fr)

Jean-Michel Denis, Université Paris Est Marne-la-Vallée (jean-michel.denis@u-pem.fr)

Jean Vandewattyne, Université de Mons (jean.vandewattyne@umons.ac.be)

 

 

Plan du Cnam

Programme syndicalisme et RP dans le secteur aérien-F

Journée d’étude « Nouveaux dispositifs d’expression des salariés et représentation syndicale en entreprise » le 1er avril 2016 Université Paris-Dauphine

Nouveaux dispositifs d’expression des salariés et représentation syndicale en entreprise 

Le 1er avril 2016 à l’Université Paris-Dauphine 

Place du Maréchal de Lattre de Tassigny – 75016 Paris 

Salle A (2e étage) 

9h30-17h30

Journée d’études organisée par le Groupe d’études sur le travail et la santé au travail (DIM GESTES), l’Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales (IRISSO, UMR CNRS 7071) et le Réseau thématique Relations professionnelles (RT18) de l’Association française de sociologie.

Programme JE RT18 IRISSO GESTES-1

Depuis plusieurs années, les politiques publiques multiplient les incitations à mettre en discussion les règles du travail et de l’emploi au plus près des situations de travail et des contraintes économiques, techniques et sociales. L’élargissement continu du champ couvert par la négociation d’entreprise obligatoire (des lois Auroux en 1982 jusqu’à la loi relative à la sécurisation de l’emploi de juin 2013) et le recours accru aux incitations financières à conclure des accords d’entreprise (sur l’aménagement et la réduction du temps de travail, l’épargne salariale, l’emploi des seniors, puis la pénibilité) soutiennent une dynamique générale de décentralisation de la négociation collective d’entreprise, dont plusieurs rapports publics récents souhaitent encore le renforcement, à l’image du rapport Combrexelle en septembre 2015. Sur les questions d’emploi, cette décentralisation accompagne un mouvement de flexibilisation et ouvre des possibilités de dérogation aux règles légales. Sur les questions de conditions de travail, à l’image de l’accord national interprofessionnel de juin 2013 sur la qualité de vie au travail, l’évolution prend davantage la forme d’une incitation à la démultiplication des espaces de discussion sur le travail.

Ces évolutions questionnent en même temps l’état des relations sociales en entreprise : sont-elles capables, et jusqu’où, de porter d’authentiques délibérations collectives susceptibles de nourrir des négociations ? À bien des égards, ces évolutions alimentent aujourd’hui une tendance à déborder la représentation institutionnelle des salariés.

Plusieurs cas récents suggèrent que les négociations collectives sur l’emploi peuvent être perturbées, voire court-circuitées, par le recours (ou la menace du recours) au référendum d’entreprise. Une conception de la démocratie industrielle en chassant une autre, les organisations syndicales se voient déstabilisées au moment même où elles sont de plus en plus sollicitées à discuter et négocier sur l’emploi dans les entreprises. Au-delà de la question des referendums d’entreprise, il convient d’interroger de près l’articulation entre la représentation institutionnelle et les dispositifs d’expression des salariés qui peuvent être mis en place dans le cadre de restructurations ou de changements organisationnels majeurs.

Parallèlement, les enjeux psychosociaux ont donné lieu à une concertation plus intense, voire à la conclusion d’accords collectifs sur la « prévention des risques psychosociaux » et/ou « l’amélioration de la qualité de vie au travail » en instaurant des espaces et des temps de discussion sur le travail, qui interpellent directement les équipes syndicales et les représentants du personnel. Ces dispositifs (comités de pilotage, « groupes multidisciplinaires » (ex : EDF), « opérateurs référents » (ex : Renault)…) se juxtaposent aux instances de dialogue social prévues par le droit. Dès lors, comment les équipes syndicales investissent-elles ces instances ? De quelles exigences sont-elles porteuses pour les représentants du personnel ? Ces nouveaux espaces de dialogue social supposent-ils de nouvelles pratiques et/ou postures syndicales ? Par ailleurs, quel effet l’engagement dans de telles instances ad hoc a-t-il sur le fonctionnement des instances légalement prévues pour aborder ces enjeux, comme les CHSCT et les délégués du personnel ? Comment les représentants du personnel assurent-ils l’articulation entre ces différents espaces de discussion sur le travail ?

Comité d’organisation : 

Sophie Bernard (IRISSO), Mara Bisignano (IDHES), Dominique Méda (IRISSO), Arnaud Mias (IRISSO), Rémy Ponge (Printemps), Michèle Tallard (IRISSO)

Contact : 

Arnaud Mias arnaud.mias@dauphine.fr

Programme 

9h30-9h45 : Accueil et introduction de la journée – Sophie Bernard et Dominique Méda, Université Paris-Dauphine, IRISSO

9h45-10h00 : La délibération collective sur le travail et l’emploi : actualité d’un questionnement, diversité des usages – Arnaud Mias, Université Paris-Dauphine, IRISSO

Emploi – Quelle mise en débat ? 

Animation : Mara Bisignano, Université Paris Ouest Nanterre, IDHES

10h00-11h00 : Démocratie et relations professionnelles dans une imprimerie reprise par ses salariés en SCOP – Maxime Quijoux, CNRS, PRINTEMPS

11h00-11h15 : pause

11h15-12h30 : Table ronde – Référendums d’entreprise et syndicats 

Animée par Michèle Tallard, IRISSO, Université Paris-Dauphine

Jean-Michel Denis, Université Paris Est Marne la Vallée, LATTS

Rodolphe Helderlé, Miroir Social

Nadia Ghedifa, Secafi

Jean-Marie Pernot, IRES et Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Conditions de travail – Un renouvellement de l’action syndicale par la discussion collective ? 

Animation : Arnaud Mias, Université Paris-Dauphine, IRISSO, et Rémy Ponge, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, PRINTEMPS

14h00-15h00 : Le syndicalisme face aux risques psychosociaux : une nouvelle voie ? – Gilbert de Terssac, Université Toulouse Jean Jaurès, CERTOP

15h00-16h00 : Généralisation des espaces d’expression sur le travail au sein de la fonction publique : un enjeu syndical – Bernard Damothe, CFDT Finances, mandaté au CHSCTM des ministères économiques et financiers, docteur en ergonomie ; Denis Grégoire, secrétaire général adjoint de la CFDT Finances, mandaté au CHSCTM des ministères économiques et financiers

16h00-16h15 : pause

16h15-17h15 : La mise en oeuvre de l’accord QVT à EDF : un apprentissage inégal – Thierry Rochefort, Université Paris-Dauphine, IRISSO

17h15-17h30 : Conclusion et perspectives – Baptiste Giraud, Aix-Marseille Université, LEST

Un projet de loi inefficace pour l’emploi, une précarisation généralisée du travail et des travailleurs

Contribution de chercheur-­‐e-­‐s du Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (LEST, CNRS) au débat sur le projet de loi « Travail »

24 mars 2016

Un projet de loi inefficace pour l’emploi, une précarisation généralisée du travail et des travailleurs

L’adoption du projet de loi « Travail » prolongerait deux évolutions négatives du droit du travail et du marché du travail, engagées depuis trente ans : la précarisation, qui ne contribue ni à créer des emplois ni à réduire les inégalités dans l’accès à l’emploi stable et qualifié ; la pression à la baisse sur la rémunération des travailleurs plus stables, qui ne dynamise ni l’activité ni l’emploi. Cette loi acterait par ailleurs un pas supplémentaire dans l’inversion de la hiérarchie des normes fragilisant l’ensemble des salariés. Loin d’offrir une plus grande protection aux salariés déjà les plus précaires dans leur emploi et dans leur travail, pour une partie desquels le droit du travail ne s’applique même pas, ce projet de loi risque en revanche d’affaiblir les protections légitimes des salariés qui en disposent encore.

Une vision fictive du marché du travail

Ce projet de loi affiche pour objectif d’assouplir les contraintes juridiques qui s’imposent aux entreprises en vue d’améliorer leur compétitivité, de faciliter la création d’emplois et de réduire la dualisation du salariat, entre salariés en emploi stable et salariés en emploi précaire. L’apologie incessante de la nécessaire « flexibilisation » du marché du travail repose pourtant sur une vision de ses modalités de fonctionnement totalement déconnectées des réalités. De fait, aucune étude ne permet d’attester un lien entre code du travail et niveau de chômage. En revanche, toutes nos enquêtes conduisent à démonter le mythe de la « rigidité » du marché du travail français et de la surprotection de ses salariés. Et elles nous permettent de pointer les effets potentiellement délétères qu’un assouplissement supplémentaire des règles de fonctionnement du marché du travail produirait sur les situations d’emploi et la santé des salariés.

Un marché du travail déjà très (trop) flexible

Au terme de trente années de soutien à la compétitivité des entreprises au nom de la lutte contre le chômage, le CDI reste certes la forme d’emploi dominante, puisqu’il concerne 86% des salariés hors fonction publique. Le CDI n’est pas pour autant synonyme de stabilité dans l’emploi. Pour preuve, un tiers (36%) des CDI sont rompus au cours de la première année et un quart des salariés en CDI craignent de perdre leur emploi dans l’année à venir. Il faut dire que le code du travail ouvre beaucoup de possibilités aux employeurs pour mettre fin aux contrats de leurs salariés, du moment que cette rupture est justifiée par des motifs personnels ou d’ordre économique. En outre, seuls un tiers des licenciements « économiques » s’accompagnent d’un Plan Social pour l’Emploi (PSE), incluant le versement d’indemnités compensatoires et des procédures de reclassement des salariés (à l’efficacité elle-­‐même très limitée). De fait, la procédure du PSE ne concerne que les entreprises de plus de 50 salariés. Et, dans ces dernières, les directions privilégient souvent des ajustements d’effectifs incluant moins de dix salariés, afin d’éviter à avoir à mettre en oeuvre un PSE. Même en cas de PSE, la protection dont bénéficient les salariés en CDI est toute relative : les élus du comité d’entreprise n’ont qu’un pouvoir consultatif, et le contrôle de l’administration du travail rétabli en 2013, ne porte jamais sur sa justification économique. Dans les faits, l’administration se contente de vérifier que l’employeur a respecté ses obligations de consultation/négociation, et veille surtout à ce que le « volet social » d’accompagnement des licenciements soit en adéquation avec les ressources financières de l’entreprise. Bref, nul n’empêche en France un employeur de licencier, a fortiori lorsque l’entreprise rencontre des difficultés économiques objectives. Quant aux prud’hommes, (instance composée à parité de représentants syndicaux et patronaux), le nombre de saisine reste stable (autour de 200.000). Et s’ils sont plus souvent sollicités par les salariés, essentiellement pour contester leur motif de licenciement, rien n’indique – contrairement à une légende qu’entretiennent les représentants patronaux – que les conseillers prud’hommaux soient plus indulgents avec les salariés qu’avec les chefs d’entreprise : ¾ des plaintes patronales comme des plaintes syndicales obtiennent une décision favorable de la part de cette instance. En définitive, l’acharnement du gouvernement à vouloir réviser les modalités de licenciement ne se justifie que par la volonté de « sécuriser » les entreprises quant aux risques juridique et financier qu’elles encourent en cas de contestation de leur licenciement par les salariés. Avec le risque alors évident que les directions soient ainsi d’autant moins hésitantes à procéder à des licenciements qu’elles auront pu les « budgéter ».

La stratégie du gouvernement est d’autant plus incompréhensible que les directions ont déjà à leur disposition des procédures alternatives au licenciement pour ajuster la taille de leurs effectifs. Le dispositif des « ruptures conventionnelles » connaît un succès considérable (350.000 en 2015) qui a entrainé une baisse des licenciements pour motifs économique. Et, bien sûr, pour renforcer la flexibilité de leurs effectifs, les entreprises usent du recours aux CDD et à l’intérim, souvent utilisés abusivement comme outils d’allongement des périodes d’essai. Après trente années de politiques de flexibilisation du marché du travail que le gouvernement souhaite poursuivre, force est de constater qu’elles ont pourtant manifestement échoué à résorber le chômage. Elles n’ont eu que pour effet de plonger des fractions entières du salariat dans des situations d’insécurité objective et subjective face au risque de perdre leur emploi.

On ne renforce pas l’égalité entre salariés en renforçant la précarité de l’emploi

L’argument selon lequel donner encore plus de facilités aux employeurs pour mettre un terme aux CDI favoriserait la stabilisation des travailleurs plus précaires ne repose également sur aucun élément d’analyse empirique. Au contraire, tout laisse à penser que de telles mesures auraient d’abord pour effet de déstabiliser davantage ceux qui bénéficient de protections. De fait, le développement des situations de précarité dans l’emploi a déjà pour effet mesurable de limiter l’exercice des droits des salariés. Il est aussi établi que les salariés qui craignent de perdre leur emploi, surtout lorsqu’ils sont en CDI, hésitent davantage à faire valoir leurs droits (Dares Analyses, n° 092, 2015). Ils ont par exemple plus tendance à venir travailler même quand ils sont malades, à accepter les dépassements horaires sans compensation, ou encore à ne pas respecter les consignes de sécurité. Le développement du sentiment d’insécurité dans l’emploi contribue ainsi directement à la dégradation des conditions de travail des salariés et à les exposer davantage à des risques pour leur santé. Et ce, alors que la loi porterait un nouveau coup à la médecine du travail.

Par ailleurs, la segmentation de l’emploi, entre CDD et CDI résulte de causes bien plus profondes que l’inégalité des garanties juridiques qu’offrent ces divers contrats de travail. Elle tient d’abord au type de compétences individuelles et collectives dont les entreprises ont besoin et à leur disponibilité sur le marché du travail. Ce n’est pas parce qu’on « flexibilisera» le CDI que les secteurs d’activité à main d’oeuvre qualifiée qui privilégient ce statut d’emploi, comme les banques ou les firmes de haute technologie, ouvriront leurs portes aux salarié-­e‐s peu ou pas qualifiés, jeunes ou moins jeunes, aujourd’hui ballotés entre chômage et emploi instable ­‐ CDD, intérim, mais aussi CDI à temps partiel, comme dans le commerce ou la restauration rapide.

Flexibiliser le temps du travail : un frein à l’emploi, un risque pour la santé des salariés

Rien ne vient non plus étayer l’idée selon laquelle faciliter davantage l’ajustement de la durée du travail au niveau d’activité des entreprises permettrait de développer l’emploi. Il y a au contraire fort à parier qu’une telle disposition permette d’abord d’améliorer la productivité des salariés et aux employeurs de se passer de recourir… à des contrats temporaires quand elle doit faire face à des pics d’activité. On sait par contre qu’encourager la modulation des horaires de travail dégraderait un peu plus les conditions de vie et de travail des salariés, accroîtrait les risques d’accident ou de burn out, et désynchroniserait davantage les temps de la vie familiale et sociale.

Privilégier la négociation d’entreprise altère le pouvoir de négociation des salariés

Les possibilités nouvelles données aux directions pour négocier les modalités d’organisation du temps de travail de leurs salariés sont enfin légitimées par le fait que ces dérogations à la loi seront subordonnées à la signature d’accords majoritaires avec les organisations syndicales. Une fois de plus, la volonté affichée est de privilégier l’accord collectif d’entreprise aux dépens des autres sources du droit (loi, convention collective de branches), au motif qu’elle permettrait de produire des règles plus légitimes et plus efficaces. Mais c’est là encore une vision totalement décalée d’avec ce qu’on connaît des pratiques réelles du « dialogue social » en France. Dans les grandes entreprises, la négociation est totalement déconnectée des lieux où se prennent concrètement les décisions économiques, et les représentants syndicaux se retrouvent souvent soumis à un chantage à l’emploi. Leurs marges de manoeuvre sont donc très étroites, et la négociation ne devient de ce fait qu’un moyen de revoir à la baisse les droits des salariés. Dans les établissements de petite taille, dépourvus de présence syndicale, les négociations collectives restent quant à elles très limitées et encore plus déséquilibrées. Miser sur le principe d’accords majoritaires ne changera donc rien pour la masse des salariés dont les droits élémentaires ne sont déjà pas respectés ­‐ travailleurs sans papiers, travailleurs détachés, travailleurs des TPE –. Et cela ne pourra que tirer davantage vers le bas la situation de l’ensemble des travailleurs.

L’avenir du travail et la santé économique du pays méritent un bon code

Enfin, en désignant le code du travail comme responsable de la crise de l’emploi, on dissimule ses vraies causes ­‐ effacement des frontières du commerce, révolution informatique, dictature des marchés financiers, entreprises sous-­‐traitantes asphyxiées par leurs donneurs d’ordre, difficultés d’accès au crédit, contraction de la demande des ménages et des investissements publics – celles qui minent les bases économiques et territoriales de l’Etat social, et qui instaurent une concurrence entre les travailleurs du monde entier.

Il est donc plus que temps de faire le bilan de trente ans d’échec de « réformes » néolibérales, dont celles du marché du travail, et de prendre une toute autre direction que celle prévue dans ce projet de loi. La situation du travail et de l’emploi en France ne pâtit pas d’un trop plein de protections garanties aux salariés. Elle nécessite au contraire leur renforcement. C’est la condition nécessaire pour une amélioration de la qualité des emplois mais aussi du travail des salariés, tant du point de vue de ses conditions que de son efficacité. Plus que les entreprises, ce sont les salariés qui ont aujourd’hui besoin d’être sécurisés. Et sur ce point, le projet de loi El Kohmri ne dit pas grand chose, en dehors de quelques mesures symboliques (CPA) dont le contenu n’est clairement pas à la hauteur des enjeux.

Au-­delà du débat technique sur les effets de la réforme envisagée par le gouvernement sur le chômage et la compétitivité des entreprises, ce projet de loi pose donc la question du modèle de société souhaité. Car n’ayons pas peur des mots : ce texte est une provocation. Il organise une mise sous pression généralisée des travailleurs de ce pays, pour tenter d’imposer une gigantesque « délocalisation sur place » des conditions de travail et d’emploi imposées, depuis trop longtemps déjà, à la main-­‐d’oeuvre des pays à très faible protection sociale.

Liste des premiers signataires

Paul Bouffartigue, Directeur de recherche CNRS en sociologie, Baptiste Giraud, maître de conférences en science politique, Frédéric Décosse, chargé de recherche CNRS en sociologie, Anne‐Marie Arborio, maître de conférences en sociologie, Corine Eyraud, maître de conférences HDR en sociologie, Delphine Mercier, chargée de recherche CNRS en sociologie, Jacques Bouteiller, socio­‐économiste chercheur associé, Mustapha El­‐Miri, maître de conférences en sociologie, Claude Paraponaris, professeur des universités en sciences de gestion, Ingrid Tucci, chargée de recherche CNRS en sociologie, Cathel Kornig, sociologue, chercheur associée, Gwendoline Promsopha, maître de conférences en économie, Stéphanie Moullet, maître de conférences en économie, Vanessa Di Paola, maître de conférences en économie, Annie Lamanthe, professeur des universités en sociologie, Caroline Lanciano, ingénieure de recherche CNRS en sociologie, Antoine Vion, maitre de conférences en science politique, Martine Gadille, chargée de recherche CNRS en économie­‐gestion.

Texte-Loi Travail-LEST

 

Goodyear – Soutien du réseau thématique RT18

L’emprisonnement de syndicalistes n’a jamais fait baisser le chômage

Non à la peine de prison des salariés de Goodyear

Le 12 janvier dernier, le tribunal correctionnel d’Amiens a condamné à deux ans de prison, dont neufs mois fermes, huit anciens salariés de la société Goodyear pour avoir séquestré en 2014 deux cadres de leur entreprise. Alors que le groupe prévoit la fermeture du site d’Amiens qui emploie près de 1200 personnes, huit syndicalistes décident de retenir pendant trente heures leur directeur des ressources humaines et le directeur de production. Aucune violence ne leur est faite. Ces deux responsables ont d’ailleurs retiré leur plainte. Les huit prévenus sont condamnés suite aux poursuites engagées par le procureur d’Amiens qui, lors de son réquisitoire, avait exigé deux ans d’emprisonnement à l’encontre de chaque salarié, dont un an ferme. Cette condamnation ne peut donc être interprétée que comme le résultat d’une volonté des pouvoirs publics qui, avec cette décision de justice, cherchent délibérément à intimider tous les salariés qui protesteraient contre la perte de leur emploi.

Nous, universitaires et chercheurs, spécialistes du travail, de l’emploi et des relations professionnelles, souhaitons exprimer notre plus grande indignation à l’égard de cette condamnation. Elle ne nous semble pas seulement disproportionnée au regard des faits incriminés mais aussi injuste car elle accable des salariés déjà victimes de l’échec des politiques pour l’emploi en France. Depuis de nombreuses années, nous examinons les causes et mesurons l’ampleur du phénomène du chômage dans notre pays. Nous mettons toutes ces connaissances à la disposition aussi bien des pouvoirs publics que des organisations professionnelles avec lesquels nous sommes régulièrement amenés à travailler. C’est pourquoi nous avons une conscience bien trop aigue des enjeux économiques qui se jouent au moment d’un licenciement collectif, de la violence sociale qui s’exerce et du désarroi qu’il provoque chez les salariés pour ne pas ressentir l’iniquité d’une telle décision. En outre, dans un contexte de mobilité croissante du capital (au travers des délocalisations, de la globalisation de la concurrence) et d’éloignement des centres de décision par rapport aux centres de production, l’immobilisation provisoire des directions de site, les seules présentes pour « négocier » ne vise pas leur personne en tant que telle. Elle n’est qu’un moyen de faire pression sur les directions centrales de ces grands groupes – celles qui décident la mise en œuvre des restructurations – pour essayer de recréer les conditions d’une négociation moins inégalitaire entre salariés et employeurs. On peut bien sûr discuter de l’opportunité d’un tel mode d’action. Mais le considérer comme un acte violent répréhensible pénalement est totalement déconnecté de la réalité et de la finalité de ce type d’action syndicale. Loin d’exacerber la violence des salariés, bien des enquêtes ont au contraire montré que la séquestration pouvait au contraire aider à la contenir en lui donnant une forme plus ritualisée et symbolique.

Mais cette condamnation nous choque également parce qu’elle provient d’une décision d’État qui s’engage dans une criminalisation insensée des mobilisations salariales. L’emprisonnement de syndicalistes n’a jamais fait baisser le chômage et encore moins contribué au dialogue social. Quand le gouvernement dit vouloir faire de la lutte contre le chômage de masse une priorité de son action, comment expliquer qu’il fasse le choix de poursuivre, seul, en justice et de faire condamner à de la prison celles et ceux qui se battent pour la défense de leur emploi ?

Pour éviter d’ajouter de nouveaux drames à la violence sociale et désormais judiciaire qui s’abat sur ces salariés, nous demandons donc l’abandon des poursuites engagées.

Le Bureau du Réseau thématique « Relations professionnelles » de l’Association Française de Sociologie (AFS), avec le soutien du bureau du Comité de Recherche « Sociologie des relations professionnelles et du syndicalisme » de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française (AISLF)

-Mara Bisignano, Post-doctorante

-Hervé Champin, Doctorant

-Jean-Michel Denis, Professeur des Universités

-Camille Dupuy, Maitre de Conférences

-Marnix Dressen, Professeur des Universités

-Alexandra Garabige, Post-doctorante

-Baptiste Giraud, Maitre de Conférences

-Cécile Guillaume, Maître de Conférences

-Donna Kesselmann, Professeur des Universités

-Arnaud Mias, Professeur des Universités

-Rémy Ponge, Doctorant

-Maxime Quijoux, Chercheur au CNRS

-Frédéric Rey, Maître de Conférences

-Jean Vandewattyne, Chargé de cours

-Catherine Vincent, Chercheure

-Karel Yon, Chercheur au CNRS

Version finale soutien Goodyear_pour site

Goodyear – Tribune de Jérôme Pélisse dans Libération

Jérôme Pélisse, Professeur de sociologie à Sciences-Po Paris

« Inédite, la condamnation de huit ex-salariés à neuf mois de prison ferme montre la difficulté à faire valoir un rapport de forces dans les entreprises. Surmédiatisés, ce type de conflits reste cependant minoritaire : aujourd’hui, la violence rejaillit sous une forme individualisée.

La décision du tribunal correctionnel d’Amiens, mardi 12 janvier, de condamner huit ex-salariés de Goodyear à neuf mois de prison ferme – et quinze mois avec sursis – est inédite. Depuis 2009, sur la quinzaine de séquestrations de dirigeants connues en France, une seule a donné matière à poursuite, et aucune sanction ferme n’a été prononcée lors de cette affaire. Onze postiers, dont Olivier Besancenot, ont été condamnés à 1 500 euros avec sursis en 2011 pour avoir séquestré des cadres de la Poste en mai 2010 à Nanterre. Les plaintes sont très souvent retirées par les entreprises ou les cadres concernés, comme cela a été le cas à Goodyear. Pourtant, le ministère public a, dans ce cas précis, poursuivi, et un réquisitoire du procureur a réclamé deux ans de prison, dont un ferme, le 24 novembre 2015. Une réflexion brève sur la nature historiquement violente des conflits sociaux incite à prendre la mesure de cette décision exceptionnelle à propos des modes d’action syndicaux, qui consistent a contrario bien souvent à canaliser cette violence (… suite en ligne sur le site du quotidien).

18 janvier 2016

http://www.liberation.fr/debats/2016/01/18/goodyear-d-une-violence-l-autre_1427247

Goodyear – Tribune de Didier Gelot et Etienne Penissat dans l’Humanité

Didier Gelot Économiste, membre de l’ORDS étienne Penissat Sociologue, membre de l’ORDS
« Sur fond d’augmentation du chômage, la condamnation de huit salariés, dont plusieurs syndicalistes de la CGT, de l’usine Goodyear à deux ans de prison dont neuf mois ferme pour séquestration de deux cadres de leur usine afin de défendre leur emploi fait l’effet d’une véritable déflagration dans le monde syndical et politique. Elle confirme un processus de criminalisation de l’action syndicale, déjà largement dénoncé par l’Observatoire de la répression et de la discrimination syndicales (ODRS) dans son dernier rapport. Cette criminalisation se fait au nom du « dialogue social » tant vanté par le gouvernement. (…à lire sur le site du quotidien)

VENDREDI, 15 JANVIER, 2016
http://www.humanite.fr/didier-gelot-cette-criminalisation-se-fait-au-nom-du-dialogue-social-595764

L’organisation démocratique au prisme de la gestion – 10 novembre 2015, Paris

JOURNEE DE RECHERCHE

10 novembre 2015
L’organisation démocratique au prisme de la gestion

Coopératives, mutuelles, syndicats, associations, ces organisations ont en commun de se confronter à une tension entre une logique démocratique qu’elles souhaitent inscrire au cœur de leur fonctionnement quotidien et une logique d’efficacité qui appelle le recours à des politiques gestionnaires complexes. Ces logiques sont souvent apparues en contradiction comme l’a par exemple montré R. Michels dans son essai sur les tendances oligarchiques des démocraties, le débat se présentant alors comme une alternative entre la sauvegarde de la logique démocratique au détriment de l’efficacité et ou la quête d’efficacité au risque d’affaiblir la démocratie interne. C’est à l’analyse de cette tension que sera consacrée cette journée de recherche autour de la présentation et la confrontation de recherches issues des sciences de gestion, des sciences politiques et de la sociologie.

Contact et inscription : gregor.iae@univ-paris1.fr 

journée d’étude MAI Cevipof

Le gouvernement européen des économies – The European Government of Economies – 8 & 9 octobre 2015, Paris

Le gouvernement européen des économies

L’intégration entre libéralisation des marchés et relations d’emplois

8-9 octobre 2015

Mines ParisTech

RT 12 – RT 18. Association française de sociologie

La mise en œuvre du Marché Unique, des institutions européennes ainsi que le processus d’intégration européenne constituent désormais des objets de recherche incontournables pour saisir les transformations des régulations économiques et politiques dans le cadre de l’Europe élargie, en particulier en ces temps de crise économique et sociale. Mais si les travaux touchant à ces questions se sont multipliés à travers l’ensemble des sciences sociales, les acquis de cette littérature hétérogène restent en très large partie compartimentés par discipline, voire par sous-discipline.

Cette double journée d’étude commune au RT 12 et au RT18 vise ainsi à poser des jalons pour décloisonner ce champ de recherche. Elle se focalisera plus précisément sur l’articulation entre transformations des marchés et transformations des relations professionnelles dans le cadre de l’intégration européenne et de l’élargissement aux nouveaux pays membres. Elle privilégiera une entrée par les secteurs, tant industriels que de services, qui peuvent être analysés comme des champs politiques et institutionnels où s’articulent les processus de transformation des marchés et des relations d’emploi concernés. Une attention particulière sera donnée au contexte de crise économique et institutionnelle qui s’est installé depuis 2008, et qui peut être envisagé comme une mise à l’épreuve des institutions européennes.

Parmi les questions de recherche qui seront développées, nous porterons une attention particulière à la manière dont se bouclent régulations nationales et régulations européennes en faisant l’hypothèse que l’échelle sectorielle est la plus pertinente pour rendre compte de ce processus ; il s’agira également de réfléchir à l’influence concrète que les cadres nationaux continuent à exercer sur la manière dont les firmes transnationales fabriquent des marchés européens de biens, de services et du travail ; en ce qui concerne plus précisément le gouvernement européen des industries et des services, il sera intéressant d’analyser dans quelle mesure les modes de régulation des marchés entrent dans le périmètre du dialogue social européen selon les secteurs ; à l’inverse, il sera aussi important de voir quelle place occupent et ont occupé par le passé « le modèle social européen » et les enjeux d’emploi et de travail dans la construction politique et juridique des différents marchés européens étudiés.

Programme

Jeudi 8 octobre 2015

  • Conférence d’ouverture : Neil Fligstein (UC Berkeley), Philippe Pochet (ETUI)
  • Le secteur ferroviaire : Hervé Champin (IDHES/UVHC) & Patricia Perennes (SNCF Réseau), Marnix Dressen (Printemps)
  • Le secteur automobile : Bernard Jullien (GREThA) & Tommaso P ardi (IDHES), Patrick Dieuaide (ICEE, Paris 3)
  • Le secteur énergétique : Thomas Reverdy (PACTE), Scott Viallet-Thévenin (CSO)

Vendredi 9 octobre 2015

  • Le secteur du bâtiment : Alexandre Mallard (CSI), Nathan Lillie (University of Jyväskylä)
  • La construction européenne (marché Unique – dialogue social) : Claude Didry (IDHES CNRS) – Roland Erne (University College Dublin)
  • Le dialogue social européen : Anne Dufresne (UCL) et Hélène Michel (SAGE)
  • Conférence de clôture : Robert Salais (IDHES), Andy Smith (Sciences Po, Bordeaux)

Comité scientifique

Hervé Champin (IDHES), Camille Dupuy (IDHES), Alexandre Mallard (CSI – Écoles  des Mines), Tommaso Pardi (IDHES).

programme_fr

Programme_en

IPSA : Stakeholders of Resdistribution : Social Dialogue or Civil Dialogue ? A Comparative and Multi-Level Perspective

Chèr(e)s collègues,

vous trouverez ci-joint l’appel à communication (en anglais et en français) du panel ouvert « Stakeholders of Resdistribution : Social Dialogue or Civil Dialogue ? A Comparative and Multi-Level Perspective » que nous organisons dans le cadre du prochain congrès de l’International Political Science Association à Istanbul (23-28 juillet 2016) . Ce panel porte sur les transformations du dialogue social dans une perspective comparée et multi-niveaux. 

Les propositions (maximum 250 mots) sont à déposer sur le site du Congrès : https://istanbul2016.ipsa.org/events/congress/istanbul2016/submit-paper avant le 7 octobre 2015. Les participant(e)s retenu(e)s seront informé(e)s le 18 janvier 2016 et devront envoyer leur papier le 1er juin 2016. 

Nous restons à votre disposition pour toute information supplémentaire,

Claire Guichet (CERSA – Paris 2)

Marieke Louis (CERI- Sciences Po)

 

IPSA2016_AAC_RC16_Stakeholders of Redistribution

Un état des lieux des relations professionnelles locales en France. Echanges croisés autour des post-enquêtes REPONSE 2011

Séminaire relations professionnelles (RT18)

9 janvier 2015, 9h30-17h15

Salle des conseils

Conservatoire National des Arts et Métiers

2, rue Conté, 75003 Paris ; accès 37, 1er étage

 

Cette journée d’études est organisée autour d’échanges croisés entre les trois équipes qui ont réalisé entre 2012 et 2014 des post-enquêtes à l’enquête REPONSE 2011, conduite par la Dares (ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social). Ces échanges aborderont les principaux résultats de chaque rapport et les enjeux méthodologiques liés à ce type d’enquête sur les relations professionnelles en entreprise.

 

9h30 : introduction de la journée (A. Mias et J. Pélisse)

9h45 – 11h : Étudier les relations professionnelles au prisme de REPONSE, échanges méthodologiques (1)

Équipe CES : Du quantitatif au qualitatif : les enseignements d’un aller-retour

Équipe PRINTEMPS : Les relations professionnelles, entre points de vue et pratiques

Discutante: Sophie Béroud, Université Lyon 2, Triangle

11h-11h15 : pause

11h15 – 12h45 : L’emploi, la crise et les relations professionnelles en entreprise

Équipe IDHES : Les régulations de la relation d’emploi : quelles recompositions ?

Équipe CES : Modes d’ajustement à la crise. Les relations professionnelles sous tensions

Discutant: Olivier Giraud, LISE, Cnam

12h45 – 14h : Déjeuner

14h-15h15 : Table ronde – Analyser les relations professionnelles : échelles de l’enquête, frontières de la monographie et gestion des terrains

Discutant: Claude Didry, IDHES, ENS de Cachan

15h15-15h30 : pause

15h30-17h : Conflits et négociation en entreprise, articulations et évolutions

Équipe PRINTEMPS : Comprendre comment s’articulent conflits et négociations, la notion de configuration de relations professionnelles au prisme des politiques patronales

Équipe IDHES : Quatre configurations de relations professionnelles : démarche typologique et exploration qualitative

Discutant: Jean-Michel Denis, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Latts

17h-17h15 : conclusion et perspectives

 

Équipe CES : Modes d’ajustement à la crise : des relations professionnelles sous tensions – Nathalie BERTA (REGARDS et CES), Delphine BROCHARD (CES), Noélie DELAHAIE (IRES), Sophie JALLAIS (PHARE), Coralie PEREZ (CES), Corinne PERRAUDIN (CES), Catherine SAUVIAT (IRES), Nadine THEVENOT (CES) et Julie VALENTIN (CES)

Équipe IDHES : Les régulations de la relations d’emploi à l’épreuve de la crise – Élodie BÉTHOUX (IDHES), Guillaume BLACHE (IDHES), Camille DUPUY (IDHES), Edine GASSERT (LISE), Annette JOBERT (IDHES), Arnaud MIAS (IRISSO), Tommaso PARDI (IDHES), Jean-Louis RENOUX (IRISSO), Catherine SPIESER (CEE), Michèle TALLARD (IRISSO) et Catherine VINCENT (IRES)

Équipe PRINTEMPS : Gérer, négocier, résister. Une approche dynamique des politiques patronales, des négociations et des conflits (des années 2000 à aujourd’hui) – Rachel BEAUJOLIN-BELLET (Neoma), Charles BERTHONNEAU (Printemps puis Lest), Pierre BLAVIER (CMH), Céline DUMOULIN (Printemps), Baptiste GIRAUD (Lest), Amaël MARCHAND (Printemps puis Latts / Cemca), Jérôme PELISSE (Printemps), Etienne PENISSAT (Ceraps), Rémy PONGE (Printemps) et Mandana SAEDI (Printemps)

Les trois rapports et leurs synthèses sont téléchargeables sur le site du RT 18 : http://rt18.hypotheses.org/

Contacts :

Arnaud Mias : arnaud.mias@dauphine.fr

Jérôme Pélisse : jerome.pelisse@uvsq.fr

Pour télécharger le programme :

Programme Journée d’études RT 18 9 janvier 2015 Post-enquêtes REPONSE

Gérer, négocier, résister. Une approche dynamique des politiques patronales, des négociations et des conflits (des années 2000 à aujourd’hui)

Rapport final – Post-enquête à l’enquête Relations professionnelles et Négociations d’entreprise REPONSE 2010-2011, Dares, Ministère du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social

Responsable scientifique: Jérôme Pélisse (Printemps, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines)

Équipe de recherche: Rachel BEAUJOLIN-BELLET (Neoma), Charles BERTHONNEAU (Printemps puis Lest), Pierre BLAVIER (CMH), Céline DUMOULIN (Printemps), Baptiste GIRAUD (Lest), Amaël MARCHAND (Printemps puis Latts / Cemca), Jérôme PELISSE (Printemps), Etienne PENISSAT (Ceraps), Rémy PONGE (Printemps), Mandana SAEDI (Printemps)

Cette recherche, issue de l’appel d’offres Post-enquêtes à l’enquête REPONSE 2010-2011 de la Dares, et dans le prolongement de travaux précédemment réalisés sur les transformations de la conflictualité au début des années 2000, étudie l’articulation entre conflits et négociations. Après une analyse des points de vue croisées des représentants des directions et des représentants du personnel soulignant l’importance des processus de catégorisation ordinaire des négociations et conflits du travail et mettant en évidence l’importance des divergences et désaccords entre acteurs à ce propos, sont analysés les évolutions et les déterminants des manières dont s’articulent conflits et négociations en entreprise. Les stratégies syndicales de mobilisation des salariés sont ainsi étudiées en analysant leurs modalités d’encastrement dans des contextes socio-productifs déterminés par diverses contraintes économiques et institutionnelles, mais aussi les modes de gestion des relations sociales initiés par les employeurs. Trois configurations sont ensuite identifiées, agençant le positionnement et les stratégies économiques des entreprises, leurs politiques d’organisation du travail et de management des salariés, et leurs modes de gestion des relations avec les représentants du personnel. Les modalités d’expression de la conflictualité et leur lien avec des pratiques de négociation, dans un contexte de crise et de restructurations économiques fortes sont ainsi scrutées pour comprendre les transformations des relations professionnelles en France à la fin des années 2000.

Pour accéder à l’intégralité du rapport final et ses annexes :

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01083780

Pour lire un résumé du rapport:

Résumé du rapport PRINTEMPS nov2014

Modes d’ajustement à la crise : des relations professionnelles sous tensions

Rapport final – Post-enquête à l’enquête Relations professionnelles et Négociations d’entreprise REPONSE 2010-2011, Dares, Ministère du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social

Responsables scientifiques: Coralie Perez et Nadine Thévenot

Équipe scientifique: Nathalie Berta, Delphine Brochard, Noélie Delahaie, Sophie Jallais, Corinne Perraudin, Catherine Sauviat et Julie Valentin

Effectuée dans le cadre des post-enquêtes à l’enquête REPONSE (2010-2011), cette recherche a pour objet de mettre au jour les processus d’ajustement des établissement face à la crise, les caractériser et, conjointement, analyser la manière dont ils ont été discutés, négociés ou au contraire imposés par les directions. Sur le plan méthodologique, elle combine un volet quantitatif, constitué de la réalisation d’une typologie (REPONSE complétée de SINAPSE et des DMMO), et un volet qualitatif comprenant la réalisation de quinze monographies d’établissements appartenant majoritairement au secteur manufacturier. La typologie rend compte des combinaisons spécifiques d’ajustements sur l’emploi et les rémunérations, mises en oeuvre par près de 4000 établissements français entre 2008 et 2010. Sur cette base, le travail de terrain effectué a permis d’éclairer les processus d’ajustements dans leurs dimensions négociées et conflictuelles, et leur vécu par les salariés. Si la préservation de l’emploi « permanent » et le maintien des rémunérations par les directions ont été des conditions déterminantes de l’acceptation des ajustements, cela s’est souvent fait en contrepartie de l’acceptation de nouvelles modalités de flexibilité interne (aménagement du temps de travail, mobilité interne, redéfinition de règles d’évolution salariale…) sur lesquelles les représentants du personnel auront du mal à revenir quand la conjoncture s’améliorera. La relation de travail apparaît ainsi de plus en plus malléable à l’occasion de la crise.

Pour accéder à l’intégralité du rapport: http://ces.univ-paris1.fr/cesdp/2014/14076.html

Appel à communications – Comment le travail se négocie-t-il ?

Colloque du RT18 « Relations Professionnelles »

Association Française de Sociologie (AFS),

Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, AMU et CNRS)

Aix-en-Provence

28 et 29 Mai 2015

 

 

APPEL À COMMUNICATIONS

 

Comment le travail se négocie-t-il ?

 

 

Aujourd’hui, d’aucuns pourraient avancer la thèse selon laquelle la financiarisation de l’économie a engendré une triple crise du rapport salarial : de l’emploi, du travail et de la protection sociale des salariés. Face aux inerties de ce rapport, une norme de flexibilité, faite de souplesse, de réactivité et d’innovation, tend à s’imposer comme une nécessité incontournable, dont les acceptions sont toutefois diversifiées d’un contexte sociétal et d’un locuteur à l’autre. Que ce soit dans le cadre du « dialogue social » – à l’initiative des pouvoirs publics et/ou des acteurs sociaux –, dans le cours de démarches unilatérales engagées par les employeurs, ou encore sous l’empire des mobilisations collectives, les diverses facettes du rapport salarial font actuellement l’objet de remises en question plus ou moins profondes ou abouties selon les contextes industriels, politiques et sociétaux. Dans ce contexte d’une crise multidimensionnelle, ce colloque choisit d’interroger les possibilités et les processus de négociation autour de l’activité de travail, de son contenu et de ses conditions d’exercice.

Ce colloque met l’accent sur la confrontation et la négociation sociales, relatives au contenu du travail – ses conditions d’exercice, son organisation, son évaluation, ses effets sur les personnes et les collectifs – et ceci, quels que soient les processus en cause : négociations formalisées, initiatives gouvernementales, conflits collectifs, tractations informelles…

Les travaux attendus peuvent de situer à différentes échelles – territoriales, sectorielles, interprofessionnelles, nationales, européennes… Par exemple on pourra s’intéresser aux modalités par lesquelles les « pactes sociaux nationaux » ou les différentes négociations interprofessionnelles mais aussi les accords d’entreprises au moment de restructurations traitent ou non des questions relatives aux conditions d’exercice du travail ? Ces négociations prennent-elles en compte des dimensions plus ou moins préventives. Comment les conditions de travail et l’état de santé physique et mental des salariés sont pris en compte ? Les acteurs qui, à des titres et selon des possibilités d’influence très divers, sont parties prenantes de ces processus, s’intéressent-ils et selon quelles modalités à l’état de santé des personnes concernées ? Comme l’a montré l’exemple des risques psychosociaux, la construction des catégories d’action publique constitue un moment clé dans la légitimation politique d’un enjeu relatif au travail et, au-delà, dans la détermination des voies et moyens de s’en saisir. Comment se constituent les catégorisations des conditions d’exercice du travail, dans une perspective diachronique – par exemple, du « stress » à la « qualité de vie au travail » – mais également comparative et multi-scalaire ? Quels sont les rôles respectifs, en la matière, de la réglementation, de la négociation et de la judiciarisation des enjeux (notamment du fait du rôle croissant qu’essaient de jouer les victimes des mauvaises conditions de travail) ?

Les secteurs d’activité peuvent être divers. Au-delà des négociations dans le secteur privé, on pourra s’interroger sur les spécificités des négociations et des conflits portant sur le travail dans les fonctions publiques, françaises et étrangères ? Dans quelles mesures passent-elles par le « détour » d’enjeux relatifs au statut et/ou aux compétences valorisées lors des recrutements ? Qu’en est-il dans l’économie sociale et solidaire, sachant que les relations entre bénévolat et salariat jouent ici probablement un rôle central, peut-être équivalent à celui du statut dans la fonction publique ?

On mettra également l’accent sur les acteurs collectifs impliqués dans ces négociations. Les règles et les acteurs sont co-constitutifs, autrement dit, ils se construisent les unes et les autres dans le cours de leurs interactions. De ce point de vue, comment les acteurs sociaux (représentations des salariés, employeurs, acteurs publics, experts…) s’organisent-ils pour être parties prenantes de la confrontation et de la négociation sur le travail, par-delà des discontinuités produites par la dissociation croissante des figures de l’entrepreneur et de l’employeur, en raison notamment de la « triangulation » des rapports salariaux (intérim, sous-traitance, société de portage, groupement d’employeurs etc.) ? Quels sont les outils et les techniques dont se dotent les acteurs pour évaluer, conjointement ou non, la qualité du travail et la pertinence des prescriptions qui peu ou prou s’imposent aux salariés ? Sont-ils les uns et les autres des objets de négociation au même titre que la reconnaissance du travail accompli ? La capacité à activer l’expertise, en appui explicite et formalisé aux négociations, ne deviendrait-elle pas une dimension de plus en plus constitutive des confrontations sur le travail ainsi que des acteurs qui les portent ? Dans ce cadre, comment les services de l’inspection du travail s’organisent-ils pour traiter ces différents enjeux, sachant que cette question pourrait être l’occasion de comparer, sur la période récente, les modalités selon lesquelles, en Europe notamment, les inspections spécialisées versus les inspections généralistes se sont saisi des enjeux  relatifs à la santé au travail ?

Au-delà des processus de négociation, l’objectif est de s’interroger sur les possibilités mêmes de discuter du travail, de son contenu, de sa qualité et des perspectives de développement professionnel qu’il ménage. Il s’agit d’analyser les conditions dans lesquelles ces enjeux deviennent un objet de mobilisation ou de discussion au sein des relations professionnelles. En effet, alors que l’approfondissement de la crise de l’emploi accroît la précarisation salariale et l’exclusion sociale, la tendance (ou même la tentation) n’est-elle pas forte de faire de la discussion du travail et de ses conditions d’exercice un sujet de second rang ? La perspective d’un emploi durable et protégé ne tendrait-elle pas à disparaître au profit d’un abandon à l’employeur du pouvoir exclusif d’organiser le travail, au point là aussi, d’engendrer une crise du travail ? Le travail n’est-il pas réorganisé de manière diffuse et subreptice, par le biais du non-remplacement des postes notamment, avec le risque que ces évolutions ne fassent pas l’objet de discussions explicites ? Voit-on dès lors se développer des négociations en face à face, à l’échelle du service et en dehors de la représentation collective des salariés ? Comment les différentes formes de représentation collective des salariés parviennent-elles à se saisir d’une individualisation croissante du rapport salarial, soutenue par une gamme toujours plus étendue d’outils de gestion des ressources humaines, qui tendent à légitimer des approches personnalisées et psychologisantes du « bien-être au travail » ?

On analysera également les oubliés de ces processus de négociation. De quelle représentation disposent les précaires, stagiaires, jeunes sous contrat en alternance, auxiliaires, sous-traitants, salariés de filiales notamment dans des pays à bas coût ? Sont-ils les oubliés fatals des négociations et des confrontations sur le travail ? Comment les rapports de domination sociale qui structurent le salariat et ses modes de représentation (logiques de classe, de « race », de genre et de génération) jouent-ils sur la manière dont leurs conditions de travail sont prises en considération dans les revendications et les négociations en la matière ?

Sur l’ensemble de ces questions, des contributions comparatives et/ou ayant trait spécifiquement à des pays du Sud seront particulièrement appréciées.

 

*

 

Calendrier

Les propositions de communication de 3 000 signes doivent être adressées avant le 3 novembre 2014 à : mias@ens-cachan.fr et eric.verdier@univ-amu.fr.

Retour vers les auteurs : mi-décembre 2014

Envoi des articles complets : mi-mars 2014

 

Comité scientifique (LEST-RT 18)

Mara Bisignano (IDHES), Paul Bouffartigue (LEST), Hervé Champin (IDHES), Jean-Michel Denis (UPEM), Marnix Dressen (UVSQ), Camille Dupuy (IDHES), Alexandra Garabige (CEE), Baptiste Giraud (Aix Marseille Université), Donna Kesselman (UPEC), Frédéric Lerais (IRES), Arnaud Mias (Université Paris Dauphine), Maxime Quijoux (Printemps), Frédéric Rey (LISE), Eric Verdier (LEST), Catherine Vincent (IRES), Antoine Vion (LEST).

 

Comité d’organisation

Nathalie Besset (LEST), Patrice Cacciuttolo (LEST), Paul Bouffartigue (LEST), Baptiste Giraud (LEST), Catherine Gosselin (LEST), Stéphane Marquez (LEST), Jocelyne Martinière-Tesson (LEST), Arnaud Mias (IRISSO), Eric Verdier (LEST)

Programme des séminaires 2014-2015

Séminaires RT18

Le séminaire du réseau relations professionnelles (RT 18 de l’AFS) 2014-2015 se propose de revisiter les concepts clefs de la discipline mais aussi de présenter les nouveaux terrains et enjeux qui se font jour dans les domaines d’études. Une place importante est faite aux méthodologies d’enquêtes. Le séminaire est l’occasion de présenter les travaux en cours ou de revenir sur des travaux récents. Il se veut pluridisciplinaire : sociologie, histoire, droit et science politique.

Programme rt18 2014-2015

14 novembre 2014, CNAM (Paris) : Le syndicalisme dans les services 

9 janvier 2015, CNAM (Paris) : Les relations professionnelles en entreprise. Éléments à partir des post-enquêtes REPONSE 2011

Mars 2015 (en coordination avec le RT 12) : Le gouvernement européen de l’économie

Mai 2015, Université Aix-Marseille (en coordination avec le LEST) :  Comment le travail se négocie-t-il ?

Le VIème Congrès de l’AFS se tiendra du 29 juin au 3 juillet 2015 à l’UVSQ (Versailles).

Contacts : Jean-Michel Denis (jean-michel.denis@cee-recherche.fr) et Camille Dupuy (camille.dupuy@enscachan. fr)

 

Les conflits du travail dans le monde – Critique internationale n°64

Parution du n°64 de Critique Internationale consacré aux conflits du travail dans le monde, coordonné par Maxime Quijoux.

« Éditorial », Critique internationale 3/ 2014 (N° 64), p. 5-6
URL : www.cairn.info/revue-critique-internationale-2014-3-page-5.htm.
DOI : 10.3917/crii.064.0005

« Pour ce numéro d’été, Critique internationale vous propose la première partie d’un « thema » en deux volets consacré à une comparaison internationale des conflits du travail et dirigé par Maxime Quijoux, chargé de recherche CNRS au laboratoire PRINTEMPS – Professions, Institutions, Temporalités – de l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Partant du constat d’une relative désaffection, de la part de la recherche française, pour la question des conflits du travail alors même que ceux-ci se multiplient à l’échelle de la planète, ce double dossier propose un véritable programme de recherche sur les différentes expressions de la conflictualité au travail, et notamment sur le renouvellement des formes de mobilisations et de négociations qui se déroulent de plus en plus souvent en dehors du classique système des relations professionnelles.

Les cinq articles de cette première partie s’intéressent plus particulièrement à la construction des conflits au travail et au repérage de différentes formes de mobilisation entre ruptures, circulations et continuités. Mathieu Hocquelet (post-doctorant au Centre Maurice Halbwachs (EHESS) et chercheur associé au Centre Pierre Naville) analyse le cas des mobilisations dans la firme américaine de grande distribution Walmart, plus grand employeur privé mondial mais aussi véritable « bastion anti-syndical ». Sophie Béroud (maître de conférences en science politique à l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire TRIANGLE) revient sur les liens entre le mouvement des Indignés et le syndicalisme en Espagne, et ce faisant questionne l’idée admise d’une coupure entre ces deux mondes. Quentin Delpech (chercheur associé au Centre d’études mexicaines et centre-américaines-CEMCA) s’intéresse à la diffusion des savoir-faire syndicaux américains en Amérique centrale dans le contexte de la transformation de la division internationale du travail. Baptiste Giraud (maître de conférences en science politique à l’Université de sciences économiques et de gestion d’Aix-Marseille et membre du LEST, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail) revient, quant à lui, sur les usages de la grève en France à partir de l’étude du travail de formation et d’encadrement des militants CGT du secteur du commerce. Enfin, Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Annette Jobert (directrice de recherche émérite au CNRS, IDHES-ENS Cachan) et Yi Zhenzhen (doctorante à l’IDHES-ENSCachan et à l’Université Normale de la Chine de l’Est) examinent les stratégies en situations de conflit des salariés des entreprises publiques chinoises dans le nouveau contexte créé par les réformes de la législation du travail.

Ce « thema » a fait l’objet d’un séminaire préparatoire qui s’est tenu au CERI au mois de janvier 2014. Merci à Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Arnaud Mias (maître de conférences en sociologie à l’université de Rouen, en délégation au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Camille Goirand (professeure de science politique à l’Institut des hautes études d’Amérique latine (IHEAL) – Université Paris III Sorbonne Nouvelle et rattachée au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales), Dominique Vidal (professeur de sociologie à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché à l’Unité de Recherche Migrations et Société, URMIS), Gilles Guiheux (professeur en sociohistoire de la Chine à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques, CESSMA), Annie Collovald (professeure de sociologie à l’Université de Nantes et directrice du Centre nantais de sociologie, CENS) et Julian Mischi (chargé de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et au Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (CESAER) à Dijon) d’avoir, à cette occasion, endossé le rôle de discutant.

La seconde partie de ce « thema » (n° 65, octobre-décembre 2014) portera sur la défense des travailleurs et sera plus précisément centrée sur les acteurs, les pratiques et les enjeux des relations professionnelles dans des contextes géographiques et culturels encore une fois très variés.

Bonne lecture

La rédaction »