Appel à contributions pour un dossier thématique pour la revue Relations industrielles/Industrial Relations

La revue Relations industrielles/Industrial Relations lance un appel à contributions pour un dossier thématique sur :
Le syndicalisme en quête d’autonomie et de renouvellement en Europe.
Evolution des discours, représentations et pratiques »
Les intentions d’articles (éventuellement en anglais) doivent être envoyées avant le 15 mars 2014 aux coordinateurs du numéro :
Jean Vandewattyne : jean.vandewattyne@umons.ac.be
Elles doivent comprendre le titre de l’article, un résumé de deux pages au maximum indiquant la problématique de l’article et la méthodologie utilisée. Le comité éditorial donnera une réponse sous une quinzaine de jours après réception de l’intention. L’acceptation de l’intention d’article ne présume pas de l’acceptation de l’article final qui sera soumis au Comité de lecture de la revue.
La soumission des articles est prévue pour le 30 juin 2014.
La parution du numéro est prévue pour juin 2015.

L’Europe vit une crise particulièrement profonde. Cette crise trouve ses racines dans l’éclatement de la bulle immobilière aux Etats-Unis dont un des moments forts est la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008. L’économie mondiale bascule alors dans une des plus graves crises de son histoire. L’Europe fait partie des zones les plus touchées. Dans bon nombre de pays, les pouvoirs publics interviennent tout d’abord pour sauver les banques de la faillite et soutenir l’économie.  Il s’en suivra une augmentation des déficits publics et, à partir de 2010, la mise en place de politiques d’austérité qui auront pour conséquence une réduction drastique de l’activité économique. L’Europe entre alors en récession. Cette récession prend des dimensions particulièrement impressionnantes dans certains pays du Sud dont la Grèce, l’Espagne, le Portugal et Chypre. De financière et économique, la crise devient aussi celle des finances publiques et de l’Euro. Pour y faire face et tenter d’en sortir, les instances européennes vont privilégier la réduction des déficits publics. L’heure est donc aux politiques d’austérité qui viennent réduire la demande intérieure et encore accentuer la crise.

Ce contexte de crise n’a fait qu’accentuer le processus de perte de légitimité dont les syndicats font l’objet depuis bien longtemps déjà. Cette perte est le fruit de l’articulation de différents facteurs dont l’hégémonie acquise par la pensée néo-libérale et la rationalisation des espaces productifs imposée par le capitalisme financier. Dans bon nombre de pays, les syndicats se sont vus marginalisés voire disqualifiés par le pouvoir politique et les médias. Parallèlement, face à l’ampleur de la crise, ils ont aussi témoigné d’une grande difficulté à agréger un salariat confronté à la dégradation de ses conditions de travail, à la fragmentation des collectifs de travail, et au spectre du chômage. Signe des temps, de nouveaux mouvements sociaux ont vu le jour pour dénoncer les dérives et la violence engendrée par le système économique.

Face à ce constat, le dossier de la revue RI/IR, met l’accent sur le « Syndicalisme en quête d’autonomie et de renouvellement », en se focalisant sur l’analyse de situations locales, nationales ou internationales particulièrement significatives que ce soit au niveau des discours, des représentations et/ou des pratiques. Dans le contexte des multiples crises qui traversent l’Europe, il s’agit de montrer que les organisations syndicales, certes en difficulté dans la plupart des Etats, ne sont pas toujours les réceptacles passifs des évolutions qui affectent leur environnement.

La quête d’autonomie, au cœur de cet appel à contribution, doit se comprendre comme une volonté de la part des organisations syndicales soit de se dégager des rapports de pouvoir et de dépendance dans lesquels elles sont insérées (avec les partis, le pouvoir politique et les employeurs), soit de se créer sur des bases nouvelles. Dans les pays les plus touchés, des organisations se créent en particulier pour défendre les travailleurs précaires (Precarious workers Union (PWU) en Grèce, Precarious inflexible workers (PIW) au Portugal). Se posent alors de nouvelles questions : Comment les diverses organisations syndicales se positionnent-elles face à un système économique qui augmente les inégalités et concentre les richesses dans le contexte de la crise financière et économique ? Dans quelle mesure ce contexte les a-t-il amenées à modifier leurs discours, leurs représentations et/ou leurs pratiques, voire à en créer de nouveaux ? Parviennent-elles à concilier revendications à court terme et vision de transformation radicale de l’ordre social, la question de l’autonomie du syndicat rejoignant inévitablement celle de sa politisation ?

Quant au renouvellement, il passe par la construction de revendications novatrices et porteuses d’un projet de transformation sociale, une réponse forte à la crise économique et sociale mais aussi politique et écologique. In fine, autonomie et renouvellement doivent permettre de questionner les conceptions que dirigeants et militants syndicaux se font du rôle de leur organisation dans la société, ce qui peut passer, entre autres, par une reconfiguration des alliances ouvrant le débat sur un questionnement corollaire : les différents « gardiens de l’intérêt général » (syndicats, mouvements sociaux, ONGs, initiatives citoyennes, nouveaux partis politiques) ont-ils des intérêts compatibles ? Partagent-ils le même agenda, voire  les mêmes initiatives ? Quels sont les types d’organisations syndicales les plus proches des mouvements sociaux ?

 Une des originalités de ce dossier est de chercher à équilibrer les contributions entre les différentes régions de l’espace européen : Nord, Sud et Est pour penser cette contre-offensive imaginative. Sans prétendre ni à l’exhaustivité, ni à une analyse comparative, ce dossier se propose de mettre en avant des évolutions communes ou parallèles dans le champ du syndicalisme au travers d’études de cas. Les articles devront s’attacher à contextualiser les  situations dont ils rendent compte et privilégier la période qui a débuté avec la crise financière de 2008.

La revue insiste aussi sur la montée en généralité de la problématique traitée, nécessaire à un lectorat majoritairement nord-américain.

Anne Dufresne (FNRS, Université catholique de Louvain)
Jean Vandewattyne (Université de Mons).