Publication du réseau

Elodie Béthoux, Jean-Vincent Koster, Sylvie Monchatre, Frédéric Rey, Michèle Tallard et Catherine Vincent (sous la direction de) 

A l’heure où les niveaux du chômage ne cessent de monter, la généralisation des risques de déstabilisation de l’emploi met en avant, dans la plupart des pays industrialisés, la question de la sécurisation des parcours professionnels des travailleurs au-delà de l’emploi qu’ils occupent. Dans ce contexte, le développement de la formation et de la certification des compétences est considéré comme un levier pour la mobilité des travailleurs et pour leur maintien dans des emplois évolutifs. Si le rapport salarial fordiste permettait de garantir une relative sécurité de destin en échange d’une participation à l’emploi, la vulnérabilité croissante des entreprises dans un contexte de mondialisation de la compétition économique met en cause les équilibres institutionnels bâtis dans ce cadre. Alors que se développent les politiques managériales encourageant la flexibilité du travail et de l’emploi, les politiques publiques à différentes échelles, qu’elles soient européennes, nationales ou territoriales, tendent à encourager l’émergence de dispositifs marqués par la « flexicurité ». Que recouvre ce terme ? Quels sont les débats qu’il suscite ? À quels types de compromis conduisent les solutions envisagées pour concilier flexibilité et sécurité ? Observant conjointement emploi, formation et compétences, l’ouvrage propose un tour d’horizon des transformations et innovations proposées et expérimentées par les acteurs publics, économiques et sociaux pour encadrer les parcours de mobilité des travailleurs et la certification de leurs compétences acquises. Il montre ainsi combien ces nouveaux dispositifs affectent les dynamiques contemporaines de régulation de la relation salariale..
 

SOMMAIRE

Avant-propos – Introduction générale
Jacques Freyssinet
PARTIE I – Régulation professionnelle et emplois atypiques
Introduction
Catherine Vincent
Chapitre 1 – La formation des journalistes pigistes
comme nouvel enjeu de négociations
Clémence Aubert-Tarby
Chapitre 2 – Une qualification au-delà de l’emploi  ?
Trois expériences de revenus hors-emploi des intermittents du spectacle
Mathieu Grégoire
Chapitre 3 – Précarité au travail et construction des compétences professionnelles  : le cas des centres d’appels au Sahel tunisien
Montaha Ben Kacem
PARTIE II – Configurations sociétales, marché du travail et flexibilité
Introduction
Jean-Vincent Koster
Chapitre 4 – Formes de réglementation et segmentation de l’emploi en Italie  :
le rôle et les enjeux de la caisse de compensation salariale
Mara Bisignano
Chapitre 5 – Les usages de la notion de flexicurité en Belgique
Bernard Conter
Chapitre 6 – «  Rentrer - Rester - Progresser  »  :
vers une régulation européenne des parcours professionnels  ?
Analyse de l’accord cadre autonome sur les « marchés du travail inclusifs »
Jean-Vincent Koster
Chapitre 7 – Un modèle étasunien de régulation de l’emploi et des compétences grâce à des relations professionnelles flexibles  ?
Donna KesselmanPARTIE III – Négociations et régulation de l’emploi : nouveaux objets et enjeux

Introduction
Michèle Tallard
Chapitre 8 – Régulation de branche et sécurisation des parcours professionnels  : quelle dynamique dans la crise  ?
Laurence Baraldi et Christine Durieux
Chapitre 9 – Les tentatives d’encadrement des parcours professionnels
par la régulation de branche  : vers quelles « mobilités » ?
Arnaud Mias
Chapitre 10 – La cartographie des métiers de la presse  :
prospective et enjeux de contrôle des emplois dans les rédactions
Jean-Louis Renoux
Chapitre 11 – Quand la politique en faveur de l’emploi des salariés âgés passe par la négociation collective  : une analyse des accords d’entreprise et plans d’action issus de la LFSS pour 2009
Christophe Claisse, Catherine Daniel et Antoine Naboulet
Chapitre 12 – Négocier sur l’emploi dans l’entreprise  :
la CFDT et le renouvellement de l’action syndicale
Elodie Béthoux, Annette Jobert et Alina Surubaru

PARTIE IV – Les régulations de la formation à l’épreuve de l’emploi

Introduction
Sylvie Monchatre
Chapitre 13 – La formation sans construction des compétences  ?
Réflexions sur la situation algérienne
Madjid Ben Yaou
Chapitre 14 – Action publique et régulation de la formation professionnelle continue  : une comparaison France/Québec
Sylvie Monchatre et Michèle Tallard
Chapitre 15 – De la régulation conjointe au retour de l’Etat  ? Le recul des Régions dans l’administration de la formation professionnelle initiale
Hélène Buisson-Fenet et Eric Verdier
Chapitre 16 – La Région face à la territorialisation de ses politiques publiques
Jules Simha

PARTIE V – Gestion de l’emploi et des compétences à l’échelle territoriale

Introduction
Frédéric Rey
Chapitre 17 – Les Pôles de compétitivité  : organisation territoriale problématique pour les représentants syndicaux ou opportunité  ?
Martine Gadille et Julien Machado
Chapitre 18 – Les employeurs territoriaux face aux transformations des politiques d’emploi public  – Etude quantitative sur le recours aux non-titulaires
Alexandra Garabige
Chapitre 19 – Quand la compétence synchronise les contextes productifs
et les exigences de travail
Sophie Bretesché et Cathy Krohmer

Table ronde – Le point de vue des acteurs

Conclusion générale
Jean-Louis Dayan

Bibliographie générale

7 février 2014 au Cnam – Séminaire sur l’ANI 2013

L’accord national interprofessionnel de janvier 2013 : un an après la signature de l’accord, quels nouveaux usages de la négociation sur l’emploi ?

7 février 2014, 9-12H30, en salle des Conseils René-Mayer

Conservatoire National des Arts et Métiers, Accès 39-1, 2 rue Conté, Paris

 9H-11H : Réflexion autour de l’accord

Cadrage autour de l’ANI, Elsa Peskine, IRERP – Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Négocier sur l’emploi pour le sécuriser ?, Elodie Béthoux et Annette Jobert, IDHES – École Normale Supérieure de Cachan

Perspective comparée franco-italienne : Raphael Dalmasso, Centre d’Études de l’Emploi et Cerit – Université de Lorraine

 11H15-12H30 : Table ronde avec des représentants syndicaux

 Table ronde avec des syndicalistes, animée par Mara Bisignano (IDHES – Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Camille Dupuy (IDHES – École Normale Supérieure de Cachan et Alexandra Garabige (Centre d’Éudes de l’Emploi)

Les syndicats CFDT (Cécile Cottereau), FO (Stéphane Lardy) et CGT (sous réserve) sont représentés.

 

Contacts

Mara Bisignano : mbisignano@u-paris10.fr

Camille Dupuy : camille.dupuy@ens-cachan.fr

Alexandra Garabige : alexandra.garabige@cee-recherche.fr

Programme en PDF : Séminaire RT18-ANI-7 février

Evènement du réseau – soutenance HDR d’Arnaud Mias le 2 décembre 2013

Arnaud Mias a soutenu son Habilitation à diriger des recherches, intitulée « Le travail des relations professionnelles. Connaissances et négociations » le lundi 2 décembre 2013 à Aix-en-Provence.

Le jury était composé de :

Pierre Fournier (rapporteur), Professeur des Universités, Aix Marseille Université, Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES)

Michel Lallement, Professeur titulaire de la chaire d’analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations, Conservatoire national des Arts et Métiers, Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE)

Marc Loriol, Chargé de recherche CNRS, Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE)

Denis Segrestin (rapporteur), Professeur des Universités, Sciences Po Paris, Centre de sociologie des organisations (CSO)

Jens Thoemmes (rapporteur), Directeur de recherche CNRS, Centre d’étude et de recherche Travail Organisation Pouvoir (CERTOP)

Éric Verdier (directeur), Directeur de recherche CNRS, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST)

Evènement du réseau – soutenance de thèse de Camille Dupuy le 29 novembre 2013

Thèse de doctorat de l’École Normale Supérieure de Cachan intitulée « Dynamiques professionnelles et salariales des journalistes », présentée et soutenue le 29 novembre 2013 par Camille Dupuy, devant le jury composé de :

Gilles BASTIN – Maître de Conférences, PACTE – IEP Grenoble, Examinateur

Antoine BEVORT – Professeur, LISE – CNAM, Rapporteur

Florent CHAMPY  – Directeur de recherche au CNRS, CMH – EHESS / ENS, Rapporteur

Claude DIDRY – Directeur de recherche au CNRS, IDHE – ENS Cachan, Directeur de thèse

Annette JOBERT – Directrice de recherche au CNRS, IDHE – ENS Cachan, Examinatrice

Denis RUELLAN – Professeur,  CRAPE – Université Rennes 1, Examinateur

RESUME DE LA THESE 

Cette thèse analyse les journalistes professionnels français en les envisageant à partir de leur statut de salarié dans des entreprises soumises à des impératifs de gestion et de rentabilité, suivant en cela les intuitions de Max Weber sur la presse. Cette posture conduit à poser une question centrale autour de la tension entre la subordination juridique du salarié et l’autonomie professionnelle que nécessite l’exercice de cette activité. L’autonomie professionnelle et la condition salariale des journalistes sont conçues à partir de l’analyse conjointe des dynamiques salariales (défense du salariat) et des dynamiques professionnelles (défense de l’autonomie professionnelle). Sans remettre en cause le caractère spécifique du bien produit (l’information), réalisé par un collectif englobant d’autres catégories de travailleurs, cette perspective entend compléter les analyses menées par une sociologie du journalisme qui les a largement envisagés à partir de leurs particularités liées à leur contribution au système démocratique. On conduit une analyse sociohistorique qui repose sur des méthodes complémentaires (entretiens, observations, travail documentaire).

La première partie de la thèse étudie la construction des dispositifs institutionnels qui encadrent cette catégorie de salariés et ce qu’ils sont aujourd’hui (catégorie juridique de salarié, carte de presse, etc.). On met au jour une tension apparente entre l’aspiration des journalistes à un modèle de travail indépendant (carte de presse, charte de déontologie, conseil de presse, clause de conscience) et leur inscription dans la subordination salariale des entreprises privées. Malgré certains arrangements et correctifs, ces professionnels n’ont pas réussi à s’extraire des logiques financières (recherche d’un équilibre) et apparaissent  comme des salariés dans des entreprises comme les autres. La deuxième partie interroge les formes que prend la structuration collective de ces salariés. Il ne s’agit pas d’étudier seulement les institutions légalement représentatives des salariés (reconnues par le droit du travail) mais l’ensemble des organisations formelles ou informelles de travailleurs qui représentent (ou entendent représenter) le groupe des journalistes et concourent (ou entendent concourir) à sa régulation et à sa coordination. Les syndicats, sociétés et associations de journalistes travaillent ensemble ou se concurrencent pour coordonner et réguler le groupe professionnel, témoignant d’une pluralité de façon de penser le journaliste, du travailleur salarié classique à l’indépendant contributeur de la démocratie. Ces différentes instances se retrouvent prises dans des dynamiques communes lors de restructurations d’entreprises qui sont étudiées dans la troisième partie de la thèse. À partir de monographies de plusieurs entreprises (Agence France Presse, Groupe Le Monde, Le Monde Interactif) dans des situations diverses de changement (changement de statut, licenciements collectifs et rachat, changement technologique), on analyse différents processus de négociations et manières de s’opposer. Ces trois cas témoignent d’un attachement des journalistes salariés à des dimensions qui vont au-delà des dynamiques salariales classiques en se mobilisant autour des questions de qualité (outil éditorial, formule rédactionnelle) et d’indépendance (statut, actionnariat). On montre enfin en conclusion comment la sociologie des groupes professionnels et des relations professionnelles permet d’éclairer d’une manière inédite les journalistes.

Résumé thèse Camille Dupuy