Portait de jeune chercheur : Pierre Rouxel, « Spatialités syndicales dans le capitalisme global. Une ethnographie comparée de quatre collectifs syndicaux en France et en Argentine »

Mis en avant

Photo Pierre RouxelVotre thèse, réalisée au sein du laboratoire Arènes sous la direction de Christian Le Bart et Juan Montes Cato, s’intitule « Spatialités syndicales dans le capitalisme global. Une ethnographie comparée de quatre collectifs syndicaux en France et en Argentine ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Un premier objectif de mon travail était d’éclairer les transformations du syndicalisme au sein d’un de ses bastions traditionnels : les grandes entreprises industrielles. Un de mes constats de départ était en effet celui d’une relative méconnaissance des dynamiques syndicales à l’œuvre dans ces espaces professionnels, au-delà des moments spécifiques et médiatiques des plans de suppressions d’emplois et des fermetures d’usine. Cet angle mort de la littérature se comprend notamment au regard des orientations de la sociologie du syndicalisme depuis les années 2000, qui s’est notamment renouvelée et enrichie au travers l’étude de la « revitalisation » des organisations syndicales et de leurs stratégies d’ancrage et de redéploiement auprès des fractions « inorganisées » et les plus précaires du salariat. Par une sorte de mouvement de balancier, les grandes entreprises industrielles, historiquement sous le feu des projecteurs des sciences sociales, ont été moins étudiées, bien qu’elles présentent encore aujourd’hui des niveaux de syndicalisation plus élevés qu’ailleurs. On sait finalement peu de choses des logiques de reproduction des collectifs militants et de l’évolution des stratégies mises en œuvre par des délégué.e.s confronté.e.s aux restructurations « permanentes » d’entreprises financiarisées et internationalisées.

Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheuse : Maé Geymond, Organisation industrielle, relations sociales et conditions de travail dans la production pharmaceutique

Photo Maé GeymondVotre thèse, réalisée au sein du Centre d’Économie de la Sorbonne (CES / Université Paris 1) à Paris sous la direction de Julie Valentin (grâce à un financement CIFRE), s’intitule « Organisation industrielle, relations sociales et conditions de travail dans la production pharmaceutique – Trois approches complémentaires pour analyser leurs interdépendances ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Ma thèse trouve son origine dans un fait paradoxal. Les laboratoires pharmaceutiques figurent parmi les entreprises les plus rentables au monde, dégageant chaque année plusieurs milliards de dollars de bénéfices. Et pourtant, ces big pharma défrayent régulièrement la chronique, tantôt pour des scandales sanitaires (ruptures d’approvisionnement dramatiques, défauts de qualité, etc.), tantôt pour les plans de licenciements qui y sont récurrents.

Continuer la lecture

Portrait de jeune chercheuse : Yolaine Gassier « Les arènes discrètes du paritarisme régional »

PortraitVotre thèse, réalisée au sein du CHERPA (Science Po Aix) et du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, AMU / CNRS) à Aix-en-Provence sous la direction de Philippe Aldrin et d’Éric Verdier, s’intitule « Les arènes discrètes du paritarisme régional. Dispositifs, acteurs et pratiques du ‘‘dialogue social territorial’’ ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Il s’agissait tout d’abord d’éclairer un angle mort de la sociologie du syndicalisme et des organisations patronales en montrant une facette relativement peu connue du syndicalisme salarié comme patronal en France. Alors qu’ils mobilisent une partie non négligeable de leurs militant.e.s, on sait peu de choses sur l’ensemble des lieux du paritarisme qui font participer les syndicats salariés et patronaux à différents domaines de l’action publique (formation professionnelle, protection sociale, etc.). Leur accès réglementé aide par ailleurs à comprendre qu’ils constituent des espaces préservés du regard extérieur. Ma thèse entend à ce titre mieux connaître ce qui se joue dans ces « arènes discrètes du paritarisme » en plaçant la focale sur celles qui existent en région[1].

Un second enjeu était d’éclaircir l’un des paradoxes auquel se confronte le syndicalisme, que j’ai pu observer dès l’entrée sur mon terrain d’enquête en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Alors que leurs représentant.e.s se trouvent relativement critiques de ces institutions chronophages, ils redoublent d’efforts et d’énergie pour investir ces lieux.

Enfin plus généralement, les instances du paritarisme régional constituent un terrain propice à l’analyse des transformations de la représentation syndicale et patronale, mais aussi des recompositions de l’action publique locale, saisies sous l’angle des dynamiques d’interaction entre État et groupes d’intérêt (dans le prolongement des travaux de Stéphane Cadiou). Continuer la lecture

Portait de jeune chercheur : Samuel Zarka, La qualification du travail dans la production cinématographique en France

Photo portraitVotre thèse, réalisée au sein du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE, CNAM / CNRS) à Paris sous la direction de Fabienne Berton, s’intitule « L’équipe de cinéma. Genèse et portée de la qualification du travail dans la production cinématographique en France (1895-2018) ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Le cinéma présente l’aspect intriguant d’un monde partiellement immergé, visible, avec ses vedettes, ses paillettes et ses scandales. Le produit filmique est intrinsèquement destiné à la visibilité (même si ce n’est pas forcément le cas en pratique, de nombreux films sont sous-exposés en salle). Dans ma thèse, j’investigue en profondeur les conditions d’émergence du produit. Mon entrée privilégiée concerne le travail des équipes de films (décorateur.ices, costumier.es, monteur.euses, etc.), non seulement tel qu’il se déroule, mais tel qu’il se construit durablement au sein d’une industrie de prototypes.

Pour développer ce questionnement, je mobilise un concept clé de la sociologie du travail, la « qualification » du travail. Mon intuition était qu’on n’avait pas épuisé la compréhension de cet objet, les recherches théoriques l’ayant d’ailleurs un peu délaissé avec l’émergence de la notion de « compétence ».

Continuer la lecture