La représentation syndicale des femmes. Enquêtes en France et en Grande-Bretagne – 12 décembre 2016

Cécile Guillaume soutiendra son HDR le 12 décembre 2016 à l’Université Paris Descartes (Faculté des Sciences Humaines et sociales-Sorbonne, 45 rue des Saints-Pères-Paris, Salle des thèses ) à 14H00 sur le thème :

« La représentation syndicale des femmes. Enquêtes en France et en Grande-Bretagne »

Le jury sera composé de :

  • Didier Demazière, Directeur de Recherche au CSO (Président)
  • Michel Lallement, Professeur au CNAM (Rapporteur)
  • Margaret Maruani, Directrice de Recherche au CERLIS (Garante)
  • Catherine Achin, Professeure à l’université Paris-Dauphine (Examinatrice)
  • Gill Kirton, Professeure à Queen Mary University (Examinatrice)

 

Cécile Guillaume

University of Roehampton

Modes d’ajustement à la crise : des relations professionnelles sous tensions

Rapport final – Post-enquête à l’enquête Relations professionnelles et Négociations d’entreprise REPONSE 2010-2011, Dares, Ministère du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social

Responsables scientifiques: Coralie Perez et Nadine Thévenot

Équipe scientifique: Nathalie Berta, Delphine Brochard, Noélie Delahaie, Sophie Jallais, Corinne Perraudin, Catherine Sauviat et Julie Valentin

Effectuée dans le cadre des post-enquêtes à l’enquête REPONSE (2010-2011), cette recherche a pour objet de mettre au jour les processus d’ajustement des établissement face à la crise, les caractériser et, conjointement, analyser la manière dont ils ont été discutés, négociés ou au contraire imposés par les directions. Sur le plan méthodologique, elle combine un volet quantitatif, constitué de la réalisation d’une typologie (REPONSE complétée de SINAPSE et des DMMO), et un volet qualitatif comprenant la réalisation de quinze monographies d’établissements appartenant majoritairement au secteur manufacturier. La typologie rend compte des combinaisons spécifiques d’ajustements sur l’emploi et les rémunérations, mises en oeuvre par près de 4000 établissements français entre 2008 et 2010. Sur cette base, le travail de terrain effectué a permis d’éclairer les processus d’ajustements dans leurs dimensions négociées et conflictuelles, et leur vécu par les salariés. Si la préservation de l’emploi « permanent » et le maintien des rémunérations par les directions ont été des conditions déterminantes de l’acceptation des ajustements, cela s’est souvent fait en contrepartie de l’acceptation de nouvelles modalités de flexibilité interne (aménagement du temps de travail, mobilité interne, redéfinition de règles d’évolution salariale…) sur lesquelles les représentants du personnel auront du mal à revenir quand la conjoncture s’améliorera. La relation de travail apparaît ainsi de plus en plus malléable à l’occasion de la crise.

Pour accéder à l’intégralité du rapport: http://ces.univ-paris1.fr/cesdp/2014/14076.html