La citoyenneté industrielle – Perspectives Sud Nord – Colloque à Tunis, 25-27 juin 2018

Appel à communication

La multiplication récente de protestations collectives ouvrières à travers le monde nous rappelle l’importance de l’observation des mondes ouvriers pour l’analyse politique. La fin de l’histoire, l’avènement d’une postmodernité démocratique libérée des conflits, neutralisant les contradictions socio-politiques et l’expression des groupes sociaux dominés, n’est pas à l’ordre du jour. A l’inverse, l’idée que cette expression ouvrière serait une étape vers la destruction à venir du capitalisme, brouille notre compréhension des recompositions politiques contemporaines. Ces deux tentations explicatives téléologiques opposées – la fin de l’histoire vs. le grand soir – entravent la construction d’une analyse critique et globale de la citoyenneté industrielle.

Dans ce colloque, nous proposons de revisiter la citoyenneté industrielle de façon transversale à partir de ses ancrages localisés. Cette approche offre un cadre d’observation empirique qui permet d’étudier la manière dont l’organisation du travail structure les pratiques collectives, sans être prisonnier de la coupure entre le dedans et le dehors des lieux de production. Ainsi, la citoyenneté industrielle peut être observée dans des espace-temps diversifiés, au Nord comme au Sud, dans le passé comme dans le présent, et donne l’occasion d’un dialogue entre historiens, sociologues, politistes, anthropologues, juristes ou encore économistes.

Notre objectif est de réunir une communauté de chercheu.r.se.s par-delà les clivages disciplinaires, les aires géographiques et les périodes d’étude. On privilégiera les approches qui entendent situer l’action des travailleu.r.se.s dans des descriptions denses des rapports sociaux et politiques locaux. Sur chacun des terrains, l’ambition est de rendre compte de l’inclusion des formes de citoyenneté industrielle dans diverses configurations, au-delà des seules organisations de travailleur.se.s : le contexte juridique qui à la fois contraint et permet l’action des travailleur.se.s ; les relations économiques mises en œuvre dans les dispositifs sociotechniques de production ; les rapports sociaux de domination dans et au-delà de l’usine ; les modes d’énonciation politique inventés ou réappropriés par les travailleur.se.s.

Les propositions de communication analyseront, à partir de leurs terrains respectifs, les ressorts et contours de la citoyenneté industrielle (cf. argumentaire ci- dessous). Elles se réfèreront explicitement aux définitions liminaires afin d’en approfondir et d’en questionner un ou plusieurs aspects.

Les propositions, en langue anglaise, arabe ou française (la langue de travail lors du colloque sera le français), présenteront en 10 000 signes espaces compris maximum :

– L’enquête originale sur laquelle se fonde l’analyse
– Les questionnements principaux et explicitement articulés à la problématique de la citoyenneté industrielle – Une bibliographie indicative

Les propositions de communication seront envoyées avant le lundi 30 avril, sur la boîte : CitindusTunis2018@gmail.com

Appel à communication et argumentaire ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *