Goodyear – Soutien du réseau thématique RT18

L’emprisonnement de syndicalistes n’a jamais fait baisser le chômage

Non à la peine de prison des salariés de Goodyear

Le 12 janvier dernier, le tribunal correctionnel d’Amiens a condamné à deux ans de prison, dont neufs mois fermes, huit anciens salariés de la société Goodyear pour avoir séquestré en 2014 deux cadres de leur entreprise. Alors que le groupe prévoit la fermeture du site d’Amiens qui emploie près de 1200 personnes, huit syndicalistes décident de retenir pendant trente heures leur directeur des ressources humaines et le directeur de production. Aucune violence ne leur est faite. Ces deux responsables ont d’ailleurs retiré leur plainte. Les huit prévenus sont condamnés suite aux poursuites engagées par le procureur d’Amiens qui, lors de son réquisitoire, avait exigé deux ans d’emprisonnement à l’encontre de chaque salarié, dont un an ferme. Cette condamnation ne peut donc être interprétée que comme le résultat d’une volonté des pouvoirs publics qui, avec cette décision de justice, cherchent délibérément à intimider tous les salariés qui protesteraient contre la perte de leur emploi.

Nous, universitaires et chercheurs, spécialistes du travail, de l’emploi et des relations professionnelles, souhaitons exprimer notre plus grande indignation à l’égard de cette condamnation. Elle ne nous semble pas seulement disproportionnée au regard des faits incriminés mais aussi injuste car elle accable des salariés déjà victimes de l’échec des politiques pour l’emploi en France. Depuis de nombreuses années, nous examinons les causes et mesurons l’ampleur du phénomène du chômage dans notre pays. Nous mettons toutes ces connaissances à la disposition aussi bien des pouvoirs publics que des organisations professionnelles avec lesquels nous sommes régulièrement amenés à travailler. C’est pourquoi nous avons une conscience bien trop aigue des enjeux économiques qui se jouent au moment d’un licenciement collectif, de la violence sociale qui s’exerce et du désarroi qu’il provoque chez les salariés pour ne pas ressentir l’iniquité d’une telle décision. En outre, dans un contexte de mobilité croissante du capital (au travers des délocalisations, de la globalisation de la concurrence) et d’éloignement des centres de décision par rapport aux centres de production, l’immobilisation provisoire des directions de site, les seules présentes pour « négocier » ne vise pas leur personne en tant que telle. Elle n’est qu’un moyen de faire pression sur les directions centrales de ces grands groupes – celles qui décident la mise en œuvre des restructurations – pour essayer de recréer les conditions d’une négociation moins inégalitaire entre salariés et employeurs. On peut bien sûr discuter de l’opportunité d’un tel mode d’action. Mais le considérer comme un acte violent répréhensible pénalement est totalement déconnecté de la réalité et de la finalité de ce type d’action syndicale. Loin d’exacerber la violence des salariés, bien des enquêtes ont au contraire montré que la séquestration pouvait au contraire aider à la contenir en lui donnant une forme plus ritualisée et symbolique.

Mais cette condamnation nous choque également parce qu’elle provient d’une décision d’État qui s’engage dans une criminalisation insensée des mobilisations salariales. L’emprisonnement de syndicalistes n’a jamais fait baisser le chômage et encore moins contribué au dialogue social. Quand le gouvernement dit vouloir faire de la lutte contre le chômage de masse une priorité de son action, comment expliquer qu’il fasse le choix de poursuivre, seul, en justice et de faire condamner à de la prison celles et ceux qui se battent pour la défense de leur emploi ?

Pour éviter d’ajouter de nouveaux drames à la violence sociale et désormais judiciaire qui s’abat sur ces salariés, nous demandons donc l’abandon des poursuites engagées.

Le Bureau du Réseau thématique « Relations professionnelles » de l’Association Française de Sociologie (AFS), avec le soutien du bureau du Comité de Recherche « Sociologie des relations professionnelles et du syndicalisme » de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française (AISLF)

-Mara Bisignano, Post-doctorante

-Hervé Champin, Doctorant

-Jean-Michel Denis, Professeur des Universités

-Camille Dupuy, Maitre de Conférences

-Marnix Dressen, Professeur des Universités

-Alexandra Garabige, Post-doctorante

-Baptiste Giraud, Maitre de Conférences

-Cécile Guillaume, Maître de Conférences

-Donna Kesselmann, Professeur des Universités

-Arnaud Mias, Professeur des Universités

-Rémy Ponge, Doctorant

-Maxime Quijoux, Chercheur au CNRS

-Frédéric Rey, Maître de Conférences

-Jean Vandewattyne, Chargé de cours

-Catherine Vincent, Chercheure

-Karel Yon, Chercheur au CNRS

Version finale soutien Goodyear_pour site

Goodyear – Tribune de Jérôme Pélisse dans Libération

Jérôme Pélisse, Professeur de sociologie à Sciences-Po Paris

« Inédite, la condamnation de huit ex-salariés à neuf mois de prison ferme montre la difficulté à faire valoir un rapport de forces dans les entreprises. Surmédiatisés, ce type de conflits reste cependant minoritaire : aujourd’hui, la violence rejaillit sous une forme individualisée.

La décision du tribunal correctionnel d’Amiens, mardi 12 janvier, de condamner huit ex-salariés de Goodyear à neuf mois de prison ferme – et quinze mois avec sursis – est inédite. Depuis 2009, sur la quinzaine de séquestrations de dirigeants connues en France, une seule a donné matière à poursuite, et aucune sanction ferme n’a été prononcée lors de cette affaire. Onze postiers, dont Olivier Besancenot, ont été condamnés à 1 500 euros avec sursis en 2011 pour avoir séquestré des cadres de la Poste en mai 2010 à Nanterre. Les plaintes sont très souvent retirées par les entreprises ou les cadres concernés, comme cela a été le cas à Goodyear. Pourtant, le ministère public a, dans ce cas précis, poursuivi, et un réquisitoire du procureur a réclamé deux ans de prison, dont un ferme, le 24 novembre 2015. Une réflexion brève sur la nature historiquement violente des conflits sociaux incite à prendre la mesure de cette décision exceptionnelle à propos des modes d’action syndicaux, qui consistent a contrario bien souvent à canaliser cette violence (… suite en ligne sur le site du quotidien).

18 janvier 2016

http://www.liberation.fr/debats/2016/01/18/goodyear-d-une-violence-l-autre_1427247

Goodyear – Tribune de Didier Gelot et Etienne Penissat dans l’Humanité

Didier Gelot Économiste, membre de l’ORDS étienne Penissat Sociologue, membre de l’ORDS
« Sur fond d’augmentation du chômage, la condamnation de huit salariés, dont plusieurs syndicalistes de la CGT, de l’usine Goodyear à deux ans de prison dont neuf mois ferme pour séquestration de deux cadres de leur usine afin de défendre leur emploi fait l’effet d’une véritable déflagration dans le monde syndical et politique. Elle confirme un processus de criminalisation de l’action syndicale, déjà largement dénoncé par l’Observatoire de la répression et de la discrimination syndicales (ODRS) dans son dernier rapport. Cette criminalisation se fait au nom du « dialogue social » tant vanté par le gouvernement. (…à lire sur le site du quotidien)

VENDREDI, 15 JANVIER, 2016
http://www.humanite.fr/didier-gelot-cette-criminalisation-se-fait-au-nom-du-dialogue-social-595764

L’organisation démocratique au prisme de la gestion – 10 novembre 2015, Paris

JOURNEE DE RECHERCHE

10 novembre 2015
L’organisation démocratique au prisme de la gestion

Coopératives, mutuelles, syndicats, associations, ces organisations ont en commun de se confronter à une tension entre une logique démocratique qu’elles souhaitent inscrire au cœur de leur fonctionnement quotidien et une logique d’efficacité qui appelle le recours à des politiques gestionnaires complexes. Ces logiques sont souvent apparues en contradiction comme l’a par exemple montré R. Michels dans son essai sur les tendances oligarchiques des démocraties, le débat se présentant alors comme une alternative entre la sauvegarde de la logique démocratique au détriment de l’efficacité et ou la quête d’efficacité au risque d’affaiblir la démocratie interne. C’est à l’analyse de cette tension que sera consacrée cette journée de recherche autour de la présentation et la confrontation de recherches issues des sciences de gestion, des sciences politiques et de la sociologie.

Contact et inscription : gregor.iae@univ-paris1.fr 

journée d’étude MAI Cevipof

Le gouvernement européen des économies – The European Government of Economies – 8 & 9 octobre 2015, Paris

Le gouvernement européen des économies

L’intégration entre libéralisation des marchés et relations d’emplois

8-9 octobre 2015

Mines ParisTech

RT 12 – RT 18. Association française de sociologie

La mise en œuvre du Marché Unique, des institutions européennes ainsi que le processus d’intégration européenne constituent désormais des objets de recherche incontournables pour saisir les transformations des régulations économiques et politiques dans le cadre de l’Europe élargie, en particulier en ces temps de crise économique et sociale. Mais si les travaux touchant à ces questions se sont multipliés à travers l’ensemble des sciences sociales, les acquis de cette littérature hétérogène restent en très large partie compartimentés par discipline, voire par sous-discipline.

Cette double journée d’étude commune au RT 12 et au RT18 vise ainsi à poser des jalons pour décloisonner ce champ de recherche. Elle se focalisera plus précisément sur l’articulation entre transformations des marchés et transformations des relations professionnelles dans le cadre de l’intégration européenne et de l’élargissement aux nouveaux pays membres. Elle privilégiera une entrée par les secteurs, tant industriels que de services, qui peuvent être analysés comme des champs politiques et institutionnels où s’articulent les processus de transformation des marchés et des relations d’emploi concernés. Une attention particulière sera donnée au contexte de crise économique et institutionnelle qui s’est installé depuis 2008, et qui peut être envisagé comme une mise à l’épreuve des institutions européennes.

Parmi les questions de recherche qui seront développées, nous porterons une attention particulière à la manière dont se bouclent régulations nationales et régulations européennes en faisant l’hypothèse que l’échelle sectorielle est la plus pertinente pour rendre compte de ce processus ; il s’agira également de réfléchir à l’influence concrète que les cadres nationaux continuent à exercer sur la manière dont les firmes transnationales fabriquent des marchés européens de biens, de services et du travail ; en ce qui concerne plus précisément le gouvernement européen des industries et des services, il sera intéressant d’analyser dans quelle mesure les modes de régulation des marchés entrent dans le périmètre du dialogue social européen selon les secteurs ; à l’inverse, il sera aussi important de voir quelle place occupent et ont occupé par le passé « le modèle social européen » et les enjeux d’emploi et de travail dans la construction politique et juridique des différents marchés européens étudiés.

Programme

Jeudi 8 octobre 2015

  • Conférence d’ouverture : Neil Fligstein (UC Berkeley), Philippe Pochet (ETUI)
  • Le secteur ferroviaire : Hervé Champin (IDHES/UVHC) & Patricia Perennes (SNCF Réseau), Marnix Dressen (Printemps)
  • Le secteur automobile : Bernard Jullien (GREThA) & Tommaso P ardi (IDHES), Patrick Dieuaide (ICEE, Paris 3)
  • Le secteur énergétique : Thomas Reverdy (PACTE), Scott Viallet-Thévenin (CSO)

Vendredi 9 octobre 2015

  • Le secteur du bâtiment : Alexandre Mallard (CSI), Nathan Lillie (University of Jyväskylä)
  • La construction européenne (marché Unique – dialogue social) : Claude Didry (IDHES CNRS) – Roland Erne (University College Dublin)
  • Le dialogue social européen : Anne Dufresne (UCL) et Hélène Michel (SAGE)
  • Conférence de clôture : Robert Salais (IDHES), Andy Smith (Sciences Po, Bordeaux)

Comité scientifique

Hervé Champin (IDHES), Camille Dupuy (IDHES), Alexandre Mallard (CSI – Écoles  des Mines), Tommaso Pardi (IDHES).

programme_fr

Programme_en

IPSA : Stakeholders of Resdistribution : Social Dialogue or Civil Dialogue ? A Comparative and Multi-Level Perspective

Chèr(e)s collègues,

vous trouverez ci-joint l’appel à communication (en anglais et en français) du panel ouvert « Stakeholders of Resdistribution : Social Dialogue or Civil Dialogue ? A Comparative and Multi-Level Perspective » que nous organisons dans le cadre du prochain congrès de l’International Political Science Association à Istanbul (23-28 juillet 2016) . Ce panel porte sur les transformations du dialogue social dans une perspective comparée et multi-niveaux. 

Les propositions (maximum 250 mots) sont à déposer sur le site du Congrès : https://istanbul2016.ipsa.org/events/congress/istanbul2016/submit-paper avant le 7 octobre 2015. Les participant(e)s retenu(e)s seront informé(e)s le 18 janvier 2016 et devront envoyer leur papier le 1er juin 2016. 

Nous restons à votre disposition pour toute information supplémentaire,

Claire Guichet (CERSA – Paris 2)

Marieke Louis (CERI- Sciences Po)

 

IPSA2016_AAC_RC16_Stakeholders of Redistribution

Programme des séminaires 2014-2015

Séminaires RT18

Le séminaire du réseau relations professionnelles (RT 18 de l’AFS) 2014-2015 se propose de revisiter les concepts clefs de la discipline mais aussi de présenter les nouveaux terrains et enjeux qui se font jour dans les domaines d’études. Une place importante est faite aux méthodologies d’enquêtes. Le séminaire est l’occasion de présenter les travaux en cours ou de revenir sur des travaux récents. Il se veut pluridisciplinaire : sociologie, histoire, droit et science politique.

Programme rt18 2014-2015

14 novembre 2014, CNAM (Paris) : Le syndicalisme dans les services 

9 janvier 2015, CNAM (Paris) : Les relations professionnelles en entreprise. Éléments à partir des post-enquêtes REPONSE 2011

Mars 2015 (en coordination avec le RT 12) : Le gouvernement européen de l’économie

Mai 2015, Université Aix-Marseille (en coordination avec le LEST) :  Comment le travail se négocie-t-il ?

Le VIème Congrès de l’AFS se tiendra du 29 juin au 3 juillet 2015 à l’UVSQ (Versailles).

Contacts : Jean-Michel Denis (jean-michel.denis@cee-recherche.fr) et Camille Dupuy (camille.dupuy@enscachan. fr)

 

Les conflits du travail dans le monde – Critique internationale n°64

Parution du n°64 de Critique Internationale consacré aux conflits du travail dans le monde, coordonné par Maxime Quijoux.

« Éditorial », Critique internationale 3/ 2014 (N° 64), p. 5-6
URL : www.cairn.info/revue-critique-internationale-2014-3-page-5.htm.
DOI : 10.3917/crii.064.0005

« Pour ce numéro d’été, Critique internationale vous propose la première partie d’un « thema » en deux volets consacré à une comparaison internationale des conflits du travail et dirigé par Maxime Quijoux, chargé de recherche CNRS au laboratoire PRINTEMPS – Professions, Institutions, Temporalités – de l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Partant du constat d’une relative désaffection, de la part de la recherche française, pour la question des conflits du travail alors même que ceux-ci se multiplient à l’échelle de la planète, ce double dossier propose un véritable programme de recherche sur les différentes expressions de la conflictualité au travail, et notamment sur le renouvellement des formes de mobilisations et de négociations qui se déroulent de plus en plus souvent en dehors du classique système des relations professionnelles.

Les cinq articles de cette première partie s’intéressent plus particulièrement à la construction des conflits au travail et au repérage de différentes formes de mobilisation entre ruptures, circulations et continuités. Mathieu Hocquelet (post-doctorant au Centre Maurice Halbwachs (EHESS) et chercheur associé au Centre Pierre Naville) analyse le cas des mobilisations dans la firme américaine de grande distribution Walmart, plus grand employeur privé mondial mais aussi véritable « bastion anti-syndical ». Sophie Béroud (maître de conférences en science politique à l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire TRIANGLE) revient sur les liens entre le mouvement des Indignés et le syndicalisme en Espagne, et ce faisant questionne l’idée admise d’une coupure entre ces deux mondes. Quentin Delpech (chercheur associé au Centre d’études mexicaines et centre-américaines-CEMCA) s’intéresse à la diffusion des savoir-faire syndicaux américains en Amérique centrale dans le contexte de la transformation de la division internationale du travail. Baptiste Giraud (maître de conférences en science politique à l’Université de sciences économiques et de gestion d’Aix-Marseille et membre du LEST, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail) revient, quant à lui, sur les usages de la grève en France à partir de l’étude du travail de formation et d’encadrement des militants CGT du secteur du commerce. Enfin, Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Annette Jobert (directrice de recherche émérite au CNRS, IDHES-ENS Cachan) et Yi Zhenzhen (doctorante à l’IDHES-ENSCachan et à l’Université Normale de la Chine de l’Est) examinent les stratégies en situations de conflit des salariés des entreprises publiques chinoises dans le nouveau contexte créé par les réformes de la législation du travail.

Ce « thema » a fait l’objet d’un séminaire préparatoire qui s’est tenu au CERI au mois de janvier 2014. Merci à Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Arnaud Mias (maître de conférences en sociologie à l’université de Rouen, en délégation au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Camille Goirand (professeure de science politique à l’Institut des hautes études d’Amérique latine (IHEAL) – Université Paris III Sorbonne Nouvelle et rattachée au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales), Dominique Vidal (professeur de sociologie à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché à l’Unité de Recherche Migrations et Société, URMIS), Gilles Guiheux (professeur en sociohistoire de la Chine à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques, CESSMA), Annie Collovald (professeure de sociologie à l’Université de Nantes et directrice du Centre nantais de sociologie, CENS) et Julian Mischi (chargé de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et au Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (CESAER) à Dijon) d’avoir, à cette occasion, endossé le rôle de discutant.

La seconde partie de ce « thema » (n° 65, octobre-décembre 2014) portera sur la défense des travailleurs et sera plus précisément centrée sur les acteurs, les pratiques et les enjeux des relations professionnelles dans des contextes géographiques et culturels encore une fois très variés.

Bonne lecture

La rédaction »

Masters’ Class et Table ronde avec Nelson Lichtenstein – Syndicats et nouveaux acteurs face aux défis des restructurations multinationales

Mise à jour du programme: Syndicalisme américain_RT 18_20 mai 2014

La thématique abordée dans ce séminaire porte sur les difficultés des organisations syndicales et autres acteurs des relations professionnelles face aux restructurations engagées par les entreprises multinationales. Parmi ces restructurations, les mouvements d’externalisation et la multiplication des chaînes de fournisseurs, qui diminuent la responsabilité juridique des entreprises donneuses d’ordre, sont particulièrement en cause car ils entravent la capacité revendicative des salariés. Les organisations syndicales ont-elles des réponses à cet éclatement des entreprises et quelles sont-elles ? Dans son article (« Two Cheers for Vertical Integration: Corporate Governance in a World of Global Supply Chains », disponible sur le site du RT 18 : http://rt18.hypotheses.org) où il analyse le processus de réorganisation horizontale des entreprises, Nelson Lichtenstein évoque l’exemple d’un accord « soft law » né au lendemain des incendies meurtriers qui ont ravagé plusieurs usines du Bangladesh travaillant pour des entreprises étasuniennes, dont Wall-Mart, connue pour son positionnement antisyndical. A la suite de cet événement, un accord « fire and safety » aurait été signé par plus de 120 marques et distributeurs les conduisant à imposer à leurs sous-traitants l’obligation de respecter un certain nombre de conditions de travail et de sécurité. Ce type d’accords permettent-ils une régulation transfrontalière des relations de travail et d’emploi ? Quelles stratégies et quels acteurs pour défendre les travailleurs et leurs droits dans le marché du travail globalisé/ou en voie de globalisation ?

DEUX ARTICLES EN COMPLEMENT :

Two Roads Forward for Labor: The AFL–CIO’s New Agenda

Two Cheers for Vertical Integration: Corporate Governance in a World of Global Supply Chains

Appel à projet CFTC IRES 2014

Vous trouverez ci-joint les appels à projets des AO CFTC IRES 2014 sur :

1/ L’automatisation des services à la personne

2/ La création d’une agence de solidarité entre générations

3/ L’impact du travail dominical

Les textes des appels :

Travail du dimanche

Solidarité entre générations

Services à la personne