Gérer, négocier, résister. Une approche dynamique des politiques patronales, des négociations et des conflits (des années 2000 à aujourd’hui)

Rapport final – Post-enquête à l’enquête Relations professionnelles et Négociations d’entreprise REPONSE 2010-2011, Dares, Ministère du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social

Responsable scientifique: Jérôme Pélisse (Printemps, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines)

Équipe de recherche: Rachel BEAUJOLIN-BELLET (Neoma), Charles BERTHONNEAU (Printemps puis Lest), Pierre BLAVIER (CMH), Céline DUMOULIN (Printemps), Baptiste GIRAUD (Lest), Amaël MARCHAND (Printemps puis Latts / Cemca), Jérôme PELISSE (Printemps), Etienne PENISSAT (Ceraps), Rémy PONGE (Printemps), Mandana SAEDI (Printemps)

Cette recherche, issue de l’appel d’offres Post-enquêtes à l’enquête REPONSE 2010-2011 de la Dares, et dans le prolongement de travaux précédemment réalisés sur les transformations de la conflictualité au début des années 2000, étudie l’articulation entre conflits et négociations. Après une analyse des points de vue croisées des représentants des directions et des représentants du personnel soulignant l’importance des processus de catégorisation ordinaire des négociations et conflits du travail et mettant en évidence l’importance des divergences et désaccords entre acteurs à ce propos, sont analysés les évolutions et les déterminants des manières dont s’articulent conflits et négociations en entreprise. Les stratégies syndicales de mobilisation des salariés sont ainsi étudiées en analysant leurs modalités d’encastrement dans des contextes socio-productifs déterminés par diverses contraintes économiques et institutionnelles, mais aussi les modes de gestion des relations sociales initiés par les employeurs. Trois configurations sont ensuite identifiées, agençant le positionnement et les stratégies économiques des entreprises, leurs politiques d’organisation du travail et de management des salariés, et leurs modes de gestion des relations avec les représentants du personnel. Les modalités d’expression de la conflictualité et leur lien avec des pratiques de négociation, dans un contexte de crise et de restructurations économiques fortes sont ainsi scrutées pour comprendre les transformations des relations professionnelles en France à la fin des années 2000.

Pour accéder à l’intégralité du rapport final et ses annexes :

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01083780

Pour lire un résumé du rapport:

Résumé du rapport PRINTEMPS nov2014

Modes d’ajustement à la crise : des relations professionnelles sous tensions

Rapport final – Post-enquête à l’enquête Relations professionnelles et Négociations d’entreprise REPONSE 2010-2011, Dares, Ministère du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social

Responsables scientifiques: Coralie Perez et Nadine Thévenot

Équipe scientifique: Nathalie Berta, Delphine Brochard, Noélie Delahaie, Sophie Jallais, Corinne Perraudin, Catherine Sauviat et Julie Valentin

Effectuée dans le cadre des post-enquêtes à l’enquête REPONSE (2010-2011), cette recherche a pour objet de mettre au jour les processus d’ajustement des établissement face à la crise, les caractériser et, conjointement, analyser la manière dont ils ont été discutés, négociés ou au contraire imposés par les directions. Sur le plan méthodologique, elle combine un volet quantitatif, constitué de la réalisation d’une typologie (REPONSE complétée de SINAPSE et des DMMO), et un volet qualitatif comprenant la réalisation de quinze monographies d’établissements appartenant majoritairement au secteur manufacturier. La typologie rend compte des combinaisons spécifiques d’ajustements sur l’emploi et les rémunérations, mises en oeuvre par près de 4000 établissements français entre 2008 et 2010. Sur cette base, le travail de terrain effectué a permis d’éclairer les processus d’ajustements dans leurs dimensions négociées et conflictuelles, et leur vécu par les salariés. Si la préservation de l’emploi « permanent » et le maintien des rémunérations par les directions ont été des conditions déterminantes de l’acceptation des ajustements, cela s’est souvent fait en contrepartie de l’acceptation de nouvelles modalités de flexibilité interne (aménagement du temps de travail, mobilité interne, redéfinition de règles d’évolution salariale…) sur lesquelles les représentants du personnel auront du mal à revenir quand la conjoncture s’améliorera. La relation de travail apparaît ainsi de plus en plus malléable à l’occasion de la crise.

Pour accéder à l’intégralité du rapport: http://ces.univ-paris1.fr/cesdp/2014/14076.html

Appel à communications – Comment le travail se négocie-t-il ?

Colloque du RT18 « Relations Professionnelles »

Association Française de Sociologie (AFS),

Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, AMU et CNRS)

Aix-en-Provence

28 et 29 Mai 2015

 

 

APPEL À COMMUNICATIONS

 

Comment le travail se négocie-t-il ?

 

 

Aujourd’hui, d’aucuns pourraient avancer la thèse selon laquelle la financiarisation de l’économie a engendré une triple crise du rapport salarial : de l’emploi, du travail et de la protection sociale des salariés. Face aux inerties de ce rapport, une norme de flexibilité, faite de souplesse, de réactivité et d’innovation, tend à s’imposer comme une nécessité incontournable, dont les acceptions sont toutefois diversifiées d’un contexte sociétal et d’un locuteur à l’autre. Que ce soit dans le cadre du « dialogue social » – à l’initiative des pouvoirs publics et/ou des acteurs sociaux –, dans le cours de démarches unilatérales engagées par les employeurs, ou encore sous l’empire des mobilisations collectives, les diverses facettes du rapport salarial font actuellement l’objet de remises en question plus ou moins profondes ou abouties selon les contextes industriels, politiques et sociétaux. Dans ce contexte d’une crise multidimensionnelle, ce colloque choisit d’interroger les possibilités et les processus de négociation autour de l’activité de travail, de son contenu et de ses conditions d’exercice.

Ce colloque met l’accent sur la confrontation et la négociation sociales, relatives au contenu du travail – ses conditions d’exercice, son organisation, son évaluation, ses effets sur les personnes et les collectifs – et ceci, quels que soient les processus en cause : négociations formalisées, initiatives gouvernementales, conflits collectifs, tractations informelles…

Les travaux attendus peuvent de situer à différentes échelles – territoriales, sectorielles, interprofessionnelles, nationales, européennes… Par exemple on pourra s’intéresser aux modalités par lesquelles les « pactes sociaux nationaux » ou les différentes négociations interprofessionnelles mais aussi les accords d’entreprises au moment de restructurations traitent ou non des questions relatives aux conditions d’exercice du travail ? Ces négociations prennent-elles en compte des dimensions plus ou moins préventives. Comment les conditions de travail et l’état de santé physique et mental des salariés sont pris en compte ? Les acteurs qui, à des titres et selon des possibilités d’influence très divers, sont parties prenantes de ces processus, s’intéressent-ils et selon quelles modalités à l’état de santé des personnes concernées ? Comme l’a montré l’exemple des risques psychosociaux, la construction des catégories d’action publique constitue un moment clé dans la légitimation politique d’un enjeu relatif au travail et, au-delà, dans la détermination des voies et moyens de s’en saisir. Comment se constituent les catégorisations des conditions d’exercice du travail, dans une perspective diachronique – par exemple, du « stress » à la « qualité de vie au travail » – mais également comparative et multi-scalaire ? Quels sont les rôles respectifs, en la matière, de la réglementation, de la négociation et de la judiciarisation des enjeux (notamment du fait du rôle croissant qu’essaient de jouer les victimes des mauvaises conditions de travail) ?

Les secteurs d’activité peuvent être divers. Au-delà des négociations dans le secteur privé, on pourra s’interroger sur les spécificités des négociations et des conflits portant sur le travail dans les fonctions publiques, françaises et étrangères ? Dans quelles mesures passent-elles par le « détour » d’enjeux relatifs au statut et/ou aux compétences valorisées lors des recrutements ? Qu’en est-il dans l’économie sociale et solidaire, sachant que les relations entre bénévolat et salariat jouent ici probablement un rôle central, peut-être équivalent à celui du statut dans la fonction publique ?

On mettra également l’accent sur les acteurs collectifs impliqués dans ces négociations. Les règles et les acteurs sont co-constitutifs, autrement dit, ils se construisent les unes et les autres dans le cours de leurs interactions. De ce point de vue, comment les acteurs sociaux (représentations des salariés, employeurs, acteurs publics, experts…) s’organisent-ils pour être parties prenantes de la confrontation et de la négociation sur le travail, par-delà des discontinuités produites par la dissociation croissante des figures de l’entrepreneur et de l’employeur, en raison notamment de la « triangulation » des rapports salariaux (intérim, sous-traitance, société de portage, groupement d’employeurs etc.) ? Quels sont les outils et les techniques dont se dotent les acteurs pour évaluer, conjointement ou non, la qualité du travail et la pertinence des prescriptions qui peu ou prou s’imposent aux salariés ? Sont-ils les uns et les autres des objets de négociation au même titre que la reconnaissance du travail accompli ? La capacité à activer l’expertise, en appui explicite et formalisé aux négociations, ne deviendrait-elle pas une dimension de plus en plus constitutive des confrontations sur le travail ainsi que des acteurs qui les portent ? Dans ce cadre, comment les services de l’inspection du travail s’organisent-ils pour traiter ces différents enjeux, sachant que cette question pourrait être l’occasion de comparer, sur la période récente, les modalités selon lesquelles, en Europe notamment, les inspections spécialisées versus les inspections généralistes se sont saisi des enjeux  relatifs à la santé au travail ?

Au-delà des processus de négociation, l’objectif est de s’interroger sur les possibilités mêmes de discuter du travail, de son contenu, de sa qualité et des perspectives de développement professionnel qu’il ménage. Il s’agit d’analyser les conditions dans lesquelles ces enjeux deviennent un objet de mobilisation ou de discussion au sein des relations professionnelles. En effet, alors que l’approfondissement de la crise de l’emploi accroît la précarisation salariale et l’exclusion sociale, la tendance (ou même la tentation) n’est-elle pas forte de faire de la discussion du travail et de ses conditions d’exercice un sujet de second rang ? La perspective d’un emploi durable et protégé ne tendrait-elle pas à disparaître au profit d’un abandon à l’employeur du pouvoir exclusif d’organiser le travail, au point là aussi, d’engendrer une crise du travail ? Le travail n’est-il pas réorganisé de manière diffuse et subreptice, par le biais du non-remplacement des postes notamment, avec le risque que ces évolutions ne fassent pas l’objet de discussions explicites ? Voit-on dès lors se développer des négociations en face à face, à l’échelle du service et en dehors de la représentation collective des salariés ? Comment les différentes formes de représentation collective des salariés parviennent-elles à se saisir d’une individualisation croissante du rapport salarial, soutenue par une gamme toujours plus étendue d’outils de gestion des ressources humaines, qui tendent à légitimer des approches personnalisées et psychologisantes du « bien-être au travail » ?

On analysera également les oubliés de ces processus de négociation. De quelle représentation disposent les précaires, stagiaires, jeunes sous contrat en alternance, auxiliaires, sous-traitants, salariés de filiales notamment dans des pays à bas coût ? Sont-ils les oubliés fatals des négociations et des confrontations sur le travail ? Comment les rapports de domination sociale qui structurent le salariat et ses modes de représentation (logiques de classe, de « race », de genre et de génération) jouent-ils sur la manière dont leurs conditions de travail sont prises en considération dans les revendications et les négociations en la matière ?

Sur l’ensemble de ces questions, des contributions comparatives et/ou ayant trait spécifiquement à des pays du Sud seront particulièrement appréciées.

 

*

 

Calendrier

Les propositions de communication de 3 000 signes doivent être adressées avant le 3 novembre 2014 à : mias@ens-cachan.fr et eric.verdier@univ-amu.fr.

Retour vers les auteurs : mi-décembre 2014

Envoi des articles complets : mi-mars 2014

 

Comité scientifique (LEST-RT 18)

Mara Bisignano (IDHES), Paul Bouffartigue (LEST), Hervé Champin (IDHES), Jean-Michel Denis (UPEM), Marnix Dressen (UVSQ), Camille Dupuy (IDHES), Alexandra Garabige (CEE), Baptiste Giraud (Aix Marseille Université), Donna Kesselman (UPEC), Frédéric Lerais (IRES), Arnaud Mias (Université Paris Dauphine), Maxime Quijoux (Printemps), Frédéric Rey (LISE), Eric Verdier (LEST), Catherine Vincent (IRES), Antoine Vion (LEST).

 

Comité d’organisation

Nathalie Besset (LEST), Patrice Cacciuttolo (LEST), Paul Bouffartigue (LEST), Baptiste Giraud (LEST), Catherine Gosselin (LEST), Stéphane Marquez (LEST), Jocelyne Martinière-Tesson (LEST), Arnaud Mias (IRISSO), Eric Verdier (LEST)

Programme des séminaires 2014-2015

Séminaires RT18

Le séminaire du réseau relations professionnelles (RT 18 de l’AFS) 2014-2015 se propose de revisiter les concepts clefs de la discipline mais aussi de présenter les nouveaux terrains et enjeux qui se font jour dans les domaines d’études. Une place importante est faite aux méthodologies d’enquêtes. Le séminaire est l’occasion de présenter les travaux en cours ou de revenir sur des travaux récents. Il se veut pluridisciplinaire : sociologie, histoire, droit et science politique.

Programme rt18 2014-2015

14 novembre 2014, CNAM (Paris) : Le syndicalisme dans les services 

9 janvier 2015, CNAM (Paris) : Les relations professionnelles en entreprise. Éléments à partir des post-enquêtes REPONSE 2011

Mars 2015 (en coordination avec le RT 12) : Le gouvernement européen de l’économie

Mai 2015, Université Aix-Marseille (en coordination avec le LEST) :  Comment le travail se négocie-t-il ?

Le VIème Congrès de l’AFS se tiendra du 29 juin au 3 juillet 2015 à l’UVSQ (Versailles).

Contacts : Jean-Michel Denis (jean-michel.denis@cee-recherche.fr) et Camille Dupuy (camille.dupuy@enscachan. fr)

 

Les conflits du travail dans le monde – Critique internationale n°64

Parution du n°64 de Critique Internationale consacré aux conflits du travail dans le monde, coordonné par Maxime Quijoux.

« Éditorial », Critique internationale 3/ 2014 (N° 64), p. 5-6
URL : www.cairn.info/revue-critique-internationale-2014-3-page-5.htm.
DOI : 10.3917/crii.064.0005

« Pour ce numéro d’été, Critique internationale vous propose la première partie d’un « thema » en deux volets consacré à une comparaison internationale des conflits du travail et dirigé par Maxime Quijoux, chargé de recherche CNRS au laboratoire PRINTEMPS – Professions, Institutions, Temporalités – de l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Partant du constat d’une relative désaffection, de la part de la recherche française, pour la question des conflits du travail alors même que ceux-ci se multiplient à l’échelle de la planète, ce double dossier propose un véritable programme de recherche sur les différentes expressions de la conflictualité au travail, et notamment sur le renouvellement des formes de mobilisations et de négociations qui se déroulent de plus en plus souvent en dehors du classique système des relations professionnelles.

Les cinq articles de cette première partie s’intéressent plus particulièrement à la construction des conflits au travail et au repérage de différentes formes de mobilisation entre ruptures, circulations et continuités. Mathieu Hocquelet (post-doctorant au Centre Maurice Halbwachs (EHESS) et chercheur associé au Centre Pierre Naville) analyse le cas des mobilisations dans la firme américaine de grande distribution Walmart, plus grand employeur privé mondial mais aussi véritable « bastion anti-syndical ». Sophie Béroud (maître de conférences en science politique à l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire TRIANGLE) revient sur les liens entre le mouvement des Indignés et le syndicalisme en Espagne, et ce faisant questionne l’idée admise d’une coupure entre ces deux mondes. Quentin Delpech (chercheur associé au Centre d’études mexicaines et centre-américaines-CEMCA) s’intéresse à la diffusion des savoir-faire syndicaux américains en Amérique centrale dans le contexte de la transformation de la division internationale du travail. Baptiste Giraud (maître de conférences en science politique à l’Université de sciences économiques et de gestion d’Aix-Marseille et membre du LEST, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail) revient, quant à lui, sur les usages de la grève en France à partir de l’étude du travail de formation et d’encadrement des militants CGT du secteur du commerce. Enfin, Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Annette Jobert (directrice de recherche émérite au CNRS, IDHES-ENS Cachan) et Yi Zhenzhen (doctorante à l’IDHES-ENSCachan et à l’Université Normale de la Chine de l’Est) examinent les stratégies en situations de conflit des salariés des entreprises publiques chinoises dans le nouveau contexte créé par les réformes de la législation du travail.

Ce « thema » a fait l’objet d’un séminaire préparatoire qui s’est tenu au CERI au mois de janvier 2014. Merci à Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Arnaud Mias (maître de conférences en sociologie à l’université de Rouen, en délégation au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Camille Goirand (professeure de science politique à l’Institut des hautes études d’Amérique latine (IHEAL) – Université Paris III Sorbonne Nouvelle et rattachée au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales), Dominique Vidal (professeur de sociologie à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché à l’Unité de Recherche Migrations et Société, URMIS), Gilles Guiheux (professeur en sociohistoire de la Chine à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques, CESSMA), Annie Collovald (professeure de sociologie à l’Université de Nantes et directrice du Centre nantais de sociologie, CENS) et Julian Mischi (chargé de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et au Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (CESAER) à Dijon) d’avoir, à cette occasion, endossé le rôle de discutant.

La seconde partie de ce « thema » (n° 65, octobre-décembre 2014) portera sur la défense des travailleurs et sera plus précisément centrée sur les acteurs, les pratiques et les enjeux des relations professionnelles dans des contextes géographiques et culturels encore une fois très variés.

Bonne lecture

La rédaction »

Les régulations de la relation d’emploi à l’épreuve de la crise

Rapport final – Post-enquête à l’enquête Relations professionnelles et Négociations d’entreprise REPONSE 2010-2011, Dares, Ministère du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social

Responsables scientifiques: Élodie Béthoux et Arnaud Mias (IDHES, ENS Cachan)

Équipe de recherche: Guillaume BLACHE (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) – Camille DUPUY (IDHES, ENS Cachan) – Edine GASSERT (CRF, CNAM) – Annette JOBERT (IDHES, ENS Cachan) – Tommaso PARDI (IDHES, ENS Cachan) – Jean-Louis RENOUX (IRISSO UMR CNRS 7170, Université Paris Dauphine) – Catherine SPIESER (Centre d’études de l’emploi) – Michèle TALLARD (IRISSO UMR CNRS 7170, Université Paris Dauphine) – Catherine VINCENT (IRES)

Cette étude présente les résultats des travaux empiriques que nous avons menés entre 2012 et 2014 en réponse à l’appel d’offres Post-enquêtes à l’enquête REPONSE 2010-2011 de la Dares. Nous nous intéressons à la manière dont les relations professionnelles interviennent dans la gestion des emplois dans les entreprises, en tenant compte du contexte de crise économique dans lequel s’est déroulée l’enquête REPONSE 2010-2011. Ce contexte est considéré comme une mise à l’épreuve des capacités de régulations collectives de l’emploi dans les établissements français, soulevant deux questions générales : quelle place la négociation d’entreprise et les procédures d’information et de consultation occupent-elles dans les régulations de la relation d’emploi ? Le contexte de crise tend-il à modifier cette place ?

Pour accéder à l’intégralité du rapport final: Les régulations de la relation d’emploi à l’épreuve de la crise

Pour lire la synthèse du rapport: Synthèse du rapport_IDHES_Juillet 2014

Appel à articles NRT: Le dialogue social et ses usages

Appel à articles

Le dialogue social et ses usages

Euphémisation, effacement ou renouvellement des résistances au travail ?

 

 

Coordonné par Paul Bouffartigue, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume et Arnaud Mias

N° 8 Parution au Printemps 2016

 

 

 

 

La Nouvelle Revue du Travail prépare un dossier thématique (« Corpus ») consacré aux usages du dialogue social dans les entreprises. Les questions que les coordinateurs souhaitent voir traitées dans ce numéro s’articulent autour des thèmes suivants :

  • Encensé par les pouvoirs publics comme moyen de rendre (plus) effectifs les droits des salariés, encouragé par l’extension du champ de la négociation collective d’entreprise et légitimé par la volonté de « modernisation » des relations sociales, le dialogue social fait l’objet d’une entreprise de promotion à géométrie variable. Ce « Corpus » pourra accueillir tout d’abord des travaux questionnant les logiques sociales, économiques et juridiques qui président à la construction de cette rhétorique et à sa diffusion. Quels sont les logiques, les supports et les acteurs de cette re-valorisation ?
  • D’un point de vue empirique, des contributions sont également attendues sur les conditions de mise en œuvre de ce discours et notamment sur les risques d’instrumentalisation qu’il véhicule. Au-delà des discours, quelle est la réalité des pratiques de représentation et de négociation dans les entreprises ? Comment les « partenaires sociaux » se conduisent-ils face à cette injonction qui les incite à investir les arènes formelles de la représentation du personnel tout en devant composer avec des contraintes légales accrues ? Celle-ci semble en effet manifeste lorsque les négociations se caractérisent par une absence totale de délibération ou par une imposition des thèmes de négociation. De nombreux accords d’entreprise ne font que reprendre les termes des accords de branche, voire du code du travail, et pâtissent d’une mise en œuvre sélective. Cette instrumentalisation peut y compris conduire des directions d’entreprise à privilégier tel ou tel acteur syndical pour aboutir à des accords moins contraignants. Des travaux portant sur les ressources et stratégies des représentants des salariés, qu’ils soient syndiqués ou non, pour se saisir des obligations nouvelles de négociation et des opportunités de représentation des salariés (dans les conseils d’administration notamment) afin d’obtenir des avancées sociales et de contraindre les employeurs à négocier sur des sujets souvent jugés secondaires (égalité professionnelle, mixité, handicap, seniors, santé au travail…) seront également bienvenus.
  • De même, on pourra s’interroger sur les formes de répression syndicale et de domination des salariés qu’occulte cette rhétorique et les limites de ce discours au-delà du périmètre des grandes entreprises. Cette entreprise de promotion s’inscrit en effet dans un contexte où les salariés sont plutôt décrits comme impuissants face à la force des croyances et des dogmes imposés par le management, soit par consentement, soit par intériorisation des contraintes présentées comme irréfragables puisque liées à l’internationalisation des marchés. Si la présence syndicale dans les entreprises s’accroît, des pans entiers du salariat ne bénéficient d’aucune représentation formelle du personnel et semblent encore très éloignés des attendus d’un dialogue social modernisé. Comment penser les usages du dialogue social dans des univers parfois dépourvus de toute représentation collective ou avec une faible présence syndicale ? Quelles articulations avec les autres formes d’action collective ? Les formes contemporaines de domination au travail conduisent-elles à des stratégies strictement défensives et/ou individuelles dépourvues de toute ambition de transformation des rapports sociaux ?
  • À l’inverse, en s’intéressant aux différentes formes de résistances, individuelles et collectives, dans l’entreprise mais aussi aux « pratiques non conformes » – qu’il conviendra de définir et de distinguer des précédentes –, comment comprendre leur articulation avec les formes plus institutionnalisées de représentation des salariés ? Celles-ci n’épuisent-elles pas les capacités de la mobilisation syndicale, au point de ne laisser la place qu’aux oppositions les moins traditionnelles ? Ou assiste-t-on à un continuum entre formes  « classiques » de résistance et développement de formes plus originales ?

 

Les contributions pourront couvrir un ensemble de secteurs et d’entreprises hétérogènes, de la grande entreprise très syndiquée avec un salariat stable à des petites entreprises dans des secteurs précaires et sans représentation formelle des salariés. L’idée étant de saisir la variété des formes et des usages du « dialogue social » et ses évolutions, selon les contextes et les périodes.

 

 

Les propositions d’articles sont à adresser avant le 30 mars 2015 à nrtravail@gmail.com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique « Soumission et évaluation » sur le site web de la NRT : nrt.revues.org

 

Masters’ Class et Table ronde avec Nelson Lichtenstein – Syndicats et nouveaux acteurs face aux défis des restructurations multinationales

Mise à jour du programme: Syndicalisme américain_RT 18_20 mai 2014

La thématique abordée dans ce séminaire porte sur les difficultés des organisations syndicales et autres acteurs des relations professionnelles face aux restructurations engagées par les entreprises multinationales. Parmi ces restructurations, les mouvements d’externalisation et la multiplication des chaînes de fournisseurs, qui diminuent la responsabilité juridique des entreprises donneuses d’ordre, sont particulièrement en cause car ils entravent la capacité revendicative des salariés. Les organisations syndicales ont-elles des réponses à cet éclatement des entreprises et quelles sont-elles ? Dans son article (« Two Cheers for Vertical Integration: Corporate Governance in a World of Global Supply Chains », disponible sur le site du RT 18 : http://rt18.hypotheses.org) où il analyse le processus de réorganisation horizontale des entreprises, Nelson Lichtenstein évoque l’exemple d’un accord « soft law » né au lendemain des incendies meurtriers qui ont ravagé plusieurs usines du Bangladesh travaillant pour des entreprises étasuniennes, dont Wall-Mart, connue pour son positionnement antisyndical. A la suite de cet événement, un accord « fire and safety » aurait été signé par plus de 120 marques et distributeurs les conduisant à imposer à leurs sous-traitants l’obligation de respecter un certain nombre de conditions de travail et de sécurité. Ce type d’accords permettent-ils une régulation transfrontalière des relations de travail et d’emploi ? Quelles stratégies et quels acteurs pour défendre les travailleurs et leurs droits dans le marché du travail globalisé/ou en voie de globalisation ?

DEUX ARTICLES EN COMPLEMENT :

Two Roads Forward for Labor: The AFL–CIO’s New Agenda

Two Cheers for Vertical Integration: Corporate Governance in a World of Global Supply Chains

Appel à projet CFTC IRES 2014

Vous trouverez ci-joint les appels à projets des AO CFTC IRES 2014 sur :

1/ L’automatisation des services à la personne

2/ La création d’une agence de solidarité entre générations

3/ L’impact du travail dominical

Les textes des appels :

Travail du dimanche

Solidarité entre générations

Services à la personne

Appel à contributions pour un dossier thématique pour la revue Relations industrielles/Industrial Relations

La revue Relations industrielles/Industrial Relations lance un appel à contributions pour un dossier thématique sur :
Le syndicalisme en quête d’autonomie et de renouvellement en Europe.
Evolution des discours, représentations et pratiques »
Les intentions d’articles (éventuellement en anglais) doivent être envoyées avant le 15 mars 2014 aux coordinateurs du numéro :
Jean Vandewattyne : jean.vandewattyne@umons.ac.be
Elles doivent comprendre le titre de l’article, un résumé de deux pages au maximum indiquant la problématique de l’article et la méthodologie utilisée. Le comité éditorial donnera une réponse sous une quinzaine de jours après réception de l’intention. L’acceptation de l’intention d’article ne présume pas de l’acceptation de l’article final qui sera soumis au Comité de lecture de la revue.
La soumission des articles est prévue pour le 30 juin 2014.
La parution du numéro est prévue pour juin 2015.

L’Europe vit une crise particulièrement profonde. Cette crise trouve ses racines dans l’éclatement de la bulle immobilière aux Etats-Unis dont un des moments forts est la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008. L’économie mondiale bascule alors dans une des plus graves crises de son histoire. L’Europe fait partie des zones les plus touchées. Dans bon nombre de pays, les pouvoirs publics interviennent tout d’abord pour sauver les banques de la faillite et soutenir l’économie.  Il s’en suivra une augmentation des déficits publics et, à partir de 2010, la mise en place de politiques d’austérité qui auront pour conséquence une réduction drastique de l’activité économique. L’Europe entre alors en récession. Cette récession prend des dimensions particulièrement impressionnantes dans certains pays du Sud dont la Grèce, l’Espagne, le Portugal et Chypre. De financière et économique, la crise devient aussi celle des finances publiques et de l’Euro. Pour y faire face et tenter d’en sortir, les instances européennes vont privilégier la réduction des déficits publics. L’heure est donc aux politiques d’austérité qui viennent réduire la demande intérieure et encore accentuer la crise.

Ce contexte de crise n’a fait qu’accentuer le processus de perte de légitimité dont les syndicats font l’objet depuis bien longtemps déjà. Cette perte est le fruit de l’articulation de différents facteurs dont l’hégémonie acquise par la pensée néo-libérale et la rationalisation des espaces productifs imposée par le capitalisme financier. Dans bon nombre de pays, les syndicats se sont vus marginalisés voire disqualifiés par le pouvoir politique et les médias. Parallèlement, face à l’ampleur de la crise, ils ont aussi témoigné d’une grande difficulté à agréger un salariat confronté à la dégradation de ses conditions de travail, à la fragmentation des collectifs de travail, et au spectre du chômage. Signe des temps, de nouveaux mouvements sociaux ont vu le jour pour dénoncer les dérives et la violence engendrée par le système économique.

Face à ce constat, le dossier de la revue RI/IR, met l’accent sur le « Syndicalisme en quête d’autonomie et de renouvellement », en se focalisant sur l’analyse de situations locales, nationales ou internationales particulièrement significatives que ce soit au niveau des discours, des représentations et/ou des pratiques. Dans le contexte des multiples crises qui traversent l’Europe, il s’agit de montrer que les organisations syndicales, certes en difficulté dans la plupart des Etats, ne sont pas toujours les réceptacles passifs des évolutions qui affectent leur environnement.

La quête d’autonomie, au cœur de cet appel à contribution, doit se comprendre comme une volonté de la part des organisations syndicales soit de se dégager des rapports de pouvoir et de dépendance dans lesquels elles sont insérées (avec les partis, le pouvoir politique et les employeurs), soit de se créer sur des bases nouvelles. Dans les pays les plus touchés, des organisations se créent en particulier pour défendre les travailleurs précaires (Precarious workers Union (PWU) en Grèce, Precarious inflexible workers (PIW) au Portugal). Se posent alors de nouvelles questions : Comment les diverses organisations syndicales se positionnent-elles face à un système économique qui augmente les inégalités et concentre les richesses dans le contexte de la crise financière et économique ? Dans quelle mesure ce contexte les a-t-il amenées à modifier leurs discours, leurs représentations et/ou leurs pratiques, voire à en créer de nouveaux ? Parviennent-elles à concilier revendications à court terme et vision de transformation radicale de l’ordre social, la question de l’autonomie du syndicat rejoignant inévitablement celle de sa politisation ?

Quant au renouvellement, il passe par la construction de revendications novatrices et porteuses d’un projet de transformation sociale, une réponse forte à la crise économique et sociale mais aussi politique et écologique. In fine, autonomie et renouvellement doivent permettre de questionner les conceptions que dirigeants et militants syndicaux se font du rôle de leur organisation dans la société, ce qui peut passer, entre autres, par une reconfiguration des alliances ouvrant le débat sur un questionnement corollaire : les différents « gardiens de l’intérêt général » (syndicats, mouvements sociaux, ONGs, initiatives citoyennes, nouveaux partis politiques) ont-ils des intérêts compatibles ? Partagent-ils le même agenda, voire  les mêmes initiatives ? Quels sont les types d’organisations syndicales les plus proches des mouvements sociaux ?

 Une des originalités de ce dossier est de chercher à équilibrer les contributions entre les différentes régions de l’espace européen : Nord, Sud et Est pour penser cette contre-offensive imaginative. Sans prétendre ni à l’exhaustivité, ni à une analyse comparative, ce dossier se propose de mettre en avant des évolutions communes ou parallèles dans le champ du syndicalisme au travers d’études de cas. Les articles devront s’attacher à contextualiser les  situations dont ils rendent compte et privilégier la période qui a débuté avec la crise financière de 2008.

La revue insiste aussi sur la montée en généralité de la problématique traitée, nécessaire à un lectorat majoritairement nord-américain.

Anne Dufresne (FNRS, Université catholique de Louvain)
Jean Vandewattyne (Université de Mons).

Publication du réseau

Elodie Béthoux, Jean-Vincent Koster, Sylvie Monchatre, Frédéric Rey, Michèle Tallard et Catherine Vincent (sous la direction de) 

A l’heure où les niveaux du chômage ne cessent de monter, la généralisation des risques de déstabilisation de l’emploi met en avant, dans la plupart des pays industrialisés, la question de la sécurisation des parcours professionnels des travailleurs au-delà de l’emploi qu’ils occupent. Dans ce contexte, le développement de la formation et de la certification des compétences est considéré comme un levier pour la mobilité des travailleurs et pour leur maintien dans des emplois évolutifs. Si le rapport salarial fordiste permettait de garantir une relative sécurité de destin en échange d’une participation à l’emploi, la vulnérabilité croissante des entreprises dans un contexte de mondialisation de la compétition économique met en cause les équilibres institutionnels bâtis dans ce cadre. Alors que se développent les politiques managériales encourageant la flexibilité du travail et de l’emploi, les politiques publiques à différentes échelles, qu’elles soient européennes, nationales ou territoriales, tendent à encourager l’émergence de dispositifs marqués par la « flexicurité ». Que recouvre ce terme ? Quels sont les débats qu’il suscite ? À quels types de compromis conduisent les solutions envisagées pour concilier flexibilité et sécurité ? Observant conjointement emploi, formation et compétences, l’ouvrage propose un tour d’horizon des transformations et innovations proposées et expérimentées par les acteurs publics, économiques et sociaux pour encadrer les parcours de mobilité des travailleurs et la certification de leurs compétences acquises. Il montre ainsi combien ces nouveaux dispositifs affectent les dynamiques contemporaines de régulation de la relation salariale..
 

SOMMAIRE

Avant-propos – Introduction générale
Jacques Freyssinet
PARTIE I – Régulation professionnelle et emplois atypiques
Introduction
Catherine Vincent
Chapitre 1 – La formation des journalistes pigistes
comme nouvel enjeu de négociations
Clémence Aubert-Tarby
Chapitre 2 – Une qualification au-delà de l’emploi  ?
Trois expériences de revenus hors-emploi des intermittents du spectacle
Mathieu Grégoire
Chapitre 3 – Précarité au travail et construction des compétences professionnelles  : le cas des centres d’appels au Sahel tunisien
Montaha Ben Kacem
PARTIE II – Configurations sociétales, marché du travail et flexibilité
Introduction
Jean-Vincent Koster
Chapitre 4 – Formes de réglementation et segmentation de l’emploi en Italie  :
le rôle et les enjeux de la caisse de compensation salariale
Mara Bisignano
Chapitre 5 – Les usages de la notion de flexicurité en Belgique
Bernard Conter
Chapitre 6 – «  Rentrer - Rester - Progresser  »  :
vers une régulation européenne des parcours professionnels  ?
Analyse de l’accord cadre autonome sur les « marchés du travail inclusifs »
Jean-Vincent Koster
Chapitre 7 – Un modèle étasunien de régulation de l’emploi et des compétences grâce à des relations professionnelles flexibles  ?
Donna KesselmanPARTIE III – Négociations et régulation de l’emploi : nouveaux objets et enjeux

Introduction
Michèle Tallard
Chapitre 8 – Régulation de branche et sécurisation des parcours professionnels  : quelle dynamique dans la crise  ?
Laurence Baraldi et Christine Durieux
Chapitre 9 – Les tentatives d’encadrement des parcours professionnels
par la régulation de branche  : vers quelles « mobilités » ?
Arnaud Mias
Chapitre 10 – La cartographie des métiers de la presse  :
prospective et enjeux de contrôle des emplois dans les rédactions
Jean-Louis Renoux
Chapitre 11 – Quand la politique en faveur de l’emploi des salariés âgés passe par la négociation collective  : une analyse des accords d’entreprise et plans d’action issus de la LFSS pour 2009
Christophe Claisse, Catherine Daniel et Antoine Naboulet
Chapitre 12 – Négocier sur l’emploi dans l’entreprise  :
la CFDT et le renouvellement de l’action syndicale
Elodie Béthoux, Annette Jobert et Alina Surubaru

PARTIE IV – Les régulations de la formation à l’épreuve de l’emploi

Introduction
Sylvie Monchatre
Chapitre 13 – La formation sans construction des compétences  ?
Réflexions sur la situation algérienne
Madjid Ben Yaou
Chapitre 14 – Action publique et régulation de la formation professionnelle continue  : une comparaison France/Québec
Sylvie Monchatre et Michèle Tallard
Chapitre 15 – De la régulation conjointe au retour de l’Etat  ? Le recul des Régions dans l’administration de la formation professionnelle initiale
Hélène Buisson-Fenet et Eric Verdier
Chapitre 16 – La Région face à la territorialisation de ses politiques publiques
Jules Simha

PARTIE V – Gestion de l’emploi et des compétences à l’échelle territoriale

Introduction
Frédéric Rey
Chapitre 17 – Les Pôles de compétitivité  : organisation territoriale problématique pour les représentants syndicaux ou opportunité  ?
Martine Gadille et Julien Machado
Chapitre 18 – Les employeurs territoriaux face aux transformations des politiques d’emploi public  – Etude quantitative sur le recours aux non-titulaires
Alexandra Garabige
Chapitre 19 – Quand la compétence synchronise les contextes productifs
et les exigences de travail
Sophie Bretesché et Cathy Krohmer

Table ronde – Le point de vue des acteurs

Conclusion générale
Jean-Louis Dayan

Bibliographie générale

7 février 2014 au Cnam – Séminaire sur l’ANI 2013

L’accord national interprofessionnel de janvier 2013 : un an après la signature de l’accord, quels nouveaux usages de la négociation sur l’emploi ?

7 février 2014, 9-12H30, en salle des Conseils René-Mayer

Conservatoire National des Arts et Métiers, Accès 39-1, 2 rue Conté, Paris

 9H-11H : Réflexion autour de l’accord

Cadrage autour de l’ANI, Elsa Peskine, IRERP – Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Négocier sur l’emploi pour le sécuriser ?, Elodie Béthoux et Annette Jobert, IDHES – École Normale Supérieure de Cachan

Perspective comparée franco-italienne : Raphael Dalmasso, Centre d’Études de l’Emploi et Cerit – Université de Lorraine

 11H15-12H30 : Table ronde avec des représentants syndicaux

 Table ronde avec des syndicalistes, animée par Mara Bisignano (IDHES – Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Camille Dupuy (IDHES – École Normale Supérieure de Cachan et Alexandra Garabige (Centre d’Éudes de l’Emploi)

Les syndicats CFDT (Cécile Cottereau), FO (Stéphane Lardy) et CGT (sous réserve) sont représentés.

 

Contacts

Mara Bisignano : mbisignano@u-paris10.fr

Camille Dupuy : camille.dupuy@ens-cachan.fr

Alexandra Garabige : alexandra.garabige@cee-recherche.fr

Programme en PDF : Séminaire RT18-ANI-7 février

Evènement du réseau – soutenance HDR d’Arnaud Mias le 2 décembre 2013

Arnaud Mias a soutenu son Habilitation à diriger des recherches, intitulée « Le travail des relations professionnelles. Connaissances et négociations » le lundi 2 décembre 2013 à Aix-en-Provence.

Le jury était composé de :

Pierre Fournier (rapporteur), Professeur des Universités, Aix Marseille Université, Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES)

Michel Lallement, Professeur titulaire de la chaire d’analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations, Conservatoire national des Arts et Métiers, Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE)

Marc Loriol, Chargé de recherche CNRS, Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE)

Denis Segrestin (rapporteur), Professeur des Universités, Sciences Po Paris, Centre de sociologie des organisations (CSO)

Jens Thoemmes (rapporteur), Directeur de recherche CNRS, Centre d’étude et de recherche Travail Organisation Pouvoir (CERTOP)

Éric Verdier (directeur), Directeur de recherche CNRS, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST)

Evènement du réseau – soutenance de thèse de Camille Dupuy le 29 novembre 2013

Thèse de doctorat de l’École Normale Supérieure de Cachan intitulée « Dynamiques professionnelles et salariales des journalistes », présentée et soutenue le 29 novembre 2013 par Camille Dupuy, devant le jury composé de :

Gilles BASTIN – Maître de Conférences, PACTE – IEP Grenoble, Examinateur

Antoine BEVORT – Professeur, LISE – CNAM, Rapporteur

Florent CHAMPY  – Directeur de recherche au CNRS, CMH – EHESS / ENS, Rapporteur

Claude DIDRY – Directeur de recherche au CNRS, IDHE – ENS Cachan, Directeur de thèse

Annette JOBERT – Directrice de recherche au CNRS, IDHE – ENS Cachan, Examinatrice

Denis RUELLAN – Professeur,  CRAPE – Université Rennes 1, Examinateur

RESUME DE LA THESE 

Cette thèse analyse les journalistes professionnels français en les envisageant à partir de leur statut de salarié dans des entreprises soumises à des impératifs de gestion et de rentabilité, suivant en cela les intuitions de Max Weber sur la presse. Cette posture conduit à poser une question centrale autour de la tension entre la subordination juridique du salarié et l’autonomie professionnelle que nécessite l’exercice de cette activité. L’autonomie professionnelle et la condition salariale des journalistes sont conçues à partir de l’analyse conjointe des dynamiques salariales (défense du salariat) et des dynamiques professionnelles (défense de l’autonomie professionnelle). Sans remettre en cause le caractère spécifique du bien produit (l’information), réalisé par un collectif englobant d’autres catégories de travailleurs, cette perspective entend compléter les analyses menées par une sociologie du journalisme qui les a largement envisagés à partir de leurs particularités liées à leur contribution au système démocratique. On conduit une analyse sociohistorique qui repose sur des méthodes complémentaires (entretiens, observations, travail documentaire).

La première partie de la thèse étudie la construction des dispositifs institutionnels qui encadrent cette catégorie de salariés et ce qu’ils sont aujourd’hui (catégorie juridique de salarié, carte de presse, etc.). On met au jour une tension apparente entre l’aspiration des journalistes à un modèle de travail indépendant (carte de presse, charte de déontologie, conseil de presse, clause de conscience) et leur inscription dans la subordination salariale des entreprises privées. Malgré certains arrangements et correctifs, ces professionnels n’ont pas réussi à s’extraire des logiques financières (recherche d’un équilibre) et apparaissent  comme des salariés dans des entreprises comme les autres. La deuxième partie interroge les formes que prend la structuration collective de ces salariés. Il ne s’agit pas d’étudier seulement les institutions légalement représentatives des salariés (reconnues par le droit du travail) mais l’ensemble des organisations formelles ou informelles de travailleurs qui représentent (ou entendent représenter) le groupe des journalistes et concourent (ou entendent concourir) à sa régulation et à sa coordination. Les syndicats, sociétés et associations de journalistes travaillent ensemble ou se concurrencent pour coordonner et réguler le groupe professionnel, témoignant d’une pluralité de façon de penser le journaliste, du travailleur salarié classique à l’indépendant contributeur de la démocratie. Ces différentes instances se retrouvent prises dans des dynamiques communes lors de restructurations d’entreprises qui sont étudiées dans la troisième partie de la thèse. À partir de monographies de plusieurs entreprises (Agence France Presse, Groupe Le Monde, Le Monde Interactif) dans des situations diverses de changement (changement de statut, licenciements collectifs et rachat, changement technologique), on analyse différents processus de négociations et manières de s’opposer. Ces trois cas témoignent d’un attachement des journalistes salariés à des dimensions qui vont au-delà des dynamiques salariales classiques en se mobilisant autour des questions de qualité (outil éditorial, formule rédactionnelle) et d’indépendance (statut, actionnariat). On montre enfin en conclusion comment la sociologie des groupes professionnels et des relations professionnelles permet d’éclairer d’une manière inédite les journalistes.

Résumé thèse Camille Dupuy

Publication du réseau

Le RT18 et l’IRES ont collaboré pour la réalisation d’un numéro spécial de la Revue de l’Ires regroupant plusieurs articles issus des communications au congrès de l’Association Française de Sociologie à Grenoble (2011).

LaRevueIres71

Revue de l’IRES n°75 – 2012/4, numéro spécial : «Innovations en relations professionnelles

– Les relations professionnelles au prisme de l’innovation : enjeux pratiques et théoriques
Alexandra GARABIGE, Frédéric REY et Catherine VINCENT
– Reconnaissance des créations de salariés et régulation de la propriété intellectuelle : un enjeu émergent des relations professionnelles
Martine GADILLE et Isabelle SCHOCKAERT
– L’actionnaire, nouvel acteur des relations professionnelles au niveau de l’entreprise ?
Aline CONCHON
– Le développement interprofessionnel de Solidaires : entre volonté d’expérimentation et reproduction du « modèle » confédéral
Sophie BÉROUD et Jean-Michel DENIS
– La participation des usagers et des agents dans une collectivité locale : entre innovation et permanence du modèle d’administration publique
Alexandra GARABIGE
– La syndicalisation des services de garde au Québec : à pratiques innovatrices, des concepts nouveaux
Guy BELLEMARE et Louise BRIAND
– Dialogue social européen et innovation : l’exemple du secteur des chemins de fer
Hervé CHAMPIN
– Résumés des articles – English Abstracts