Un état des lieux des relations professionnelles locales en France. Echanges croisés autour des post-enquêtes REPONSE 2011

Séminaire relations professionnelles (RT18)

9 janvier 2015, 9h30-17h15

Salle des conseils

Conservatoire National des Arts et Métiers

2, rue Conté, 75003 Paris ; accès 37, 1er étage

 

Cette journée d’études est organisée autour d’échanges croisés entre les trois équipes qui ont réalisé entre 2012 et 2014 des post-enquêtes à l’enquête REPONSE 2011, conduite par la Dares (ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social). Ces échanges aborderont les principaux résultats de chaque rapport et les enjeux méthodologiques liés à ce type d’enquête sur les relations professionnelles en entreprise.

 

9h30 : introduction de la journée (A. Mias et J. Pélisse)

9h45 – 11h : Étudier les relations professionnelles au prisme de REPONSE, échanges méthodologiques (1)

Équipe CES : Du quantitatif au qualitatif : les enseignements d’un aller-retour

Équipe PRINTEMPS : Les relations professionnelles, entre points de vue et pratiques

Discutante: Sophie Béroud, Université Lyon 2, Triangle

11h-11h15 : pause

11h15 – 12h45 : L’emploi, la crise et les relations professionnelles en entreprise

Équipe IDHES : Les régulations de la relation d’emploi : quelles recompositions ?

Équipe CES : Modes d’ajustement à la crise. Les relations professionnelles sous tensions

Discutant: Olivier Giraud, LISE, Cnam

12h45 – 14h : Déjeuner

14h-15h15 : Table ronde – Analyser les relations professionnelles : échelles de l’enquête, frontières de la monographie et gestion des terrains

Discutant: Claude Didry, IDHES, ENS de Cachan

15h15-15h30 : pause

15h30-17h : Conflits et négociation en entreprise, articulations et évolutions

Équipe PRINTEMPS : Comprendre comment s’articulent conflits et négociations, la notion de configuration de relations professionnelles au prisme des politiques patronales

Équipe IDHES : Quatre configurations de relations professionnelles : démarche typologique et exploration qualitative

Discutant: Jean-Michel Denis, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Latts

17h-17h15 : conclusion et perspectives

 

Équipe CES : Modes d’ajustement à la crise : des relations professionnelles sous tensions – Nathalie BERTA (REGARDS et CES), Delphine BROCHARD (CES), Noélie DELAHAIE (IRES), Sophie JALLAIS (PHARE), Coralie PEREZ (CES), Corinne PERRAUDIN (CES), Catherine SAUVIAT (IRES), Nadine THEVENOT (CES) et Julie VALENTIN (CES)

Équipe IDHES : Les régulations de la relations d’emploi à l’épreuve de la crise – Élodie BÉTHOUX (IDHES), Guillaume BLACHE (IDHES), Camille DUPUY (IDHES), Edine GASSERT (LISE), Annette JOBERT (IDHES), Arnaud MIAS (IRISSO), Tommaso PARDI (IDHES), Jean-Louis RENOUX (IRISSO), Catherine SPIESER (CEE), Michèle TALLARD (IRISSO) et Catherine VINCENT (IRES)

Équipe PRINTEMPS : Gérer, négocier, résister. Une approche dynamique des politiques patronales, des négociations et des conflits (des années 2000 à aujourd’hui) – Rachel BEAUJOLIN-BELLET (Neoma), Charles BERTHONNEAU (Printemps puis Lest), Pierre BLAVIER (CMH), Céline DUMOULIN (Printemps), Baptiste GIRAUD (Lest), Amaël MARCHAND (Printemps puis Latts / Cemca), Jérôme PELISSE (Printemps), Etienne PENISSAT (Ceraps), Rémy PONGE (Printemps) et Mandana SAEDI (Printemps)

Les trois rapports et leurs synthèses sont téléchargeables sur le site du RT 18 : http://rt18.hypotheses.org/

Contacts :

Arnaud Mias : arnaud.mias@dauphine.fr

Jérôme Pélisse : jerome.pelisse@uvsq.fr

Pour télécharger le programme :

Programme Journée d’études RT 18 9 janvier 2015 Post-enquêtes REPONSE

Modes d’ajustement à la crise : des relations professionnelles sous tensions

Rapport final – Post-enquête à l’enquête Relations professionnelles et Négociations d’entreprise REPONSE 2010-2011, Dares, Ministère du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social

Responsables scientifiques: Coralie Perez et Nadine Thévenot

Équipe scientifique: Nathalie Berta, Delphine Brochard, Noélie Delahaie, Sophie Jallais, Corinne Perraudin, Catherine Sauviat et Julie Valentin

Effectuée dans le cadre des post-enquêtes à l’enquête REPONSE (2010-2011), cette recherche a pour objet de mettre au jour les processus d’ajustement des établissement face à la crise, les caractériser et, conjointement, analyser la manière dont ils ont été discutés, négociés ou au contraire imposés par les directions. Sur le plan méthodologique, elle combine un volet quantitatif, constitué de la réalisation d’une typologie (REPONSE complétée de SINAPSE et des DMMO), et un volet qualitatif comprenant la réalisation de quinze monographies d’établissements appartenant majoritairement au secteur manufacturier. La typologie rend compte des combinaisons spécifiques d’ajustements sur l’emploi et les rémunérations, mises en oeuvre par près de 4000 établissements français entre 2008 et 2010. Sur cette base, le travail de terrain effectué a permis d’éclairer les processus d’ajustements dans leurs dimensions négociées et conflictuelles, et leur vécu par les salariés. Si la préservation de l’emploi « permanent » et le maintien des rémunérations par les directions ont été des conditions déterminantes de l’acceptation des ajustements, cela s’est souvent fait en contrepartie de l’acceptation de nouvelles modalités de flexibilité interne (aménagement du temps de travail, mobilité interne, redéfinition de règles d’évolution salariale…) sur lesquelles les représentants du personnel auront du mal à revenir quand la conjoncture s’améliorera. La relation de travail apparaît ainsi de plus en plus malléable à l’occasion de la crise.

Pour accéder à l’intégralité du rapport: http://ces.univ-paris1.fr/cesdp/2014/14076.html

Appel à communications – Comment le travail se négocie-t-il ?

Colloque du RT18 « Relations Professionnelles »

Association Française de Sociologie (AFS),

Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, AMU et CNRS)

Aix-en-Provence

28 et 29 Mai 2015

 

 

APPEL À COMMUNICATIONS

 

Comment le travail se négocie-t-il ?

 

 

Aujourd’hui, d’aucuns pourraient avancer la thèse selon laquelle la financiarisation de l’économie a engendré une triple crise du rapport salarial : de l’emploi, du travail et de la protection sociale des salariés. Face aux inerties de ce rapport, une norme de flexibilité, faite de souplesse, de réactivité et d’innovation, tend à s’imposer comme une nécessité incontournable, dont les acceptions sont toutefois diversifiées d’un contexte sociétal et d’un locuteur à l’autre. Que ce soit dans le cadre du « dialogue social » – à l’initiative des pouvoirs publics et/ou des acteurs sociaux –, dans le cours de démarches unilatérales engagées par les employeurs, ou encore sous l’empire des mobilisations collectives, les diverses facettes du rapport salarial font actuellement l’objet de remises en question plus ou moins profondes ou abouties selon les contextes industriels, politiques et sociétaux. Dans ce contexte d’une crise multidimensionnelle, ce colloque choisit d’interroger les possibilités et les processus de négociation autour de l’activité de travail, de son contenu et de ses conditions d’exercice.

Ce colloque met l’accent sur la confrontation et la négociation sociales, relatives au contenu du travail – ses conditions d’exercice, son organisation, son évaluation, ses effets sur les personnes et les collectifs – et ceci, quels que soient les processus en cause : négociations formalisées, initiatives gouvernementales, conflits collectifs, tractations informelles…

Les travaux attendus peuvent de situer à différentes échelles – territoriales, sectorielles, interprofessionnelles, nationales, européennes… Par exemple on pourra s’intéresser aux modalités par lesquelles les « pactes sociaux nationaux » ou les différentes négociations interprofessionnelles mais aussi les accords d’entreprises au moment de restructurations traitent ou non des questions relatives aux conditions d’exercice du travail ? Ces négociations prennent-elles en compte des dimensions plus ou moins préventives. Comment les conditions de travail et l’état de santé physique et mental des salariés sont pris en compte ? Les acteurs qui, à des titres et selon des possibilités d’influence très divers, sont parties prenantes de ces processus, s’intéressent-ils et selon quelles modalités à l’état de santé des personnes concernées ? Comme l’a montré l’exemple des risques psychosociaux, la construction des catégories d’action publique constitue un moment clé dans la légitimation politique d’un enjeu relatif au travail et, au-delà, dans la détermination des voies et moyens de s’en saisir. Comment se constituent les catégorisations des conditions d’exercice du travail, dans une perspective diachronique – par exemple, du « stress » à la « qualité de vie au travail » – mais également comparative et multi-scalaire ? Quels sont les rôles respectifs, en la matière, de la réglementation, de la négociation et de la judiciarisation des enjeux (notamment du fait du rôle croissant qu’essaient de jouer les victimes des mauvaises conditions de travail) ?

Les secteurs d’activité peuvent être divers. Au-delà des négociations dans le secteur privé, on pourra s’interroger sur les spécificités des négociations et des conflits portant sur le travail dans les fonctions publiques, françaises et étrangères ? Dans quelles mesures passent-elles par le « détour » d’enjeux relatifs au statut et/ou aux compétences valorisées lors des recrutements ? Qu’en est-il dans l’économie sociale et solidaire, sachant que les relations entre bénévolat et salariat jouent ici probablement un rôle central, peut-être équivalent à celui du statut dans la fonction publique ?

On mettra également l’accent sur les acteurs collectifs impliqués dans ces négociations. Les règles et les acteurs sont co-constitutifs, autrement dit, ils se construisent les unes et les autres dans le cours de leurs interactions. De ce point de vue, comment les acteurs sociaux (représentations des salariés, employeurs, acteurs publics, experts…) s’organisent-ils pour être parties prenantes de la confrontation et de la négociation sur le travail, par-delà des discontinuités produites par la dissociation croissante des figures de l’entrepreneur et de l’employeur, en raison notamment de la « triangulation » des rapports salariaux (intérim, sous-traitance, société de portage, groupement d’employeurs etc.) ? Quels sont les outils et les techniques dont se dotent les acteurs pour évaluer, conjointement ou non, la qualité du travail et la pertinence des prescriptions qui peu ou prou s’imposent aux salariés ? Sont-ils les uns et les autres des objets de négociation au même titre que la reconnaissance du travail accompli ? La capacité à activer l’expertise, en appui explicite et formalisé aux négociations, ne deviendrait-elle pas une dimension de plus en plus constitutive des confrontations sur le travail ainsi que des acteurs qui les portent ? Dans ce cadre, comment les services de l’inspection du travail s’organisent-ils pour traiter ces différents enjeux, sachant que cette question pourrait être l’occasion de comparer, sur la période récente, les modalités selon lesquelles, en Europe notamment, les inspections spécialisées versus les inspections généralistes se sont saisi des enjeux  relatifs à la santé au travail ?

Au-delà des processus de négociation, l’objectif est de s’interroger sur les possibilités mêmes de discuter du travail, de son contenu, de sa qualité et des perspectives de développement professionnel qu’il ménage. Il s’agit d’analyser les conditions dans lesquelles ces enjeux deviennent un objet de mobilisation ou de discussion au sein des relations professionnelles. En effet, alors que l’approfondissement de la crise de l’emploi accroît la précarisation salariale et l’exclusion sociale, la tendance (ou même la tentation) n’est-elle pas forte de faire de la discussion du travail et de ses conditions d’exercice un sujet de second rang ? La perspective d’un emploi durable et protégé ne tendrait-elle pas à disparaître au profit d’un abandon à l’employeur du pouvoir exclusif d’organiser le travail, au point là aussi, d’engendrer une crise du travail ? Le travail n’est-il pas réorganisé de manière diffuse et subreptice, par le biais du non-remplacement des postes notamment, avec le risque que ces évolutions ne fassent pas l’objet de discussions explicites ? Voit-on dès lors se développer des négociations en face à face, à l’échelle du service et en dehors de la représentation collective des salariés ? Comment les différentes formes de représentation collective des salariés parviennent-elles à se saisir d’une individualisation croissante du rapport salarial, soutenue par une gamme toujours plus étendue d’outils de gestion des ressources humaines, qui tendent à légitimer des approches personnalisées et psychologisantes du « bien-être au travail » ?

On analysera également les oubliés de ces processus de négociation. De quelle représentation disposent les précaires, stagiaires, jeunes sous contrat en alternance, auxiliaires, sous-traitants, salariés de filiales notamment dans des pays à bas coût ? Sont-ils les oubliés fatals des négociations et des confrontations sur le travail ? Comment les rapports de domination sociale qui structurent le salariat et ses modes de représentation (logiques de classe, de « race », de genre et de génération) jouent-ils sur la manière dont leurs conditions de travail sont prises en considération dans les revendications et les négociations en la matière ?

Sur l’ensemble de ces questions, des contributions comparatives et/ou ayant trait spécifiquement à des pays du Sud seront particulièrement appréciées.

 

*

 

Calendrier

Les propositions de communication de 3 000 signes doivent être adressées avant le 3 novembre 2014 à : mias@ens-cachan.fr et eric.verdier@univ-amu.fr.

Retour vers les auteurs : mi-décembre 2014

Envoi des articles complets : mi-mars 2014

 

Comité scientifique (LEST-RT 18)

Mara Bisignano (IDHES), Paul Bouffartigue (LEST), Hervé Champin (IDHES), Jean-Michel Denis (UPEM), Marnix Dressen (UVSQ), Camille Dupuy (IDHES), Alexandra Garabige (CEE), Baptiste Giraud (Aix Marseille Université), Donna Kesselman (UPEC), Frédéric Lerais (IRES), Arnaud Mias (Université Paris Dauphine), Maxime Quijoux (Printemps), Frédéric Rey (LISE), Eric Verdier (LEST), Catherine Vincent (IRES), Antoine Vion (LEST).

 

Comité d’organisation

Nathalie Besset (LEST), Patrice Cacciuttolo (LEST), Paul Bouffartigue (LEST), Baptiste Giraud (LEST), Catherine Gosselin (LEST), Stéphane Marquez (LEST), Jocelyne Martinière-Tesson (LEST), Arnaud Mias (IRISSO), Eric Verdier (LEST)

Les conflits du travail dans le monde – Critique internationale n°64

Parution du n°64 de Critique Internationale consacré aux conflits du travail dans le monde, coordonné par Maxime Quijoux.

« Éditorial », Critique internationale 3/ 2014 (N° 64), p. 5-6
URL : www.cairn.info/revue-critique-internationale-2014-3-page-5.htm.
DOI : 10.3917/crii.064.0005

« Pour ce numéro d’été, Critique internationale vous propose la première partie d’un « thema » en deux volets consacré à une comparaison internationale des conflits du travail et dirigé par Maxime Quijoux, chargé de recherche CNRS au laboratoire PRINTEMPS – Professions, Institutions, Temporalités – de l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Partant du constat d’une relative désaffection, de la part de la recherche française, pour la question des conflits du travail alors même que ceux-ci se multiplient à l’échelle de la planète, ce double dossier propose un véritable programme de recherche sur les différentes expressions de la conflictualité au travail, et notamment sur le renouvellement des formes de mobilisations et de négociations qui se déroulent de plus en plus souvent en dehors du classique système des relations professionnelles.

Les cinq articles de cette première partie s’intéressent plus particulièrement à la construction des conflits au travail et au repérage de différentes formes de mobilisation entre ruptures, circulations et continuités. Mathieu Hocquelet (post-doctorant au Centre Maurice Halbwachs (EHESS) et chercheur associé au Centre Pierre Naville) analyse le cas des mobilisations dans la firme américaine de grande distribution Walmart, plus grand employeur privé mondial mais aussi véritable « bastion anti-syndical ». Sophie Béroud (maître de conférences en science politique à l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire TRIANGLE) revient sur les liens entre le mouvement des Indignés et le syndicalisme en Espagne, et ce faisant questionne l’idée admise d’une coupure entre ces deux mondes. Quentin Delpech (chercheur associé au Centre d’études mexicaines et centre-américaines-CEMCA) s’intéresse à la diffusion des savoir-faire syndicaux américains en Amérique centrale dans le contexte de la transformation de la division internationale du travail. Baptiste Giraud (maître de conférences en science politique à l’Université de sciences économiques et de gestion d’Aix-Marseille et membre du LEST, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail) revient, quant à lui, sur les usages de la grève en France à partir de l’étude du travail de formation et d’encadrement des militants CGT du secteur du commerce. Enfin, Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Annette Jobert (directrice de recherche émérite au CNRS, IDHES-ENS Cachan) et Yi Zhenzhen (doctorante à l’IDHES-ENSCachan et à l’Université Normale de la Chine de l’Est) examinent les stratégies en situations de conflit des salariés des entreprises publiques chinoises dans le nouveau contexte créé par les réformes de la législation du travail.

Ce « thema » a fait l’objet d’un séminaire préparatoire qui s’est tenu au CERI au mois de janvier 2014. Merci à Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Arnaud Mias (maître de conférences en sociologie à l’université de Rouen, en délégation au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Camille Goirand (professeure de science politique à l’Institut des hautes études d’Amérique latine (IHEAL) – Université Paris III Sorbonne Nouvelle et rattachée au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales), Dominique Vidal (professeur de sociologie à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché à l’Unité de Recherche Migrations et Société, URMIS), Gilles Guiheux (professeur en sociohistoire de la Chine à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques, CESSMA), Annie Collovald (professeure de sociologie à l’Université de Nantes et directrice du Centre nantais de sociologie, CENS) et Julian Mischi (chargé de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et au Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (CESAER) à Dijon) d’avoir, à cette occasion, endossé le rôle de discutant.

La seconde partie de ce « thema » (n° 65, octobre-décembre 2014) portera sur la défense des travailleurs et sera plus précisément centrée sur les acteurs, les pratiques et les enjeux des relations professionnelles dans des contextes géographiques et culturels encore une fois très variés.

Bonne lecture

La rédaction »

« L’emploi en débat ? Dynamiques de l’action syndicale dans les entreprises en restructuration »

Viens de paraître

L’article d’Elodie Béthoux et Annette Jobert, « L’emploi en débat ? Dynamiques de l’action syndicale dans les entreprises en restructuration », publié dans le dernier numéro de la revue de l’IRES (n°72, 2012/1) p 115-144

Résumé :

Sur la base d’une enquête réalisée en 2010-2011 auprès des équipes CFDT de 12 entreprises (industrie pharmaceutique, agro-alimentaire, plasturgie et commerce textile-habillement), cet article s’intéresse à la dimension de réflexivité sur l’activité économique, le travail et l’emploi que portent en elles la plupart des restructurations. Observant la mobilisation par les acteurs de terrain des dispositifs institutionnels récemment définis, il analyse les ressorts et la portée de ce débat sur l’emploi dans l’entreprise à travers l’examen, tout d’abord, des conceptions de l’emploi de ces acteurs syndicaux, l’identification ensuite des différentes stratégies d’emploi qu’ils élaborent, distribuées entre stratégies intégrées et stratégies d’accompagnement, et l’étude enfin des enjeux, notamment temporels et spatiaux, transverses à ces stratégies.

Disponible en ligne sur le site de l’Ires : http://www.ires-fr.org/images/files/Revues/Revue72/r72-5.pdf

Disponible sur le lien suivant : L’emploi en débat – Béthoux Jobert

Ve congrès de l’AFS – Nantes – 2 au 5 septembre 2013

5ème Congrès de l’AFS en Septembre 2013 à Nantes

Le cinquième Congrès de l’AFS sera accueilli par l’Université de Nantes du 2 au 5 septembre et s’organisera autour du thème suivant : « Les dominations ».

L’analyse des formes de domination est centrale en sociologie pour comprendre ce qui fait tenir l’ordre social. De Marx, Durkheim, Weber en passant par Foucault et Bourdieu, la domination constitue cette relation sociale qui répartit et hiérarchise les groupes sociaux, discrimine les forces sociales en structurant leur dissymétrie tout en contribuant à l’acceptation de l’ordre existant. Des études récentes en ont cependant renouvelé la compréhension sous plusieurs dimensions : en insistant sur la diversité des modes de domination et leur variation historique et spatiale, en révélant les « ratés » du consentement ou son caractère de façade chez les groupes subalternes, en mettant en évidence le travail nécessaire aux dominants pour imposer et exercer leur domination …

L’actualité n’a sans doute pas été étrangère à cette inquiétude scientifique devant ce qui semble aller de soi : déstabilisation des politiques sociales s’accompagnant d’une montée des inégalités, de la précarisation et du chômage (plans sociaux à répétition, restrictions budgétaires), effondrement de régimes admis comme fondés dans la durée et sur l’assentiment ou l’apathie de leurs citoyens (écroulement de l’empire soviétique, « Printemps Arabes », ébranlement des institutions européennes), surgissement de mobilisations perçues comme improbables voire impossibles (mouvements des « Indignés », Occupy Wall Street, grèves longues et dures dans des secteurs d’emploi peu syndiqués, luttes des « sans papiers », révolte de peuples insoumis aux décisions de leurs dirigeants politiques), multiplication de catastrophes révélant les incertitudes des savoirs et des expertises (Fukushima après Tchernobyl, épidémies et accidents sanitaires, crise financière).

Des pistes d’interrogation et d’investigation ont été ainsi rouvertes sur les relations entre les diverses figures de l’autorité – le pouvoir social, le pouvoir économique et le pouvoir politique – et leurs conditions de félicité ou de discordance. Subaltern studies, analyse du genre, étude sur le racisme et le post-colonialisme, retour « des classes sociales », par exemple, sont venus irriguer les questionnements et les enquêtes dans la plupart des sous-disciplines sociologiques. Si ces approches ont permis de remettre sur le métier sociologique bien des idées que l’on croyait acquises, elles ont également relancé l’effort de réflexivité sur « l’opération » sociologique que ce soit sous l’angle de la posture analytique à adopter, des méthodes à employer ou de l’écriture et du raisonnement à déployer. Ce faisant, elles ont aussi renforcé les échanges croisés avec les autres sciences sociales – histoire, science politique, géographie, ethnologie, économie.

En se donnant pour titre « Les dominations », le cinquième congrès de l’AFS vise ainsi à susciter une réflexion collective sur les recompositions des différenciations et des frontières sociales qui mutualise non seulement les connaissances déjà produites sur ces processus, mais également les renouvellements épistémologiques en cours pour les saisir. l’AFS aura lieu du 2 au 5 septembre 2013 à Nantes autour du thème de la domination.