Modes d’ajustement à la crise : des relations professionnelles sous tensions

Rapport final – Post-enquête à l’enquête Relations professionnelles et Négociations d’entreprise REPONSE 2010-2011, Dares, Ministère du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social

Responsables scientifiques: Coralie Perez et Nadine Thévenot

Équipe scientifique: Nathalie Berta, Delphine Brochard, Noélie Delahaie, Sophie Jallais, Corinne Perraudin, Catherine Sauviat et Julie Valentin

Effectuée dans le cadre des post-enquêtes à l’enquête REPONSE (2010-2011), cette recherche a pour objet de mettre au jour les processus d’ajustement des établissement face à la crise, les caractériser et, conjointement, analyser la manière dont ils ont été discutés, négociés ou au contraire imposés par les directions. Sur le plan méthodologique, elle combine un volet quantitatif, constitué de la réalisation d’une typologie (REPONSE complétée de SINAPSE et des DMMO), et un volet qualitatif comprenant la réalisation de quinze monographies d’établissements appartenant majoritairement au secteur manufacturier. La typologie rend compte des combinaisons spécifiques d’ajustements sur l’emploi et les rémunérations, mises en oeuvre par près de 4000 établissements français entre 2008 et 2010. Sur cette base, le travail de terrain effectué a permis d’éclairer les processus d’ajustements dans leurs dimensions négociées et conflictuelles, et leur vécu par les salariés. Si la préservation de l’emploi « permanent » et le maintien des rémunérations par les directions ont été des conditions déterminantes de l’acceptation des ajustements, cela s’est souvent fait en contrepartie de l’acceptation de nouvelles modalités de flexibilité interne (aménagement du temps de travail, mobilité interne, redéfinition de règles d’évolution salariale…) sur lesquelles les représentants du personnel auront du mal à revenir quand la conjoncture s’améliorera. La relation de travail apparaît ainsi de plus en plus malléable à l’occasion de la crise.

Pour accéder à l’intégralité du rapport: http://ces.univ-paris1.fr/cesdp/2014/14076.html

Programme des séminaires 2014-2015

Séminaires RT18

Le séminaire du réseau relations professionnelles (RT 18 de l’AFS) 2014-2015 se propose de revisiter les concepts clefs de la discipline mais aussi de présenter les nouveaux terrains et enjeux qui se font jour dans les domaines d’études. Une place importante est faite aux méthodologies d’enquêtes. Le séminaire est l’occasion de présenter les travaux en cours ou de revenir sur des travaux récents. Il se veut pluridisciplinaire : sociologie, histoire, droit et science politique.

Programme rt18 2014-2015

14 novembre 2014, CNAM (Paris) : Le syndicalisme dans les services 

9 janvier 2015, CNAM (Paris) : Les relations professionnelles en entreprise. Éléments à partir des post-enquêtes REPONSE 2011

Mars 2015 (en coordination avec le RT 12) : Le gouvernement européen de l’économie

Mai 2015, Université Aix-Marseille (en coordination avec le LEST) :  Comment le travail se négocie-t-il ?

Le VIème Congrès de l’AFS se tiendra du 29 juin au 3 juillet 2015 à l’UVSQ (Versailles).

Contacts : Jean-Michel Denis (jean-michel.denis@cee-recherche.fr) et Camille Dupuy (camille.dupuy@enscachan. fr)

 

Les conflits du travail dans le monde – Critique internationale n°64

Parution du n°64 de Critique Internationale consacré aux conflits du travail dans le monde, coordonné par Maxime Quijoux.

« Éditorial », Critique internationale 3/ 2014 (N° 64), p. 5-6
URL : www.cairn.info/revue-critique-internationale-2014-3-page-5.htm.
DOI : 10.3917/crii.064.0005

« Pour ce numéro d’été, Critique internationale vous propose la première partie d’un « thema » en deux volets consacré à une comparaison internationale des conflits du travail et dirigé par Maxime Quijoux, chargé de recherche CNRS au laboratoire PRINTEMPS – Professions, Institutions, Temporalités – de l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Partant du constat d’une relative désaffection, de la part de la recherche française, pour la question des conflits du travail alors même que ceux-ci se multiplient à l’échelle de la planète, ce double dossier propose un véritable programme de recherche sur les différentes expressions de la conflictualité au travail, et notamment sur le renouvellement des formes de mobilisations et de négociations qui se déroulent de plus en plus souvent en dehors du classique système des relations professionnelles.

Les cinq articles de cette première partie s’intéressent plus particulièrement à la construction des conflits au travail et au repérage de différentes formes de mobilisation entre ruptures, circulations et continuités. Mathieu Hocquelet (post-doctorant au Centre Maurice Halbwachs (EHESS) et chercheur associé au Centre Pierre Naville) analyse le cas des mobilisations dans la firme américaine de grande distribution Walmart, plus grand employeur privé mondial mais aussi véritable « bastion anti-syndical ». Sophie Béroud (maître de conférences en science politique à l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire TRIANGLE) revient sur les liens entre le mouvement des Indignés et le syndicalisme en Espagne, et ce faisant questionne l’idée admise d’une coupure entre ces deux mondes. Quentin Delpech (chercheur associé au Centre d’études mexicaines et centre-américaines-CEMCA) s’intéresse à la diffusion des savoir-faire syndicaux américains en Amérique centrale dans le contexte de la transformation de la division internationale du travail. Baptiste Giraud (maître de conférences en science politique à l’Université de sciences économiques et de gestion d’Aix-Marseille et membre du LEST, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail) revient, quant à lui, sur les usages de la grève en France à partir de l’étude du travail de formation et d’encadrement des militants CGT du secteur du commerce. Enfin, Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Annette Jobert (directrice de recherche émérite au CNRS, IDHES-ENS Cachan) et Yi Zhenzhen (doctorante à l’IDHES-ENSCachan et à l’Université Normale de la Chine de l’Est) examinent les stratégies en situations de conflit des salariés des entreprises publiques chinoises dans le nouveau contexte créé par les réformes de la législation du travail.

Ce « thema » a fait l’objet d’un séminaire préparatoire qui s’est tenu au CERI au mois de janvier 2014. Merci à Claude Didry (directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Arnaud Mias (maître de conférences en sociologie à l’université de Rouen, en délégation au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHES) à l’ENS de Cachan), Camille Goirand (professeure de science politique à l’Institut des hautes études d’Amérique latine (IHEAL) – Université Paris III Sorbonne Nouvelle et rattachée au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales), Dominique Vidal (professeur de sociologie à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché à l’Unité de Recherche Migrations et Société, URMIS), Gilles Guiheux (professeur en sociohistoire de la Chine à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, rattaché au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques, CESSMA), Annie Collovald (professeure de sociologie à l’Université de Nantes et directrice du Centre nantais de sociologie, CENS) et Julian Mischi (chargé de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et au Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (CESAER) à Dijon) d’avoir, à cette occasion, endossé le rôle de discutant.

La seconde partie de ce « thema » (n° 65, octobre-décembre 2014) portera sur la défense des travailleurs et sera plus précisément centrée sur les acteurs, les pratiques et les enjeux des relations professionnelles dans des contextes géographiques et culturels encore une fois très variés.

Bonne lecture

La rédaction »

Appel à articles NRT: Le dialogue social et ses usages

Appel à articles

Le dialogue social et ses usages

Euphémisation, effacement ou renouvellement des résistances au travail ?

 

 

Coordonné par Paul Bouffartigue, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume et Arnaud Mias

N° 8 Parution au Printemps 2016

 

 

 

 

La Nouvelle Revue du Travail prépare un dossier thématique (« Corpus ») consacré aux usages du dialogue social dans les entreprises. Les questions que les coordinateurs souhaitent voir traitées dans ce numéro s’articulent autour des thèmes suivants :

  • Encensé par les pouvoirs publics comme moyen de rendre (plus) effectifs les droits des salariés, encouragé par l’extension du champ de la négociation collective d’entreprise et légitimé par la volonté de « modernisation » des relations sociales, le dialogue social fait l’objet d’une entreprise de promotion à géométrie variable. Ce « Corpus » pourra accueillir tout d’abord des travaux questionnant les logiques sociales, économiques et juridiques qui président à la construction de cette rhétorique et à sa diffusion. Quels sont les logiques, les supports et les acteurs de cette re-valorisation ?
  • D’un point de vue empirique, des contributions sont également attendues sur les conditions de mise en œuvre de ce discours et notamment sur les risques d’instrumentalisation qu’il véhicule. Au-delà des discours, quelle est la réalité des pratiques de représentation et de négociation dans les entreprises ? Comment les « partenaires sociaux » se conduisent-ils face à cette injonction qui les incite à investir les arènes formelles de la représentation du personnel tout en devant composer avec des contraintes légales accrues ? Celle-ci semble en effet manifeste lorsque les négociations se caractérisent par une absence totale de délibération ou par une imposition des thèmes de négociation. De nombreux accords d’entreprise ne font que reprendre les termes des accords de branche, voire du code du travail, et pâtissent d’une mise en œuvre sélective. Cette instrumentalisation peut y compris conduire des directions d’entreprise à privilégier tel ou tel acteur syndical pour aboutir à des accords moins contraignants. Des travaux portant sur les ressources et stratégies des représentants des salariés, qu’ils soient syndiqués ou non, pour se saisir des obligations nouvelles de négociation et des opportunités de représentation des salariés (dans les conseils d’administration notamment) afin d’obtenir des avancées sociales et de contraindre les employeurs à négocier sur des sujets souvent jugés secondaires (égalité professionnelle, mixité, handicap, seniors, santé au travail…) seront également bienvenus.
  • De même, on pourra s’interroger sur les formes de répression syndicale et de domination des salariés qu’occulte cette rhétorique et les limites de ce discours au-delà du périmètre des grandes entreprises. Cette entreprise de promotion s’inscrit en effet dans un contexte où les salariés sont plutôt décrits comme impuissants face à la force des croyances et des dogmes imposés par le management, soit par consentement, soit par intériorisation des contraintes présentées comme irréfragables puisque liées à l’internationalisation des marchés. Si la présence syndicale dans les entreprises s’accroît, des pans entiers du salariat ne bénéficient d’aucune représentation formelle du personnel et semblent encore très éloignés des attendus d’un dialogue social modernisé. Comment penser les usages du dialogue social dans des univers parfois dépourvus de toute représentation collective ou avec une faible présence syndicale ? Quelles articulations avec les autres formes d’action collective ? Les formes contemporaines de domination au travail conduisent-elles à des stratégies strictement défensives et/ou individuelles dépourvues de toute ambition de transformation des rapports sociaux ?
  • À l’inverse, en s’intéressant aux différentes formes de résistances, individuelles et collectives, dans l’entreprise mais aussi aux « pratiques non conformes » – qu’il conviendra de définir et de distinguer des précédentes –, comment comprendre leur articulation avec les formes plus institutionnalisées de représentation des salariés ? Celles-ci n’épuisent-elles pas les capacités de la mobilisation syndicale, au point de ne laisser la place qu’aux oppositions les moins traditionnelles ? Ou assiste-t-on à un continuum entre formes  « classiques » de résistance et développement de formes plus originales ?

 

Les contributions pourront couvrir un ensemble de secteurs et d’entreprises hétérogènes, de la grande entreprise très syndiquée avec un salariat stable à des petites entreprises dans des secteurs précaires et sans représentation formelle des salariés. L’idée étant de saisir la variété des formes et des usages du « dialogue social » et ses évolutions, selon les contextes et les périodes.

 

 

Les propositions d’articles sont à adresser avant le 30 mars 2015 à nrtravail@gmail.com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique « Soumission et évaluation » sur le site web de la NRT : nrt.revues.org

 

Masters’ Class et Table ronde avec Nelson Lichtenstein – Syndicats et nouveaux acteurs face aux défis des restructurations multinationales

Mise à jour du programme: Syndicalisme américain_RT 18_20 mai 2014

La thématique abordée dans ce séminaire porte sur les difficultés des organisations syndicales et autres acteurs des relations professionnelles face aux restructurations engagées par les entreprises multinationales. Parmi ces restructurations, les mouvements d’externalisation et la multiplication des chaînes de fournisseurs, qui diminuent la responsabilité juridique des entreprises donneuses d’ordre, sont particulièrement en cause car ils entravent la capacité revendicative des salariés. Les organisations syndicales ont-elles des réponses à cet éclatement des entreprises et quelles sont-elles ? Dans son article (« Two Cheers for Vertical Integration: Corporate Governance in a World of Global Supply Chains », disponible sur le site du RT 18 : http://rt18.hypotheses.org) où il analyse le processus de réorganisation horizontale des entreprises, Nelson Lichtenstein évoque l’exemple d’un accord « soft law » né au lendemain des incendies meurtriers qui ont ravagé plusieurs usines du Bangladesh travaillant pour des entreprises étasuniennes, dont Wall-Mart, connue pour son positionnement antisyndical. A la suite de cet événement, un accord « fire and safety » aurait été signé par plus de 120 marques et distributeurs les conduisant à imposer à leurs sous-traitants l’obligation de respecter un certain nombre de conditions de travail et de sécurité. Ce type d’accords permettent-ils une régulation transfrontalière des relations de travail et d’emploi ? Quelles stratégies et quels acteurs pour défendre les travailleurs et leurs droits dans le marché du travail globalisé/ou en voie de globalisation ?

DEUX ARTICLES EN COMPLEMENT :

Two Roads Forward for Labor: The AFL–CIO’s New Agenda

Two Cheers for Vertical Integration: Corporate Governance in a World of Global Supply Chains

Publication du réseau

Elodie Béthoux, Jean-Vincent Koster, Sylvie Monchatre, Frédéric Rey, Michèle Tallard et Catherine Vincent (sous la direction de) 

A l’heure où les niveaux du chômage ne cessent de monter, la généralisation des risques de déstabilisation de l’emploi met en avant, dans la plupart des pays industrialisés, la question de la sécurisation des parcours professionnels des travailleurs au-delà de l’emploi qu’ils occupent. Dans ce contexte, le développement de la formation et de la certification des compétences est considéré comme un levier pour la mobilité des travailleurs et pour leur maintien dans des emplois évolutifs. Si le rapport salarial fordiste permettait de garantir une relative sécurité de destin en échange d’une participation à l’emploi, la vulnérabilité croissante des entreprises dans un contexte de mondialisation de la compétition économique met en cause les équilibres institutionnels bâtis dans ce cadre. Alors que se développent les politiques managériales encourageant la flexibilité du travail et de l’emploi, les politiques publiques à différentes échelles, qu’elles soient européennes, nationales ou territoriales, tendent à encourager l’émergence de dispositifs marqués par la « flexicurité ». Que recouvre ce terme ? Quels sont les débats qu’il suscite ? À quels types de compromis conduisent les solutions envisagées pour concilier flexibilité et sécurité ? Observant conjointement emploi, formation et compétences, l’ouvrage propose un tour d’horizon des transformations et innovations proposées et expérimentées par les acteurs publics, économiques et sociaux pour encadrer les parcours de mobilité des travailleurs et la certification de leurs compétences acquises. Il montre ainsi combien ces nouveaux dispositifs affectent les dynamiques contemporaines de régulation de la relation salariale..
 

SOMMAIRE

Avant-propos – Introduction générale
Jacques Freyssinet
PARTIE I – Régulation professionnelle et emplois atypiques
Introduction
Catherine Vincent
Chapitre 1 – La formation des journalistes pigistes
comme nouvel enjeu de négociations
Clémence Aubert-Tarby
Chapitre 2 – Une qualification au-delà de l’emploi  ?
Trois expériences de revenus hors-emploi des intermittents du spectacle
Mathieu Grégoire
Chapitre 3 – Précarité au travail et construction des compétences professionnelles  : le cas des centres d’appels au Sahel tunisien
Montaha Ben Kacem
PARTIE II – Configurations sociétales, marché du travail et flexibilité
Introduction
Jean-Vincent Koster
Chapitre 4 – Formes de réglementation et segmentation de l’emploi en Italie  :
le rôle et les enjeux de la caisse de compensation salariale
Mara Bisignano
Chapitre 5 – Les usages de la notion de flexicurité en Belgique
Bernard Conter
Chapitre 6 – «  Rentrer - Rester - Progresser  »  :
vers une régulation européenne des parcours professionnels  ?
Analyse de l’accord cadre autonome sur les « marchés du travail inclusifs »
Jean-Vincent Koster
Chapitre 7 – Un modèle étasunien de régulation de l’emploi et des compétences grâce à des relations professionnelles flexibles  ?
Donna KesselmanPARTIE III – Négociations et régulation de l’emploi : nouveaux objets et enjeux

Introduction
Michèle Tallard
Chapitre 8 – Régulation de branche et sécurisation des parcours professionnels  : quelle dynamique dans la crise  ?
Laurence Baraldi et Christine Durieux
Chapitre 9 – Les tentatives d’encadrement des parcours professionnels
par la régulation de branche  : vers quelles « mobilités » ?
Arnaud Mias
Chapitre 10 – La cartographie des métiers de la presse  :
prospective et enjeux de contrôle des emplois dans les rédactions
Jean-Louis Renoux
Chapitre 11 – Quand la politique en faveur de l’emploi des salariés âgés passe par la négociation collective  : une analyse des accords d’entreprise et plans d’action issus de la LFSS pour 2009
Christophe Claisse, Catherine Daniel et Antoine Naboulet
Chapitre 12 – Négocier sur l’emploi dans l’entreprise  :
la CFDT et le renouvellement de l’action syndicale
Elodie Béthoux, Annette Jobert et Alina Surubaru

PARTIE IV – Les régulations de la formation à l’épreuve de l’emploi

Introduction
Sylvie Monchatre
Chapitre 13 – La formation sans construction des compétences  ?
Réflexions sur la situation algérienne
Madjid Ben Yaou
Chapitre 14 – Action publique et régulation de la formation professionnelle continue  : une comparaison France/Québec
Sylvie Monchatre et Michèle Tallard
Chapitre 15 – De la régulation conjointe au retour de l’Etat  ? Le recul des Régions dans l’administration de la formation professionnelle initiale
Hélène Buisson-Fenet et Eric Verdier
Chapitre 16 – La Région face à la territorialisation de ses politiques publiques
Jules Simha

PARTIE V – Gestion de l’emploi et des compétences à l’échelle territoriale

Introduction
Frédéric Rey
Chapitre 17 – Les Pôles de compétitivité  : organisation territoriale problématique pour les représentants syndicaux ou opportunité  ?
Martine Gadille et Julien Machado
Chapitre 18 – Les employeurs territoriaux face aux transformations des politiques d’emploi public  – Etude quantitative sur le recours aux non-titulaires
Alexandra Garabige
Chapitre 19 – Quand la compétence synchronise les contextes productifs
et les exigences de travail
Sophie Bretesché et Cathy Krohmer

Table ronde – Le point de vue des acteurs

Conclusion générale
Jean-Louis Dayan

Bibliographie générale

7 février 2014 au Cnam – Séminaire sur l’ANI 2013

L’accord national interprofessionnel de janvier 2013 : un an après la signature de l’accord, quels nouveaux usages de la négociation sur l’emploi ?

7 février 2014, 9-12H30, en salle des Conseils René-Mayer

Conservatoire National des Arts et Métiers, Accès 39-1, 2 rue Conté, Paris

 9H-11H : Réflexion autour de l’accord

Cadrage autour de l’ANI, Elsa Peskine, IRERP – Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Négocier sur l’emploi pour le sécuriser ?, Elodie Béthoux et Annette Jobert, IDHES – École Normale Supérieure de Cachan

Perspective comparée franco-italienne : Raphael Dalmasso, Centre d’Études de l’Emploi et Cerit – Université de Lorraine

 11H15-12H30 : Table ronde avec des représentants syndicaux

 Table ronde avec des syndicalistes, animée par Mara Bisignano (IDHES – Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Camille Dupuy (IDHES – École Normale Supérieure de Cachan et Alexandra Garabige (Centre d’Éudes de l’Emploi)

Les syndicats CFDT (Cécile Cottereau), FO (Stéphane Lardy) et CGT (sous réserve) sont représentés.

 

Contacts

Mara Bisignano : mbisignano@u-paris10.fr

Camille Dupuy : camille.dupuy@ens-cachan.fr

Alexandra Garabige : alexandra.garabige@cee-recherche.fr

Programme en PDF : Séminaire RT18-ANI-7 février

Evènement du réseau – soutenance HDR d’Arnaud Mias le 2 décembre 2013

Arnaud Mias a soutenu son Habilitation à diriger des recherches, intitulée « Le travail des relations professionnelles. Connaissances et négociations » le lundi 2 décembre 2013 à Aix-en-Provence.

Le jury était composé de :

Pierre Fournier (rapporteur), Professeur des Universités, Aix Marseille Université, Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES)

Michel Lallement, Professeur titulaire de la chaire d’analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations, Conservatoire national des Arts et Métiers, Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE)

Marc Loriol, Chargé de recherche CNRS, Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE)

Denis Segrestin (rapporteur), Professeur des Universités, Sciences Po Paris, Centre de sociologie des organisations (CSO)

Jens Thoemmes (rapporteur), Directeur de recherche CNRS, Centre d’étude et de recherche Travail Organisation Pouvoir (CERTOP)

Éric Verdier (directeur), Directeur de recherche CNRS, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST)

Evènement du réseau – soutenance de thèse de Camille Dupuy le 29 novembre 2013

Thèse de doctorat de l’École Normale Supérieure de Cachan intitulée « Dynamiques professionnelles et salariales des journalistes », présentée et soutenue le 29 novembre 2013 par Camille Dupuy, devant le jury composé de :

Gilles BASTIN – Maître de Conférences, PACTE – IEP Grenoble, Examinateur

Antoine BEVORT – Professeur, LISE – CNAM, Rapporteur

Florent CHAMPY  – Directeur de recherche au CNRS, CMH – EHESS / ENS, Rapporteur

Claude DIDRY – Directeur de recherche au CNRS, IDHE – ENS Cachan, Directeur de thèse

Annette JOBERT – Directrice de recherche au CNRS, IDHE – ENS Cachan, Examinatrice

Denis RUELLAN – Professeur,  CRAPE – Université Rennes 1, Examinateur

RESUME DE LA THESE 

Cette thèse analyse les journalistes professionnels français en les envisageant à partir de leur statut de salarié dans des entreprises soumises à des impératifs de gestion et de rentabilité, suivant en cela les intuitions de Max Weber sur la presse. Cette posture conduit à poser une question centrale autour de la tension entre la subordination juridique du salarié et l’autonomie professionnelle que nécessite l’exercice de cette activité. L’autonomie professionnelle et la condition salariale des journalistes sont conçues à partir de l’analyse conjointe des dynamiques salariales (défense du salariat) et des dynamiques professionnelles (défense de l’autonomie professionnelle). Sans remettre en cause le caractère spécifique du bien produit (l’information), réalisé par un collectif englobant d’autres catégories de travailleurs, cette perspective entend compléter les analyses menées par une sociologie du journalisme qui les a largement envisagés à partir de leurs particularités liées à leur contribution au système démocratique. On conduit une analyse sociohistorique qui repose sur des méthodes complémentaires (entretiens, observations, travail documentaire).

La première partie de la thèse étudie la construction des dispositifs institutionnels qui encadrent cette catégorie de salariés et ce qu’ils sont aujourd’hui (catégorie juridique de salarié, carte de presse, etc.). On met au jour une tension apparente entre l’aspiration des journalistes à un modèle de travail indépendant (carte de presse, charte de déontologie, conseil de presse, clause de conscience) et leur inscription dans la subordination salariale des entreprises privées. Malgré certains arrangements et correctifs, ces professionnels n’ont pas réussi à s’extraire des logiques financières (recherche d’un équilibre) et apparaissent  comme des salariés dans des entreprises comme les autres. La deuxième partie interroge les formes que prend la structuration collective de ces salariés. Il ne s’agit pas d’étudier seulement les institutions légalement représentatives des salariés (reconnues par le droit du travail) mais l’ensemble des organisations formelles ou informelles de travailleurs qui représentent (ou entendent représenter) le groupe des journalistes et concourent (ou entendent concourir) à sa régulation et à sa coordination. Les syndicats, sociétés et associations de journalistes travaillent ensemble ou se concurrencent pour coordonner et réguler le groupe professionnel, témoignant d’une pluralité de façon de penser le journaliste, du travailleur salarié classique à l’indépendant contributeur de la démocratie. Ces différentes instances se retrouvent prises dans des dynamiques communes lors de restructurations d’entreprises qui sont étudiées dans la troisième partie de la thèse. À partir de monographies de plusieurs entreprises (Agence France Presse, Groupe Le Monde, Le Monde Interactif) dans des situations diverses de changement (changement de statut, licenciements collectifs et rachat, changement technologique), on analyse différents processus de négociations et manières de s’opposer. Ces trois cas témoignent d’un attachement des journalistes salariés à des dimensions qui vont au-delà des dynamiques salariales classiques en se mobilisant autour des questions de qualité (outil éditorial, formule rédactionnelle) et d’indépendance (statut, actionnariat). On montre enfin en conclusion comment la sociologie des groupes professionnels et des relations professionnelles permet d’éclairer d’une manière inédite les journalistes.

Résumé thèse Camille Dupuy

Publication du réseau

Le RT18 et l’IRES ont collaboré pour la réalisation d’un numéro spécial de la Revue de l’Ires regroupant plusieurs articles issus des communications au congrès de l’Association Française de Sociologie à Grenoble (2011).

LaRevueIres71

Revue de l’IRES n°75 – 2012/4, numéro spécial : «Innovations en relations professionnelles

– Les relations professionnelles au prisme de l’innovation : enjeux pratiques et théoriques
Alexandra GARABIGE, Frédéric REY et Catherine VINCENT
– Reconnaissance des créations de salariés et régulation de la propriété intellectuelle : un enjeu émergent des relations professionnelles
Martine GADILLE et Isabelle SCHOCKAERT
– L’actionnaire, nouvel acteur des relations professionnelles au niveau de l’entreprise ?
Aline CONCHON
– Le développement interprofessionnel de Solidaires : entre volonté d’expérimentation et reproduction du « modèle » confédéral
Sophie BÉROUD et Jean-Michel DENIS
– La participation des usagers et des agents dans une collectivité locale : entre innovation et permanence du modèle d’administration publique
Alexandra GARABIGE
– La syndicalisation des services de garde au Québec : à pratiques innovatrices, des concepts nouveaux
Guy BELLEMARE et Louise BRIAND
– Dialogue social européen et innovation : l’exemple du secteur des chemins de fer
Hervé CHAMPIN
– Résumés des articles – English Abstracts

Syndicalismes catégoriels et régulations professionnelles

La prochaine séance du séminaire des relations professionnelles (RT18) aura lieu le 23 mai prochain à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (9h30-17h00, Bâtiment Vauban, Salle 311).

Programme et plan d’accès : Séminaire RT18 Syndicalismes catégoriels 23 mai 2013

Inscription conseillée auprès de : camille.dupuy@ens-cachan.fr

Programme

9H30-10H00 : Introduction de la journée

·       « Le syndicalisme catégoriel : une analyse pluridisciplinaire de ses divers champs » : Guy Groux, DR CNRS, Centre de recherches politiques de Sciences Po, CEVIPOF

Matinée : Président de séance : Michel Pigenet, PU Histoire, Centre d’histoire sociale, Université Paris 1

10H-11H15 : Première table ronde : Les syndicats catégoriels dans les professions fermées

·       « La construction d’un syndicat catégoriel exemplaire : le syndicat des ouvriers du Livre » : Sylvie Charlier, docteure en histoire, chercheuse postdoctorale

·       « Protéger une profession en période de crise. Les syndicats catégoriels face à la licence européenne des personnels navigants commerciaux » : Louis-Marie Barnier, sociologue, chercheur associé au CRESPPA-GTM

11H15-12H30 : Deuxième table ronde : Le syndicalisme catégoriel dans les professions ouvertes privées

·        « Petits syndicats, travail par projets et logiques de réseaux. Une comparaison entre les architectes d’intérieurs et les producteurs (cinéma/audiovisuel) » : Carine Ollivier et Laure de Verdalle, resp. chercheuse FNRS Sociologie, Louvain la Neuve ; CR CNRS Sociologie, Printemps, UVSQ

·       « La représentation instituée des journalistes : du syndicalisme de métier corporatiste à la défense du salarié » : Camille Dupuy, doctorante en sociologie à l’IDHE-Cachan, ATER au CNAM

12H30-14H00 : Déjeuner libre ou en commun en fonction de l’affluence

Après-midi : Président de séance : Baptiste Giraud, MCF Sciences politiques, LEST, Université Aix en Provence

14H00-15H15 : Troisième table ronde : Le syndicalisme catégoriel dans les professions ouvertes publiques

·       « Des ‘éducateurs Justice’ ? Les éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse et leur syndicat majoritaire » : Nicolas Sallée, docteur en sociologie, IDHE-Nanterre, ATER à Paris Ouest Nanterre

·       « Un syndicalisme d’accompagnement  des réformes ministérielles de l’éducation : le cas des personnel de direction d’établissement d’enseignement secondaire » : Agnès Pelage, MCF Sociologie, Printemps, UPEC

15H15-16H30 Quatrième table ronde : Catégoriel et interprofessionnel

·       « Du groupe des 10 à Solidaires, du catégoriel à l’interprofessionnel ? » Sophie Béroud et Jean-Michel Denis, resp., MCF Sciences politiques, Triangle, Université Lyon 2 ; MCF Sociologie, CEE, UVSQ

·       « La CFE-CGC : la fin d’une exception ? » : Elodie Béthoux, Arnaud Mias, Jérôme Pélisse, et sous réserve Guillaume Desage resp. MCF Sociologie, IDHE-Cachan, ENS Cachan ; MCF Sociologie, IDHE-Cachan, Université de Rouen ; MCF Sociologie, Printemps, UVSQ ; Ingénieur d’études en sciences humaines et sociales

Contacts :
Camille Dupuy, IDHE-ENS Cachan : camille.dupuy@ens-cachan.fr
Jérôme Pélisse, Printemps, UVSQ : jerome.pelisse@uvsq.fr
Hervé Champin, IDHE-ENS Cachan : herve.champin@ens-cachan.fr

 

Les CHSCT, une instance centrale, mais fragile ?

La prochaine séance du séminaire des relations professionnelles (RT18) aura lieu le 12 avril 2013 à l’École Normale Supérieure de Cachan (Amphithéâtre Tocqueville).

Programme et plan d’accès: Séminiaire RT18 CHSCT

 

9h30-9h45 : Introduction de la journée

« 30 ans de CHSCT. Intérêt nouveau, pratiques renouvelées ? » : Arnaud Mias, maître de conférences, Université de Rouen, IDHE-Cachan

 

9h45-12h15 : Pratiques de représentation du personnel en CHSCT

Entre dispositifs et pratiques. Réflexions autour de l’outillage des CHSCT – Bernard DUGUÉ, enseignant-chercheur, ergonome européen®, ENSC/IPB, Université de Bordeaux

 

Mobilisations collectives et CHSCT dans la chimie – Sonia GRANAUX, docteure en sociologie

 

Construire un point de vue spécifique sur le travail : configurations sociales et postures des élus – Isabelle ROGEZ, chargée de mission, Aract Nord-Pas de Calais

 

La loi et la conviction, pratique en tension des élus CHSCTLouis-Marie BARNIER, sociologue et syndicaliste, chercheur associé au Cresspa-GTM

 

13h30-15h15 : Expertise, connaissances et rapport au savoir

Les CHSCT : une institution en mal de connaissances ? – François FÉLIU, ingénieur d’études, Université de Rouen, DySoLa ; Ludovic JAMET, post-doctorant, Printemps, UVSQ ; Émilie LEGRAND, maître de conférences, Université du Havre, CIRTAI ; Arnaud MIAS, maître de conférences, Université de Rouen, IDHE-Cachan

 

Les pratiques de formation syndicale des élus au CHSCT – Paula CRISTOFALO, ingénieure de recherche CNRS, CERAPS (sous réserve)

 

Un acteur réseau dans les relations industrielles : l’homme mort, le milieu du tramway et les CHSCTRobin FOOT, ingénieur de recherche CNRS, LATTS

 

15H30-17H00 : Table-ronde – Sociologues experts auprès des CHSCT : quel positionnement, quelles compétences, quelles pratiques ?

Stéphanie GALLIOZ, cabinet ISAST

Jacques PILLEMONT, cabinet SYNDEX

Jean-Louis RENOUX, cabinet VALOR CONSEIL

Xavier ZUNIGO, cabinet TECHNOLOGIA

 

Contact et inscription: Arnaud Mias, IDHE-ENS Cachan, arnaud.mias@ens-cachan.fr

Appels d’offre Ires-CFTC

Cher-e-s collègues,
Vous trouverez ci-joints 3 appels à projets proposés par la CFTC dans le cadre de l’agence d’objectif Ires pour 2013. Les appels abordent les thématiques suivantes :
– Pour une politique du logement durable : Appel_a_Projets_CFTC_ logement2013
 
– Salariés jetés/salariés reclassés : Appel_a_Projets_CFTC_ Salariesreclasses2013
 
– Les ressorts réels de la compétitivité : Appel_a_Projets_CFTC_ competitivite2013

Les documents en pièce jointe présentent le contexte des appels, la thématique, les conditions de rémunération et de réalisation de l’étude et les perspectives de valorisation.

Vendredi 19 octobre 2012 – Cnam – Séminaire « Représentativité, légitimité, démocratie syndicale et ouvrière »

Séminaire des relations professionnelles (RT18)

Réflexion sur l’évolution de quelques concepts dans le domaine des relations professionnelles

Le vendredi 19 octobre 2012, 9h30-17h30.

Conservatoire national des arts et métiers, Salle des Conseils.

 

Présentation de la journée

Le Réseau thématique Relations professionnelles de l’AFS propose de consacrer une journée à la question de la représentativité dans une perspective interdisciplinaire (sociologie du travail, sociologie politique, sociologie des relations professionnelles et droit social).

Il convient de dénaturaliser la notion de représentativité, dans la mesure où différentes conceptions de celle-ci se sont succédées tout au long de l’histoire du travail et des travailleurs, mais aussi que plusieurs normes et règles peuvent coexister à une période donnée. Il ne s’agit donc pas de revenir sur les effets de la loi de 2008 ou sur la nature de ses appropriations par les acteurs sociaux, mais plutôt de fournir quelques éclairages sur les conceptions successives de la représentativité depuis la légalisation du syndicalisme à la fin du XIXe siècle. Dans la mesure où représentativité devrait égaler « légitimité », existent-ils des tensions entre les deux notions face aux évolutions sociopolitiques en cours ? Dans quelle mesure tout écart entre elles compromet-il la démocratie, ouvrière et politique ?

L’objet invite aussi à des analyses réflexives sur la dynamique de mobilisation du concept par les chercheurs dans leurs travaux.

 

Programme de la journée

 

9h30-13h00

–       Donna KESSELMANN (UPEC et RT 18) : Introduction de la journée.

–       Marnix DRESSEN (UMR Printemps et RT 18) : Syndicalisme d’action directe et syndicalisme institutionnel, légitimité participative ou représentative, deux pôles qui parcourent les stratégies du syndicalisme.

–     Jean-Pierre Le CROM (UMR Droit et Changement social, Nantes) et Nicole MAGGI-GERMAIN (Paris I et UMR Droit et Changement social, Nantes) : Représentativité dans les organisations patronales.

13-14h30 : Déjeuner en commun.

14h30-17h30

–       Frédéric REY (UMR Lise & RT 18) : Au-delà de la représentativité syndicale dans les TPE : retour sur la loi du 15 octobre 2010.

–       Frédéric SECHAUD (CEREQ): Comment les mandataires syndicaux dans les instances de la démocratie sociale agissent-ils légitimement  « au nom de » leur organisation ? Analyse secondaire d’une capacité d’agir en termes de postures et de jeu institutionnel à partir d’une enquête conduite pour le Céreq pour élaborer un répertoire des mandats (Mandascop).

–       Jean-Pierre Le CROM (UMR Droit et Changement social, Nantes) et Nicole MAGGI-GERMAIN (Paris I et UMR Droit et Changement social, Nantes) : Conclusion de la journée.

 

Lieu : Conservatoire National des Arts et Métiers

La journée se tiendra en salle des Conseils au Conservatoire national des Arts et Métier : accès 37 sur le site 2 rue Conté, 1er étage.

Vendredi 12 octobre – CESE – Pour un observatoire de la répression et de la discrimination syndicales

La Fondation Copernic a publié une Note sur la répression et la discriminations syndicales (Syllepse 2011). Dans la continuité de ce travail,  le 12 octobre 2012, elle organise au Conseil Economique Social et Environnemental un colloque pour la mise en place d’un Observatoire de la répression et de la discrimination syndicales. Vous êtes cordialement invité à y assister. 

Invitation, programme et formulaire d’inscription ci-joint.

Compte tenu des places limitées et des contrôles à l’entrée du CESE, merci de confirmer votre présence à : 

Louis-Marie Barnier : lmbarnier@wanadoo.fr 06 82 93 39 95 ou Didier Gélot : dgelot@club-internet.fr 06 82 47 86 87

 

 Pour un observatoire de la répression et de la discrimination syndicales

Colloque organisé sous l’égide de la Fondation Copernic

 

Avec la participation des syndicats CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires,

Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature.

Vendredi 12 octobre 2012,

Conseil Économique Social et Environnemental

9h30   : Accueil : Caroline Mécary Co-présidente de la Fondation Copernic

10h00 -10h30

Table ronde N° 1 : « La discrimination et la répression syndicale : un angle mort de la recherche sur les relations professionnelle et le syndicalisme »

Animation : Didier Gelot

Intervenants : Jean-Marie Pernot Politiste (Politiste, IRES), Sophie Béroud (Politiste, Université Lyon 2), Thomas Breda (Economiste, Ecole d’Economie de Paris).

10h30 – 11h15 : débat avec la salle

11h 15  – 11 h 30 : pause

11h30 – 12h10

Table ronde N° 2 : « Pourquoi nous soutenons l’initiative de lancer un Observatoire de la répression et des discriminations anti- syndicales ; comment se manifestent répression et discrimination pour notre syndicat ; quelles actions menons-nous pour combattre ces phénomènes ?

Animation : Louis-Marie Barnier

Avec les organisations syndicales parties prenantes : CFTC (Joseph Thouvenel), CGT (Francine  Blanche- sous réserve), FO (Véronique Lopez Rivoire), FSU (Gérard Aschieri) , Solidaires (Eric Beynel).

12h10 – 13h00 : débat avec la salle

13h  Repas sur place (participation demandée)

14h00 – 14h10 : Table ronde n° 3 : «Quelles réponses apportent l’Administration et le Juge aux faits discriminatoires »

Animation : Paulo Pinto

14h10 – 14h40 : « Le contrôle de la discrimination syndicale dans les demandes d’autorisation de licenciement des salariés protégés » Lydia Saouli (inspectrice du travail FSU-Ministère du travail) et Jean-Philippe Mazaud (Conseiller de  Tribunal  Administratif).

14 h 40 – 15 h : débat avec la salle

15h00  – 15h45   : « Les plaintes pour discrimination syndicale et l’action en réparation des discriminations syndicales », Patrick Henriot (Juge)  et François Clerc (Chargé des questions de discriminations à la CGT).

15h45-16h15 : débat avec la salle

16h15 – 16h30 : Quelles évolutions possibles ? Propositions de la Fondation Copernic : Laurent Garrouste

16h30  – 17h00 : débat avec la salle

17h00 : Conclusion et poursuite de l’activité de l’Observatoire : Laurent Garrouste

 

Pour un « Observatoire de la répression et de la discrimination syndicales » 

La Note publiée par la Fondation Copernic en janvier 2012 par un collectif de chercheurs et de syndicalistes se fixait comme objectif de poser la première pierre d’un futur Observatoire de la discrimination et de la répression syndicales (dans le public et dans le privé), dont la Fondation serait le support.

Le droit d’adhérer et de militer au sein de l’organisation syndicale de son choix est un droit reconnu par la Constitution française et toute obstruction dans ce domaine constitue une atteinte aux droits de l’homme et du citoyen.   

L’Observatoire se fixe comme objectif de rendre visible une thématique largement ignorée par la statistique publique, rarement prise en compte par les études menées sur le champ des relations professionnelles, voire purement et simplement occultée ou niée par le patronat. Il a vocation à être à terme un lieu ressources pour tous ceux et celles qui ont besoin d’une information dans ce domaine. Par contre, il ne cherchera pas à se substituer aux organisations syndicales dans la défense individuelle des salariés ou dans la mise en place de campagnes propres à chaque structure. Les signataires conservent leur autonomie pour décider de leurs actions en la matière.

Au delà de la mise à jour et de la dénonciation de pratiques patronales anti-syndicales,  il s’attachera principalement à faire connaître les luttes et les résistances des salariés et de militants syndicaux victimes de discriminations et répressions syndicales. Il s’intéressera notamment aux recours juridiques qui ont été engagés et à leurs résultats. 

Son action  s’articulera autour des outils suivants :                  

  • un rapport annuel qui fournira un état des lieux de la discrimination et de la répression syndicale en France. Il sera validé par un comité scientifique issu de différentes disciplines et professions. Pour cela, il se basera sur les informations syndicales, administratives et de recherches disponibles ou qui pourront être effectuées à sa demande.
  • des notes régulières pourront être publiées afin d’intervenir dans le débat public
  • des séminaires visant à donner une plus grande visibilité à ces problématiques 
  • un site Internet afin de mettre à disposition un certain nombre d’informations (notamment juridique). Ce site permettra de recenser et de rendre public des cas de répression et de discrimination syndicales dans les entreprises, situation « anonymisées » tant du point de vue des entreprises que des militants concernés.  

Un comité sera chargé de l’animation de l’Observatoire. Il favorisera, par le biais des chercheurs associés, des travaux sur ces thèmes (monographies, thèses..). Il interviendra auprès du service de la statistique publique pour que ces thèmes fassent l’objet d’une information fiable et régulière.

Un comité de parrainage de l’Observatoire est mis en place.