Portrait de jeune chercheur : Lucas Winiarski, «  À contresens dans la CGT ? Le déploiement entravé des comités CGT de privés d’emploi et précaires à l’échelle locale et confédérale »

Votre thèse, réalisée au sein du laboratoire Triangle sous la direction de Sophie Béroud s’intitule «  À contresens dans la CGT ? Le déploiement entravé des comités CGT de privés d’emploi et précaires à l’échelle locale et confédérale ». Qu’est-ce qui vous a intéressé sur ce sujet ?

Ma recherche s’est située dans la continuité de mon parcours universitaire. En Master 1 de science politique, mon travail s’est orienté vers les jeunes travailleurs engagés. En Master 2 en science politique, j’ai étudié la création du comité chômeur de Saint-Étienne. Mes travaux de recherches ont tous concerné des thématiques adjacentes : le chômage, la précarité, la politique et le syndicalisme « ouvrier », les mouvements sociaux, l’organisation et la mobilisation des travailleurs précaires.

L’objectif de ma thèse a été de compléter les travaux sur les dynamiques de mobilisation ou de non-mobilisation des précaires. Elle a visé à renseigner la façon dont les organisations syndicales, en l’occurrence la CGT, intègrent les composantes les plus instables du salariat et montre ce que cette intégration (ou difficile intégration) dit de leur capacité d’adaptation aux nouvelles réalités de l’emploi. Il s’agissait d’examiner l’organisation des chômeurs et des précaires au sein de la Confédération Générale du Travail, d’analyser les formes d’organisation des sans-emplois et des précaires, groupes souvent parlés et de donner à voir et à entendre une population qui apparaît peu au-devant de la scène. L’ambition de ma thèse était d’abord de combler le manque de connaissances scientifiques, sur les raisons de la « non mobilisation » de la catégorie sociale des travailleurs précaires. En effet ceux-ci auraient a priori tout intérêt à se syndiquer pour que leurs revendications bénéficient d’une caisse de résonance et, de leur côté, que les organisations syndicales auraient elles aussi « intérêt » à les organiser pour pouvoir se renforcer. Je souhaitais comprendre pourquoi une partie importante du salariat s’intégrait difficilement dans l’activité syndicale et où se situaient les éventuels freins et blocages.

Cette thèse interroge la place des travailleurs privés d’emploi et précaires au sein de la CGT à trois niveaux : au niveau individuel avec le parcours et les représentations entretenues par les militants, au niveau local via les comités de travailleurs privés d’emploi et précaires présents sur les villes et/ou les départements et au niveau national avec le Comité National des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires. Elle vise à analyser les effets de l’organisation de chômeurs à la CGT : les blocages, les résistances, le redéploiement sur de nouveaux secteurs d’activités, etc. Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheuse : Anaïs Bonanno, « Des guichets aux contrôles. L’inspection du travail et ses publics dans la mise en conformité au droit »

–       Votre thèse, réalisée au sein du laboratoire Triangle sous la direction de Sophie Béroud et de Jérôme Pélisse, s’intitule « Des guichets aux contrôles. L’inspection du travail et ses publics dans la mise en conformité au droit ». Qu’est-ce qui vous a amené à travailler sur ce sujet (Votre intérêt scientifique, votre parcours, conditions matérielles telles que la nature de financement, etc.) ?

Au moment où j’ai commencé à réfléchir à un sujet de thèse, j’avais déjà effectué un mémoire de master 2 en sociologie du travail, sur les contrôleurs et contrôleuses de train de la SNCF. Je souhaitais continuer à faire de la sociologie du travail mais je voulais sortir de l’approche monographique qui avait alors été la mienne. C’était l’époque des mobilisations contre la loi Travail, qui, en laissant plus d’autonomie de négociation aux entreprises au détriment de la régulation juridique, a pu être analysée comme le point culminant d’un processus de désétatisation du droit du travail. Un certain nombre d’agents de l’inspection du travail et de leurs organisations syndicales étaient mobilisé·es contre cette réforme : à cette occasion, j’ai découvert leur métier et leurs prérogatives. J’ai été marquée par la position pivot des agents de cette institution entre les salarié·es et les directions d’entreprise, deux catégories d’acteur·ices des relations professionnelles situé·es de part et d’autre du contrat de travail. Prendre l’inspection du travail comme objet d’étude, et en particulier les quelques 2000 agents chargé·es du contrôle des entreprises, me semblait être une bonne porte d’entrée pour analyser les relations professionnelles dans les entreprises de droit privé, le rôle que l’État y joue, et la place que prend le droit comme répertoire d’action dans les pratiques des salarié·es, des représentant·es du personnel et des directions d’entreprise. L’année suivante, j’ai eu la chance d’obtenir un contrat doctoral, suivi de deux contrats d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche, qui m’ont permis de financer cette recherche. Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheur : Nicolas Simonpoli, “La Griffe Cégétiste : une sociologie historique de la reconversion professionnelle des cadres syndicaux de la CGT (années 1970-2010)”

Pouvez-vous nous présenter brièvement votre domaine de recherche et le sujet de votre thèse ?

Mes recherches s’inscrivent en sociologie du syndicalisme et des relations professionnelles. Plus particulièrement, je m’intéresse aux trajectoires des dirigeants syndicaux et, notamment, de ceux qui ont occupé une fonction de permanent, c’est-à-dire ceux qui, pendant une période donnée, ont consacré l’ensemble de leur temps de travail à l’action syndicale. Dans ma thèse, intitulée la Griffe cégétiste, soutenue en novembre 2020 à l’Université Paris Nanterre, je réalise une sociologie historique des reconversions professionnelles des dirigeants de la Confédération générale du travail des décennies 1970 à 2010.

Quelles ont été les principales découvertes ou contributions de votre thèse dans votre domaine de recherche ?

En m’intéressant aux reconversions des permanents, j’avais pour objectif de renseigner les parcours professionnels des dirigeants de haut niveau. C’est un pan relativement méconnu de la sociologie du syndicalisme. Si la littérature renseigne bien la manière dont des militants syndicaux sont pris dans un processus de professionnalisation qui les conduit à devenir « des professionnels » du syndicalisme, on sait finalement peu de choses sur la manière dont se déroule ensuite la carrière des permanents et, a fortiori, comment une partie d’entre eux sont conduits à se reconvertir. C’est donc cette question qui m’a intéressé.

Par ailleurs, poser la question des reconversions est également un moyen d’interroger à nouveau frais l’enjeu de la crise du syndicalisme, en l’abordant sous l’angle de ses conséquences sur l’organisation. On constate en effet que le rythme des reconversions s’accélère au milieu des années 1980, c’est-à-dire au moment où les organisations syndicales, confrontées à la baisse de leurs effectifs, n’ont plus les moyens financiers d’assurer un salaire à une partie de leurs cadres militants. La chute des adhésions entraine donc une conséquence organisationnelle qui n’a rien de simple à gérer parce qu’elle implique des hommes et des femmes qui se sont engagés durablement dans l’action syndicale. Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheuse : Pauline Grimaud, « Des horaires dérogatoires ordinaires ? Sociologie des conflits et négociations autour du travail nocturne et dominical  »

Pauline Grimaud

Votre thèse, réalisée au sein du Centre de Sociologie des Organisations sous la direction de Jérôme Pélisse, s’intitule « Des horaires dérogatoires ordinaires ? Sociologie des conflits et négociations autour du travail nocturne et dominical ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

J’ai souhaité étudier les conflits et négociations autour du travail dominical et nocturne, lequel concerne un nombre croissant de salarié·e·s depuis les années 1980 en France. La progression des horaires généralement qualifiés d’ « atypiques » fait l’objet de nombreux travaux. En particulier, un vaste champ de recherche les appréhende au prisme de l’articulation des temps sociaux dans un contexte où nos sociétés contemporaines exacerbent la tension entre, d’une part, l’impératif grandissant pour les individus de « concilier » différentes activités sociales et, d’autre part, l’extension des horaires atypiques qui accroît la désynchronisation des emplois du temps (Lesnard, 2009).

Toutefois, la plupart des enquêtes sur les horaires atypiques sont aveugles à certaines spécificités du travail de nuit et du dimanche, notamment à la question des rémunérations. Or, les majorations salariales (ou les repos supplémentaires) jouent un rôle essentiel pour que les salarié·e·s acceptent de travailler le dimanche ou la nuit. J’ai donc souhaité étudier ces horaires non seulement au regard de leur atypicité au sens statistique, mais également du point de vue de la régulation dont ils font l’objet à l’échelle nationale comme au niveau des entreprises. En effet, les repos quotidien la nuit et hebdomadaire le dimanche des salarié·e·s ont été institués comme des normes légales dont il est toutefois possible de déroger – et ce, de façon exponentielle depuis 40 ans – si les entreprises respectent certains critères. Dans cette perspective, je me suis intéressée à la manière dont le recours croissant à ces horaires affecte la relation salariale, et en particulier les rémunérations des salarié·e·s ainsi que les relations sociales entre salarié·e·s, syndicats et patronat.

Quels concepts et auteur.ices avez-vous mobilisé.es pour aborder ces questions ?

J’ai étudié les conflits et les négociations autour du travail de nuit et du dimanche à l’aide du « marxisme sociologique » défini et défendu par Michael Burawoy et Erik Olin Wright (Burawoy et Wright, 2021). Cette approche théorique propose de comprendre les transformations historiques du capitalisme en prenant en compte la manière dont ce système évolue de façon contradictoire, notamment du fait de l’exploitation des travailleur·se·s et de la concurrence entre les capitalistes. En particulier, ce cadre analytique repose sur l’idée que les rapports sociaux de classes fondés sur l’exploitation se reproduisent grâce à des dispositifs institutionnels. Or, ces derniers sont toujours temporaires et entrent régulièrement en crise, ouvrant périodiquement la voie à un renouvellement institutionnel. Pour saisir ces dynamiques, Michael Burawoy mobilise à la fois l’analyse élaborée par Karl Marx et celle de Karl Polanyi qui fait de la marchandisation – et non de l’exploitation contrairement au premier – l’expérience centrale du capitalisme. Ma thèse montre justement l’intérêt d’articuler les notions d’exploitation et de marchandisation pour comprendre l’évolution actuelle de la relation salariale et de la conflictualité au travail. En effet, ces horaires ont régulièrement été l’objet de « conflits polanyiens » (Silver, 2003), c’est-à-dire de luttes sur l’éventuelle marchandisation des plages horaires nocturnes et dominicales, mais aussi de « conflits marxiens » portant sur le niveau de rémunération et donc sur le degré d’exploitation dans les entreprises.

Pour mener à bien cette réflexion sur la double dynamique d’exploitation et de marchandisation accrue de la force de travail sous le capitalisme contemporain, je définis le travail de nuit et du dimanche comme des horaires dérogatoires. Cette notion signifie que ces horaires sont soumis à des restrictions légales partielles et font l’objet d’une régulation spécifique dans les entreprises. En ce sens, le caractère dérogatoire de ces horaires ne repose pas sur un critère purement légal : il s’affirme – ou au contraire, disparaît – selon les règles négociées dans les branches, les entreprises et les établissements. Inspirée des legal consiousness studies, la notion d’horaires dérogatoires renvoie à la légalité ordinaire, c’est-à-dire à l’usage social du droit par les différents acteurs (Ewick et Silbey, 1998), en l’occurrence les représentant·e·s de direction et du personnel.

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données utilisez-vous ?

Ma thèse repose sur un dispositif d’enquêtes mixtes. D’abord, j’ai réalisé une socio-histoire de la règlementation du travail nocturne et dominical et des conflits associés à partir d’un travail sur archives (archives syndicales, sources de presse, textes de la règlementation…). Ensuite, j’ai exploré plus spécifiquement les négociations et les conflits autour de ces horaires dans le commerce. J’ai notamment effectué une observation ethnographique au long cours (2015-2018) de l’intersyndicale parisienne fondée pour lutter contre la généralisation du travail dominical et nocturne dans le secteur. J’ai également mené une série d’entretiens approfondis auprès des acteur·rice·s investi·e·s sur ces enjeux. Enfin, j’ai étudié les règles et compensations négociées pour ces horaires dans les entreprises en mobilisant deux enquêtes statistiques (Conditions de travail et REPONSE – Relations professionnelles et négociations d’entreprise – Dares) ainsi qu’une analyse quantitative et qualitative des accords d’entreprise établis sur le sujet (base D@ccord).

Quelles sont les principales conclusions de votre travail ?

Mon enquête m’a permis d’éclairer les horaires dérogatoires sous trois angles différents.

D’abord, elle s’inscrit en sociologie du droit. J’ai pu éprouver la thèse de l’ambivalence du droit du travail, initiée par des juristes marxistes et aujourd’hui marginale dans le champ du droit contemporain, au prisme d’une analyse sociologique de la règlementation des horaires dérogatoires. J’ai pu ainsi relativiser l’optimisme qui caractérise la sociologie du droit quant à la nature du Code du travail, et contrer l’idée couramment admise d’un droit du travail uniformément protecteur des salarié·e·s au moins jusque dans les années 1980. En effet, les horaires dérogatoires illustrent la malléabilité des règles du Code du travail car la règlementation du repos hebdomadaire le dimanche et quotidien la nuit comprend dès son origine des dérogations légales qui ont évolué en fonction de la capacité de certains secteurs d’activité à faire entendre leurs spécificités. De plus, cette réversibilité du droit s’observe aussi dans les mobilisations juridiques puisque la multiplication des dérogations au repos dominical dans le commerce de détail découle des victoires judiciaires des organisations syndicales qui, par un effet de retour de bâton, ont incité certaines grandes enseignes à réclamer – avec succès – de nouvelles exceptions légales en leur faveur. Largement débattue parmi les chercheurs en sciences sociales aux États-Unis et jusqu’alors ignorée en France, cette notion de retour de bâton désigne un processus par lequel des victoires dans les tribunaux peuvent entraîner une mobilisation intense de la partie adverse et se transformer in fine en revers politique. En l’occurrence, la mobilisation du droit initiée par les organisations syndicales des salarié·e·s du commerce encourage en retour les grandes enseignes à riposter et aboutit finalement, à cinq reprises (en 1993, 2008, 2009, 2013 et 2015), à une extension des possibilités légales de travailler le dimanche ou la nuit.

Ma thèse contribue également à la sociologie des relations professionnelles – et plus précisément à la sociologie du syndicalisme et des conflits du travail. J’ai notamment montré que l’intense conflictualité autour du travail dominical et nocturne dans le commerce résultait surtout des conditions d’emplois que les directions des grandes enseignes avaient instituées pour ces horaires. En effet, ces dernières ont étendu les horaires d’ouverture de leurs établissements en recourant à des emplois à temps partiel et donc à salaire tout aussi partiel, occupés par des personnes peu insérées sur le marché du travail (comme les étudiant·e·s). L’extension des horaires a alors accentué la segmentation de la main-d’œuvre salariée entre d’une part une partie de travailleur·se·s stables employé·e·s la journée et en semaine et d’autre part les salarié·e·s à temps partiel, les premiers voyant l’embauche croissante des seconds comme une menace susceptible de transformer leur emploi durable en « petit boulot ». Cette configuration explique l’opposition tranchée, ancienne et unanime de la plupart des organisations syndicales de salarié·e·s au travail dominical et nocturne.

Enfin, ma thèse s’inscrit dans une sociologie du salariat en éclairant l’évolution des rémunérations au sein des entreprises. J’ai en effet observé que le travail de nuit et du dimanche contribue activement à l’individualisation des rémunérations. En avançant la notion d’inégalités horizontales, j’ai montré que les horaires dérogatoires généraient des différenciations entre salarié·e·s d’une même catégorie socioprofessionnelle selon qu’ils ou elles travaillent (ou non) la nuit et le dimanche, et fragilisaient ainsi les collectifs de travail. Ce processus participe bien à une individualisation de la relation salariale et par voie de conséquence au « nouvel esprit du salariat » tel que l’a analysé Sophie Bernard (2020).

Bibliographie

Bernard S., 2020, Le nouvel esprit du salariat : rémunérations, autonomie, inégalités, Paris, Presses universitaires de France.

Burawoy M., Wright E.O., 2021, Pour un marxisme sociologique, Paris, Éditions sociales.

Ewick P., Silbey S.S., 1998, The common place of law: stories from everyday life, Chicago, University of Chicago Press.

Lesnard L., 2009, La famille désarticulée, Paris, Presses Universitaires de France.

Silver B.J., 2003, Forces of Labor: Workers’ Movements and Globalization Since 1870, Cambridge, Cambridge University Press.

Portrait de jeune chercheuse : Sophie Louey, « Être patron et apprendre à l’être dans les collectifs de chefs d’entreprise »

 

Portrait de Sophie Louey

Votre thèse, réalisée au sein du Centre Universitaire de Recherche sur l’Action Publique et le Politique (CURAPP-ESS) sous la codirection de Fabrice Guilbaud et Michel Offerlé, s’intitule « La grandeur patronale. Ethnographie des engagements des sociabilités de chefs d’entreprise dans des groupements patronaux ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

J’ai occupé pendant trois ans un emploi dans une institution patronale locale. Cette expérience m’a permis de côtoyer des chefs d’entreprise (occupant ou non des mandats représentatifs) et des salariés d’organisations patronales dans une ville du nord de la France. Il s’agit d’un territoire désindustrialisé marqué par des fermetures de sites industriels, un déclin d’entreprises patrimoniales en termes économique et nombre de salariés. En revanche, le territoire est attractif pour l’implantation d’entreprises du tertiaire (entrepôts, centres d’appels, etc.). Ces installations s’expliquent notamment par un coût du foncier moindre, la proximité géographique avec d’autres grandes villes (notamment Paris) et une main d’œuvre locale adaptée aux besoins de ces nouvelles entreprises (faible niveau de qualification).

Lorsque j’ai quitté cet emploi, je me suis engagée dans une thèse en convertissant des ressources professionnelles en des ressources pour enquêter (connaissance de l’espace patronal, identification des patrons élus, etc.). Je suis alors entrée par les collectifs patronaux présents sur ce même espace local. Progressivement, j’ai multiplié les rencontres avec les salariés des organisations patronales repérées et les dirigeants participant à ces groupes qu’ils soient élus ou non. C’est ainsi que j’ai déployé plusieurs méthodes d’enquêtes pour entrer dans les mondes patronaux.

L’idée était alors de comprendre, par la réalisation d’une monographie, comment un espace patronal peut-être structuré localement et qui sont les patrons qui consacrent du temps, de l’argent et de l’énergie à ces collectifs. Cette double analyse a conduit à comprendre que les dirigeants se socialisent au « rôle patronal » par leurs participations à des collectifs patronaux.

Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheur : Edine Gassert, « Le paritarisme à l’épreuve de l’évaluation dans le champ de la formation professionnelle continue »

Votre thèse, réalisée au sein du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Lise) sous la direction de Fabienne Berton et Arnaud Mias, s’intitule « Le paritarisme à l’épreuve de l’évaluation. Genèse instrumentale, travail d’organisation et fragilité institutionnelle dans le champ de la formation professionnelle continue ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Ma recherche a porté sur la genèse et le développement d’une politique d’évaluation initiée par les confédérations syndicales et patronales dans le champ de la formation professionnelle continue, au lendemain de l’adoption de l’accord national interprofessionnel (ANI) du 7 janvier 2009.

Cette politique a débouché sur l’installation d’une instance d’évaluation, baptisée le Conseil National d’Évaluations de la Formation Professionnelle (CNEFP). La mission principale de ce CNEFP a consisté en la conduite régulière de travaux d’évaluation des politiques paritaires de la formation professionnelle. Ce conseil a été installé aux côtés de l’organe politique central des partenaires sociaux, le Comité Paritaire National pour la Formation Professionnelle (CPNFP), en charge de la définition et de la mise en œuvre des dispositions issues des accords collectifs nationaux et interprofessionnels. Pour mener leurs missions respectives, ces deux instances ont compté sur le soutien logistique et financier d’un organisme de gestion paritaire encadré par l’État, le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP). La création de ce fonds a constitué une innovation financière majeure de la réforme de 2009, en mutualisant et en redistribuant à grande échelle une fraction conséquente des fonds de la formation professionnelle, au profit de la qualification et la requalification des salariés faiblement qualifiés et des demandeurs d’emploi.

Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheuse : Chloé Biaggi, « Le travail de gestion des relations sociales. Pratiques, savoir-faire et carrières de cadres des ressources humaines »

Portrait Chloé BiaggiVotre thèse, réalisée au sein du Centre Maurice Halbwachs et du Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail sous la co-direction de Michel Offerlé et de Paul Bouffartigue, s’intitule « Quand les relations sociales sont un travail. Pratiques, savoir-faire et carrières de cadres des ressources humaines ». Qu’est-ce qui vous a intéressée dans ce sujet ?

Je m’intéresse, dans ma thèse, à la manière dont les cadres de direction des entreprises utilisent l’action syndicale et représentative, la contournent ou s’en accommodent, et gèrent les conflits au travail. Il s’agit d’une approche originale pour aborder la question des relations professionnelles : la majorité des études sur ce thème s’appuient plutôt sur des terrains centrés sur les syndicats. Je propose au contraire de remettre les acteur.e.s des directions d’entreprises au cœur de l’analyse. « Passer de l’autre côté du bureau » permet de renouveler le regard porté sur les dynamiques des relations professionnelles, tout en prolongeant la réflexion sur les formes de la domination patronale.

Continuer la lecture

Portait de jeune chercheur : Pierre Rouxel, « Spatialités syndicales dans le capitalisme global. Une ethnographie comparée de quatre collectifs syndicaux en France et en Argentine »

Photo Pierre RouxelVotre thèse, réalisée au sein du laboratoire Arènes sous la direction de Christian Le Bart et Juan Montes Cato, s’intitule « Spatialités syndicales dans le capitalisme global. Une ethnographie comparée de quatre collectifs syndicaux en France et en Argentine ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Un premier objectif de mon travail était d’éclairer les transformations du syndicalisme au sein d’un de ses bastions traditionnels : les grandes entreprises industrielles. Un de mes constats de départ était en effet celui d’une relative méconnaissance des dynamiques syndicales à l’œuvre dans ces espaces professionnels, au-delà des moments spécifiques et médiatiques des plans de suppressions d’emplois et des fermetures d’usine. Cet angle mort de la littérature se comprend notamment au regard des orientations de la sociologie du syndicalisme depuis les années 2000, qui s’est notamment renouvelée et enrichie au travers l’étude de la « revitalisation » des organisations syndicales et de leurs stratégies d’ancrage et de redéploiement auprès des fractions « inorganisées » et les plus précaires du salariat. Par une sorte de mouvement de balancier, les grandes entreprises industrielles, historiquement sous le feu des projecteurs des sciences sociales, ont été moins étudiées, bien qu’elles présentent encore aujourd’hui des niveaux de syndicalisation plus élevés qu’ailleurs. On sait finalement peu de choses des logiques de reproduction des collectifs militants et de l’évolution des stratégies mises en œuvre par des délégué.e.s confronté.e.s aux restructurations « permanentes » d’entreprises financiarisées et internationalisées.

Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheuse : Maé Geymond, Organisation industrielle, relations sociales et conditions de travail dans la production pharmaceutique

Photo Maé GeymondVotre thèse, réalisée au sein du Centre d’Économie de la Sorbonne (CES / Université Paris 1) à Paris sous la direction de Julie Valentin (grâce à un financement CIFRE), s’intitule « Organisation industrielle, relations sociales et conditions de travail dans la production pharmaceutique – Trois approches complémentaires pour analyser leurs interdépendances ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Ma thèse trouve son origine dans un fait paradoxal. Les laboratoires pharmaceutiques figurent parmi les entreprises les plus rentables au monde, dégageant chaque année plusieurs milliards de dollars de bénéfices. Et pourtant, ces big pharma défrayent régulièrement la chronique, tantôt pour des scandales sanitaires (ruptures d’approvisionnement dramatiques, défauts de qualité, etc.), tantôt pour les plans de licenciements qui y sont récurrents.

Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheuse : Yolaine Gassier « Les arènes discrètes du paritarisme régional »

PortraitVotre thèse, réalisée au sein du CHERPA (Science Po Aix) et du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, AMU / CNRS) à Aix-en-Provence sous la direction de Philippe Aldrin et d’Éric Verdier, s’intitule « Les arènes discrètes du paritarisme régional. Dispositifs, acteurs et pratiques du ‘‘dialogue social territorial’’ ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Il s’agissait tout d’abord d’éclairer un angle mort de la sociologie du syndicalisme et des organisations patronales en montrant une facette relativement peu connue du syndicalisme salarié comme patronal en France. Alors qu’ils mobilisent une partie non négligeable de leurs militant.e.s, on sait peu de choses sur l’ensemble des lieux du paritarisme qui font participer les syndicats salariés et patronaux à différents domaines de l’action publique (formation professionnelle, protection sociale, etc.). Leur accès réglementé aide par ailleurs à comprendre qu’ils constituent des espaces préservés du regard extérieur. Ma thèse entend à ce titre mieux connaître ce qui se joue dans ces « arènes discrètes du paritarisme » en plaçant la focale sur celles qui existent en région[1].

Un second enjeu était d’éclaircir l’un des paradoxes auquel se confronte le syndicalisme, que j’ai pu observer dès l’entrée sur mon terrain d’enquête en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Alors que leurs représentant.e.s se trouvent relativement critiques de ces institutions chronophages, ils redoublent d’efforts et d’énergie pour investir ces lieux.

Enfin plus généralement, les instances du paritarisme régional constituent un terrain propice à l’analyse des transformations de la représentation syndicale et patronale, mais aussi des recompositions de l’action publique locale, saisies sous l’angle des dynamiques d’interaction entre État et groupes d’intérêt (dans le prolongement des travaux de Stéphane Cadiou). Continuer la lecture

Portait de jeune chercheur : Samuel Zarka, La qualification du travail dans la production cinématographique en France

Photo portraitVotre thèse, réalisée au sein du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE, CNAM / CNRS) à Paris sous la direction de Fabienne Berton, s’intitule « L’équipe de cinéma. Genèse et portée de la qualification du travail dans la production cinématographique en France (1895-2018) ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Le cinéma présente l’aspect intriguant d’un monde partiellement immergé, visible, avec ses vedettes, ses paillettes et ses scandales. Le produit filmique est intrinsèquement destiné à la visibilité (même si ce n’est pas forcément le cas en pratique, de nombreux films sont sous-exposés en salle). Dans ma thèse, j’investigue en profondeur les conditions d’émergence du produit. Mon entrée privilégiée concerne le travail des équipes de films (décorateur.ices, costumier.es, monteur.euses, etc.), non seulement tel qu’il se déroule, mais tel qu’il se construit durablement au sein d’une industrie de prototypes.

Pour développer ce questionnement, je mobilise un concept clé de la sociologie du travail, la « qualification » du travail. Mon intuition était qu’on n’avait pas épuisé la compréhension de cet objet, les recherches théoriques l’ayant d’ailleurs un peu délaissé avec l’émergence de la notion de « compétence ».

Continuer la lecture